Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26 mars 2006

CPE - Exigeons le départ de Sarkozy et Villepin.

C'est une situation politique relativement compliquee qui se presente.

1 - On n'insistera par sur le bien fonde du mouvement des salaries et des etudiants : le rejet du CPE ne peut pas se negocier.

Le CPE est inadmissible :

- une période d'essai de deux ans n'a aucune raison d'exister, il ne faut pas deux ans - même à un patron mongolien - pour juger de la qualité du travail de son employé !

- le licenciement sans motifs est inacceptable, même les instances internationales comme le BIT exigent que les licenciements soient justifiees.

Le CPE, comme le CNE, ne sert qu'a installer davantage de précarité et d'arbitraire.

2 - Ce qui complique la situation du point de vue de la droite c'est que le conflit du CPE est instrumentalisé par Villepin pour servir ses ambitions présidentielles. Gagnant, il aura prouvé qu'il est bien le "chef" naturel de la droite capable d'imposer les pires derives ultrliberales, et donc le candidat non moins naturel pour 2007.

Perdant il fait chuter l'ensemble du gouvernement, Sarkozy compris !

Lequel Sarkozy commence a perdre les pedales. Il ne peut pas ne pas soutenir son rival. Tout en mesurant, comme ministre de l'interieur, le grave danger d'explosion sociale qui se profile.

Il soutient tout en critiquant mais en assurant de son soutien indefectible ... bref n'importe quoi :)

3 - Mais la situation n'est pas meilleure du point de vue de la gauche et des syndicats. Le PS ne pense qu'a une chose; surfer sur la vague du CPE pour atteindre peinardement 2007 !

Et surtout ne pas provoquer de crise politique. C'est que le PS a besoin de Villepin comme repoussoir. Une chute du gouvernement serait la pire des choses et tout doit etre fait pour l'eviter.

Et comment l'eviter si le CPE n'est pas retiré, ce que Villepin ne peut pas faire sans se suicider politiquement.

4 - Du cote des syndicats c'est le meme dilemme. La CFDT qui vient de perdre 10% des ses adherents depuis 2003 ne veut plus negocier unilateralement. Idem pour la CGT qui vient d'essuyer une serie de defaite et qui ne peut plus se permettre aucune compromission.

C'est ce qui explique le "front syndical" inhabituellement durable ...

La situation semble donc bloquée.

Il y aurait bien une solution : que tous les salaries descendent dans la rue avec les etudiants et imposent le retrait du CPE et de quelques lois anti salariees prises ces dernieres annees.

Tous dans la rue le 28 mars !!!

22:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

À 77 ans, moi j'y serai le 28 mars !

Écrit par : DELAVANT | 26 mars 2006

Je ne dirais qu'un mot : Bravo !

:)

Écrit par : touriste | 27 mars 2006

en fin de matiné , je fais une note sur l'avenir de villepin, et je pense qu'elle ne sera pas loin de la vérité.
Trés trés bonne analyse de la situation

Écrit par : pierrot le zygo | 27 mars 2006

Les commentaires sont fermés.