Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 avril 2006

Tchernobyl revisited !

L'explosion d'une centrale nucleaire, un nuage radio actif se repandant sur des milliers de kilometres, des centaines de milliers de personnes contaminees, la nature polluee ...

Y compris en France dont il reste encore des traces de radioactivites dans certaines regions !

Voyez vous, tout cela n'est pas bien grave.

Allez disons 4000 morts en 20 ans. En gros.

Enfin peut etre, eventuellement, car on n'est sur de rien !!


Non je ne deraille pas :)

Ce discours est celui qui ressort des etudes scientifiques recentes de l'AIEA et de l'OMS concernant le bilan de la catastrophe de Tchernobyl.

Et quand on connait l'influence des lobbys internationaux de l'industrie nucleaire mondiale tout ceci ne peut surprendre ...

A ceux qui ont deja eu l'occasion d'admirer le revisionisme anti juif dans ses oeuvres, cette minimisation du nombre des victimes rappellera quelques souvenirs.

Car il s'agit bien d'une autre forme de negationisme.


Les elements presentes par des organisations comme Greenpeace sont evidemment tres differents. Et surement plus proche de la realite ... et du sens commun.


Une occasion de plus de rappeler que le gouvernement de la Republique nous a pris pour des c.. en 1986 quand il a pretendu que le nuage atomique n'est pas passe en France.

Un mensonge officiel. Probablement la cause de davantage de morts que n'en a fait l'affaire du sang contamine.

Les responsables administratifs et politiques de l'epoque n'ont jamais ete -et ne seront jamais- inquietes. Responsables mais jamais coupables. Refrain connu.

Remarquez on commence a s'habituer. A etre pris pour des abrutis je veux dire :)


Et pendant ce temps les lobbyistes francais invitent les enfants des ecoles a visiter leurs belles centrales nucleaires !


Plus jamais le nucleaire !!



Le rapport de l'AEIA
http://www.iaea.org/Publications/Booklets/Chernobyl/chernobyl.pdf

Celui de Greenpeace
http://www.greenpeace.org/france/press/reports/impact-sanitaire-tchernobyl

21:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

11 avril 2006

CPE - Après la victoire.

En vrac quelques reflexions. D'abord c'est bien une immense victoire, il n'y a pas lieu de tergiverser a ce sujet.

Et je comprends parfaitement l'attitude des etudiants qui essaient de continuer. Car le CPE parti, les problemes subsistent.

Malheureusement une partie de ces problemes necessitent a nouveau la mobilisation de la quasi totalite de la population active, comme ce fut le cas pour abolir le CPE.

Or une fraction de la "gauche" et des syndicats n'a plus en tete qu'une seule idee : restaurer l'ordre !!

Le PS ne fera meme pas obstruction parlementaire au nouveau texte remplacant le CPE pour ne pas gener le gouvernement. Attitude etrange pour des opposants politiques ! Mais qui se comprend parfaitement quand on mesure tout ce qui rapproche le neoliberalisme de l'UMP et le social-liberalisme du PS !

Idem pour les syndicats dont la Confederation etudiante (liee a la CFDT) appelait a reprendre les cours moins d'une heure apres l'annonce du deces du CPE !! C'est qu'on est deja stresse a cet age la :)

Et pourtant il en reste des problemes : la repression anti jeune, le CNE, le social en general ...

Mais la question qui m'interpelle c'est le traditionnel "Maintenant quoi faire ?"

Il n'est pas inutile de rappeler une fois de plus pourquoi le combat contre le CPE a ete gagnant. C'est l'alliance des salaries et des etudiants qui a mis KO les malfaisants de l'UMP. L'unite des travailleurs (et futurs travaileurs) pour resumer. Le "Tous ensemble" que nous reclamions depuis - au moins - 2003 !

Mais il faut aussi entrer dans les details "politiques"; l'unite d'action et l'efficacite n'ont pu etre obtenues que parce que deux conditions etaient remplies:

1 - un programme unifiant (le rejet du CPE)

2 - une organisation de combat (la coordination)

Sans ces deux elements in-dis-pen-sa-bles le CPE commencerait a tourner a plein regime aujourdhui ...

Or quelle est la situation actuelle ?

L'objectif unificateur n'existe plus puisque justement ... il vient de deceder :)

L'organisation de combat est en train de ceder la place au foisonnement habituel des "organisations" traditionnelles.

L'unite syndicale de facade etait imposee par la puissance du mouvement. Ce n'etait pas le mouvement qui etait puissant grace a l'unite syndicale comme des farceurs voudraient nous le faire croire. C'etait tout le contraire. Devant un mouvement puissant les directions syndicales ont fait front pour etre en mesure, eventuellement, de le liquider !

Bref nous voila revenu a une configuration classique.

Pour autant rien ne sera plus comme avant. La populaton vient de prouver qu'elle avait les moyens de resister efficacement a la vague ultra liberale. Il ne fait pas de doute que cela influencera aussi les pays voisins.
C'est un acquis gigantesque venant apres la victoire du 29 mai.

Mais revenons aux etudiants. Les voila embarques dans une demarche politique qui releve de la dialectique "programme - parti" pour employer les vieux mots du marxisme archaique :)

Or le programme n'existe quasiment pas, il est peu visible et peu susceptible de mobiliser unitairement.

L'organisation de lutte - la coordination - se voit concurrencer directement par les organisations syndicales traditionnelles.

A mon humble avis la poursuite du mouvement ne peut continuer que sont des formes differentes.

On retombe dans le laborieux. Elaborer un programme, des revendications, des principes d'actions ... et le tout dans le cadre d'une organisation ...

Eh oui ! Mais rien de desesperant la dedans. Au contraire.

Juste se dire "le monde n'est jamais que ce que l'homme en fait !" (ou la femme :)

19:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

10 avril 2006

CPE - On a gagné !!

A defaut d'une victoire claire et complete on a au moins gagne que les mots "remplacement du CPE" soient prononces. C'est deja un solide debut !

Apres toutes les defaites sociales encaissees ces dernieres annees, le mouvement social releve la tete. La rue, c'est a dire l'alliance des jeunes et des salaries, a balaye le CPE tout comme les electeurs de 2005 ont rejette la Constitution liberale.

Les esprits sont en train de changer. Continuons !!

Pour autant tout n'est pas regle.


1 - Actuellement nous ne pouvons pas etre sur que le prochain texte de loi remplacant le CPE ne sera pas une nouvelle attaque contre le Code du travail. Sous pretexte de "lutter pour l'emploi" ou "d'aider les jeunes defavorises"

Et le fait que le texte sera negocie avec les organisations syndicales n'est guere une garantie. La plupart des directions syndicales etant totalement ralliees au liberalisme sauvage.

Enfin meme la procedure de disparition du CPE n'est pas claire. Une loi sera t-elle votee cette semaine ou bien devront nous attendre la prochaine session en juillet

Le mois de juillet etant traditionnellement propice a toutes les lois scelerates on peut legitimement rester inquiet ...


2 - La repression extraordinaire qui a frapppe (et continue de frapper encore) tous les jeunes et moins jeunes qui ont agi contre le CPE doit etre soulignee.

Visiblement le gouvernement defait essaye de se venger sur des victimes expiatoires, frequemment interpellees au hasard dans les rues, et parfois loin de toute manifestation.

Ces atteintes au libertes publiques sont gravissimes et sont un motif d'inquietude supplementaire.

L'un des prochains combat devrait viser toutes les lois Sarkozy, souvent imbeciles et toujours liberticides !



Mais enfin retenons cette lecon forte:

le peuple uni - et muni des coordinations nationales adequates - a ete vainqueur !!

Ce n'est qu'un debut ... etc. :)

12:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

07 avril 2006

CPE - La ruse !

Rappel des episodes precedents:

Apres avoir echoue a faire passer le CPE en force, d'abord par le 49.3 puis par une promulgation hative, le gouvernement essaie maintenant de la jouer sournois.

Il faut dire que passer en force apres les manifestations historiques du 28 mars et du 4 avril cela pourrait devenir dangereux ...

Episode actuel:

Le scenario utilise deux acteurs : le mechant et le gentil. (comme dans les films policiers, mais la en realite ils sont trois, le bon, la brute ... et le truand :)

Le mechant affirme bien fort que le CPE est bon pour l'emploi, doit etre applique et qu'il "ira jusqu'au bout !", d'ailleurs il lance aussitot "trois nouveaux chantiers" !

Tandis que le gentil, chef des CRS dans le civil, nous la joue cool et paternaliste en reconnaissant que, peut etre, des amenagements s'imposent.

Et pour nous prouver sa bonne foi, le gentil envoie ses potes organiser des seances de brain storming avec tous ceux qui acceptent de venir.

Ensuite la manoeuvre est toute en finesse.

Acte 1 - le CPE est abroge en avril. (ou "remplace" :)

Acte 2 - une nouvelle loi retablit le CPE en juillet. (eh oui c'est les vacances :)


En fait le rapport de force actuel suggere un "Acte 2" bis dans lequel la nouvelle loi retablit un CPE sans maintenir les derogations au Code du travail. Le choix entre les deux options va dependre de nombreux facteurs, notamment du "potentiel" estime de mobilisation etudiants-salaries et du niveau de collaboration des partis politiques et des syndicats ...


Cette sortie de crise aura tout de meme de gros inconvenients pour les salaries puisqu'elle ne remet pas en question le CNE qui concerne pres de 90% des salaries. Elle ne permet pas de remettre sur le tapis toutes les attaques recentes contre les droits sociaux.

Dans mon esprit il subsistera toujours un sentiment "d'occasion manquee" !


Mais il faut avouer que les obstacles au progres social sont nombreux et solides.

Certes la droite est politiquement minoritaire mais elle beneficie du soutien implicite de toutes les organisations politiques et syndicales.


1 - Une "goche" opportuniste et complice, qui entend bien profiter des retombees electorales du mecontentement populaire mais qui refuse de soutenir activement le mouvement.

Surtout ne pas appeler a la demission de Villepin, ne pas creer de crise politique, attendre 2007 ! Et ce sera un festival de "petites phrases" assassines et de grandes declarations pre-electorales !

Tout de meme le PS aura fait un geste concret, un tract commun avec petition (!), mais surtout pas de meeting unitaire !

Il faut dire que sur le fond du probleme, c'est a dire le demantelement du Code du travail et la precarite, les sociaux-liberaux du PS, des Verts et du PCF n'ont pas vraiment de divergences profondes avec le MEDEF-UMP ! Et il faudra s'en souvenir en 2007 :)



2 - Des syndicats complices qui auront tout fait pour limiter l'extension du mouvement social. Avec des methodes bien connues. Garder une unite de facade tant que le mouvement est ascendant afin de le controler.

Et surtout ne rien proposer d'autre que le minimum syndical : un temps fort toutes les semaines en esperant que les manifestants finiront par se fatiguer de defiler sans resultats.

Pas de campagne serieuse de mobilisation et d'explication dans les entreprises.

Pas de centralisation des luttes, ni entre salaries, ni entre etudiants et salaries.

Le mot d'ordre de "greve generale", qui est la seule arme susceptible de faire reellement ceder le patronat, n'est meme pas evoque !

Et derriere le dos des salaries, des contacts permanents avec le gouvernement pour etudier la meilleure facon de liquider le mouvement.

Soyons clairs je ne critique pas le syndicat. L'association des salaries pour se defendre est une necessite. Mais les directions syndicales actuelles sont profondement corrompues, cela creve les yeux !


Voila ou nous en sommes. Et ce week end ou lundi gouvernement, patronat et syndicats nous presenteront leur solution.

La solution la plus avantageuse. Surtout pour eux :)

15:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

04 avril 2006

CPE - Ou va t-on ?

Apparemment les manifestations d'aujourdhui ne sont pas moindres que celles du 28 mars, tout au plus on annonce un moindre nombre de grevistes. Il semble donc que l'essoufflement tant attendu n'est pas encore clairement visible :)

Depuis l'intervention de Chirac, un embrouillamini ubuesque - promulguer la loi sans l'appliquer -, on a du mal a cerner la strategie gouvernementale et on hesite entre deux hypotheses:

1 - le gouvernement a choisi de differer le retrait du CPE.

Ce serait l'hypothese de la negociation et de la sagesse. Pour menager certaines susceptibilites le CPE est suspendu puis au mois de mai les parlementaires le font disparaitre le plus discretement possible.

Neanmoins cette hypothese est vraiment peu credible.

D'une part le president a promulgue la loi et le CPE est applicable immediatement. Comme le faisait remarquer un depute pince-sans-rire, tout ministre qui essayerait de s'opposer a l'application de cette loi est passible de 3 ans de prison et 75000 E d'amende (C. Penal art. 432 :)

D'autre part la personnalite politique choisie pour conduire le retrait est Sarkozy, dont on connait depuis des annees les declarations fracassantes contre le Code du travail, accuse (sic) de ne plus proteger les salaries. Tant il est vrai qu'un nouveau Code du travail elabore par l'UMP et le MEDEF serait surement plus utiles aux travailleurs :)

Ainsi l'hypothese d'un Chirac manoeuvrier mais "reglo" est peu vraissemblable.


2 - le gouvernement a choisi de gagner du temps et de maintenir le CPE.

Dans cette hypothese le gouvernement mise sur l'engagement de pseudo negociations avec les syndicats dans le but d'obtenir un repit social dans les entreprises et le secteur public.

Repit qui serait mis a profit pour lancer une operation de repression de grande ampleur en direction des lyceens et etudiants. La proximite des vacances et des examens devant faciliter le retour de l'ordre.

Au mois de mai, le calme retabli, les etudiants et salaries n'etant plus dans la rue, les parlementaires votent une nouvelle loi modifiant quelques virgules et le CPE est reconduit pratiquement a l'identique.

Finalement le gouvernement aura fait la preuve qu'il etait capable de demanteler le Code du travail. La maniere est peu elegante mais en politique seul le resultat compte !

A mon avis cette hypothese est la bonne. Elle est lourde de consequences.


Dans cette hypothese il faut examiner le positionnement des trois grands acteurs qui peuvent avoir une influence sur le conflit:

1 - les syndicats etudiants (Unef, Confederation, Sud) et lyceens (Fidl, Unl) qui ont une position relativement claire depuis le debut: pas de negociations sans le retrait du CPE.

Par ailleurs le fonctionnement democratique en Coordination nationale renforce la cohesion du mouvement.

Motives et unis les lyceens et etudiants vont continuer la lutte anti CPE jusqu'au vacances voire au dela. Leur propositions sont claires: generaliser les greves en vue de la greve generale.

Et ils vont aussi affronter une repression impitoyable (d'ou l'appel aux parents a etre presents devant les lycees afin d'eviter les bavures policieres et judiciaires)


2 - les syndicats de salaries (CGT CFDT FO), eux, ont des interets divergents mais sont contraints de rester unis tant que le mouvement anti CPE ne faiblit pas.

Les raisons sont bien connues, ne pas apparaitre trop vite comme "le traitre", eviter de perdre le controle de la lutte, etc.
Mais aussi, apres des annees d'echecs, eviter de ramasser une nouvelle defaite. La syndicalisation etant deja faible en France, se mettre une fois de plus en situation d'echec (apres les retraites, la secu, les luttes perdues, ...) deviendrait suicidaire.

Sur le terrain les directions syndicales font le minimum. Dans un jeu d'equilibre un peu surrealiste: participer aux actions pour essayer d'imposer le retrait du CPE, tout en veillant a eviter tout debordement politique qui ouvrirait une crise de gouvernement ...

L'engagement de negociations cette semaine pourrait changer la donne, certains pouvant opter pour la "trahison" en negociant separement. Surtout si la journee du 4 avril est percue comme un "flottement" chez les salaries ...


3 - les partis de gauche ont uniquement une vision utilitariste de la lutte anti CPE. Il s'agit de profiter de l'aubaine electorale: transformer les etudiants et les salaries mecontents en futurs electeurs pour 2007. Point barre.

Pas question de donner une issue politique a la crise de ce gouvernement mal elu. C'est pour cela que le mot d'ordre de "Villepin demission" est violemment rejette par le PS et les Verts. Meme un meeting unitaire commun semble encore trop "politique". Rien avant 2007 !

Aujourdhui la "gauche" totalement reunie publie un tract assez bien fait indiquant tout le mal qu'il faut penser du CPE ...

Mais apres un mois de greve et de manifs (dont une historique) la "gauche" nous offre comme seule perspective ... de signer une petition ! (sic)
Et d'attendre 2007 bien sur :)


Bon cela dit on ne peut pas toujours critiquer, il faut aussi proposer !

La premiere remarque c'est qu'il ne faut pas se focaliser sur les divergences Villepin Sarkozy. Elles sont bien reelles mais elle ne doivent pas cacher que ces deux la sont en parfaite harmonie quand il s'agit de demolir le Code du travail !

La seconde remarque c'est que nous -simples salaries- ne pouvont compter sur personne pour nous aider. Il existe mille et unes reformes interessantes concernant le Code du travail, notamment la repression des abus patronaux. Mais curieusement, droite ou gauche, ne nous proposent jamais que des reformes qui reduisent ... les droits des salaries !

Enfin la situation presente, une mobilisation nationale unitaire -etudiants salaries- fait que le rapport de force est provisoirement en notre faveur. Ne gaspillons pas ce precieux tresor en echange ... de promesses !

Bref, plus que jamais:

- exigeons le retrait du CPE, meme au prix de la chute du gouvernement

- partout des actions unitaires etudiants-salaries

- partout des coordinations democratiques

- etendons les greves pour preparer la greve generale


Tout cela peut paraitre radical, encore qu'en y reflechissant un peu il s'agisse surtout du simple bon sens, mais il faut bien mesurer l'enjeu de ce qui se passe aujourdhui.

La destruction du Code du travail c'est le basculement dans une societe de precarite generalisee ... un autre type de societe .... une forme de barbarie pour tout dire ...

Cf. http://www.liberation.fr/page.php?Article=370642

17:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)