Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 novembre 2006

Vocabulaire.

A ma connaissance il reste encore a ecrire une histoire du langage sous le neo liberalisme.

Car l'une des armes de la propagande neoliberale consiste a selectionner les mots afin de maquiller la realite, de semer le doute dans les esprits, et de rendre acceptable l'inadmissible.

Exemples.

Le patron : ce mot a quasiment disparu du langage "officiel". Il faut reconnaitre qu'il vehiculait depuis le 19eme siecle une connotation bien negative : le gros avec un cigare !!

Exit le patron. Et bienvenue au personnage mythique de l'entrepreneur. Le gendre ideal, jeune, cadre, maigre, dynamique ... et riche !

Et qui ne doit sa fortune qu'a son propre travail, et surtout pas a l'exploitation de salaries sous payes !

Lesquels salaries sont egalement rebaptises. L'ouvrier est devenu un operateur. L'homme de menage un technicien de surface, et ainsi de suite ... L'important c'est d'individualiser et de contrer la facheuse tendance au gregarisme si naturelle chez les exploites :)

Meme le chomeur a ete renomme : il est devenu demandeur d'emploi. La difference est subtile. Le chomeur evoque une victime de la societe. Le demandeur d'emploi est un acteur du marche du travail.

Les licenciements massifs n'ont plus cours bien sur. On doit dire plan social. Social : c'est tellement plus sympa.

Entendu recemment sur France info l'expression "plan de sauvegarde de l'emploi". C'est encore plus cool. Licencier 300 personnes et ne parler que des emplois sauves (provisoirement). Moi j'apelle cela savoir po-si-ti-ver !

Bien sur les pauvres n'existent plus dans la societe liberale. Mais on trouve encore des "plus demunis" selon la locution habituelle. Et il faut insister sur le "plus" qui distingue bien le vrai pauvre, le pauvre meritant en quelque sorte, du pauvre vulgaire et meprisable !

La greve a ete aussi largement escamotee. A la rigueur on peut mentionner un arret de travail ou un conflit social. Generalement une faible mobilisation :)

Quand aux manifestations de salaries ou d'etudiants on parlera de "grogne". Un terme carrement bestial mais qui evoque bien tout le mal que l'on doit penser de ces debordements revendicatifs !

Mais ne soyons pas negatifs. Si certains mots sont bannis du vocabulaire bien pensant d'autres sont dans toutes les bouches autorisees. Il en est ainsi du mot liberte. Un mot magique !

Par exemple, si votre patron, euh pardon chef d'entreprise, vous propose de bosser en concurrence avec des ouvriers, enfin des operateurs voulais je dire, de Singapour qui sont payes au lance pierre.

Eh bien vous avez la LIBERTE d'accepter de travailler 48H par semaine pour une bouchee de pain.

Sinon c'est le chomage, enfin la recherche d'emploi quoi :)


Bref une immense entreprise de transformation et de travestissement du langage, en vue d'imposer une vision ultra liberale de la societe, d'essayer de masquer la realite de l'exploitation, des inegalites, des injustices ...

Changer les mots pour changer la vie. Mais en pire !!

On trouvera encore d'autre exemples du vocabulaire neoliberal sur ce site :

Les amis du Monde Diplo.


Et ce n'est pas fini. Apres le vocabulaire officiel, les ideologues neoliberaux en veulent maintenant a l'apprentissage de la lecture et a la grammaire .... je crains le pire, mais ce sera pour un autre article :)

20:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.