Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25 décembre 2006

Front antiliberal.

Il y a d'abord eu la victoire - inattendue - du Non au referendum sur le TCE ultraliberal en 2005. Puis le mouvement populaire massif contre le CPE en 2006. Preuves que le vent politique est en train de tourner dans notre pays. Et que le temps de l'admiration beate envers le neoliberalisme prend fin car beaucoup de Francais commencent a en subir les consequences.

Ce changement s'est concretise par le formation des "comites" antiliberaux (environ 700 comprenant plus de 15000 adherents). On pouvait meme imaginer la naissance d'un nouveau courant politique. Mais ce en sera pas le cas ! Meme si le retournement antiliberal de l'opinion publique aura des consequences severes en 2007.

Il est interessant de regarder ce qui s'est passe politiquement.


La situation politique en 2006 - et sans doute en 2007 aussi - est celle d'une bipolarisation entre deux partis UMP (Sarkozy) et PS (Royal). Dans ce contexte la question posee aux antiliberaux c'etait de se situer par rapport au PS avec seulement deux options :

- faire une candidature separee du PS puis se rallier au second tour
- faire une candidature opposee au PS et a l'UMP sans engagement au second tour

Dans le premier cas on sert d'axilliaire au PS en ratissant large pour son compte alors que dans la seconde hypothese on jette les bases d'un possible parti de gauche.

Inutile d'insister pour montrer que PS et UMP ont un programme politique identique. On vient d'en avoir une illustration amusante avec la retenue a la source. Une mesure proposee par l'UMP alors qu'elle ne figure pas dans son programme mais critiquee par le PS alors qu'elle figure dans le sien !

Mais la question du positionnement des antiliberaux par rapport au PS a ete volontairement evitee. En avancant un argument bien connu de tous les magouilleurs politiques : faisons d'abord l'unite et puis nous verrons ensuite !

En fait il etait evident depuis le debut que beaucoup dans ce regroupement heteroclite avait comme seule strategie de ramasser le maximum de voix au premier tour puis de les monnayer (en elus et en postes ministeriels) lors du second tour.

Ce fut aussi la strategie de Chevenement qui a fait encore plus fort puisqu'il a obtenu son "paiement" avant meme le premier tour ! (3 deputes a peu pres :) Ou encore celle des Verts qui negocierent plus discretement.

En refusant le debat sur le PS il ne restait plus aux antiliberaux qu'une competition de personnes ou de partis. Et ce fut d'abord le depart de la LCR qui exigeait un accord politique prealable sur le PS. Puis celui de Jose Bove quand il a senti qu'il etait en inferiorite numerique :)

Le coup de grace fut donne par le PCF qui exigea d'abord de prendre la tete de la coalition et ensuite presenta une candidature separee. L'attitude du PCF fait reflechir car ce parti qui pese 3% des electeurs depend entierement du PS pour sa survie. (On exagere a peine en affirmant que le PCF a autant d'elus que de militants.)

Dans ces conditions on peut meme se demander si la participation massive des communistes dans les "comites" puis leur defection n'a pas ete une manoeuvre suscitee par le PS pour detruire une eventuelle alternative au programme PS-UMP ?

Quoiqu'il en soit la bataille de 2007 verra l'affrontement purement politicien PS UMP, peut etre matine de FN mais dans un pays ou 80% des electeurs votent contre le FN ce n'est pas vraiment un probleme :)

A moins que les electeurs ne se fachent pour de bon ... qui sait ?

14:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.