Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31 août 2007

Repression zero !

Si j'avais ose prétendre que Sarkozy proposait d accorder l'impunité totale aux patrons fraudeurs, je me serais fais traiter de tous les noms !!

Or c'est exactement ce que vient de déclarer Sarkozy lors de la réunion du MEDEF a HEC: Video

Devant une assemblée de patrons (euh pardon, pas de gros mots - entrepreneurs !) qui l'a acclame plus de vingt fois. Et on comprend pourquoi. Ce fut une longue série de promesses de cadeaux sociaux divers.

- les licenciements qui deviendront des "séparations" (comme c'est poétique !) sans que l'on soit toujours embêté par une législation archaïque

- le temps de travail qui sera dereglemente y compris les dimanches (ou chacun pourra pourra venir travailler plus pour que son employeur gagne plus !)

- la disparition du service public de l'emploi (et des autres aussi, ne soyons pas modestes !)

- la suppression des impôts, taxe professionnelle, taxe sur les salaires versés, etc.

Mais c'est sûrement sur le plan de la reforme fiscale et pénale que Sarkozy a gagne le plus gros des applaudissements (peut être meme des syncopes dans l'assistance, l'emotion ?!)

En matière pénale plus de la tolérance zéro. Désormais ce sera la "dépénalisation du droit des affaires".

On peut difficilement être plus clair. Le pénal des entreprises c'est la corruption, les détournements de fonds, abus de biens sociaux, blanchiment, ententes illicites ... et j'en oublie des meilleurs !

Que des broutilles ! Les magistrats - cette bande d'incapables qui en veulent aux riches - devront se contenter de filer de la prison ferme a des voleurs de scooters et des ivrognes du samedi soir a Argenteuil ! (ou encore a des grévistes trop remuants)

En matière de fraude fiscale idem. Apres tout c'est la faute des impôts - encore des fonctionnaires incapables - si les lois sont trop complexes et si parfois des patrons font une légère méprise (a propos c'est a combien de millions d'euros la méprise cette année ? :)

D'ailleurs dans le souci de bien se faire comprendre les dénonciations anonymes (seul moyen pour un salarie d'informer les autorités sans se faire massacrer !) seront interdites.

A ce sujet je rappelle la loi votée cette année par un certain Sarkozy qui autorise les témoins anonymes. Des gens vont aller en prison sans même savoir qui les a dénoncé. Si c'est pas ca le retour aux années 40 je n'y connais rien !

Mais il vrai qu'il est peu probable que cela s'appliquera a des patrons tordus. Et qui ont les relations suffisantes pour connaître et faire taire les témoins éventuels ...

On savait déjà que dans les prisons il existe deux sortes de detenus : les VIP dans des petits salons prives et les détenus ordinaires dans des conditions infra humaines.

Désormais c'est officiel : il y aura une justice pour les patrons et une autre pour les salaries.

Très simplifiée d'ailleurs :)

18:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

24 août 2007

Incitations fiscales.

Le concept d'incitation s'est beaucoup développé depuis les années 80. C'est particulièrement vrai des incitations fiscale et il ne se passe plus une année - que dis je un mois ! - sans qu'une nouvelle mesure fiscale ne soit annoncée pour inciter les gens a faire telle ou telle chose, à acheter tel ou tel produit, etc.

Alors voila une anecdote qui devrait faire réfléchir et dont je suis le héros (ou la victime c'est selon :)

En 2004 je fais appel a l'entreprise X pour installer un élément de mon ordinateur. L'employé se déplace, effectue le travail et me facture le déplacement et la main d'oeuvre soit au total 35 euros.

En 2007 bis repetita je fais appel a la même entreprise pour installer exactement le même élément de mon ordinateur. L'employé se déplace, effectue le même travail et me facture déplacement et main d'oeuvre pour un total de 94 euros.

Ce qui revient a dire que pour exactement le même travail, la même société a plus que doublé son tarif entre 2004 et 2007 !!


Etant d'un naturel curieux j'ai pose quelques questions et voila la réponse.

Entre 2004 et 2007 la société de réparation a modifie sa forme sociale de manière a entrer dans le champ de la réduction fiscale pour travaux a domicile.

Ce changement permet désormais au client de récupérer 50% de la dépense sur ses impôts de l'année N+1.

En conséquence de quoi l'entreprise a tout simplement double ses taris et tient au client le discours suivant :

"oui c'est cher mais les impôts vous en remboursent 50% !"


La morale de cette historiette c'est que la réduction fiscale soit disant accordée aux particuliers pour les "travaux a domicile" est intégralement détournée par l'entreprise de réparation !!

Et on peut raisonnablement supposer qu'il en va de même pour un grand nombre de déductions fiscales dont les particuliers sont supposés être les bénéficiaires.

En ce moment c'est le grand boum médiatique du "Sarkozy Circus" sur la réduction d'impôt accordée aux particuliers qui achètent un logement à crédit. (déduction des intérêts de l'emprunt immobilier)

Mais réfléchissez deux minutes.

Vendeurs, promoteurs et professionnels de l'immobilier ont déjà intégré l'idée de la réduction fiscale et ils vont calculer exactement le montant de la réduction du prix d'achat dont bénéficiera le particulier, disons x%.

Et donc logiquement ils vont majorer les prix de x% afin d'empocher la déduction fiscale des particuliers !

Et connaissant les tensions sur le marché de l'immobilier on imagine mal l'acheteur imposant sa loi et refusant de subir cette combine ... qui est d'ailleurs difficilement décelable.


Alors il serait tout de même plus juste de changer les termes et de parler de "réduction d'impôt pour les entreprises" plutôt que de dire faussement "réduction d'impôt pour les particuliers"

Évidemment "réduction d'impôt accordée aux particuliers" c'est mieux du point de vue électoral :)

Mais c'est encore un mensonge !!

10:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

20 août 2007

Sarkozy et l'Irak.

Les belles déclarations "pacifistes" de Sarkozy ne résistent pas davantage au temps qui passe que ses autres promesses.

On se souvient tous des déclarations de Sarkozy approuvant la non intervention de la France en Irak.

Mais a peine arrivé au pouvoir le ministre des affaires étrangères est Kouchner, une "grande gueule" arriviste qui s'était surtout illustre par son soutien a Bush lors de l'invasion de l'Irak en 2003.

Hélas entre 2003 et 2007 Bush a eu le temps :

1 - de permettre aux entreprises américaines de rafler tout ce qu'elle pouvait rafler, en terme de contrats pétroliers, de marches industriels, et meme ... de ventes de mercenaires (près de 150.000 en Irak !)

2 - de provoquer une grosse guerre civile mettant le pays a feu et a sang et soit dit en passant en le transformant en terrain d'entraînement pour les activistes islamistes

3 - de se fourrer dans un pétrin politique innommable aux USA ou même certains républicains rejoignent les démocrates contre la guerre en Irak

Bref l'affaire de l'Irak, si l'on excepte les profits fabuleux de certaines firmes genre Haliburton (et des proches du clan Bush), est devenu un échec retentissant, qui fait penser au Vietnam !

Et la bonne question c'est : comment se sortir de ce guêpier sans trop de casse ??


Et alors Sarkozy - admirateur inconditionnel des USA et de système économique américain - vient de rencontrer (sans doute par le plus grand des hasards :) la petite équipe de Bush.

Enfin ce qu'il reste de l'équipe de Bush, car les démissions se succèdent a un rythme accéléré depuis que les conseillers de Bush ont compris que la situation était désespérée !

Mais Sarkozy ne mange pas de ce pain la !

Plus pro américain tu meurs !!

Il est parti s'engager ("We need you !" :) pour trouver un moyen de sauver son ami Bush et de restaurer la grande amitié franco américaine mise à mal quand Chirac a refusé de nous fourvoyer dans la boucherie irakienne.

Et pendant que Sarkozy travaille dur a transformer notre société française, pas si mal que cela après tout, en une pale copie de la société américaine, c'est Kouchner qui s'y colle.

Ses premières déclarations ne laissent planer aucun doute :

Depeche AFP - 19 aout 2007
Interrogé sur la possibilité d'une assistance de la France aux Etats-Unis, embourbés dans un Irak en proie à la guerre civile, M. Kouchner a souligné que sa visite était une mission d'information et que "la solution est entre les mains des Irakiens". Mais il a également déclaré que Paris était "prêt à participer" et à "être utile".


Si l'on rapproche cela des déclaration répétées pour suggérer que la France serait prête a s'engager en Irak a condition que l'ONU (dominée par les USA) "couvre" leur action ...

Le pire n'est jamais inévitable mais on peut déjà prévoir quelques sacs plastiques pour nos forces armées, sans préjudice - si j'ose ecrire - des conséquences sur nos ressortissants ...

Le néo libéralisme c'est non seulement la généralisation de la précarité et de la misère pour le plus grand nombre, mais c'est aussi la guerre pour défendre les intérêts financiers d'une poignée de privilégiés.

Ceux qui ont votés pour Sarkozy imaginait ils vraiment cela ??

19:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

19 août 2007

Les vacances de M. Santini.

M. Santini, honorable membre du gouvernement Sarkozy, est très fâché !

Il est très fâché parce qu'il constate que les Francais commencent a en avoir marre du discours anti fonctionnaire qui masque a peine la destruction des services publics au nom de l'idéologie néolibérale !

Dépêche AFP - 14 août 2007

Le secrétaire d'Etat chargé de la Fonction publique André Santini a estimé mardi sur RTL qu'il n'était "pas normal que 24% de la population active soit fonctionnaire".

"On a vraisemblablement la meilleure administration du monde, et l'Ena est l'école que tout le monde veut copier", a-t-il souligné. "Maintenant, il suffit d'ajuster, de cadrer d'avantage. C'est pas normal que 24% de la population active soit fonctionnaire. C'est le record mondial", a-t-il ajouté.

"C'est pas normal que les fonctionnaires aujourd'hui soient mal payés, et que l'Etat soit un mauvais employeur. Il ne les choisit pas, il ne les affecte pas comme ils veulent", a continué M. Santini.

Revenant sur le résultat d'un sondage IFOP pour le Journal du dimanche, affirmant que 61% des personnes interrogées ne sont pas satisfaites du non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, M. Santini trouve cela "très bizarre". "Dans l'opinion tout le monde gueule contre les fonctionnaires, et 75% des jeunes n'ont qu'une envie, c'est d'être fonctionnaire. Il faut sortir de ce climat "je t'aime moi non plus", a-t-il asséné.


Ce type de déclaration est un bon exemple du discours répétitif et primaire tenu par les néolibéraux.

On passera sur le couplet démago : pauvres fonctionnaires, mal payés et qui peuvent même pas choisir leur lieu de travail. C'est sur que dans le privé ils auraient un salaire royal et le droit d'exiger leur lieu d'affectation !!

Et la complainte du fonctionnaire de la part d'un ultralibéral qui ne pense qu'a les liquider c'est amusant. Faut oser. Mais un politicard ne recule devant rien : c'est même a ca qu'on le reconnaît :)


En fait le discours anti fonctionnaire, dont la finalité est tout simplement de transformer les services collectifs gratuits en commerces prives et profitables pour une poignée de capitalistes, recoupe plusieurs types de questions.

La première observation c'est bien évidemment que le chiffre de 24% de la population active est faux. Le mensonge faisant partie intégrante de l'argumentation néolibérale.

D'une part parce que pour atteindre le chiffre de 5 millions de fonctionnaires il faut compter très large, sans crainte d'additionner les oranges et les poireaux (t'occupes pas coco !! c'est que de la propagande !!)

Bref on dénombre en réalité :

- 2.5 millions de fonctionnaires d'Etat (dont 1.3 M dans l'enseignement !!)
- 1.5 millions d'employés des collectivités locales
- 1 million d'employés des hôpitaux

Inclure les emplois de la fonction publique territoriale est plutôt une arnaque. Ces employés ne dépendent pas de l'Etat, sont recrutés de manière discrétionnaire par l'employeur et peuvent perdre leur boulot à tout moment, sont payés de façon différente, etc.

Même type de remarque pour les hospitaliers, dont d'ailleurs le nombre est insuffisant pour 60 millions de Francais.

Le nombre des véritables fonctionnaires - c'est a dire des employés de l'Etat - est de 2.5 M pour une population active de 28 M de travailleurs, ce qui ne fait pas une proportion excessive. (10%)

Dans les pays anglo saxons le ratio est parfois moindre mais au prix d'une diminution du nombre des enseignants. Quant à la qualité des services publics dans ces pays, je passe pudiquement !!

Savez vous que des entreprises s'installent dans notre pays en raison de la qualité des services publics ?

Mais la propagande néolibérale n'a que faire de ces nuances. L'important est d'asséner un gros chiffre - même faux - et de de matraquer sur le thème des privilégiés afin de monter une partie de la population contre l'autre et d'attiser les jalousie et les haines !!

Du beau boulot de politicien véreux ! (un pléonasme ?)


Et M. Santini s'offusque : "Quoi ? 24% de la population assure des services publics !"

Mais a la question idiote "pourquoi 24% de la population active travaille dans services publics" on pourrait rétorquer immédiatement : "pourquoi 80% de la population active travaille dans les services ?"

Car en fait dans nos sociétés 80% des travailleurs ne produisent plus rien de "concret" !!

En effet, 80% des salaries ne produisent plus des fruits, des légumes, des autos ou des machines mais ils gèrent des fichiers, de la paperasserie sur ordinateur, assurent de la maintenance, font de la vente, renseignent le public, etc..

Cela c'est parce que nous sommes au 21eme siècle. Un détail qui a sans doute échappé aux politiciens du genre Santini, qui en sont encore au patron a gros cigare et a l'ouvrier trimant dans l'usine a cote des hauts fourneaux et des machines a vapeur :)

Nous sommes devenus une société de services et les travailleurs, publics ou prives, produisent des services.

La seule question qui vaille est de savoir si ces services doivent être assurés par le public ou par le privé.

Or depuis les années 80 on nous serine que "le privé fait toujours mieux que le public".

Ce discours a pu séduire la population dans les années 80-90 mais aujourdhui il apparaît manifestement ringard et surtout complètement mensonger. Les services privatisés sont devenus plus chers et de moindre qualité.

C'est le cas de l'eau par exemple, ou un service privatisé coûte de 20 à 30% plus cher qu'un service en régie.

C'est le cas des télécommunications et de l'internet ou les tribunaux sont débordés de plaintes. Et par ailleurs la multiplication des réseaux - soit disant concurrents - tourne à la gabegie ...

C'est bientôt le cas des secteurs du transport et de l'énergie (déjà EDF augmente régulièrement ses tarifs en vue de la privatisation !)

Après les certitudes des années fric, les gens commencent à redescendre sur terre. Et l'atterrissage est brutal.

Services publics délabrés (même la Justice !), hôpitaux supprimés, enseignement privé de moyens, ...

Et j'en passe des meilleurs.


Face à ce bilan sinistre, la droite sarkozyste, UMP-PS, ne connaît plus qu'un seul discours : "On continue !" "On va faire pire"

Et je les crois !!

Mais ils ont contre eux d'avoir commencé à mettre en oeuvre le projet néolibéral et ils ne peuvent plus en dissimuler les finalités et les conséquences catastrophiques pour la population !!

09:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

18 août 2007

Gribouille

Nous arrivons bientôt au moment ou les promesses électorales de Sarkozy vont heurter de plein fouet la réalité économique et sociale. Et ca va faire mal !!

1 - Sous couvert de lutte pour le service public - ce qui est un discours croustillant de la part d'un ultraliberal acharne a saper et a détruire toute forme de services collectifs - Sarkozy vient de faire voter une loi sur le "service minimum" dont on a pas fini d'entendre parler.

C'est en effet le moyen juridique d'empêcher les grèves dans les entreprises de transports. Non seulement dans ce qui reste de secteur public mais dans toutes les entreprises privées !

Première conséquence évidente : puisqu'une grève n'est plus envisageable que lorsque 80 ou 90% des salaries sont grévistes, le gouvernement vient de voter une loi qui - en pratique - n'autorise plus que les grèves dures, voire extremes !!

Et par ailleurs les statistiques sont formelles les retards aériens par exemple proviennent dans la plupart des cas des conditions météos ou des pannes matérielles contre lesquelles la loi Sarkozy ne peut rien :)

En effet les grèves sont statistiquement assez rares, malgré leur amplification médiatique disproportionnées, et une loi restrictive est davantage un acte idéologique qu'une mesure vraiment utile.


2 - L'autre loi phare du projet de Sarkozy, sur le crédit immobilier, vient de se faire réformer par le Conseil constitutionnel a la fois pour son inefficacité, pour son coût excessif et aussi pour cause de non rétroactivité des lois !

Mais ce n'est pas tant le cote "illégal" qui pose le plus de problèmes dans cette affaire.

Lors de sa campagne électorale Sarkozy n'a cesse de vanter la société américaine et notamment son système de "vie à crédit" ou les banques permettent de s'endetter facilement et de dépenser plus que l'on ne gagne.

Tout au long de la campagne Sarkozy n'a cessé d'affirmer qu'il conviendrait de développer le crédit en France, un discours "bancaire" un peu étrange pour un politicien mais on devine quels "sponsors" ont pu l'inspirer !

La première mesure promise par Sarkozy c'était justement de favoriser l'endettement de ceux qui acquièrent une maison. A la fois par le système du crédit hypothécaire rechargeable et aussi en leur accordant la "carotte" fiscale dont le CC vient de dire tout le bien qu'il pensait.

Et nul doute que d'autres mesures suivront afin d'inciter les français a s'endetter et à vivre a crédit.


Hélas la réalité a encore frappé !! La crise immobilière aux Etats unis - et Sarkozy était d'ailleurs aux premières loges pour l'admirer - vient de bouleverser tous les marchés financiers du monde !!

Il n'est pas inutile de rappeler les détails (nauséabonds) de cette crise.

Elle provient justement des banques américaines qui ont accordé des crédits immobiliers à des millions d'américains dont beaucoup sont des pauvres. Les banques ne s'en sont pas souciés car en cas de non remboursement c'est la maison du débiteur qui est saisie pour rembourser le crédit.

Et donc la banque gagne dans tous les cas : si l'emprunteur paye les taux élevés elle fait des bénéfices et si l'emprunteur est défaillant elle saisit et revend son logement ! (C'est comme le jeu : Pile je gagne, Face tu perds :) !

Seulement les taux étaient vraiment trop élevés et plus de 2 millions de ménages américains ont été ruinés. Et cet afflux de maisons a revendre en période de moindre croissance a fait chuter les prix. Et les banques ont commence a perdre de l'argent.

Or ces crédits avaient été "titrisés" c'est à dire transformé en une marchandise vendue et acheté sur les marchés financiers internationaux. Ce qui fait que les investisseurs ont commencé à prendre peur et se sont mis a revendre leurs titres faisant chuter les prix (et les Bourses !)

Contrairement à la légende gouvernementale, la France est concernée comme les autres. La BNP ne peut déjà plus honorer les remboursements sur trois de ces fonds et le CAC 40 a commencé à chuter ...

Soit dit en passant il faut remarquer la rapidité avec laquelle les gouvernements et leurs banques affiliées (indépendantes ou pas) ont réagi en débloquant des centaines de milliards d'euros pour renflouer les banques dans la peine.

En une journée 300 milliards ont été versés aux banquiers nécessiteux ... un détail à rapprocher avec les cris scandalisés de nos "économistes" quand il faut trouver 10 milliards pour renflouer la Secu, une fois par an seulement !

Dame ! C'est que soigner les banquiers est autrement plus important que soigner les travailleurs :)

Mais revenons à notre héros, Sarkozy, et a sa frénésie d'endettement des travailleurs.

Les banques étant menacées, le discours Sarkozien s'est fait plus réaliste et dans une belle lettre publique adressée a Merckel, notre Sarkozy n'a plus de mots assez énergiques pour dénoncer le crédit facile et imprudent.

Allant jusqu'à remettre en cause la compétence des agences de notations qui n'aurait pas averti les gens que spéculer sur le surendettement des pauvres c'est dangereux !!

Enfin on a l'habitude. Avec Sarkozy, ce qui est bien c'est qu'en prenant plusieurs de ses discours on peut toujours défendre une thèse puis son contraire :)

Reste à savoir si les Francais vont mettre longtemps avant de s'apercevoir que Sarkozy dit tout et son contraire, puis ensuite qu'il agit dans l'intérêt des banquiers et contre les travailleurs !

A mon avis l'échéance n'est pas si éloignée ...

11:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)