Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12 octobre 2007

Les aveux.

Voila plus de 20 ans que les neoliberaux vitupèrent contre les services publics qui seraient - selon eux - pléthoriques, inefficaces, tracassiers et j'en passe des meilleurs !

Et qui sont en réalité parmi les plus efficaces du monde, et que le monde entier nous envie (voyez les anglais et les américains saliver en évoquant la Sécurité sociale, et qui tentent parfois de venir se faire soigner en France !!)

Mais ainsi va la propagande, plus c'est gros mieux ca passe. Et parmi les tonnes d'énormes mensonges que le politiciens et les médias nous assènent quotidiennement il y a un argument qui est récurrent !

L'Etat serait inefficace et il emploie trop de personnel : alors nous, libéraux, nous sommes capables de faire mieux avec moins !

L'argumentation qui l'accompagne est tellement débile qu'elle prêterait a sourire si une intense campagne de propagande n'avait pas reussi a en convaincre une partie de la population.

En effet, comment imaginer qu'en supprimant des hôpitaux, des médecins et des infirmiers, et en diminuant les remboursements, la population va être mieux soignée !

Dans la même veine, il faut être idiot pour penser qu'en supprimant des écoles et des collèges et en réduisant le nombre des enseignants, alors que le nombre d'élèves ne diminue pas significativement, on va améliorer l'enseignement !

Et depuis que ce programme de réduction des services publics - afin d'engraisser les capitalistes du secteur privé - a été mis en oeuvre, il s'est produit une chose étrange : depuis que l'on réduit le service public, le public dispose de moins de services, étonnant non ?! :)

C'est ainsi que les 3000 recettes et trésoreries qui quadrillaient notre pays a la fin des années 80 se sont réduites a 2000 et bientôt seront réduites a une centaine de centres "fusionnes"

Partout les classes des écoles fondent comme neige au soleil, les collèges sont "regroupes" et les hôpitaux - pour des raisons de sécurité, of course - sont fermes.

Mais voila, cela commence a se voir et les français commencent a réfléchir.

Tout le monde pense aux "services publics" anglais qui ont été "thatcherises" dans les années 80, avec des conséquences dramatiques : par exemple les transports publics agonisent, l'éducation régresse et l'hôpital demande six mois d'attente pour une opération de chirurgie !

Dans ce contexte l'intervention de Fillon le 10 octobre a le mérite de la clarté :

Dépêche AFP - Mercredi 10 octobre, 21h30

Fillon: "la réforme de l'Etat", c'est "moins d'Etat" sur le territoire

PARIS (AFP) - François Fillon a déclaré mercredi soir devant les Réformateurs de l'UMP que la réforme de l'Etat supposait "que chacun d'entre nous accepte qu'il y ait moins de services, moins de personnel, moins d'Etat sur son territoire".

"Je dois le dire devant tous les élus qui sont présents ici: la réforme de l'Etat, ça supposera que nous soyons courageux, la réforme de l'Etat supposera que chacun d'entre nous accepte qu'il y ait moins de services, moins de personnel, moins d'Etat sur son territoire", a affirmé le Premier ministre.

"Parce que la réforme de l'Etat général qui satisfait tout le monde mais qui ne se traduit par aucune suppression d'aucun établissement sur le territoire, ça n'existe pas", a ajouté le chef du gouvernement qui a été applaudi par le millier de participants à la convention de rentrée des Réformateurs de l'UMP qui se tient à Paris.


Cette fois nous sommes dans la réalité des faits et loin du discours propagandiste imbécile sur le "moins d'Etat mais mieux d'Etat" !

Ce que les libéraux veulent faire c'est "dynamiser la sphère privée" (lire "engraisser les plus gros capitalistes") et tant pis si la majorité de la population salariée doit en subir quelques graves inconvénients.

Le discours de Fillon intervient a quelques mois des élections municipales de 2008 et les élus UMP sont légitimement inquiets : une zone rurale qui perd son école, sa gendarmerie, sa poste et sa trésorerie, c'est un territoire condamne a mort !

Et les électeurs assez mécontents sont susceptibles de vouloir faire payer les responsables, c'est a dire les politiciens UMP et leurs allies ..

Jusqu'à maintenant les élus UMP s'en tenait au bon vieux double discours :

- a Paris ils votaient les lois supprimant les services publics

- en Province ils juraient aux électeurs qu'ils se battraient jusqu'à la mort pour maintenir l'école et la poste :)

Il va leur falloir maintenant assumer les conséquences de la politique de Sarkozy !


Pour tous ceux qui sont attaches aux acquis sociaux, les municipales de 2008 seront une occasion de le montrer haut et fort

En 2008 faisons une hécatombe de candidats UMP !!


PS
Et tant pis s'ils font un malaise, ils n'avaient qu'a pas supprimer l'hôpital ! :)

10:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.