Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18 octobre 2007

Retraites (bis)

Le succès inouie de la grève des cheminots (plus fort qu'en 1995 !) mérite que l'on s'attarde sur la situation politique : le succès du 18 octobre est un premier frémissement. D'autant qu'il impliquait de nombreux secteurs qui ont fait grève également et que des manifestations honorables se sont déroulées dans 70 villes.(50000 a Marseille selon les syndicats)

Car les belles promesses de Sarkozy se sont envolées et les faits sont la.

Les heures supplémentaires sont apparues pour ce qu'elles sont, un gadget sans grand interet pour la majorité des travailleurs (mais qui permettra a quelques patrons d'engranger des exonérations sociales juteuses !)

Le pouvoir d'achat ne s'est évidemment pas amélioré ; avec des salaires qui stagnent ou qui régressent et le cout de la vie qui augmente sans cesse (bientot +10% sur les produits laitiers)

La chasse aux immigres, censée fédérer les "vrais" francais, apparaît de plus en plus comme une manoeuvre ignoble pour ramasser quelques voix d'extrême droite. Le test ADN est rejeté meme par une partie de la droite (et pourquoi pas aussi exiger des etrangers des tests physiques : courir le 100m en moins de 12 secondes par 'exemple ?)

Et tout ce qui reste c'est un gouvernement anti social, anime par une bande de neoliberaux enrages qui s'acharnent a détruire tout notre système social (services publics, education, sante, retraites ... ) pour l'améliorer a la mode anglo saxonne. (une enquête en GB indique que faute de service de santé les malades les plus pauvres se soignent les dents eux même avec des outils de bricolage !)

Dans ce contexte la lutte pour préserver ce qui reste de retraite apparaît bien comme une nécessité. Rappelons les (tristes) faits :

Vers 1993 le gouvernement Balladur a reforme a la baisse le mode de calcul des retraites du secteur prive.

En 2003 la reforme Fillon, par souci de justice (mais une justice qui ne concerne pas les nantis !) a reforme a la baisse le calcul des retraites du secteur public.

En 2007, symboliquement car cela ne concerne qu'une petite partie des salaries, Sarkozy et Fillon entendent supprimer les avantages dont bénéficient quelques professions réputées pénibles.

Et j'aimerais bien rencontrer un de ces politiciens (dont les retraites dorées ne sont pas du tout modifiées, elles !) qui me dise en face que c'est bien normal de faire conduire un train par un cheminot de plus de 60 ans, qui se lève a 3H du matin pour conduire une machine pendant 7H ...

La manoeuvre gouvernementale ne trompe d'ailleurs personne. Un sondage récent indiquait que 61% des personnes désapprouvait la grève (on admirera le 1% pour dépasser 60, un peu comme les prix a 99 pour ne pas atteindre 100 :)

En réalité, sondage bidon ou pas, la plupart des gens se rendent bien compte de la situation. Ce ne sont pas seulement les retraites des cheminots qui sont menacées mais bien celles de l'ensemble des travailleurs.

Des l'année prochaine une nouvelle loi laminera les retraites de tous les salaries. Et si beaucoup de gens soutiennent la grève des cheminots - malgre les désagréments - c'est parce qu'ils savent que ce sera bientôt leur tour de souffrir ...

La solution existe mais il va falloir l'imposer. Car deja la CGT s'oppose a la grève dure (on connait le refrain : "camarades il faut savoir terminer une greve, etc.. et bla et bla :)

(J'ai idee que l'argent du Comite des Forges a bien servi a "fluidifier les relations sociales" .. mais enfin ceci est une autre histoire ... mdr)

Dans l'immédiat la solution c'est 37ans et demi pour tous.

En taxant les bénéfices des entreprises qui ont encore battu des records cette année et en supprimant les cadeaux fiscaux aux plus riches.

Et sans surprise cette solution passe par le "tous ensemble" dans la grève ou dans la rue.

Le gouvernement et les syndicats jouent la montre, en pariant que la loi sur le service minimum empêchera toute grève efficace a partir du 1er janvier 2008.

En attendant si les cheminots et d'autres secteurs démarrent la lutte, pourquoi ne pas organiser un financement collectif de leur grève ?

Je pense que dans la situation actuelle si vous descendez dans la rue en demandant de l'argent pour défendre les retraites de tous les salaries, ca peut payer !




PS.
Par contre il y a un bon risque de se ramasser un coup de matraque des CRS, Sarkozy n'étant pas vraiment le genre a se laisser marcher sur les orteils ... et le libéralisme ne répugne à employer des méthodes de voyous quand il s'agit de défendre les gros sous de quelques nantis !

22:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.