Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12 février 2008

Virer Sarkozy.

Les sondages qui traduisent approximativement l'air du temps montrent régulièrement un baisse de popularité de Sarkozy. En fait nous avons une courbe en ciseau - comme disent les statisticiens - qui voit descendre en flèche les partisans de Sarkozy et monter également en flèche le nombre des mécontents.

A ce stade, les sondages ne mesurent plus la popularité de Sarkozy mais le degré de rejet, sans cesse croissant, de notre héros énervé du neoliberalisme.

Le sens véritable des promesses de campagne est apparu clairement :

- les heures sups et autres gadgets ne trompent plus personne, l'objectif réel de Sarkozy - et du Medef - c'est de contraindre les salaries a travailler plus pour gagner moins !

- la solidarité et la compassion affichée sans relâche par le candidat Sarkozy a fait place au matraquage des enfants de Don quichotte, au mépris des mal logés et dans un autre domaine à la chasse impitoyable et inhumaine contre les présumés "immigrés"

- une chasse non moins impitoyable menace également tous les salariés en situation de faiblesse : jeunes, chômeurs, RMIstes, pauvres ... présumé coupables de paresse ou de fraude potentielle ils sont désignés à la vindicte publique, et traqués par des administrations implacables armées de nouvelles lois anti pauvres et anti salariés

- par ailleurs le même gouvernement fait preuve d'une faiblesse et d'une indulgence extrême envers les couches sociales les plus favorisées, au moment ou Sarkozy nous annonce que les caisses sont vides - pour les salariés - il se prépare à offrir 4 milliards de cadeaux fiscaux aux hôteliers et restaurateurs en abaissant la TVA !

- enfin dernier coup de Jarnac, Sarkzoy a ouvertement méprisé la volonté populaire exprimé en 2005 et qui rejetait le Traité néolibéral, et il a imposé de force un Traité à peine remanié qui va permettre la destruction massive de notre système social !

Et j'arrête la cette énumération lamentable puisque visiblement au moins 60% des citoyens en sont bien conscients.

La bonne question, la vraie, c'est maintenant : comment virer Sarkozy ?

Au risque de rabâcher, je dirais qu'il faut en revenir aux "basiques": on ne peut plus se contenter de critiquer le néolibéralisme, il faut maintenant proposer des solutions alternatives. Ce qui suppose deux choses :

- une organisation des salariés afin de faire valoir leurs intérêts contre ceux du patronat

- un programme simple, réaliste - et percutant - qui instaure un peu plus de justice sociale dans ce pays.

En ce qui concerne l'organisation, je pense que plus personne ne fait confiance aux partis officiels et aux syndicats. Le PS est presque devenu une fraction au sein de l'UMP et certains syndicats sont quasiment des annexes du MEDEF.

Il va falloir être créatif. La proposition de la LCR, malgré le flou qui entoure tout ce projet, mérite certainement d'être étudiée. A défaut nous allons vers un mouvement spontané qui est rarement constructif en lui même. Son seul avantage serait de donner un coup d'arrêt aux attaques anti sociales et anti salariés, voire même peut âtre d'obtenir quelques menus avantages ...

A ce sujet, il faut toujours avoir en tête, dans les petits comme dans les grands conflits, de penser à utiliser l'arme de la coordination locale ou nationale, reposant sur un fonctionnement démocratique scrupuleux (et pointilleux !)

Quant au programme revendicatif, c'est forcément personnel et le mien ne correspondrait sans doute pas aux options de la majorité des salariés mais je le dis quand même :)

A mon avis la question centrale aujourd'hui ce n'est plus la soit disant compétition internationale - qui oppose surtout les salariés pour faire baisser les salaires - et ce n'est pas non plus une quelconque paupérisation qui nous menacerait si on ne faisait pas des sacrifices - au bénéfice du patronat -

Nous vivons dans un pays riche.

Le vrai problème c'est le partage des richesse produites par les salariés.

La crise boursière montre que les mêmes qui nous refusent 1 euro de remboursement médical se permettent d'injecter des milliards ... pour aider les banquiers en difficulté.

Dans la ténébreuse affaire du trader fou - et je crois bien qu'il l'était pour s'être laissé embarquer dans cette galère - une banque peut liquider en quelques jours un montant de 100.000 SMIC annuels sans que l'économie générale du pays en soit gravement affectée ...

Exemple édifiant qui montre que la richesse est là et que c'est l'injustice sociale érigée en système de valeurs - de civilisation comme ils disent - qui est la cause de tous nos problèmes.

L'urgence est donc bien de changer ce système.



PS
Le plus étonnant c'est qu'à notre époque un tel changement se ferait pratiquement sans bouleversements, si une poignée de nantis n'étaient pas prêts a mettre le pays à feu et a sang pour conserver leurs privilèges.

20:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.