Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14 février 2008

Embrigadement.

La dernière invention de Sarkozy devrait logiquement faire hurler dans les chaumières : hurler de peur ou hurler de rire, c'est selon :)

Désormais a chaque rentrée scolaire tous les enfants français seront sommés de compatir personnellement avec un enfant juif déporté qui leur aura été personnellement attribué. (par qui ?!)

On devine bien, dans un contexte de hausse du mécontentement général et en vue d'élections houleuses, que l'UMP cherche désespérément a conforter les fractions de l'électorat qui le soutiennent traditionnellement.

Mais l'idée loufoque d'attribuer un enfant martyr a chaque enfant vivant frise le grotesque : même les pires dictatures - laïques ou religieuses - n'osent pas faire des choses aussi "enaurmes" !

Mais Sarkozy si !!

Le neoliberalisme mène a tout, en commençant par le ridicule, mais l'odieux pourrait bien suivre.

Sarkozy ne dit pas si le port de la kipa sera obligatoire, mais gageons qu'un judicieux accord entre les dignitaires religieux arrivera sûrement a départager équitablement entre les croix et les chandeliers. Le cas des filles étant le plus facile a régler puisque tous sont a peu près d'accord pour le port voile !!

Mais il y aura un problème arithmétique évident, la France - mais y sommes nous encore finalement ? - compte plusieurs millions d'élèves ... or malgré les délires de certains propagandistes nous n'avons pas eu en France - heureusement - des millions d'enfants martyrs !!

Il va donc falloir que nos écoliers se partagent les victimes ... en faisant des calculs sordides qui seraient risibles si le sujet n'était pas aussi grave.

Enfin il y a un problème qui finira tôt ou tard par émerger : pourquoi limiter notre compassion aux seuls martyrs d'une seule religion ??

Personnellement si l'on m'imposait de compatir avec un enfant martyr, je choisirais - peut être aléatoirement - entre les innocentes victimes de nombreux génocides.

Et comme je suis assez mauvais esprit en général, je crois bien que je choisirais un enfant parmi les milliers - voire les dizaines de milliers depuis 1948 - d'enfants palestiniens massacrés par les bombes israéliennes !!

Comme il en meurt presque chaque jour dans un silence assourdissant ...

Bien évidemment ce comportement sera jugé totalement illégal et des sanctions disciplinaires ou pénales ne manqueront de s'abattre sur l'instituteur mauvais esprit qui assignerait à sa classe des martyrs tutsis ou palestiniens !

Il serait alors intéressant de lire, dans les attendus du jugement, pourquoi la vie d'un enfant palestinien ne vaut pas la vie d'un enfant israélien

Oui ce sera intéressant et instructif sur la politique de civilisation que Sarkozy entend imposer aux français

A base de fanatismes religieux !



PS. Neuilly sur Seine (bis)

Cette semaine la petite commune tranquille, sans HLM ni pauvres, fait encore parler d'elle. Dans le registre comique en ce qui concerne les élucubrations politiques qui agitent ce microcosme minuscule mais si influent !

Mais aussi avec une autre affaire sordide qui en dit long sur la mentalité qui règne dans ces "beaux quartiers" :

Libération

C'est trop édifiant de cupidité, de mépris d'autrui et de fausse compassion larmoyante ... je ne peux pas m'empêcher de citer les meilleurs passages :

" (...) responsables présumés de la mort de cinq pompiers dans l’incendie d’une chambre de bonne à Neuilly en 2002 (...) En cause : un système électrique vétuste qui n’avait pas été revu depuis l’achat de la chambre en 1981, et des négligences dans l’emploi d’appareils électriques. (...)

Pas de bail. Femme élégante, vêtue d’un tailleur marron, Dominique de G. T., 59 ans, médecin à l’administration publique pénitentiaire, loue plusieurs appartements. Mais ce 9 mètres carrés à 220 euros de loyer est un cas à part : pas de bail, pas d’agence, et pas de mise aux normes de sécurité.

«J’aurais fait quelque chose si j’avais su le danger», murmure-t-elle. «Votre responsabilité était de vérifier», souligne la présidente. «Mais je ne savais pas», réitère-t-elle, presque inaudible. Des sanglots dans la voix, elle se tourne vers les parties civiles, parents, amis des pompiers décédés. «C’est un drame que je peux seulement essayer de comprendre. Il ne passe pas un jour sans que j’y pense.»

20:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.