Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25 février 2008

Arnaque sur les prix.

Le bidouillage des prix au nom du mythique "pouvoir d'achat" c'est la dernière combine de Sarkozy et de ses conseillers en communication, qui d'ailleurs feraient mieux de surveiller son langage plutôt que de lui inventer des arnaques minables.

Acte 0.

Pour se donner une image "peuple" et rafler les voix d'une partie des électeurs attirés par la gauche, le candidat Sarkozy avait lourdement pilonné le thème du pouvoir d'achat. Certes il ne s'était pas lancé dans une bien grande aventure anti capitaliste puisque derrière les slogans creux mais rutilants on ne trouvait guère que cette vérité de La Palisse :

"Si tu veux gagner plus, alors il faut que tu bosses pendant les week end et les vacances"

Mais enfin, présenté habilement, beaucoup ont cru qu'ils allaient enfin pouvoir mettre du beurre dans leurs épinards. Bien à tort. Comme ils sont en train de s'en apercevoir !


Acte 1.

Le "pouvoir d'achat" se définit économiquement par le rapport entre les prix et les salaires. Quand les prix augmentent et les salaires stagnent, mécaniquement on a moins de pouvoir d'achat etc.

Evidemment pour le candidat du patronat et des nantis, le salaire est intangible. Pas question de l'augmenter, et même, à la rigueur, pourrait on le diminuer un peu.

Il ne reste donc plus que les prix comme moyen d'action. Et avant même d'être candidat Sarkozy nous avait concocté un plan d'enfer avec la grande distribution. Les marges allaient baisser, les prix aussi et on allait voir ce que l'on allait voir.

Et ben on a vu : rien, néant, nada ! Pur bluff Sarkozyste dont on rit encore deux ans plus tard.


Acte 2.

Début 2008, rien ne va plus. Sarkozy, qui s'autoproclamait héros du prolétariat et pourfendeur des "capitalistes sans foi ni loi" aux bénéfices excessifs, ne convainc plus personne. Et encore pire, il commence a énerver la population. Que faire ? (Vieille question, avant même le livre éponyme de Lenine :)

Ses conseillers en communication ont une idée : relancer le thème du pouvoir d'achat, qui avait si bien marché en 2006 et 2007. Et zou un plan de campagne est mis en place minutieusement.


Acte 3.

La première scène est tragi comique. La revue 60 millions de con(sommateurs) publie une étude choc. Les prix ont augmenté de 40% depuis un mois. (notez que si c'était vrai je serais pas la a ratiociner mais je ferais la manche pour survivre, comme tous les autres :)

Faut préciser que la revue de l'INC est un organisme d'Etat, ou plus précisément un organisme contrôlé par milles canaux par l'Etat. Autant dire que dans 60 millions de consommateurs vous trouverez rarement des "révélations" fâcheuses pour la grande industrie et le patronat en général :)

Bref depuis ce matin c'est intense campagne médiatique qui débute pour dénoncer ces augmentations de prix scaaanndaaaleuses (si !)

La deuxième scène est plus habituelle. Ta da ! Sarko 1er réapparaît, le come back du héros anti capitaliste.

Tous les services de l'Etat vont être mobilisés pour des opérations "coup de poing" dans la distribution avec perquisitions, enquêtes, rapport, PV et plein de sanctions en perspectives. Bon on dit pas lesquelles, forcément.

La scène suivante va se passer dans les jours qui suivent et Bercy (comprenez la DGCCRF et une poignée de fonctionnaires financiers) vont faire du contrôle spectacle un peu partout en France.

Les braves gars de la DGCCRF, qui ont plus l'habitude de choper un épicier arabe en juillet pour montrer qu'ils "veillent" sur notre sécurité alimentaire, ne font pas le poids. Et de toutes façons leurs consignes sont de faire beaucoup de fumée mais pas d'allumer le feu :)


Acte 4.

Le dernier acte de cette comédie a de bonnes chances de se jouer avant les élections. Au moment ou Sarkozy, après une intense réflexion médiatisée, nous sort de son chapeau une nouvelle loi. Genre "contrat de confiance" qui va obliger les grandes surfaces à baisser leurs prix et à laisser jouer la concurrence. On est sauvés !! (et on vote pour qui maintenant ?! :)

C'est la que - mauvais esprit comme toujours - je me dois de rappeler deux trois vérités gênantes.

D'une part les fameux contrôles et les répressions des commerçants n'ont évidemment aucune base légale, puisque les prix sont libres en France. Si un hyper marché décide de passer la baguette à 10 euros, ce sera bien triste, mais il n'existe aucun moyen légal de l'en empêcher.

Même pas le boycott qui est illégal en France !!

Et par ailleurs il faut quand même être sacrement culotte, quand on est un neoliberal fanatique comme Sarkozy pour revendiquer le contrôle de l'Etat sur les prix.

Car pour la vulgate néolibérale le marché c'est leur Dieu. Laissez faire, laissez aller, laisser exploiter en paix et la "main invisible du marché" se chargera de guérir tous nos maux.

Je sais c'est une argumentation qui à l'air vraiment c... comme dirait Sarkozy, mais depuis deux siècles des générations d'intellectuels ont publié des montagnes de philosophie et de mathématique pour prouver que la "liberté du marché" résout tous les problèmes : argent, santé, amour, retour d'affection (euh non la je m'égare :)

Bref on va résumer. Ces voyous d'industriels et de commerçants s'entendent comme larrons en foire pour gruger le bon peuple. Mais grâce à Sarkozy une loi impitoyable sera mise en oeuvre pour protéger les travailleurs et les pauvres.


Et voila en résumé la nouvelle pièce qui va bouleverser la France et faire pleurer dans les chaumières, dans les semaines qui viennent !!



PS.
J'en vois qui rient au fond, c'est pas sérieux !


PPS.
Le député UMP qui touche encore les allocations chômage mérite un double coup de chapeau : il est membre de la commission parlementaire chargé d'enquêter sur les fraudes sociales.

Remarquez, au moins il connaît bien son sujet ... mdr

23:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.