Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 mars 2008

Economie.

Les humoristes en manque d'inspiration se rabattent volontiers sur des thèmes bateaux. Après tout même Coluche ne pouvait pas faire du Coluche "inspiré" tous les jours. Problème de productivité !

Il est un thème qui revient souvent et qui consiste à se moquer des salariés qui manifestent et revendiquent une augmentation de salaire.

C'est ainsi que l'humoriste ou le caricaturiste en mal d'inspiration (ou au contraire le caricaturiste trop bien inspiré par des incitations patronales $$ :) essaye de ridiculiser les salarié(e)s qui défilent dans la rue en criant :

- on veut des sous !!

Personnellement je ne vois rien de ridicule à demander du "pouvoir d'achat" dont même les plus hauts personnages de l'Etat nous en font des discours émouvants. Et rien que des discours d'ailleurs, mais passons :)

Et aujourd'hui je viens d'entendre discourir un financier de haut vol que le journaliste de la radio interviewait pour connaître son opinion sur la situation économique de la France.

Eh bien ,croyez le ou non, son discours était rigoureusement symétrique au discours des salariés qui descendent dans la rue pour demander :

- on veut des sous !!

Ce qui prouve bien que les salariés et les capitalistes ont au moins un point d'accord évident. :)


Evidemment la forme du discours d'un banquier est très différente. Avec des phrases ronflantes, des mots compliqués mais creux et des imparfaits du subjonctif ici ou la. Qu'est ce qu'il disait ce brave banquier ?


1 - la France n'est pas assez compétitive !

C'est à dire que les salariés sont trop payés et qu'il serait de bon goût de ramener leurs salaires au niveau des salaires des pays "compétitifs" ... Chine, Thaïlande, Roumanie, ...

La ou les salariés bossent 10H par jour pour une poignée de riz ... l'idéal patronal en quelque sorte.

au passage il suggérait aussi que l'on supprime toutes ces dépenses inutiles imposées au patronat pour l'obliger à financer les retraites et la sécu .... des milliards de "charges obligatoires" volés aux capitalistes, il faut reconnaître que c'est ulcérant !

Bref notre banquier voudrait gagner plus tout en dépensant moins.

En fait il veut plus de sous !!


2 - les "marges" des entreprises ne sont pas suffisantes !

Le mot "marge" est une coquetterie littéraire bien sur. Ce brave homme - et richissime par ailleurs - voulait dire que les "bénéfices" des entreprises françaises ne sont pas assez élevés.

Mais le mot "bénéfice", qui sous entend vaguement un profit indu réalisé sur les dos des salariés, est un mot interdit dans le discours néolibéral. Trop cru.

Il est conseillé d'employer de préférence les mots : "marge" "compétitivité" voire "intérêt national" :)

Bref il voulait plus de bénéfices pour les capitalistes. Il voulait des sous !!


3 - les investissements ne sont pas assez élevés !!

Le banquier affirmait tranquillement que s'il demandait des sous ce n'était pas dans un but purement égoiste - car les capitalistes sont foncièrement désintéressés et altruistes - mais c'était pour faire repartir les "zinvestissements".

Payer moins les salariés, faire plus de bénéfices et on va investir ...

Bref le banquier voulait des sous !!


Pas une seconde le journaliste aux ordres n'a songé à lui opposer que dans la vraie vie les choses se passent de facon très différente.

Et que malgré des bénéfices faramineux les investissements stagnent. Et même quand les investissements frémissent ca ne se passe pas forcément en France

En revanche les dividendes distribués se portent bien, tout comme l'industrie du luxe ... et la concentration de la fortune entre les mains d'une poignée de privilégiés ... qui d'ailleurs demandent demandent toujours plus :

- on veut des sous !!


Bizarrement on trouve très mesquin que les salariés demandent des sous - ces minables même pas capable de monter leur entreprise -

Tandis que lorsque banquiers et capitalistes font la même demande c'est parfaitement honorable !

Bizarre !

:))



PS
Dans son grand discours sur les mesures indispensables pour augmenter les bénéfices et relancer l'économie le banquier évoquait le cas de la dette publique

La France est endetté ... c'est grave et voila pouquoi les Francais (salariés) doivent se serrer la ceinture.

Alors voyons comment fonctionne le déficit de l'Etat.

Passons sur le cas des fonctionnaires car si on supprime les plus gros budget (défense, éducation, police ...) on fera certes des économies mais on n'aura plus de sécurité ni de lycées ... et meme en prenant des soldats vacataires il en faudra toujours autant ...

En réalité le budget de l'Etat est mis en déficit chaque année en faisant des cadeaux (sociaux, fiscaux, subventions etc.) aux capitalistes (pardon on dit "entrepreneurs") et aux catégories aisées

Forcement cela met le budget est en déficit. Ya pas de miracle si vous donnez 15 milliards aux plus riches forcément il va falloir restreindre les plus pauvres mais ca suffira pas justement parce qu'ils sont pauvres !

Alors chaque année l'Etat emprunte sur les marchés financiers pour couvrir le déficit. Il le fait par exemple en lançant des emprunts d'Etat sous forme d'obligations.

Donc les catégories aisées achètent ces emprunts et autres bons du Trésor. Mais chaque année le budget doit leur verser leurs intérêts ce qui accroît encore le déficit donc la dette publique ...

Résumons le cycle, ca a l'air compliqué mais c'est très simple :

1 - l'Etat s'endette en faisant des cadeaux aux riches

2 - pour payer ce déficit l'Etat emprunte aux riches

3 - l'Etat paie les intérêts aux riches et augmente le déficit

4 - l'Etat emprunte à nouveau aux riches ...

etc.

Cycle bien huilé - et discret - qui fonctionne depuis longtemps et qui permet ensuite de justifier - au nom de la Dette insupportable pour les générations futures (sic) - toutes les politiques de cadeaux aux plus riches et de restrictions pour les plus pauvres

Une mécanique financière infernale !

14:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.