Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17 avril 2008

CIO.

Suite de l'histoire:

Ou l'on voit le CIO se ridiculiser après avoir fait la promotion de la dictature "communiste" chinoise !!

Un peu gênés par tout le battage mediatique autour de la répression chinoise au Tibet et par quelques menues bricoles sur la situation en Chine : absence des droits de l'homme, camps de travaux forces, exécutions etc...

Bref les sportifs français avaient imagines un "truc" pour se dédouaner et pour masquer un peu le vrai visage du sport professionnel : culte de l'argent et mépris des droits humains.

Donc nos sportifs "revendicatifs" envisageaient de porter un badge intitule "pour la paix dans le monde"

On imagine combien une initiative aussi follement audacieuse risquait d'aider les démocrates chinois qui croupissent en prison ... pour avoir (mal) écrit dans un blog !!

M'enfin c'était un geste symbolique, mieux que rien ...

Eh ben non, c'était encore trop révolutionnaire pour le CIO, un repaire de gros bourgeois friqués et a prétentions moralisatrices.

Les dignes successeurs de Coubertin qui aimait le sport olympique ... mais pas les nègres ! (oh quand même faut pas exagérer, pas les nègres ! :)

Finalement les sportifs seront interdits de badge "pour la paix"

Et si ils mettaient: "pour la répression" sur le badge, ca passerait mieux ??!! mdr


Le plus stupéfiant c'est que la décision du CIO est fondée sur un article de la charte olympique, or quand on regarde le texte de la Charte on voit ceci en preambule : (paragraphe 2)

2. Le but de l’Olympisme est de mettre le sport au service du développement harmonieux de
l’homme en vue de promouvoir une société pacifique, soucieuse de préserver la dignité humaine.


La décision du CIO est donc en contradiction flagrante avec le texte même de la Charte olympique !!


Mais Tartuffe est toujours bien vivant !!


BOYCOTT DES CEREMONIES OLYMPIQUES !!!

08:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.