Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20 avril 2008

Le nouvel Etat.

Suppression d'enseignants, d'hôpitaux, de tribunaux, justice expéditive, services publics privatisés, il ne se passe plus une semaine sans que les citoyens de base ne soient confrontés à un problème quotidien provoqué par la "réforme" de l'Etat en France. L'occasion de faire le point sur ce sujet.

A la base de cette frénésie de "réforme de l'Etat" on trouve ... la doctrine neoliberale.

Née dans les hautes sphères du business mondial, des médias et de la politique. Elaborée minutieusement dans des cercles confidentiels comme la "Trilatérale" http://www.trilateral.org/ ou les "Think tank" économiques et politiques http://fr.wikipedia.org/wiki/Think_tank. Ce courant de pensée est très cohérent.

Il propose de changer toutes nos sociétés, à l'échelle mondiale, mais dans un sens très précis.

Le dogme néolibéral postule que le capitalisme est le but ultime de l'humanité et que toute nos sociétés doivent être assujetties aux besoins du capitalisme. (et des capitalistes :)

Concrètement la pensée néolibérale repose sur quelques principes simples :

- déréglementation quasi totale pour les activités du capitalisme (pour une exploitation des salariés "libre" et sans entraves !)

- réforme profonde de l'organisation des sociétés capitalistes et de leurs Etats nationaux

- mise en oeuvre d'une propagande intensive pour justifier ces "réformes" et les faire accepter par les populations victimes

- renforcement des outils policiers et militaires indispensables pour briser les eventuelles resistances

Ces axes d'action sont interdépendants. Il faut a la fois promouvoir les changements utiles aux capitalistes, les mettre en pratique de façon efficace, faire une publicité d'enfer pour les faire accepter, et recourir à la violence quand c'est nécessaire !

A aucun moment les promoteurs et les acteurs de ces réformes, soit disant dans l'interet general, ne se posent la question de savoir pourquoi les seuls bénéfiaires en sont toujours une infime minorité de nantis et de privilégiés. Mais il est vrai qu'ils en font partie !

Dans le cas de la France la néoliberalisation de notre pays vise la destruction du système social mis en place en 1945. Vaste programme qui comprend notamment la destruction du système de sécurité sociale (retraites, maladie) et des droits et garanties accordées aux salariés du privé (code du travail) et aux salaries du public (statut).

Et la réforme de l'appareil d'Etat est au coeur de ce plan de libéralisation de la société.

Quand on demandait à Lenine de définir l'Etat il répondait à peu près ceci : c'est l'outil utilisé par une classe sociale pour imposer sa domination politique et économique.

Eh bien c'est à peu près ce que doivent penser les néolibéraux - sans jamais le dire en public - car ils proposent de reformer l'Etat de manière qu'il soit davantage au service des capitalistes.

Aux USA, en Angleterre, les premières réformes néolibérales ont "libéré" les patrons des contraintes légales et réglementaires et parallèlement ont supprimé les aides sociales et les mécanismes de solidarité sociale.

On se demande parfois quel est l'intérêt - du point de vue des capitalistes - de liquider a la fois les services publics et les aides sociales. C'est facile a comprendre si l'on regarde les sommes qui sont en jeu.

Par exemple, la destruction des régimes de retraites par répartition fera tomber dans l'escarcelle des groupes financiers européens - banques et assurances - des sommes qui se chiffrent en milliards d'euros. Et les retombées attendues à la suite de la privatisation des services publics de l'énergie, des transports, de la santé, de l'éducation, sont bien plus importantes.

Tout cela se chiffrera in fine par des centaines de milliards d'euros de bénéfices chaque année ... dont bien sur - contrairement aux discours propagandistes - les salariés ne verront jamais la couleur !

En regard de ces chiffres on comprend alors pourquoi les capitalistes et leurs thuriféraires s'acharnent, par tous les moyens, à nous présenter ces "reformes" comme indispensables :)


Tel est le changement qui est engagé en France depuis une vingtaine d'années et que Sarkozy est chargé de terminer dans les plus brefs délais. En passant, on remarquera que rien de tout cela ne nous est caché, sauf peut être le but final : enrichir les plus riches !

Ou en sommes nous de la neoliberalisation en France en 2008 ?

En ce qui concerne la sécurité sociale, elle n'a pas cessée d'etre dénigrée, minée, et pillée depuis sa création vers 1946. A peu pres tous les coups fourres imaginables ont ete tentes pour rendre l'institution ingerable et surtout artificiellement déficitaire.

L'assurance maladie est un "trou" sans fond (bien que l'argent ne soit pas perdu pour tout le monde :), les retraites seraient au bord de la faillite et meme les maigres indemnités chomage seraient immorales ...

Ne sont épargnées que quelques allocations familiales destinées a encourager la reproduction des futurs salaries car les capitalistes craignent plus que tout de manquer de main d'oeuvre exploitable !

Manœuvre habile, le budget de la secu a ete séparé du budget de l'Etat lequel continue pourtant à l'assécher par des procédés sournois. Finalement il ne restera de la secu qu'une assurance minimale utile pour le patronat et financée par les salaries eux même !


En ce qui concerne les reformes de l'Etat le processus a été bien plus lent. Les réflexions sur le sujet datent des années 80 avec les initiatives malsaines de Rocard. Pour faire court, on se limitera a examiner la LOLF, la RGPP et la reforme du statut qui est en cours.


Etape zéro : la propagande.

Une abondante propagande sur la "modernisation" de l'Etat est diffusée sur le net, qui raconte tout et son contraire. L'objectif étant de persuader le citoyen que l'Etat actuel est un problème et qu'il faut reformer d'urgence.

Ces sites mêlent habilement le vrai et le faux, si bien que si l'on fait preuve d'un miminum d'esprit critique on peut récupérer quantité de données intéressantes: références légales, chiffres budgétaires, répartition des emplois, etc.

Modernisation
Performance
Forum

Quand on sait que les services publics francais sont parmi les meilleurs du monde à tout point de vue, on se dit que cette volonté de les réduire est vraiment idiote.

Au passage il faut signaler que la "reforme" de l'Etat est devenu un vrai business pour des centaines de consultants, conseillers et entrepreneurs prives (par exemple la société Altedia). Il serait amusant de savoir combien tout cela coute au contribuable ... pour l'arnaquer !


Etape 1 : la LOLF.
Autrefois le budget de l'Etat était organise selon quelques grandes fonctions permanentes (éducation, santé, défense, etc.). Désormais le budget est vote par "missions" qui sont divisées en "programmes" lesquels se déclinent en "objectifs".

Ce système offre une très souplesse pour ceux qui décident et une grande opacité pour les citoyens qui tenteraient de chercher a comprendre.

Document autorisé.

(A noter que dans ce document figure le mot de passe du site MIOGA)

Sans trop entrer dans les détails techniques, la LOLF a deja des conséquences dramatiques.

D'une part le dispositif retenu fait des salaires des fonctionnaires une charge qui ne peut que diminuer au profit des autres dépenses : c'est la "fongibilite asymetrique". A la limite, pour construire un batiment public il suffira de faire une liste de fonctionnaires a licencier et avec l'argent économisé on finance les travaux ! (excellent mécanisme pour justifier toutes les privatisations !)

D'autre part le recours généralisé a des indicateurs chiffres de "performance" a des conséquences terribles. Par exemple si un policier refuse de prendre votre plainte ce n'est pas pour vous embeter mais parce que ca dégrade son indicateur statistique des "affaires élucidées". (or les primes des fonctionnaires sont fonction des indicateurs statistiques !)

C'est toute l'organisation de l'Etat qui est sciemment désorganisée et réorganisée de manière a en revenir a un Etat "minimum" assurant seulement seulement les opérations jugées utiles pour la bourgeoisie.


Etape 2 : la RGPP.
La RGPP est un examen complet de toutes les fonctions par l'Etat afin de déterminer leur cout et leur interet. En soi l'idee ne serait pas mauvaise si les decisions etaient prises d'une maniere democratique, apres une consultation des citoyens (pas un simulacre de debat truque !)

Mais justement la RGPP se fait en appliquant les dogmes neoliberaux.

Elle se traduit par des coupes drastiques dans les services publics, par des privatisations et par la suppression de tout ce qui ne parait pas indispensables aux bourgeois.

En France la RGPP vient de débuter, tous les ministères ont été audités et les réformes pleuvent à peu près toutes dans le même sens, des services publics "allégésé et des dizaines de milliers d'emplois supprimés ...


Etape 3 : la fonction publique.

Après avoir revu le budget, audité le fonctionnement de l'Etat et déterminé les emplois à supprimer, les néolibéraux s'attaquent ensuite à la notion même d'emploi public !

Il est vrai que leurs maîtres a penser américains font la guerre en Irak en employant massivement des sociétés militaires privées (environ 150.000 personnes, genre ancien tortionnaires serbes reconvertis :)

C'est donc le statut du fonctionnaire au sens large qui se voit remis en cause, et aligné sur le statut des salaries privés, lui même remis en cause par les attaques contre le code du travail ... (on peut dire que les néolibéraux sont tenaces autant que nuisibles contre les salariés !)

A titre indicatif voila le calendrier de la reforme qui verra a terme la plupart des fonctionnaires devenir licenciables et éventuellement remplaces par des salaries du prive, sans statut et moins bien paye naturellement !

C'est le ministère de la fonction publique dirigé par Woerth qui mène la danse. Plausible chronologie :


- septembre 2007 : début des négociations sur la "mobilité" et les parcours professionnels des fonctionnaires.

Gouvernement et syndicats sont arrives a un accord tacite pour accorder un nouveau droit aux fonctionnaires : celui de partir a l'ANPE via une procédure de "réorientation"

- mars 2008 : le projet de décret est soumis au CSFP

- avril 2008 : le Sénat entame l'examen du projet Projet.

- avril 2008 : opportunément (!) un rapport de commande dit Livre blanc sur la fonction publique reprend tous les projets du gouvernement en la matière.

Livre blanc (pdf)

- le JO du du 19 avril 2008 publie les premiers décrets sur la "mobilité" imposée aux fonctionnaires

- 30 juin 2008 : le projet est examine par l'assemblée nationale et voté pendant les vacances)

- septembre 2008 : les décrets d'application sont publiés et a la grande surprise de tous on s'aperçoit que le fameux article 7 de la loi sur la mobilité ouvre la porte aux plans sociaux massifs

- début 2009 : "réorientation" massive de fonctionnaires dans les services supprimés, premiers plan sociaux dans la fonction publique

- début 2009 : présentation du projet de loi reformant le statut général de la fonction publique

(...)

- 2012 : la fonction publique d'Etat en France comprend un noyau de fonctionnaires d'autorité qui dirigent des services composés d'employés sous CDI ou CDD et une importante partie des fonctions de l'ex service public est assuré par des "agences" (en gros des entreprises privées sous contrat)

Voila quel est l'avenir du service public dans notre pays.



PS
Derrière tout ca le moteur psychologique des neoliberaux c'est la cupidité !!

Récemment une ville de province avait fait construire un centre d'hébergement pour les jeunes et aussitôt ce furent cris de colère et de protestations du représentant local du Medef, par ailleurs membre de l'UMP.

Son argumentation était simple : en permettant a des jeunes de se loger a bon marché vous gênez les propriétaires qui louent à prix d'or des studios

Peut importe que des jeunes soient a la rue, ce qui compte c'est de faire du profit !!

CQFD

C'était d'ailleurs le sens des reformes de Thatcher en Angletterre, l'un de ses premiers gestes a été de supprimer le verre de lait gratuit accorde aux écoliers

Si les pauvres veulent se nourrir qu'ils paient !! et toc :)

20:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.