Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15 mai 2008

Deux strategies.

De nombreux salariés commencent à s'inquiéter. Soit parce qu'ils se trouvent dans l'oeil du cyclone ultralibéral - cas des fonctionnaires de l'éducation nationale ou des finances - soit parce qu'ils s'aperçoivent qu'ils sont en train de perdre un siècle d'acquis sociaux.

Et comme dans toutes les crises, c'est l'éternelle question : Que Faire ?

Or il n'y a que deux stratégies possibles.


1 - la stratégie de l'éparpillement.

La stratégie de l'éparpillement consiste à laisser chaque secteur seul dans son coin. C'est la stratégie adoptée par tous les syndicats par exemple lors du conflit sur les retraites des cheminots.

Il était bien évident pour tout le monde que les attaques - au nom de la justice sociale (!) - de Sarkozy et du patronat contre les maigres "avantages" des cheminots faisaient partie d'un plan d'ensemble contre tous les acquis sociaux de tous les salariés, publics ou privés.

Et en effet laissés isolés les cheminots ont perdu la bataille et ont vu leur retraites diminuées de l'ordre de 15%, pour commencer.

Et bingo ! L'année suivante ce sont tous les salariés qui se voient imposer la condition de 41 ans d'ancienneté - impossible à satisfaire - et qui fera baisser toutes les retraites de 20% !

On pourrait citer également de nombreuses luttes sectorielles dans lesquelles des secteurs isolés ont déclenché des luttes sans obtenir grand chose.

Plus grave encore, la stratégie de l'éparpillement prônée par les syndicats désormais tous recentrés, y compris la CGT, propose des méthodes de lutte douteuses.

Dans le cas des cheminots, non seulement les syndicats ont empeché le regroupement avec d'autres luttes - au nom de soit disant "spécificités" mais en plus ils ont bloque un mouvement de greve reconductible.

En proposant une stratégie de pression avec des petites journées de grèves (grèves dites "carrées") au lieu d'aider et d'amplifier un mouvement de gréve reconductible dès le démarrage de la lutte.

La stratégie de l'éparpillement des luttes, éparpillement dans le temps et éparpillement par secteurs isolés, est donc vouée à l'échec.

Fondamentalement c'est une stratégie de division des salariés, qui les laissent isolés et affaiblis contre un ennemi patronal puissamment unifié sur le plan politique.

Et elle n'inquiète guère un Sarkozy, ultralibéral et dogmatique, résolu et impitoyable dans son combat contre les droits des salariés.


2 - la stratégie du tous ensemble.

La stratégie du "Tous ensemble" consiste à tout faire pour regrouper les luttes sur des objectifs communs.

Ce qui est assez facile puisqu'il s'agit de lutter pour des acquis sociaux qui profitent à tous les salariés : droit du travail, retraites, assurances maladie, chômage ...

Surtout que - objectivement - la division entre salariés publics/privés se résorbe à toute vitesse puisqu'en septembre les fonctionnaires n'auront même plus la garantie de l'emploi, sans parler de leurs salaires !

C'est une stratégie qui ne va pas de soi et qui demande un énorme travail de préparation.

D'une part il faut résister aux sirènes syndicales qui proposent toujours et partout des "journées" de lutte bien isolées les unes des autres afin d'empêcher toute jonction des luttes.

D'autre part il faut convaincre la masse des salariés - laissons de coté les 10% toujours acquis au patronat - que seules les luttes d'ensemble sont payantes.

Les références historiques sont pourtant significatives : ce sont toujours les grèves générales qui ont apportés des acquis sociaux vraiment importants !

1936 grève générale
1945 insurrection armée
1968 grève générale
...

Si on veut avoir la moindre chance d'obtenir des résultats la route est droite :)

- mettre au point un programme de revendications unifiantes, susceptible d'être adopté par tous les secteurs en lutte avec des propositions simples et claires :

augmentation générale des salaires
interdiction des licenciements sans contrôle des salariés
renforcement des droits des salariés (code du travail et statut)
prélèvements sur les bénéfices pour financer la sécu
droit à des retraites décentes - avant 70 ans -

(...)

- favoriser les luttes longues et les grèves reconductibles pouvant toucher simultanément plusieurs secteurs différents et travailler à la coordination des luttes

A ce sujet il faut aussi aborder franchement deux sujets qui fâchent :

D''une part il ne faut compter que sur nous même et mettre en place des coordinations qui regroupent les salariés syndiqués et non syndiqués, car les directions nationales corrompues des syndicats officiels ne nous aideront jamais !!

D''autre part il faut au moins évoquer la question de l'autodéfense des salariés, qui en cas de grèves dures sont désormais victimes de la répression gouvernementale, ou patronales des polices privées. Ne pas prévenir les salariés de ce risque est tout simplement criminel.


Bref l'heure est venue de choisir entre la stratégie ringarde de l'éparpillement des luttes et entre la stratégie éprouvée du "Tous ensemble !"




PS

Je n'irais pas plus loin dans les "propositions" car, conformément au thème de ce blog, je me limite simplement à évoquer des sujets "tabous". Et puis aucun parti ni aucune fraction ne peut se substituer au mouvement d'ensemble des salariés !

Et par ailleurs c'est l'heure de la manif :)

10:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.