Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07 juillet 2008

Carcassonne.

Le drame de Carcassonne me laisse perplexe et mérite qu'on y réflechisse à deux fois.

Une première fois pour se rendre compte que la version officielle du drame est proprement invraissemblable.

1 - Selon l'explication "militaire" le soldat fautif a rempli un chargeur contenant une vingtaine de balles réelles qu'il a ensuite complété avec des balles à blanc.

Tous ceux qui ont vu un jour un chargeur de fusil savent bien que la dernière balle est visible. Or les balles à blancs sont en plastique et les balles réelles ont un projectile métallique. Difficile de faire la confusion.

Mais admettons. Le soldat prend le chargeur et commence à entrer des balles à blancs, une puis deux puis trois etc. sauf qu'arrivé à six ou sept le chargeur est plein ... et à moins d'être bourré comme un coin il est impossible de ne pas se rendre compte qu'il y a quelque chose de louche !

2 - Deuxième anomalie: dans les déclarations officielles, il est impossible de savoir si le tireur utilisait un BTB (bouchon de tir a blanc). Or les balles à blancs ne fonctionnent pas sans BTB et deux cas sont possibles :

- soit le BTB est absent et alors le tir s'arrête après la première balle, le tireur devant alors réarmer manuellement le fusil, mais alors la si il n'a rien soupçonné d'anormal c'est qu'il était encore plus beurré que quand il a rempli son chargeur !

- soit le BTB est en place et le tireur envoie les premières balles à blanc, mais alors quand arrive le tour des balles réelles il aurait du se produire un accident car avec le BTB et des balles réelles la surpression dans le canon est telle que le fusil risque d'exploser ...

3 - Dernière anomalie : dans les groupes d'intervention les policiers ou les militaires sont longuement entraînés à tirer dans la foule pour abattre les "terroristes" et épargner les otages. C'est même une routine.

Or dans ce cas précis, un militaire jouant le rôle de "terroriste" sort de la foule et le tireur balance tout son chargeur dans la foule, en rafalant !!

évidemment en les tuant tous on est sur d'abattre aussi les "méchants" mais c'est un technique qui jamais enseignée (enfin je crois :) et on reste étonné de cette réaction de la part d'un professionnel membre d'un "GCP" !

4 - Et le spectacle des militaires "nettoyant" soigneusement le terrain avant l'arrivée de la police est plutôt curieux également.

L'explication officielle c'est que les douilles pouvaient blesser des gens avec l'arrivée des hélicoptères, mais c'est peu crédible. Et ensuite ils ont enlevé aussi les graviers un par un ?


Bref je suppose qu'un historien nous révélera la vérité dans une cinquantaine d'années, pour ceux qui seront encore la pour l'entendre, mais toute cette histoire est étrange ! Et l'hypothèse d'un coup de folie ou d'une malveillance est bien probable aussi ...


Quand à Sarkozy avec son culot habituel il en profité pour régler ses comptes personnels avec les militaires (rien que des fonctionnaires :) qui ont oser contester la cure d'austérité imposée à l'armée.

C'est à ca qu'on voit le vrai politicien, un cadavre ca doit servir.

D'abord on pleure un bon coup ensuite on l'exploite honteusement !!

Du Sarko tout craché, mais on commence à s'habituer ...


Mais il y a aussi un deuxième niveau de réflexion et qui a été soigneusement passé sous silence par les médias !!

Le drame du 3 Rpima a montré - de visu si j'ose dire - quel est l'effet d'une rafale d'arme automatique à travers une foule. Dans nombre de pays d'Afrique, d'Asie ou d'Amérique c'est un spectacle banal. Au Brésil par exemple l'armée assure la police et elle tire dans le tas ...

Et cela pose le problème de la confusion des genres : quand on impose à des militaires des taches de police, on prend de très gros risques.

Car la bavure du 3 Rpima pourrait bien demain se reproduire à nouveau. En effet chaque jour ce sont des centaines de militaires armés du désormais célèbre fusil FAMAS et équipés de balles réelles qui sillonnent les gares ou les métros !

Pour le moment ces patrouilles "Vigipirate" - en principe sous contrôle policier - ne fréquentent que des lieux de faibles délinquances (des clochards ou des pickpocket) mais on imagine aisément ce qui arriverait si on les envoyait dans des quartiers plus chauds ...

La présence des ces militaires qui n'ont rien à faire dans nos villes a une double raison :

- c'est un acte politicien, qui remonte à loin, et destiné à prouver que le gouvernement fait quelque chose contre le terrorisme. Bien entendu une patrouille militaire aux heures de pointe n'arrêtera jamais un vrai terroriste, sauf à rééditer le "coup" du 3eme Rpima ! Mais ca impressionne !

- l'autre raison c'est de commencer à habituer la population à vivre sous quadrillage policier et militaire, mais la encore c'est un choix politique bien dangereux

Dans toutes les guerres modernes, le combat se joue essentiellement en zones urbaines, et ce sont essentiellement des taches de polices qui sont confiées aux militaires : surveiller, arrêter, torturer, exécuter ... les opposants !

En mettant nos soldats FAMAS à la main dans les métros, nos brillants généraux ont pensé que c'était une bonne façon de les entraîner à la guerre moderne

Et cette idée fait froid dans le dos ...

Traditionnellement les soldats sont entraînés à tuer les ennemis et les policiers à neutraliser les voyous ou les opposants politiques (!)

Le nouveau capitalisme fait de moins en moins cette distinction, et pas seulement en Irak ou en Afghanistan, mais pratiquement dans tous les pays ou il faut rétablir l'ordre capitaliste ...

Surveillés électroniquement, fichés par les mouchards de la police politique, abattus à vue par des militaires sur-armés ...

Bigre ! Le destin des nouveaux anti-capitalistes se présente mal au 21ème siècle !!



PS.
Eh oui, le néolibéralisme se dit libéral mais ne pratique guère la liberté !

19:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.