Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04 octobre 2008

Le Casse du Siècle !

Depuis un an le gouvernement de Sarkozy, et ceux des grands pays, étaient parfaitement au courant des risques insensés pris par les grandes banques. Penser le contraire ce serait les prendre pour des idiots ou des incompétents, ce qui serait ridicule puisque la plupart des politiciens ont tous travaillés dans les groupes industriels ou financiers.

Et depuis un an ils nous mentent effrontément. En France nous avons été soulés par les déclarations de Madame TVB (Tout Va Bien), ministre des finances et de l'optimiste officiel !

Sans parler des rodomontades incessantes de Sarkozy : "Tout va bien, tout va mieux et c'est grâce a la politique des reformes que nous avons engagées"

Depuis le discours de Toulon Sarkozy a changé de cheval, désormais c'est M. TVM (Tout Va Mal) qui exhorte le pays a résister courageusement à la "crise" impensable bien sur, qui secoue le monde entier.

Résumons un peu : quand tout va bien c'est grâce aux "réformes audacieuses" de Sarkozy, et quand tout va mal ce n'est pas de sa faute mais à cause de la vilaine crise qu'il ne soupçonnait même pas.

On connait le refrain de ces gens la : responsables mais jamais coupables !

Détail intéressant, le discours sarkozien est toujours un vibrant éloge du système capitaliste qui par nature - et par la main invisible du marché néolibéral mondialisé, libre et sans concurrence faussée - résout tous les problèmes : chômage, production, inflation, liberté et bonheur des peuples, santé, argent, retour d'affection, etc. :)

En fait tout la manœuvre politique du gouvernement cache une double arnaque :

1 - dissimuler la faillite du système capitaliste dans sa version néolibérale

La rhétorique employée par les libéraux fait penser au système défensif de certains voyous pris la main dans le sac et qui continuent à nier l'évidence : "c'est pas moi c'est un autre qui a fait le coup"

Adapté au discours néolibéral cela donne : "Le pur capitalisme bienfaisant que nous défendons a été odieusement abusé par une poignée (une poignée ? vraiment ?) de méchants capitalistes financiers qui nous ont tous trompés"

Discours bien ingrat de la part de Sarkozy dont la fortune politique a été faite par les pontes des médias, de l'industrie et de la finance :)

Sans doute a-t-il été odieusement dupé ! Triste ! Sniff...

Dans la réalité la crise actuelle est une crise tout à fait habituelle provenant du mode de fonctionnement de l'économie capitaliste. Ce que même les économistes bourgeois reconnaissent volontiers puisqu'ils ont forgé - copiant honteusement K. Marx - plusieurs théories pour expliquer les "crises cycliques" du capitalisme.

Quels sont les principes de fonctionnement de l'économie capitaliste :

- les capitaux sont regroupés entre les mains d'une poignée de nantis

- ces capitaux obéissent uniquement à la loi du profit maximum

Muni de ce bref rappel de la théorie de K. Marx et al. réexaminons d'où vient la crise de 2007. A l'origine on part de la crise spéculative des années 2000 connue sous le nom de "bulle internet". Puis vers 2002 les capitalistes qui cherchaient les meilleurs taux de profit sont "tombés" sur le filon des prêts hypothécaires américains.

Sur une idée franchement malsaine : on prête de l'argent à des salariés non solvables pour acheter une maison qui dépasse leur moyen, on attend qu'ils ne puissent plus payer (prêts a taux variables) puis on récupère la maison que l'on revend en faisant un double profit sur la plus value et sur les salariés endettés.

Raconté ainsi ca parait une petite arnaque minable, mais multiplié à des millions d'exemplaires ca prend une autre dimension. Et dans les années 2002 à 2005 ce fut Byzance pour les financiers de la planète ! Avec des taux de profit qui dépassaient ceux de tous les autres secteurs ce fut l'afflux massif des capitaux, soit en investissement direct sur les actifs "magiques", soit en produits dérivés sur le "marché" financier mondial ...

Or le principe capitaliste de la recherche du profit maximum présente un léger inconvénient que K. Marx appelait en son temps "la loi de la baisse tendancielle des taux de profit" et que l'on peut résumer ainsi : quand un secteur est trop profitable il attire tous les capitaux, mais en meme temps plus il y a de capitaux qui affluent et plus le profit diminue !

C'est un peu comme avec un gros gâteau, plus il y a de mangeurs et moins les parts sont grosses :)

Mais la en plus la multiplication des reventes des maisons saisies aux surendettés à démoli le marché immobilier ...

Et contrairement à la vulgate libérale qui distingue soit disant les entrepreneurs méritants et les financiers avides, les banques sont des entreprises et doivent produire aussi du profit ...

Et en 2007 la plupart des banques ont acheté les produits "pourris" provenant de l'immobilier US et se retrouvent donc avec leurs bilans plombés et au bord de la faillite, et ceci à l'échelle mondiale (effet de la célèbre "mondialisation" du capitalisme)

La vérité sur la crise financière actuelle c'est donc qu'elle provient du fonctionnement "normal" (si j'ose écrire !) du système capitaliste.


2 - préparer l'opinion à être les victimes du plus grand hold up de l'Histoire

Cela dit, et en dehors de toute opinion politique, tout le monde reconnait que la crise financière actuelle concerne toutes les banques du monde.

La question qui fait problème c'est comment en sortir ?

Je me risquerais bien à proposer : "supprimons le capitalisme et instaurons un système économique géré démocratiquement par les travailleurs" mais bon les différents gouvernements voient les choses différemment :)

Pour les dirigeants politiques capitalistes il ne restait plus que deux solutions :

- soit laisser les banques s'effondrer et quelques milliers de capitalistes perdre une partie de leurs avoirs

- soit renflouer les capitalistes en effectuant un prélèvement sur les simples salariés

C'est évidemment la deuxième solution qui a les faveurs de Bush ou Sarkozy, parents et/ou amis des grands industriels et financiers !

Faire payer les pauvres pour renflouer les riches, une idée vieille comme le monde ... capitaliste.

C'est cela - et bien sur pas le souci de "dire la vérité" de la part de menteurs professionnels - qui nous vaut l'actuelle campagne de désinformation sur le thème : "la situation est grave et nous devons être solidaire avec les pauvres banquiers nécessiteux" !

Et quand on regarde les sommes en jeux : 200 milliards aux USA, suivi immédiatement par un nouveau "don" de 700 milliards, en Europe des centaines de millions depuis l'été et maintenant un plan français de 25 milliards on voit que ce qui se prépare c'est :

Le Casse du Siècle !!

Ou les salariés du monde entier vont verser des milliers de milliards aux riches dans le besoin !!!

Pour arriver à cet objectif, les gouvernements ont besoin de coordonner leurs politiques et de lancer une campagne pour convaincre les populations :

- qu'ils sont directement menacés par la crise

- qu'ils doivent se serrer la ceinture

- qu'il n'y a pas d'autres solutions

En passant on remarquera combien la notion de nécessité est relative : lors du passage de l'ouragan Karina le gouvernement Bush a peiné pour trouver quelques millions - qui n'ont d'ailleurs pas servi aux victimes - tandis que la faillite d'une poignée de banques appelle des mesures d'urgence en milliers de milliards !

En France, Sarkozy a été clair, les réformes anti sociales vont être accélérées. Pour commencer on va piquer le fric des petits épargnants de la Caisse d'Epargne, et vont suivre de nouvelles restrictions en matière de logements, de santé, d'éducation, d'aides aux plus pauvres ...

Que des gens meurent de faim dans la rue c'est pas trop grave, pourvu qu'on sauve les banquiers !!

En utilisant le chantage permanent au chômage, les capitalistes arrivent à faire baisser les salaires. En agitant la peur de "terroristes" qu'ils ont crées de toutes pièces ils arrivent à imposer des Etats policiers. En suscitant la panique à la récession, chômage, faillite des banques, ils sont en train de commettre un hold up sur les travailleurs qui se chiffre en milliers de milliards !

Et à la question de savoir si une autre politique est possible : la réponse est oui !!

Il n'y a aucune raison de sauver les banques américaines, avec mille milliards de dollars le gouvernement US est capable de satisfaire les besoins de financement et de relancer l'économie.

Les seuls bénéficiaires du plan Bush seront les gros actionnaires cupides qui ont profité de la crise des "subprimes"

En France aussi, les prélèvement effectués sur les salariés vont servir à renflouer les banques et à enrichir la poignée de nantis qui ont participé à la spéculation ignoble sur les produits des "subprimes"

Au minimum une politique de type keynésien - pourtant pas révolutionnaire - est davantage susceptible de nous éviter une crise que les avalanches de cadeaux aux riches et de mesures anti salariés qui vont nuire à la consommation et dégrader encore plus notre économie ...

Mais dans l'idéologie néolibérale seuls comptent les plus riches !

Le capitalisme est en faillite !

Sarkozy nous a trompé !

Ils veulent nous ruiner !

Dehors Sarkozy !!

20:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.