Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08 octobre 2008

Nos retraites.

La crise financière actuelle est l'occasion idéale de montrer ce que recouvre la réforme des retraites engagée par Fillon en 2003, avec l'appui discret mais efficace des dirigeants syndicaux et le soutien actif de Sarkozy et de l'UMP (belle brochette non ? :)

Il existe en fait deux grands systèmes de retraite :

1 - la retraite par capitalisation

Dans ce système le droit à la retraite est conditionné par la nature et la durée du travail accompli.

Le versement de la retraite est assuré par un prélèvement sur les salariés et surtout sur les bénéfices des entreprises.

Et ce système est garanti par l'Etat.


2 - la retraite par capitalisation

Dans ce système la retraite dépend de la somme d'argent que l'on a pu verser à un prestataire (banque, assurance, employeur ..)

Le versement de la retraite dépend du rendement des fonds réunis par le prestataire.

Il n'y a pas de garanti autre que le contrat signé.


Alors ou ce qu'elle est l'arnaque ?


Même sans grandes connaissances financières on voit bien que le premier système ne peut jamais tomber en faillite. Puisque par construction, les retraites sont un prélèvement sur le travail ou si l'on préfère la production nationale.

Pour que le système s'effondre il faudrait une décision politique qui dirait :

- voila aujourd'hui on ne prélève plus l'argent nécessaire aux retraites mais seulement la moitié
- et pour que le budget soit équilibré on ne verse plus que la moitié des retraites

Soit dit en passant c'est exactement ce qu'ont fait les gouvernements de gauche et de droite depuis des décennies, en exonérant massivement les entreprises - donc en ne prélevant plus sur les immenses bénéfices - ils ont réduit les ressources des caisses sociales.

Le résultat est probant. Chaque année l'Etat se prive de 20 à 30 milliards de recettes en exonérant les patrons, puis immédiatement après l'Etat constate qu'il manque des milliards dans les caisses et lance aussitôt ses grandes campagnes sur le déficit social (le fameux "trou" !) pour enchainer par une baisse des retraites "absolument nécessaire"

Mais en dehors de cette magouille politique le système est sain, simple et indestructible.

On nous a bien fait le coup publicitaire du "choc démographique", à la télé on entendait "plus de retraités, moins d'actifs, comment on fait ?" (sous entendu on baisse les retraites)

Mais ce raisonnement est inepte puisqu'il néglige la productivité toujours croissante du travail. C'est un argument démagogique, comme celui qui consisterais à dire :

- en 1945 il y avait 4 millions d'agriculteurs pour nourrir 50 millions de français
- en 2000 il ne reste plus que 500000 agriculteurs pour nourrir 60 millions de francais
- DONC on va tous mourir de faim

Comme on est pas tous (pas encore!) morts de faim, c'est que le raisonnement est débile !

Il néglige le phénoménal et incessant accroissement de la productivité des agriculteurs.

Bref la retraite par répartition c'est du solide. Son seul tort c'est qu'elle suppose un (petit) prélèvement sur les bénéfices des capitalistes.


En revanche le système de retraite par capitalisation - que les néolibéraux veulent imposer à n'importe quel prix - fonctionne de manière totalement différente.

Le premier trait remarquable c'est que la retraite versée est proportionnelle aux sommes versées pendant sa vie active. Un riche aura une grosse retraite, un pauvre une retraite minable ...

Le deuxième trait notable c'est que dans ce système, la retraite est gérée par une entreprise privée - ou un organisme fonctionnant de la même manière - et la retraite va dépendre de la gestion des fonds récoltés.

Premier écueil : l'entreprise privée peut faire faillite et tous ceux qui ont cotisés pour leur retraite perdent tout sans guère d'espoir de récupérer leurs billes.

Ce cas de figure est flagrant quand le prestataire est l'employeur. Aux USA, en GB et ailleurs, il est fréquent que lorsqu'une grosse boite fait faillite les salariés ne perdent pas seulement leur job mais aussi leur retraite !

Deuxième inconvénient : la crise boursière !!

Les fonds de pension se comportent généralement comme des "investisseurs" et le plus souvent comme des "spéculateurs", et lorsque la Bourse va mal c'est le fonds de retraite qui trinque !


Je n'ai pas encore de chiffres - et sans doute sont ils confidentiels - mais la chute des valeurs boursières va entrainer inévitablement la chute de nombreux fonds de pensions qui, comme les banques, ont abusés des titres pourris et des combines financières véreuses !

Voila quel est le sens réel des efforts entrepris par nos politiciens néolibéraux pour saboter notre système de retraite par répartition et pour imposer aux salariés de jouer leur retraites à la Bourse dans des fonds de pensions !



PS
Et oui tous les salariés devront se serrer la ceinture - bosser jusqu'à 70 ans peut être - pour sauver le capitalisme !!

C'était notre rubrique : Tous ensemble ! Pour sauver les capitalistes !!

:)

20:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.