Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15 novembre 2008

Pendant la crise les profits continuent.

Un article assez décoiffant du journal Le Monde.

C'est pas la crise pour tout le monde, et en particulier pour les capitalistes, actionnaires du CAC40 et les autres ...

C'est à rapprocher d'un phénomène bien connu de la finance. Quand elles licencient massivement, les grandes entreprises voient le cours de leur action s'envoler !

Est il besoin de faire de longs discours ?

Le néolibéralisme, c'est à dire le "pur capitalisme" sauvage des années 80, n'est pas compatible avec des conditions de vie normales pour les salariés.


Et comme prévu le G20 vient de nous proposer ses "solutions" :

- une relance coordonnée de l'économie mondiale par l'utilisation de mesures budgétaires de soutien de la demande, la politique monétaire et une aide accrue du Fonds monétaire international et des banques de développement en faveur des pays fragiles ;

- une amélioration de la régulation des marchés financiers pour éviter qu'une crise financière comme celle d'aujourd'hui ne se reproduise ;

- l'ouverture de la gouvernance économique mondiale aux pays émergents et en développement ;

- le refus du protectionnisme.


Ben franchement pour la relance de la consommation, alors que les salaires deviennent précaires, c'est vraiment un voeu pieux.

Ou alors ils vont relancer le crédit ... en créant la prochaine bulle financière qui nous promet une crise encore plus grave ?

Aux fous !! La crise des crédits hypothécaires pourris ne leur a pas suffi !!


Quand aux mesures de "régulation" il faut bien distinguer entre la régulation des salaires (vers le bas) qui s'effectue par la force et la régulation des spéculateurs déjeantés qui consiste à donner aux banques des "conseils" respectueux

Quand on voit que jusqu'a maintenant les USA et les autres pays ont fait des cadeaux sans contrepartie sérieuses et surtout sans prendre de lois pour interdire les pratiques à risques comme la titrisation ...


L'ouverture de la gouvernance aux pays émergents c'est un terme codé pour dire que les USA ont besoin du fric de la Chine et des autres pays en développement ...

A leur bon coeur donc, de toutes façons ils n'ont pas le choix s'ils veulent intégrer le capitalisme, ce qui est leur leur désir le plus vif !


Idem pour le protectionnisme, mais la on nage dans l'hypocrisie tellement les USA vont prendre de mesures pour soutenir "leurs" entreprises ..


Au final le G20 se termine par "on continue à foncer dans le mur comme avant, en faisant attention à la marche" :)


La bonne solution pour sortir de la crise c'est évidemment de relancer la consommation en augmentant les salaires et les allocations sociales, et avec les centaines de milliards mobilisables le financement c'est pas un problème

Et surtout casser tout de suite le marché spéculatif en nationalisant les banques, en interdisant la spéculation, en bloquant les paradis fiscaux et en recentrant les banques sur leur travail de financement de l'économie réelle

Mais rompre avec le capitalisme ne devait pas être dans l'ordre du jour du G20 :)

19:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.