Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29 novembre 2008

Retraites et crise.

Depuis une vingtaine d'année la propagande néolibérale nous inonde de mises en garde contre le système des retraites par répartition.

Argumentation bidon sur le cout "excessif" du système et le "choc" démographique qui empêcherait donc désormais tous les salariés d'avoir droit à une retraite

A notez que la retraite serait - éventuellement - en déficit de quelques milliards chaque année, que l'on pourrait surement trouver par des prélèvements sur les spéculateurs par exemple. Car pour eux, en cas de coup dur, on sait trouver 360 milliards en une après midi.

Les salariés gobeurs d'arguments sur "la retraite est en danger" apprécieront cette édifiante comparaison :)

Mais revenons sur un point précis de l'argumentation néolibérale. Selon eux la seule issue possible serait de liquider les retraites par répartition qui sont soit disant "condamnées" et d'obliger tous les salariés à opter pour une retraite par capitalisation.

Or si nous n'en sommes pas encore tout à fait là en France, les salariés anglais - également les américains - sont tout à fait rentrés dans le système de la retraite par capitalisation.

Avec ce système le salarié anglais cotise - très lourdement ! - à un fonds de pension, souvent géré par son employeur.

Or le journal Le Monde publie un article très intéressant qui explique que l'argent des fonds de pension étant touché par la crise financière, un grand nombre de salarié anglais n'ont plus de retraite et vont devoir travailler après 60 ans. Article.

Et on touche du doigt la raison profonde pour laquelle aujourdhui tous les salariés francais doivent se mobiliser, même et surtout avec la crise, pour défendre notre système de retraites que le gouvernement Sarkozy est en train de démolir sournoisement.

Dans le système de retraite par répartition, la retraite est garantie par l'Etat qui effectue un prélèvement sur la richesse produite. Et comme nos sociétés produisent toujours davantage de richesse en raison du progrès technique, c'est un système qui est absolument sur !

Et d'ailleurs pour créer le déficit de la retraite en France, les Fillon et Sarkozy sont obligés de truquer le système. Essentiellement en accordant des milliards d'exonérations patronales qui diminuent les recettes de la sécurité sociale. (plus 20 milliards par an sont détournés !)

Tandis que dans la retraite par capitalisation, les cotisations sont confiées à des établissements financiers - qui ne sont plus soumis à aucune réglementation sérieuse - et qui s'empresse de le jouer au "casino' de la Bourse.

On remarquera en passant que lorsque ces financiers perdent leur mise il se produit deux choses :

- les salariés perdent l'argent de leur retraite, et donc doivent bosser après 60 ans

- les financiers sont indemnisés à milliards, au nom de la "solidarité" nationale :)

Bref j'avoue que j'insiste souvent et pesamment sur la question des retraites, mais je conseille à ceux qui ont encore quelques doutes de lire l'article cité plus haut et d'autres articles sur la situation des retraites aux USA après la crise qui a débuté en 2007 ...

Ca devrait les convaincre qu'il faut descendre dans la rue de toute urgence !!


Mais le cynisme de la bourgeoisie "mondialisée" va bien plus loin, comme on peut le constater avec l'exemple anglais.

Non content d'avoir fait perdre leur retraites aux salariés du secteur privé, ils lancent une campagne de propagande haineuse contre les salariés du secteur public qui continuent à bénéficier d'une retraite acceptable !

On retrouve là le noyau dur de l'argumentation néolibérale. Pour eux le scandale ce n'est pas qu'ils ont volé la retraite des salariés du privé, non le scandale c'est qu'il reste encore des salariés qui n'ont pas été spolié de leur retraite ...

Pour les néolibéraux anglais il est donc urgent de modifier le système de retraite - au nom de la justice sociale (sic) - afin que les salariés du public bénéficient eux aussi d'une retraite misérable !

Plus cynique, j'ai du mal à imaginer.

Mais je vois bien qu'il faut se débarrasser de ces parasites sociaux le plus rapidement possible !




20:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

28 novembre 2008

Le Plan Sarkozy : De la daube !!

Sarkozy va annoncer un plan "puissant" de relance le 4 décembre.

Un nouveau coup "médiatique" sans effets concrets et surtout sans effets concrets pour protéger les salariés des conséquences de la crise mondiale du capitalisme.

Le journal Le Monde indique quelles sont les mesures de ce plan "puissant" (remarquez il ne faut pas sourire car ce type d'embrouille va voir encore quelques milliards puisés dans les caisses de l'Etat en direction des gros actionnaires :)

1 - Rembourser les créances de l'État aux entreprises.

Les créances de l'Etat ce sont les sommes que le Trésor public doit aux entreprises. Cela peut être des dettes fiscales, par exemple les crédits de TVA et d'impôt sur les sociétés versés aux entreprises. Mais cela peut être également les factures des travaux effectués par les entreprises pour le compte des services publics.

A mon avis cette mesure est purement un effet d'annonce.

Car les dettes fiscales sont déjà remboursées à 30 jours et les factures des fournisseurs de l'Etat sont en grande majorité réglée à court terme.

On voit mal par quel moyen on pourrait arriver à contracter ces délais, sauf à verser l'argent à guichets ouverts et sans contrôles.

Et par ailleurs je subodore des problèmes délicats si l'Etat se mêle de houspiller départements et régions pour sortir de l'argent :)

Cette mesure aura donc un impact très limité sur l'économie.


2 - Engager des grands travaux.

Pour ceux qui imagineraient un grand programme genre New Deal américain ou Reconstruction de l'Allemagne dans les années 30, la déception va être sévère !

Car il semble bien que pas un seul chantier nouveau sera lancé mais qu'il s'agisse de ré-activer des chantiers en cours qui avaient été suspendus, comme la ligne Paris Roissy ou la rénovation des bâtiments publics.

La dépense sera de l'ordre de 8 milliards injectés dans l'économie, ce qui permettra effectivement de soutenir un peu batiment et travaux publics.

Mais compte tenu de l'ampleur de la crise c'est une goutte d'eau.

Rappelons que pour soutenir les banques - et plus précisément enrichir leurs actionnaires - c'est la somme de 360 milliards qui a été retenue !!

Mais il est vrai qu'entre soutenir le niveau de vie des nantis et celui des salariés Sarkozy a vite fait de choisir ...


3 - Aider les "plus démunis"

Soyons sérieux. Le gouvernement n'envisage même pas d'aider les salariés en difficultés mais seulement les "plus démunis", une expression assez ignoble pour distinguer les "mauvais" pauvres des "bons" pauvres ...

La différence est facile à cerner. Boutin qui distribue une boite de petits pois à un SDF (retenu de force dans un centre d'hébergement ?) : voilà un "bon" pauvre

Par contre un chomeur qui vient d'être licencié à cause de la crise et qui crève de faim c'est un "mauvais" pauvre, d'ailleurs tellement peu télégénique que pas un ministre ne va le voir (normal il y en a plus de 2 millions !)

Et l'aide au "mauvais" pauvre est très ciblée. 50% des chômeurs n'ont droit à aucune indemnisation ! Peut être - éventuellement - lui donnera t-on un billet de 100 pour Noel s'il accepte un boulot payé au demi smic à 200 km de chez lui ..

Telle est la logique néolibérale en matière d'aide aux "plus démunis" !


4 - Soutien au secteur automobile.

Une première mesure a consisté a aider le chômage partiel, ce qui est toujours intéressant. Mais les cadeaux et subventions qui vont être versés aux entreprises - toujours sans contrepartie sérieuse - ne résoudra pas le problème posé par la crise économique.

Au mieux ces groupes empocheront l'argent et feront subventionner leurs licenciement par l'Etat, toutes économies qui leur permettront de verser de plus gros dividendes à leurs actionnaires.

La solution serait plutôt de nationaliser et de réorienter la production vers les besoins sociaux. Pourquoi pas la voiture à 2000 euros par exemple, comme en Inde ?

Enfin les actionnaires - internationaux ! - des groupes automobiles trouveront bien l'occasion de ramasser quelques milliards dans cette affaire

Ce que Sarkozy nous présentera - à nous les crétins - comme une mesure profondément sociale :)


5 - Soutien au secteur de l'immobilier.

Dans ce domaine je suis à prêt à parier que nous voir revenir la maison verte avec son cortège de réductions d'impôts "vertes" ...

Rappelons que 50% des français ne paient pas d'impôt et donc qu'eux en sont exclus !

Il y aura donc les aides pour contribuables aisés, les dons pour les professionnels de l'immobilier et autres gadgets ..

L'effet sur l'économie sera marginal.


Au final 2009 - selon les informations actuelles - va être une année noire pour les salariés.

Augmentation du chômage - et quand le chômage augmente les salaires baissent -, augmentation des personnes et des familles en difficultés, continuation de la liquidation des services et des emplois publics ...

Or c'est tout le contraire de ce que fait Sarkozy dont nous avons besoin. Donner les milliards aux salariés et aux chantiers publics plutôt qu'aux banquiers !

Lequels banquiers sont en train de vendre leurs titres pourris pour acheter des emprunts d'Etat que nous les salariés devront rembourser pendant dans la prochaine décade !!

Plus que jamais il va falloir imposer des nationalisations, des investissements et de l'emploi public et une limitation de la toute puissance du patronat et des financiers, dont la cupidité cause des crises de plus en plus désastreuses.

Le "plan puissant" de Sarkozy pèse 23 milliards (au lieu de 360 pour les banquiers !!)

C'est de la daube !

Imposons un plan énergique pour l'économie et un "bouclier social" pour protéger les salariés de la crise grave qui débute !!

21:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

24 novembre 2008

Relance.

La crise économique provoquée par le néolibéralisme en appauvrissant les salariés au profit d'une poignée de nantis, prend une telle ampleur que même les pays les plus "libéraux" ont décidé de lacher du lest.

C'est le cas de la Grande Bretagne qui a pris la décision de baisser la TVA, un impôt inique qui frappe proportionnellement davantage les pauvres que les riches, afin de redonner du "pouvoir d'achat" aux salariés et de relancer l'économie en augmentant la consommation.

C'est aussi probablement le cas aux USA dont le plan anti crise de Obama envisage des aides aux plus pauvres et une politique de l'emploi public qui sera la plus importante depuis le New Deal des années 30.

Dans ces pays et dans d'autres, les dirigeants bourgeois ont compris que le fondement de la crise c'est une accumulation inouïe de richesses pour une classe sociale et l'appauvrissement non moins inouïe pour l'autre classe sociale, qui constitue la majorité de la population ...

On est passé des années fastes - enfin tout est relatif - de la reconstruction économique de l'après guerre aux années fric et anti sociales de l'époque Reagan Thatcher. Destruction des lois sociales, précarité généralisée, "working poors" ...

L'idéologie des années 80-90 est celle de l'offre qui consiste à tout donner aux entreprises (lire capitalistes :) et à tout reprendre aux salariés.

C'est cette idéologie que Brown ou Obama, sans la rejeter, essayent d'adoucir en espérant que sitot la relance économique revenue, le capitalisme pourrra reprendre sa course folle - et brièvement interrompue - vers des profits toujours plus élevés. Croyance stupide bien sur, mais on ne peut pas leur demander de changer le système qui leur profite tellement bien !


En France rien de tel sur le plan politique.

Aujourdhui Sarkozy nous explique que puisque les "pris baissent" il est inutile de baisser la TVA.

Raisonnement cynique d'un politicien bourgeois au service quasi exclusif des intérêts du capitalisme.

Raisonnement stupide, néanmoins. Car si les prix baissent, les revenus des salariés baissent encore plus vite !!


Mais pire quand on examine l'action du gouvernement, notamment dans la préparation du budget 2009 (Projet). Amendements anti sociaux, décrets scélérats, c'est une avalanche de coups contre tous les salariés.

La retraite insidieusement dirigée vers les 70 ans, tandis que l'Europe - car si on oublie l'Europe capitaliste, elle ne ne nous oublie jamais - prépare une directive imposant un minimum de 65 ans pour les retraites !

Même les maigres allocations touchées par les salariés victimes d'accidents du travail viennent d'être rendues imposables. Encore cela que ces salauds de pauvres ne toucheront pas ! (Une mesure particulièrement abjecte quand on pense que les revenus des stocks options continueront à bénéficier d'avantages fiscaux !)

A peu près toutes les catégories de salariés du privé ou du public voient leur situation se dégrader et de nouvelles attaques lancées contre eux par le gouvernement Sarkozy.


Je crois que dans la situation grave que nous traversons, l'élimination du gouvernement Sarkozy - par les urnes ou dans la rue - devient une question de survie pour une majorité de la population.

Depuis quelques mois les annonces de licenciements se multiplient. La seule réponse concrète du gouvernement consiste à organiser la traque et la culpabilisation des chômeurs (tous des feignants qui ne veulent pas travailler selon le dogme néolibéral !!)

Depuis des années, les mesures médiatiques de Sarkozy en faveur des salariés se sont révélées être des arnaques.

En 2004 il lançait un grand "plan" pour "obliger les banques" à adopter des tarifs raisonnables. En 2008 je vous laisse juger du coté social des méthodes des banques. Et la grande rodomontades actuelle sur "on va obliger les banques à faire du crédit" se révèlera une arnaque de plus, bien évidemment.

Donc la question centrale de ces prochains mois (ou années) sera de contraindre le gouvernement - par une coordination unitaire des salariés - à prendre des mesures de protection des salariés contre les effets de la crise du capitalisme. Ce qu'on pourrait appeler "un bouclier social"

- augmentation des salaires
- augmentation des aides sociales
- lancement de chantiers publics
- prélèvement sur les profits excessifs

C'est à dire la limitation des profits et de la spéculation, une augmentation des revenus des salariés et le lancement de travaux d'intéret public.

Mais pour cela, à mon avis, un préalable :

Dehors Sarkozy et ses complices PS-UMP !!


19:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

21 novembre 2008

Attentat ! (ter)

Décidément le métier de policier politique, alias anti terroriste, n'est pas une sinécure quand le chef suprême s'appelle Sarkozy !

On devine aisément que notre mini Fuhrer avait demandé des "cranes" de gauchistes à sa police politique, la DCRI, dans le but de détourner l'attention de la population qui commence a être un peu énervée devant la destruction des services publics.

Il fallait donc trouver des gauchistes, seulement voilà l'espèce est en voie de disparation (réchauffement climatique ? :)

Mais allez trouver un marginal de gauche, chevelu, peace and love, et étiqueté gauchiste post mai 68 ... en septembre 2008 !!

Bref les policiers politiques (au 19 ème siècle on disait les "mouches" :) ont fait ce qu'ils ont pu et ils ont ramené cela :

Le Monde.

Une bande de jeunes marginaux, anarchistes facon Prévert, et surdiplomés, qui jouaient la Révolution romantique en version rurale dans la Corrèze, ou par ailleurs ils étaient plutôt bien intégrés.

Apparemment la police n'a pas l'ombre d'une preuve les incriminant dans les incidents de la SNCF.

Mais pour obéir aux ordre de notre Conducator supreme, lumière de la pensée du Danube et d'ailleurs, ils ont arrêté une dizaine de personnes et les ont retenus pendant 4 jours sans avocat ni moyen de défense, puis ont été obligé d'en relâcher 5. Et ils en ont incarcéré 5 autres.

J'ignore si les accusations sont fondées, mais je présume que nous ne connaitrons jamais la vérité. La Justice aux ordres de Sarkozy va faire trainer les choses pendant des années ...

On a de nombreux précédents. Comme celui des 2 morts de Clichy qualifiés publiquement de délinquants par Sarkozy. La police a couvert le mensonge et la justice a enterré la procédure ...

Bienvenue dans la société néolibérale ... un monde de libertés, mais surtout pour le patronat.

Et ce soir on apprend qu'un caténaire vient de casser et que la SNCF annonce déjà des retards de 5H dans le sud est ...

Encore une ligne entretenue à léconomie pour faire encore plus de profits sur le dos des usagers et des contribuables ...

Même le site SNCF était tombé en rade également ...


A mon avis, Nicolas, le chef suprême de la police politique, va exiger de nouvelles têtes ce soir ...

Et moi, si j'étais chevelu, anar, et un peu marginal, je resterais pas chez moi demain à 6H du matin :)



PS.

Tiens puisque les néolibéraux sont friands d'arrestations arbitraires et de délation, je vais m'y mettre moi aussi !

Un certain Sarkozy, individu bien connu des services de police (ben si !), est le chef d'un des paradis fiscaux européen qui participe aux transfert d'argent sale.

Paradis fiscaux qui sont violemment mis en cause dans les discours d'un certain ... Sarkozy.

Pour faire court, Sarkozy est co prince de l'Andorre, un endroit réputé pour ses banques tranquilles et ses combines financières ..

Que fait la Police ?






22:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

15 novembre 2008

Pendant la crise les profits continuent.

Un article assez décoiffant du journal Le Monde.

C'est pas la crise pour tout le monde, et en particulier pour les capitalistes, actionnaires du CAC40 et les autres ...

C'est à rapprocher d'un phénomène bien connu de la finance. Quand elles licencient massivement, les grandes entreprises voient le cours de leur action s'envoler !

Est il besoin de faire de longs discours ?

Le néolibéralisme, c'est à dire le "pur capitalisme" sauvage des années 80, n'est pas compatible avec des conditions de vie normales pour les salariés.


Et comme prévu le G20 vient de nous proposer ses "solutions" :

- une relance coordonnée de l'économie mondiale par l'utilisation de mesures budgétaires de soutien de la demande, la politique monétaire et une aide accrue du Fonds monétaire international et des banques de développement en faveur des pays fragiles ;

- une amélioration de la régulation des marchés financiers pour éviter qu'une crise financière comme celle d'aujourd'hui ne se reproduise ;

- l'ouverture de la gouvernance économique mondiale aux pays émergents et en développement ;

- le refus du protectionnisme.


Ben franchement pour la relance de la consommation, alors que les salaires deviennent précaires, c'est vraiment un voeu pieux.

Ou alors ils vont relancer le crédit ... en créant la prochaine bulle financière qui nous promet une crise encore plus grave ?

Aux fous !! La crise des crédits hypothécaires pourris ne leur a pas suffi !!


Quand aux mesures de "régulation" il faut bien distinguer entre la régulation des salaires (vers le bas) qui s'effectue par la force et la régulation des spéculateurs déjeantés qui consiste à donner aux banques des "conseils" respectueux

Quand on voit que jusqu'a maintenant les USA et les autres pays ont fait des cadeaux sans contrepartie sérieuses et surtout sans prendre de lois pour interdire les pratiques à risques comme la titrisation ...


L'ouverture de la gouvernance aux pays émergents c'est un terme codé pour dire que les USA ont besoin du fric de la Chine et des autres pays en développement ...

A leur bon coeur donc, de toutes façons ils n'ont pas le choix s'ils veulent intégrer le capitalisme, ce qui est leur leur désir le plus vif !


Idem pour le protectionnisme, mais la on nage dans l'hypocrisie tellement les USA vont prendre de mesures pour soutenir "leurs" entreprises ..


Au final le G20 se termine par "on continue à foncer dans le mur comme avant, en faisant attention à la marche" :)


La bonne solution pour sortir de la crise c'est évidemment de relancer la consommation en augmentant les salaires et les allocations sociales, et avec les centaines de milliards mobilisables le financement c'est pas un problème

Et surtout casser tout de suite le marché spéculatif en nationalisant les banques, en interdisant la spéculation, en bloquant les paradis fiscaux et en recentrant les banques sur leur travail de financement de l'économie réelle

Mais rompre avec le capitalisme ne devait pas être dans l'ordre du jour du G20 :)

19:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)