Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02 décembre 2008

Attentats. (épilogue)

Lentement mais surement la politique sécuritaire de Sarkozy nous fait passer de la démocratie vers la république bananière.

Telle est d'ailleurs la loi universelle du néolibéralisme : avec des pays développés dans lesquels 10% de la population concentrent plus de 50% des richesses, il n'est plus question de demander l'avis du peuple. A la question "voulez donner encore plus aux riches ?", les salariés ont une tendance naturelle à répondre de façon incorrecte :)

Et généralement on retrouve partout le même tryptique :

- campagne médiatique pour créer le sentiment d'insécurité,
- mise en oeuvre de lois pénales anti démocratiques,
- augmentation considérable des pouvoirs de la police ...

Et à l'heure du fichage total, de la surveillance vidéo et de l'espionnage des citoyens, nous approchons du régime totalitaire.

Surveillance totalement efficace et répression féroce : Staline en rêvait, Sarkozy est en train de le faire !!

Et quand on y réfléchit un peu, on se rend compte que la dernière loi sarkozyste, soit disant contre les détenus dangereux, permet à l'administration d'enfermer quelqu'un à vie, sur simple présomption, et sans guère de moyens de recours !

Etonnant dans une démocratie !


Et l'affaire des "attentats" contre la SNCF concentre toutes les tares du régime policier que Sarkozy met en place.

Résumons. Sans aucune preuve concrète, onze personnes sont arrêtées comme "terroristes", ce qui déjà est un abus juridique. Puisqu'un terroriste est celui qui tue, et non celui qui fait arriver un train en retard !

Sur les onze suspects la police doit en relâcher six qui visiblement ne peuvent pas être accusé d'actions illégales.

Reste cinq accusés qui "doivent" être coupable, puisque Sarkozy les a publiquement désignés comme coupable et que la police politique est aux ordres du gouvernement.

Ces cinq là sont jetés en prison pour convaincre l'opinion que le gouvernement "lutte contre le terrorisme". Hélas presque rien ne peut leur être reproché et trois d'entre eux sont encore relâchés, mais sous contrôle judiciaire pour bien montrer que même s'ils n'ont rien fait, ils sont forcément dangereux ... puisque Sarkozy l'a dit !

Il s'en trouve encore deux en prison. Un couple. Sans doute du Bonnie and Clyde, version 21ème siècle !

Sauf que ces deux Bonnie intellos manient plutôt le stylo que la mitraillette et que par ailleurs aucune preuve de leur culpabilité n'a pu être apportée !!

Ils sont donc détenus à titre préventif, en raison de la dangerosité dont ils pourraient éventuellement faire preuve, à cause de leur opinions politiques.

On va les garder encore quelques mois, peut être quelques années, avant qu'un magistrat compréhensif ne leur inflige une condamnation de principe pour un quelconque délit d'opinion.

Quand aux rares sabotages de voies ferrées ils sont largement éclipsés par la multitude des accidents de train provoqués par la semi privatisation de la SNCF. Pour mémoire en Grande Bretagne, la privatisation a fait des centaines de morts, avant que le gouvernement anglais ne soit contraint de renationaliser les lignes :)

On y viendra en France aussi ...


Et par ailleurs ces temps ci les dérapages sécuritaires de Sarkozy se multiplient. Tellement violents, comme l'arrestation violente d'un journaliste pour "diffamation" que Sarkozy se voit obligé d'y aller de son couplet compassionnel !

Mais les néolibéraux n'ont pas le choix, pour imposer leur société inégalitaire et socialement injuste ils doivent mettre en place un régime policier !

A nous de les stopper avant qu'il ne soit trop tard.

Car aujourd'hui on arrête un jeune "marginal" et demain on mettra en prison un gréviste pour "trouble à l'ordre social" ou tout autre délit que ce régime débile choisira d'inventer !



PS
La cote de popularité de Sarkozy montait, parait il.

L'élection législative d'Arcachon vient de montrer un étonnant renversement de situation causé certainement par un rejet populaire, massif des idées et des pratiques de Sarkozy.

A toutes les élections législative, la candidate de l'UMP (ou RPR etc) l'emportait largement avec 54% contre 46%.

Et ce dimanche, au grand étonnement du vainqueur qui n'y croyait pas, le candidat UMP - grand ami personnel de Sarkozy - a été écrasé par le score de ... 54% contre 46%

Le candidat UMP ne cessait de se vanter des appuis qu'il obtiendrait auprès de Sarkozy !

Or le nom de Sarkozy semble avoir provoqué un basculement de l'électorat !!

Et si on imposait de nouvelles élections ?!

20:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.