Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07 décembre 2008

Plan de relance (suite)

Il est intéressant d'aller voir le discours prononcé le 4 décembre 2008 par Sarkozy pour présenter son plan de relance.

Discours.

Car le plus important est de bien entendre ce qu'à réellement dit Sarkozy aux notables de Douai et non ce que les médias et la propagande (pléonasme ?) ont bien voulu nous communiquer.

Et il faut lire entre les lignes pour décoder le projet effroyable préparé par le néolibéralisme.

D'emblée Sarkozy nous explique que la crise - par ailleurs provoquée par l'ultralibéralisme - est une chance inouïe pour changer la société et profiter de la peur panique des salariés pour imposer un nouveau modèle de société.

Et plus précisément le modèle de société ultralibérale que l'on essaye de nous fourguer depuis trente ans et qui rencontre, partout dans le monde, de plus en plus de contestations et de résistances..


Aussi, très logiquement, Sarkozy explique benoitement que sont "plan de relance" ne concerne que les "investissements" et rien d'autre.

Clairement il s'agit d'une distribution massive de l'argent public aux entreprises, comme cela a déjà été fait pour les banques, et sans contrôle ni contrepartie sérieuse !

En ce qui concerne les salariés, le "plan" ne contient que deux ou trois dispositions dont il faut bien comprendre le sens précis.


1 - la prime de 200 euros pour les plus démunis.

Eh bien non, c'est un mensonge ! Les plus démunis ne toucheront pas 200 euros !!

Il s'agit en fait d'un versement anticipé aux trois millions de ménages pouvant bénéficier du RSA. En début d'année ils vont toucher 200 euros qui seront déduits en septembre de leur RSA.

Et dans ce système ignoble, ceux qui n'auront pas obtenu le RSA devront rembourser les 200 euros (sic)

C'est exactement ce qui se passe actuellement avec la prime pour l'emploi, l'acompte versé en janvier doit être remboursé en septembre !

Petite arnaque mesquine, typiquement néolibérale.


2 - l'aide aux chômeurs victimes de la crise.

L'aide aux chômeurs sera versée ... aux patrons (!) pour financer le travail à temps partiel.

Quand aux salariés les menaces de Sarkozy sont extrêmement précises : les chômeurs n'ont pas de droits, ils n'ont que des devoirs !

Éventuellement ils seront aidés à se former, mais surtout ils doivent tout faire pour accepter n'importe quel travail, n'importe ou et à n'importe quel salaire !

Et il faut avoir en tête la fusion ANPE Assedic qui crée le Pole Emploi - fusion avec bientôt des licenciements de salariés de l'ANPE - pour comprendre les conséquences du "plan".

La nouvelle administration du chômage est conçue comme une machine de guerre contre les chômeurs. Une machine a radier faites de milliers de "radiateurs" qui seront notés en fonction du nombre des chômeurs qu'ils éliminent ...

Or actuellement 50% des chômeurs ne sont pas indemnisés !! Le plan Sarkozy va multiplier la misère et les SDF !!


3 - l'aide au logement.

Bien évidemment le "plan" repose essentiellement sur des aides pour les entreprises du secteur immobilier.

Au passage Sarkozy nous ressort les 30000 logements "sociaux" prévus ... et 70000 autres non moins hypothétiques, qui ne verront le jour que si des acheteurs potentiels existent ... ou si l'Etat les rachète !

D'ailleurs le prêt à taux zéro est un coup de pouce - une aubaine - dont ne profiteront que les ménages qui ont des moyens financiers suffisants pour acheter ... autant dire à notre époque une minorité.


Voilà pour le coté "social" - si j'ose écrire - du plan de relance de Sarkozy.

Mais la situation est tout autre quand il s'agit du volet d'aides aux entreprises. C'est Byzance pour tous les patrons de France !


1 - suppression des contrôles de l'Etat.

Sarkozy le dit clairement et avec une extrême virulence : il faut supprimer tous les contrôles administratifs qui gênent les entreprises et en finir avec la "folie administrative" (sic)

Rappelons que c'est cette "folie administrative", des contrôles sérieux, qui nous évite d'avoir des constructions publiques qui s'effondrent ou des denrées alimentaires contenant des produits chimiques variés ... causes éventuelles de centaines de morts

Mais que pèsent cent morts quand il s'agit de défendre le capitalisme, la "liberté d'entreprendre" et la mondialisation ...

Ecoutez le discours ! il faut se pincer pour y croire en entendant Sarkozy vanter la loi du marché et la mondialisation (sic) !

Or c'est justement l'absence de tout contrôle et la liberté totale des spéculateurs qui a provoqué la crise financière.

Mais non ! Sarkozy persiste et signe. L'anarchie capitaliste c'est bien et il faut la développer toujours plus ...

Les lois, les contrôles et la répression ne s'appliquent qu'aux salariés.


2 - distribution massive d'argent public.

Le discours de Sarkozy donne vraiment envie de devenir patron (enfin pour ceux qui ont les capitaux :)

On va verser du fric à coffre ouverts ...

Le crédit d'impôt recherche sera versé - sans contrôle ! - par anticipation, idem pour les autres crédits fiscaux ... et changement de métier pour les agents du fisc qui deviennent maintenant distributeurs automatique de (gros) billets pour le patronat !

Et pour les collectivités locales finie les lois sur la moralisation des marchés publics. Désormais on s'arrange entre amis - politiciens et entrepreneurs - pour se partager les marchés (et les petites enveloppes qui vont avec)

Dans certains cas il n'y aura plus de contrôles jusqu'à 5 millions d'euros ... cool !


Il faudrait compléter ce tableau en citant une myriade de petites mesures, sans réels effets économiques, mais qui ont été placées dans le plan de relance pour "meubler" et le rendre plus "riche"

C'est ainsi que la prime de 1000 euros pour les vieilles voitures provoquera - peut être - une hausse des ventes début 2009 suivie d'une forte dépression l'année suivante forcément

De même pour les chantiers publics qui avaient été "gelés" et qui seront - toujours au conditionnel - réouverts pour relancer l'économie ... quand on sait que la SNCF supprime des lignes à tour de bras on peut rester perplexe ..

Ou encore les 100000 emplois aidés ... qui étaient plus de 300000 avant que Sarkozy ne décide de les supprimer. Parler de 100000 emplois supplémentaires c'est en fait avouer qu'il va en supprimer 200000 ! On voit le progrès social et l'effet anti crise !


Le "noyau dur" du plan de relance de Sarkozy c'est une offensive de grande ampleur contre l'Etat social et contre les acquis des salariés.

Il faut avoir en tête que lorsque Sarkozy exonère de charge sociales toutes les embauches de PME en 2009, cela veut dire que la Sécurité sociale devra compenser cette perte de milliards de recette, soit en aggravant son déficit, soit plus probablement en réduisant les remboursements aux malades et le financement de ce qui nous reste des hôpitaux ...

Et d'ailleurs Sarkozy le dit (presque) honnêtement : l'objectif central de son plan c'est de "diminuer le cout du travail"

Politique suivie avec succès depuis plus de vingt ans et qui consiste à donner sans compter aux capitalistes et à tout reprendre aux salariés.

Avec le résultat économique que l'on peut constater !


Il y a donc urgence à rejeter massivement ce plan et à dénoncer les politiciens UMP, PS et les dirigeants syndicaux qui considèrent que ce "plan" est "bien" ou présente quelques aspects positifs

La crise est provoquée par les excès de l'ultralibéralisme.

Rajouter encore plus d'ultralibéralisme ce n'est pas la solution.



Et c'est le moment de rappeler que l'on a besoin de vraies lois sociales protégeant les salariés des conséquences d'une crise dont ils ne sont pas responsables !

Exigeons la mise en place d'un bouclier social au lieu de donner des centaines de milliards aux nantis !

12:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.