Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18 décembre 2008

Partager le travail.

Je crois qu'il est évident pour tout le monde - en tout cas ca pas tarder à l'être - que la crise actuelle est l'une des plus grosses crises économiques connues par le capitalisme.

A noter que les capitalistes n'en sont pas plus effrayés que cela. Les crises ils connaissent, il s'en produit régulièrement tous les 10 ans environs - par cycles - depuis le 19ème siècle (c'était le bon temps du travail des enfants et des la semaine de 12H ... comme en Europe bientôt ?)

Les capitalistes les plus honnêtes - ou les plus résignés - admettent volontiers que les crises sont inévitables et font partie du fonctionnement "normal" du capitalisme. Avec un peu de cynisme, quand même, ils ont inventé le terme de "destruction créatrice", ce qui signifie que le capitalisme détruit la société et que ensuite sur les ruines fumantes on peut faire du bizzness en reconstruisant ... cool !

(Exercice toujours un peu risqué néanmoins, car les victimes de la crise apprécient moyennement et le mot Révolution refait son apparition dans ces occasions là, un mot un peu craint nos amateurs de gros cashflow ! Lors de la dernière grosse crise de 1929 achevée vers 1945 il s'en est fallu de peu que le drapeau Rouge flotte sur notre pays, à tel point qu'il a fallu lâcher du service public et de la sécurité sociale pour calmer le jeu :)

Donc l'année 2009 se présente comme l'année du chômage de masse.

Les licenciements massifs ont déjà débuté et ne vont pas s'arrêter de sitôt ...

Et si on en juge par les projets du gouvernement concernant les fonctionnaires d'Etat - devenant licenciables avec la loi sur la mobilité - le secteur public ne va guère améliorer la situation de l'emploi ...

Ou alors avec des mini CDD de garde devant les écoles pour 300 euros par mois, qui ne suffiront même pas à éviter de crever de faim ...

(Parenthèse: Et moi je fais bien d'écrire aujourdhui cet article sur la désastreuse année 2009 qui se prépare, car dans une semaine je serais considéré comme un horrible saboteur de réveillon !)

Alors la bonne question c'est : existe t-il une solution pour enrayer cette vague de chômage qui va nous submerger ?

Et la réponse je peux la donner (fantastique ce blog, non ? :) : c'est OUI !!

Mais pour cela il va falloir faire très (très) mal au capitalisme - et surtout à sa variante néolibérale - et imposer le partage du travail.

De quoi s'agit il ? Eh bien de partager le temps de travail entre les salariés mais sans diminution des revenus !

Et c'est la que le capitalisme a très mal : car réduire le temps de travail sans réduire le salaire cela signifie du point de vue comptable, diminuer les bénéfices ... diminuer le profit !!

Im-pen-sa-ble !! D'ailleurs tous les économistes sérieux (et bourgeois aussi) vous le confirmeront. Comme l'assène Sarkozy, le travail ne se partage pas !!

Ben si !!

D'une part parce que cela a déjà été fait dans le passé en cas de nécessité et d'autre part parce que certains économistes honnêtes n'hésitent pas à vendre la mèche : grâce aux gains de productivité de ces dernières trente années on pourrait - théoriquement - assurer le même train de vie aux francais en réduisant le temps de travail à 3 ou 4 heures par jour ...

Ou plus pour les bénévoles. Car il faut toujours à ces gens, constamment cités par Sarkozy et ses amis, qui veulent, qui exigent de travailler au moins jusqu'à 70 ans et sans doute plus de 12H par jour, même le dimanche car ils sont volontaires !

Bon moi j'en connais pas, mais c'est normal j'ai pas les mêmes amis que Nicolas :)

On peut lire dans le dernier numéro de Pour la Science de janvier 2009, un article de I. Ikeland, un économiste qui explique benoitement que pour sortir de la crise on ne manque pas de solutions, la seule question étant de savoir à qui va profiter la sortie de crise ?

En particulier il souligne que la science économique n'impose aucune condition au fonctionnement de la société, elle se contente de fournir des méthodes - de plus en plus mathématiques d'ailleurs - pour atteindre les objectifs politiques que l'on s'est fixé ..

C'est aussi une question de bon sens : la société n'est jamais que ce que l'homme - ou la femme - en font !!

Personnellement je choisis l'option "salariés", et donc pour sortir de crise il n'y a techniquement aucuns problèmes dès lors que l'on est clair sur l'objectif à atteindre : limiter les profits des charognards de la finance, de l'industrie ...

Le reste est pure affaire d'organisation économique, qu'une bonne ménagère est capable de mettre en oeuvre ...

Sauf que ... les capitalistes ayant d'excellentes raisons - des centaines de milliards en fait - pour résister et imposer leur propre sortie de crise, il va sans doute y avoir un affrontement

Le spectre de la Révolution, du fascisme bourgeois aussi, se profile à l'horizon ...

C'est la un autre aspect du problème ... NPA

Un prochain sujet d'article à coup sur !



15:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.