Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04 janvier 2009

Union nationale.

En 1929 pour faire face à la crise, les gouvernements avaient choisis de ne rien faire. Jusqu'au moment ou les manifestations de chômeurs et de victimes de la famine commençaient a devenir inquiétantes. (cf le film Les raisins de la colère)

En 2009 la stratégie est à peine différente.

Mais nous sommes dans un autre contexte. Les salariés ont obtenus des avantages sociaux depuis les années 50 et le néolibéralisme qui règne depuis les années 80 a entrepris de les démanteler.

L'élection de Sarkozy, un petit bourgeois neuilléen mesquin et obtus mais rusé, représentait l'assaut final - le Grand Soir capitaliste - qui allait révolutionner la société du 21ème siècle ... pour nous ramener aux temps bénis du capitalisme du 19ème siècle.

Finies la sécurité sociale, la retraite, la santé publique, l'éducation gratuite et les droits des salariés, toutes ces "horreurs" qui entravent la "liberté" des capitalistes (euh pardon des Zentrepreneurs, même ceux qui s'enrichissent en dormant :)

Alors évidemment la crise économique contrarie un peu cela.

Bien qu'à y réfléchir, tout cela est très logique. Quand on donne tout à une minorité et qu'on reprend tout à la majorité de la population, il faut bien s'attendre à ce que cette baisse du "pouvoir d'achat" déclenche une dégringolade de l'économie !

En fait ce sont les valeurs socialistes et de partage - du travail, des richesses, des droits - qui pourraient faire repartir l'économie.


Mais on est aussi - je sais ca n'existe pas - dans une situation de lutte des classes sociales.

C'est comme cela qu'il faut interpréter le "plan" économique de Sarkozy, sans doute le plus anti social parmi les pays industriels.

Des aides importantes ont été dégagées, sans doute plus de 400 milliards à ce jour. Elles ont été déversées à 99% en direction du patronat et des banquiers, à charge pour eux de la répartir entre les capitalistes ...

Les mesures qui auraient permis aux salariés de résister à la crise sont quasiment nulles : une prime de 200 euros, sans doute récupérée par une baisse du RSA, une majoration de 10% du chomage partiel, ...

Et au contraire, le gouvernement néolibéral de Sarkozy se glorifie de continuer, comme avant et même encore plus fort, la même politique anti sociale dirigée contre les salariés !!


Et la on se dit logiquement : ca va péter !

Ben non. Les choses ne sont pas aussi simple dans la vie.

Pour éliminer la vermine capitaliste et leurs laquais - comme on disait du temps de Lénine :) - il faut au moins deux choses :

- une alternative crédible, un programme pour fonder une société plus juste et donc plus stable

- un parti ou un mouvement pouvant engager le changement en virant Sarkozy

A ce jour les deux conditions sont vraiment embryonnaires. (cf NPA)


Et je crois bien que c'est la dessus que compte Sarkozy.

Sur le plan politique il vient d'obtenir l'appui de toutes les forces de droite et de celles qui sont encore plus à droites.

Et à mon avis nous allons bientôt avoir droit au couplet sur l'Union nationale de tous les partis, de gauche et de droite.

UMP, PS, Verts modérés, Villieristes, PCF orthodoxes ... je pense qu'ils vont se grouper sur un objectif commun :

Etre solidaires pour sauver ... le capitalisme !!


On se dit bien que l'Union nationale de cette bande de pourris rassemblés sur un programme du genre :

"Travailleurs soyez solidaires !!

Serrez vous la ceinture pour sauver le capitalisme !!"


Ca pas être évident.


Mais le but de la manœuvre c'est surtout de diviser les salariés, de briser leurs résistances et d'obtenir une victoire avec le minimum de dégâts !

Donc je crois - on verra si mon pronostic est erroné - que dans les mois qui viennent nous constateront une politique d'Union nationale avec au moins deux actes :

- la constitution d'un gouvernement élargi UMP PS et autres "opposants"

- la pratique des votes groupés au nom de l'Union nationale


Enfin le bon coté de la chose c'est que ca permettra au nouveau parti anticapitaliste d'apparaitre comme la seule alternative ... hélas seul contre tous sur le plan politique.

14:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.