Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27 janvier 2009

Le 29 janvier 2009.

Pour ceux qui l'ignoreraient encore le 29 janvier c'est le jour de la mythique "Grève générale" dont les Anciens nous causaient déjà bien avant qu'elle arrive en 1936 et en 1968 :)

Salariés du public, du privé et d'ailleurs sont donc conviés à cesser le travail et à manifester, partout ou c'est possible. Puisque dans les petites entreprises le "droit" de grève est interdit par le patronat, en attendant que le gouvernement prenne des lois pour réduire le droit de grève partout !

Il y a quand même deux réflexions à prendre en compte sur cette journée.


1 - une initiative purement syndicale.

Étant plutôt du genre méfiant, surtout que depuis l'été dernier j'ai lu le livre "L'argent noir des syndicats" de Lenglet Touly Mongermont, je me doute bien que cette grève générale ne débouchera sur rien de concret, enfin en tout cas ce ne sera du fait des syndicats.

Petite parenthèse, je recommande la lecture du livre sur L'argent noir des syndicats qui donne un aperçu du "système syndical" (ou je devrais dire syndicalo-patronal) dans notre pays. C'est hallucinant et ca fait irrésistiblement penser au fonctionnement des maffias italiennes, y compris avec les éliminiations des gêneurs éventuels ...

Alors quand on voit que les syndicats font l'union générale derrière un texte poussif et démobilisateur et en même temps que la CFDT signe un texte qui diminue les ressources assedic en faveur du patronat et qu'ensuite elle appelle à la grève générale contre le patronat ... on se dit que c'est du n'importe quoi

Et de fait si on voulait vraiment faire peur au gouvernement et si c'était techniquement possible, on devrait tous ignorer massivement cette grève. Le gouvernement et les syndicats comprenant qu'ils n'ont plus le contrôle du mouvement social et sachant que la "grogne" populaire, comme ils disent, atteint des sommets en ce moment, ce serait la totale panique dans les sommets :)

Mais évidemment c'est impossible à réaliser. L'argumentation syndicale est en béton armé :

- soit tu fais la grève débile et tu montres que t'es un salarié obéissant aux consignes

- soit tu fais pas la grève et tu es un traitre et un suppôt du patronat

Imparable ! Ou tu te soumets au syndicat (et donc au patronat) ou alors tu es un scandaleux traitre à la classe ouvrière !

Bref le 29 janvier on est obligé de faire grève (pour ceux qui peuvent)

En cas de faible mobilisation, ce serait le haro syndical : "vous voyez camarades, les salariés ne sont pas près à agir, alors c'est foutu on ne peut plus rien jamais faire "

Et les syndicats auraient un bon argument pour "casser" tous les mouvements sociaux dans les 10 ans qui viennent ...

Donc tous dans la rue le 29 janvier !! (on n'a pas le choix !)


2 - une répétition générale.

Mais il y a aussi un deuxième aspect qui n'échappe ni aux syndicats, ni aux patronat : c'est le risque de débordement et d'un mouvement massif et spontané ...

Je suis près à parier que la grèvette du 29 janvier a surtout pour but d'enrayer un tel mécanisme en fournissant une soupape de sécurité bien contrôlée ...

Il suffit de lire l'appel intersyndical vague et démobilisateur et de voir les modalités pratiques d'organisation de la grève, avec une préparation minimum et populiste, genre grève traine savate ...

Mais surtout sans fournir aucune perspectives de lutte, ni même un cadre revendicatif crédible et unificateur

Et je connais déjà les titres de journaux du lendemain : "mobilisation importante mais moins que prévue" :)

Pourtant ils se trompent légèrement.

L'intérêt du 29 janvier n'est pas tant dans la grève syndicale "presse bouton" et sans avenir que dans le fait que pour la première fois les salariés vont se réunir et se compter !!

On devrait voir un agglomérat - encore non coordonné - de tous les cas de figures : les fonctionnaires devenant une espèce en voie de disparition, les entreprises en licenciements massifs, celles qui sont bénéficiaires et pourtant menacées, et les chômeurs qui augmentent sans cesse etc ...

Certes il manque une organisation et un programme revendicatif unificateur ... ce qui est justement le projet du NPA !

Soit dit en passant, la propagande capitaliste frappe encore durement les esprits mais je me demande si l'idée toute simple qu'il faut en finir avec la dictature du profit financier n'est pas en train de se répandre bien plus vite qu'on ne le croit

Avec les solutions évidentes : nationalisations des organes de crédit et des infrastructures vitales (transport, énergie, communications)

Dommage qu'il n'existe pas encore d'organisation capable d'organiser un débat national suivi d'un sondage-référendum parmi les salariés ... du genre : "Etes vous prêts à faire une grève générale illimitée sur une liste d'objectifs précis : salaire minimum, garantie chômage, partage des profits"

Un mouvement social massif et démocratique ce serait certainement la solution à notre problème ... d'ultralibéralisme !

10:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.