Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11 février 2009

Nicolas pète les plombs.

L'une des annonces majeures du discours de Nicolas Sarkozy le 5 février c'était la suppression de la taxe professionnelle en 2010.

Depuis une semaine le débat est engagé entre les différents acteurs concernés, notamment les élus locaux.

De chiffres en chiffres et de réactions en réactions il apparait clairement une quasi certitude :

La taxe professionnelle ne sera pas supprimée en 2010.

Et rétrospectivement on se dit que pour lancer une telle annonce avec une telle légèreté, notre président adoré est vraiment au bout du rouleau. Moi je dirais qu'il vient de péter les plombs en direct devant des millions de téléspectateurs.

Et que ca ne va pas arranger sa cote de popularité (si on peut dire :) qui descend à toute vitesse vers les 20% ... en fait il ne reste plus que les 10% de français très aisés (+ 10% de 'malcomprenants" :) pour soutenir encore Sarkozy ...

Mais revenons au problème de la taxe professionnelle.

Globalement le montant de la taxe payée par les entreprises est de l'ordre de 30 milliards d'euros, un peu moins si l'on extourne les taxes annexes figurant sur la feuille d'impôt.

Compte tenu du système français, ou globalement les entreprises payent 100 euros et on leur rembourse 50 euros quelques mois plus tard, notamment grâce au système du plafonnement en fonction de la valeur ajoutée, la somme en jeu est de l'ordre de 15 milliards

Bref le manque à gagner pour les collectivités locales sera de l'ordre de 15 milliards, et même si on retenait seulement le chiffre de 8 milliards avancé par Sarkozy, le problème serait aussi sensible. Car même 8 milliards ca représente une grosse quantité d'écoles, collèges, routes et autres équipements locaux qui ne seront plus financables.

Les réactions politiques sont assez éclairantes.

1 - on a eu d'abord des petites remarques un peu mesquines, venant du PS surtout, et visant à contester les chiffres, bref du classique politico policitiens.

2 - les élus locaux sont montés au créneaux, de tous bords, pour s'inquiéter de ce qui allait se passer, car l'idée que le budget de l'Etat compense ces 8 ou 15 milliards leur paraissait très ... baroque

A mon avis la critique qui a fait le plus mal à la "décision" de Sarkozy c'est celle de Guerini qui a finement fait remarquer que 15 milliards en moins pour les collectivités locales c'est forcément 15 milliards en moins d'activité économique : contrats, travaux, investissements ...

Et il a pas tort le bougre. En période de récession, oter 15 milliards d'activité économique c'est un suicide national !

3 - la situation se complique encore avec la "résistance" des députés de la majorité, qui ont rejoint la déclaration de Coppé affirmant d'une part que les députés UMP n'ont pas été consultés et d'autre part que les impôts sont une prérogative du Parlement et non de l'exécutif.

Concrétement cela veut dire que le projet de loi supprimant la taxe en 2010 - et qui doit être voté en 2009 - n'est pas prêt d'être adopté !

Boudé à la fois par l'opposition et une grosse partie de la majorité, on va voir du spectacle :)


Et pour savoir si mon opinion est correcte on sera vite fixé. Les entreprises vont recevoir les déclarations de taxe professionnelles 2010 dans deux mois !!!

Il sera alors difficile de prétendre que l'on supprime la taxe en 2010 tout en demandant aux entreprises de remplir les formulaires pour se préparer à la payer !!

Alors quelles solutions reste t-il à Sarkozy ?

a - en admettant qu'une vague de type mai 68 ne déferle pas (et moi personnellement j'aimerais bien :) pour balancer Sarkozy et ses sponsors, on pourrait imaginer que ses "amis" politiques lui ménagent une préretraite en douceur (dans une clinique suisse pour malades agités, par exemple :)

b - autre solution, jouer sur les mots et remplacer la taxe professionnelle par une "ecotaxe" ou un autre gadget à base de "valeur ajoutée", mais qui rapporterait toujours les 8 ou 15 milliards indispensables aux investissements locaux

foireux comme le sont les politiciens, je verrais bien cette solution ou Sarkozy se repointerait au 20H pour dire "j'ai tenu parole, la taxe professionnelle est supprimée"

et le lendemain on annonce la nouvelle taxe .... mdr

c - ou encore le scénario "dur", dans une nouvelle crise d'hystérie ultralibérale Sarkozy s'accroche, manoeuvre et fait passer réellement la suppression complète de la taxe dès 2010

Provocant ainsi une succession de séismes économiques et politiques, je cite au hasard :

- effondrement de certaines branches du batiment

- scission à l'intérieur de la majorité

- émeutes provoquées par les augmentations des autres impôts locaux

Et je suis sur que j'en rate des meilleurs ....


Et tout ca parce que Nicolas est en train de péter les plombs ...

Et il a l'air de continuer, le véto aux solutions Jego pour les Antilles est une connerie incroyable ...

19:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

C'est con, t'as rien compris, si on supprime la taxe pro, les entreprises ne vont plus délocaliser, c'est superNique qui l'a dit ! donc c'est une mesure de sauvegarde nationale et la France sera sauvée face à la crise.
C'est pas difficile à comprendre pourtant !

Écrit par : lacalmette | 11 février 2009

Eh bien d'abord les entreprises touchent 15 milliards

...

et ensuite elles font construire leur usine en Roumanie ...


Euh j'ai pas tout compris la ?

:)

Écrit par : touriste | 11 février 2009

Les commentaires sont fermés.