Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13 février 2009

Mondialisation.

Je cite un document circulant sur internet. (source: paul.jamet(a)jouy.inra.fr )

Jean B. a commencé la journée tôt, ayant réglé son réveil matin (fait au Japon) à 6 heures. Pendant que sa cafetière (faite en Chine) filtrait le café (importé de Colombie), il s'est rasé avec son rasoir (fait à Hong-Kong)... Puis il s'est habillé avec sa chemise (faite au Sri Lanka), ses jeans (faits à Singapour) et ses chaussures (faites en Corée). Après avoir cuit son petit déjeuner dans son nouveau poêlon (fait en Inde) agrémenté de fraises (de Californie) et de bananes (du Costa Rica), il s'est assis, calculatrice en main (faite au Mexique), pour calculer son budget de la journée.
En consultant sa montre (faite à Taiwan), il a synchronisé sa radio (faite en Chine), puis est monté dans sa voiture (faite au Japon) pour continuer sa recherche d'emploi, entre deux fermetures d'usines (en France). À la fin d'une autre journée décourageante, il décide de se verser un verre de vin (fait au Chili) en écoutant Britney Spears (refaite aux USA!), pour accompagner son dîner congelé (fait aux USA), met ses sandales (faites au Brésil) et allume sa télévision (faite en Indonésie), et puis se demande pourquoi il n'arrive pas à se trouver un bon job payant, ici en France...


Le sens de ce texte serait de remettre en question la mondialisation avec en filigrane l'idée que si on produisait tout en France ce serait mieux !

Avant de poursuivre plus loin j'ajouterais un paragraphe a ce texte :

Au même moment en Chine Xin Y. termine sa semaine de travail, payée 10 euros (la semaine !) en se demandant quel travail il ferait le mois suivant puisque son usine venait de le licencier (sans préavis ni indemnité car le Code du travail n'est pas appliqué dans sa région). Heureusement il avait une piste pour un emploi de manutentionnaire dans une usine européenne fabriquant des calculatrices. En attendant ce soir il devra choisir entre payer son loyer (dans une chambre nue partagée avec six collègues) ou bien se payer un repas. Cruel dilemme.
Mais moins cruel que celui de Y. Z. (12 ans) ouvrière dans une usine d'assemblage de téléviseurs en Thailande : son chef d'équipe veut bien lui conserver son emploi (payé 10 euros par mois, mais pas tous les mois) mais il va falloir qu'elle soit "compréhensive"
Tandis qu'en Inde Mohamed B. qui vient juste d'obtenir son diplôme d'ingénieur, a réussi à décrocher un poste intéressant dans une entreprise anglo saxonne, qui paie super bien : 120 euros par mois !



La morale de ces histoires de productions délocalisées pour cause de petits salaires dans des pays en voie de développement c'est que les salaires des francais seraient trop élevés.

Moralité (patronale) : on doit baisser les salaires sinon il n'y a plus d'emploi en France !!

Ce que les politiciens UMP PS nous servent en version plus soft : "alléger les charges sociales", baisser le cout du travail ...


Est ce que la solution c'est de ramener les conditions de vie et de travail des salariés français au niveau des salariés (des esclaves devrait je dire) du Maroc ou du Mexique ?

D'abord il n'échappera à personne que cette argumentation repose sur un chantage !

Ce qui en droit ordinaire constitue un délit. Si je vous dis "donnez moi 1000 euros sinon je détourne le cours d'eau qui alimente votre maison", je vais logiquement finir en correctionnelle (bien que le cours d'eau soit dans ma propriété ...)

En revanche si un patron dit "on baisse de 10% les salaires sinon je ferme l'usine et vous allez au chômage crever de faim", c'est légitime et parfaitement admis par la morale et par notre "Droit" !


L'autre remarque, en dehors de toutes considérations morales, c'est que le chantage patronal, la menace des fermetures et des délocalisations, est effectivement appliqué en France depuis au moins vingt ans avec un succès phénoménal !!

Sous le chantage et les menaces, notre système social (santé, retraites, éducation gratuite ...) est en voie de démantèlement. Le droit du travail a été entièrement réécrit à la baisse et pour les salaires et les conditions de travail chacun jugera ...

Avec des arguments répétitifs : comment voulez vous lutter avec les salaires en Tunisie, Chine, et maintenant Pays de l'Est ...

Le problème c'est que cet immense succès de la propagande néolibérale est à l'origine de la crise que nous vivons.


En abandonnant toujours plus de nos salaires et de la protection sociale, les capitalistes ont tirés le système vers le bas. A un point ou la production capitaliste ne sert plus à rien ...

On produit des voitures à des couts imbattables (et basé sur des sous traitants du Tiers Monde à la limite de l'esclavagisme) mais tous les salariés étant devenus plus pauvres ... il n'y a plus assez de clients pour acheter les voitures !!


Et des abrutis diplômés nous répètent en boucle, il faut continuer encore et encore à baisser les revenus des salariés (le "cout du travail") c'est comme cela que l'on va sortir de la crise ...

Et plus les salariés s'appauvrissent et plus la crise s'accroit ...

Surtout quand d'autres abrutis - non moins diplômés - se sont mis en tête de faire consommer les salariés insolvables en leur ouvrant des lignes de crédit imaginaires !

Ce qui nous permet maintenant de bénéficier d'une double crise : économique, provoquée par la faillite du néocapitalisme, et financière à hauteur de 10.000 ou 20.000 milliards d'argent fictif (personne ne connait le montant exact !)


C'est pour cela qu'une rupture est nécessaire.

Il faut remettre les salariés au premier plan !!

Sinon on n'en sortira pas.

D'ou l'intérêt d'un grand parti défendant les intérêts des salariés. (NPA)


11:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.