Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18 février 2009

Répression en Guadeloupe.

Le décès d'un fonctionnaire tué dans des circonstances curieuses (pas moins de trois balles pour l'abattre et pas l'ombre d'un motif) confirme que la stratégie du gouvernement est toute entière basée sur la répression. La victime était un agent des impôts, syndicaliste à la CGT-G et membre du LKP ...

Selon les autorités la police n'était pas sur place ... mais on a du mal à imaginer des manifestants assassinant un des leurs ?

Je suppose que, comme souvent, l'enquête sera étouffée ...


Cela dit la responsabilité du gouvernement Sarkozy reste entière !

C'est en faisant attaquer par les CRS et mobiles, avec une extrême violence, les barrages protestataires inoffensifs que le gouvernement a provoqué la multiplication de ces barrages qui deviennent cette fois nettement plus offensifs.

Le pays a été envahi par des escadrons de CRS tous blancs à 100% qui ont visiblement reçu des ordres pour tabasser tout ce qui conteste. De fait, de nombreux guadeloupéens se plaignent d'avoir été victimes de sévices et d'injures racistes.

L'objectif du gouvernement est clair : par la provocation policière rééditer les évènements de 2005 dans les banlieues afin de discréditer le mouvement de grève générale et de justifier une répression de grande ampleur ...


Dans le contexte d'une ile dont la jeunesse a presque aussi peu d'avenir que les beurs de banlieues sensibles en France, la provocation policière est d'une facilité évidente. Je ne suis même pas sur que la police politique ait eu besoin de payer des agents provocateurs !

Et le plan Sarkozy marche. Des scènes de voitures brulées et de magasins pillés se sont déjà produites. Désormais vous ne verrez guère autre chose de la Guadeloupe à la télé !

Conformément au plan le ministre de l'intérieur envoie encore de nouveaux escadrons de CRS. Nouvelles provocations violentes, nouvelles réactions à vif, et de nouveaux incidents vont se produire plus ou moins spontanément, qui vont entrainer de nouveaux drames ...

Et quand le chaos deviendra suffisant, le gouvernement proclamera l'Etat d'urgence, supprimera les libertés, et fera probablement occuper le territoire par l'armée qui dispose déjà de plusieurs régiment sur place et aux alentours


Or les revendications des salariés guadeloupéens sont simples et claires, ce sont aussi celles des Français : pouvoir d'achat, augmentation des salaires, formation correcte, services publics suffisants, ...

Dans ce conflit qui oppose finalement les salariés au patronat et aux privilégiés locaux, Sarkozy applique strictement la ligne du MEDEF : tout pour les patrons, rien pour les salariés, et la matraque pour ceux qui résistent.

Et les politiciens obéissent servilement. On amuse la galerie en distribuant des aumônes ici ou la, et on met en œuvre une répression féroce pour tenter de liquider le mouvement social.

Les tribunaux commencent les procès en comparution immédiate : procès de 5 minutes, défense inexistante, "preuves" fournies par le "témoignage" de policiers, lourdes condamnations à de la prison ferme, 15 minutes maximum par condamnation.

Les tenants de la RGPP pourront être fiers : contre les salariés qui demandent de plus gros salaires, la justice est rapide, impitoyable, rentable !!


Mais comme le disait un commentateur : ce qui se passe aux Antilles aujourd'hui c'est peut être ce qui va se passer en France bientôt.


Et il faut en tirer les leçons. Notamment en terme de résistance à la répression.

Un mouvement social, même ultra majoritaire, ne peut pas se dispenser de constituer des forces d'autodéfense.

Tout simplement parce que nos adversaires utilisent toutes les violences pour défendre leurs privilèges.


PS
Et ma foi on les comprend, moi si j'avais patrimoine de plusieurs milliards et des revenus annuels par millions (7 milliards par an pour le plus gros capitaliste francais !), peut être que moi aussi j'exigerais que l'on emprisonne ou que l'on assassine tous les protestataires :)

20:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.