Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07 mars 2009

Provocation patronale.

Les évènements aux Antilles sont une vrai "leçon de choses" pour qui s'intéresse aux conflits sociaux.

En Martinique la grève générale se heurte de plein fouet aux patrons et au gouvernement.

Le patronat vient de tenter une provocation incroyable : en menaçant leurs salariés les patrons et les agriculteurs les ont forcé à prendre leurs camions et leurs tracteurs et à rouler en direction de Fort de France pour une opération de blocage.

Les "manifestants sous contrainte" sont évidemment passés devant les quartiers les plus modestes.

Ou non moins logiquement les grévistes ont commencé à les stopper avec des barrages.

Immédiatement - et sans doute était ce prévu depuis longtemps - les "forces de l'ordre" ont commencé à tabasser les grévistes et à utiliser les gaz lacrymogène contre les foules.

Ce qui a donné de bien belles images du genre "pneus brulés" pour nourrir la "réflexion" du JT de 20H sur les grévistes violents, les émeutes populaires et tout le désordre causés par ceux qui s'opposent à la liberté du travail !

Je conseille plutôt de lire le récit du Collectif du 5 février qui donne une tout autre version : site du collectif.

Et qui remarque finement que les grévistes n'ont pas été dupes : ils n'ont pas touché aux salariés contraints de manifester, mais ils s'en sont pris seulement aux patrons qui suivaient la manif tranquillement en 4x4 climatisé !!

Les évènements aux Antilles sont aussi l'occasion de voir ressortir les vieux clichés du langage des exploiteurs :

- la liberté du travail
traduction : vous devez retourner au boulot et continuer à crever de faim

- le retour de l'ordre républicain
traduction : on va tabasser et emprisonner les contestataires

etc.


Si les conflits aux Antilles sont si aigus c'est que l'exploitation capitaliste y est particulièrement sévère.

En profitant de leur puissance financière, une infime minorité de capitalistes dispose d'un monopole sur l'agriculture, l'industrie et le commerce.

Et par exemple augmenter les salaires ne sert à rien puisque ce sont les mêmes groupes qui donneraient 5% sur les salaires et qui reprendraient 10% en augmentant les prix de l'alimentation, de l'eau, de l'énergie etc

Dans ces iles, par certains aspects, on a vraiment l'impression d'un système économique encore esclavagiste

Ce qui explique la violence des affrontements.


En France la situation d'une grève générale serait surement différente. Enfin en tout cas en ce moment parce quand on sera à 10 millions de chomeurs (chiffre réel pas le chiffre bidon des Assedic) on peut imaginer une situation bien plus tendue.

Mais nous on y est pas encore si l'on songe qu'il a fallu un mois de travail aux guadeloupéens pour fédérer seulement 48 associations et 100.000 salariés ... alors en France avec nos milliers de syndicats et assos il va nous falloir 6 mois pour préparer un grève ... en admettant qu'on se décide à y penser :(

Soit dit en passant un rapport vient de sortir sur le patrimoine des francais (Documentation), on y apprend que plus de 50% des francais sont propriétaires ou encore que 10% de la population détient la moitié du patrimoine. On constate surtout que la statistique officielle n'existe beaucoup pas sur ce sujet (comme c'est bizarre :)


En attendant soutien aux luttes des exploités aux Antilles et à la Réunion !!

18:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.