Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31 mars 2009

Le Decret !

Le super décret anticapitaliste de Sarkozy (bientôt au NPA ? :) vient de sortir : décret

Nouveau foutage de gueule.

Basé sur le principe que personne n'ira voir le texte au Journal officiel ... ben c'est raté !!

Le journal Le Monde publie une analyse un peu technique du décret.

Une poignée d'entreprises verraient, peut être, éventuellement, leurs hauts dirigeants privés de bonus et de stock options.

Comme le note le juriste du Monde tout cela est fait sans aucune contrainte, on est entre braves gens qui vont "s'efforcer" "de moraliser" ... et on note bien qu'aucune sanction n'est prévue dans le cas d'une infraction !!

Tous ceux qui ont attrapé une prune pour une broutille ou ceux qui vont chopper une amende pour avoir téléchargé un mp3 jugeront sur pièces ce que valent les rodomontades de Sarkozy. Aux un on suggère par décret sans pénalités, les autres on les matraque ... 2 poids 2 mesures !

Personnellement je pense que tout ce cinéma dirigé contre des PDG - d'ailleurs éjectables comme on vient de le voir chez PSA - n'est qu'une minable mascarade pour dissimuler les vrais profiteurs de la crise : les capitalistes.

En dénonçant - purement verbalement - les "patrons" la propagande sarkozyste (dont le parti UMP comporte une fraction importante de "patrons" justement :) est censée dédouaner le système capitaliste de tous ses méfaits.

Et accessoirement de faire oublier que derrière le système et sa crise il y a des gros détenteurs de capitaux qui s'en mettent plein les poches, discrètement et sur une bien plus grande échelle que le directeur de base d'une grosse firme !

La solution repose plus que jamais sur une réforme du système et pas sur la désignation de boucs émissaires.

Nationaliser les secteurs clés de l'économie.

Ouvrir les livres de comptes aux salariés.

Mettre en place un bouclier social (un vrai pas celui du PS)

Ponctionner les très grosses fortunes pour relancer l'économie.


Toutes mesures dont il serait puéril de penser qu'elles passeront sans un nouveau mai 68




PS
En attendant, lors de ses déplacements Sarkozy continue a mobiliser les foules ... de CRS !

A Chatellerault, des dizaines de blessés et d'interpellations, matraquage dans un lycée, ville quadrillée, ...

La vraie France libérale, celle qui cogne ...


PS
Et son corollaire, la libéralisation et ses arnaques document

20:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

29 mars 2009

Cinoche (la suite)

La grande campagne de propagande pour nous faire croire que le gouvernement combat les patrons "indignes" vient de rebondir avec le "scandale" mediatique de Natexis : une entreprise qui ose distribuer des bonus alors qu'elle est aidée par l'Etat et qu'elle a connu de pertes ?

Ouh, la honte !

Cela dit on remarquera que le plus grand brouillard entoure cette affaire, et ce n'est pas un hasard.

Qui va être privé de bonus chez Natexis ?!

Je vous le donne en mille : les sa-la-riés !!

Répétez après moi : "Plus de primes pour les salariés !!"

Encore !!

C'est cela que Sarkozy appelle "Lutter contre le grand Capital" :) mdr


Bon cela dit on peut trouver excessif que les cadres et traders d'une banque touchent une prime de 100.000 euros alors que la banque est déficitaire.

Mais en principe les primes récompensent le travail accompli. Un employé de banque a pu se défoncer 10H par jour et obtenir de bons résultats dans son secteur - ou des moins mauvais - on ne comprend pas pourquoi il serait pénalisé et son travail ne serait pas reconnu à sa juste valeur !

Si on applique cette "culture du résultat" qui semble être le crédo de Sarkozy, alors un chirurgien qui ne sauve pas la vie de son patient après une opération de plusieurs heures devrait être privé de salaires ou d'honoraires ?! Un logique assez crétine non ? (et illégale)

Et par ailleurs, les mêmes qui nous assènent qu'il ne faut pas taxer les riches parce que sinon ils vont partir ailleurs (bof !), maintenant ils nous disent de pénaliser les meilleurs cadres sans craindre qu'ils partent et soient recrutés par la concurrence étrangère, qui paiera mieux ??

Alors il vaut mieux garder en France un riche oisif qui s'enrichit sur notre dos - à nos frais en franchise d'impôt - et saquer un cadre de valeur désigné comme bouc émissaire ... selon le bon plaisir de Sarkozy 1er ?

Tout cela sent la propagande de bas étage à destination du bon peuple, pour le détourner des réalités du capitalisme.

A propos, moi je veux bien que Sarkozy s'émeuve des "bonus" de quelques dirigeants - au statut de salariés parfois -, mais Zalors que dire des bénéfices distribués aux capitalistes en ce moment : (+40% au CAC)

Pour prendre un exemple célèbre : le plus gros capitaliste francais a touche en 2008 plusieurs milliards d'euros de dividendes !!

J'ai bien dit des milliards (famille L'oreal pour ne pas les nommer)

Mais bizarrement Sarkozy n'a rien vu.

Les autres de l'UMP ou du PS non plus !

Comme ces gens la sont bien mal informés, heureusement que je suis la :)


Moi je peux comprendre que la démagogie de Sarkozy fonctionne. Après tout quand on a du mal à finir le mois, ca parait excessif de penser que certains vont toucher en prime plusieurs années de SMIC.

Pour tout dire, moi non plus je ne vais pas encenser les "traders", friqués, bourgeois, et en plus qui sont rarement au NPA :)

Mais le problème de fond dans cette histoire c'est que l'on s'attaque à des salariés pour détourner l'attention des vrais responsables de la crise.

Car enfin, constat élémentaire, qui décide dans une entreprise, et plus particulièrement dans une grosse entreprise ?

Ce sont les propriétaires de l'entreprise, aussi appelés capitalistes quand le mot figurait encore au dictionnaire officiel.

Si on prend une société type SA par exemple, le PDG est révocable à tout moment ... par les représentant des actionnaires.

Alors si on le saque il faut trouver un moyen de rétorsion contre les actionnaires, car tout ce qu'il a fait lui a été imposé par les actionnaires, ce qui résume en général à une phrase : on veut 5% de plus de bénéfice cette année, débrouillez vous !!


Mais ces subtilités sont volontairement dissimulées par la propagande sarkozyste.

Et un décret va sortir, peut être une loi pour plafonner les primes des hauts dirigeants.

Pourquoi pas ? Mais ce ne règle rien, sauf à provoquer diverses difficultés.

Le salaire d'un dirigeant peut être fixé par contrat, est que l'Etat envisage de modifier unilatéralement, et a postériori, les contrats de travail conclus librement entre le salarié et ses employeurs ?

Sans doute quelques procès à venir, ou pire le départ pour l'étranger de personnes détenant des connaissances et des compétences vitales pour certains secteurs économiques (va t-on les emprisonner pour les contraindre à rester ?)

Toutes ces déblatérations sarkozystes contre les "bonus" c'est de la gesticulation, du pipeau !

Ce qui compte vraiment c'est d'imposer un partage des richesses produites et surtout de le faire réellement, pas seulement en annonces télévisées.

Ce qui suppose d'ouvrir les comptabilités des entreprises aux salariés et à leurs représentants, pour commencer.

Et de donner des moyens juridiques pour empêcher les licenciements dits "boursiers"

Bref des vrais mesures anti capitalistes.



PS
Mais moi, perso, malgré ses discours enflammés, je vois pas Sarkozy adhérer au NPA :)

14:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

26 mars 2009

Rien que du cinoche.

Du cinéma : il n'y a pas d'autres termes pour qualifier le discours démagogique et néanmoins imbécile tenu par Sarkozy dans l'Aisne et réitéré devant les élus UMP.

Le battage médiatique sur les "stock options" est un parait exemple de la méthode utilisée pour faire la promotion - indécente - du capitalisme et détournant l'attention de la population sur un problème mineur.

Pour paraphraser un célèbre comique on pourrait dire justement que "les stocks options sont un point de détail dans l'histoire du capitalisme" !

Le plus marrant c'est que les stock options sont à l'origine une mesure sociale, en faveur des salariés !

Lorsqu'une entreprise débute elle manque souvent de liquidités pour pouvoir verser des gros salaires et attirer les salariés les plus qualifiés, alors elle leur offre des "stocks options".

Un stock option ce n'est pas de l'argent. C'est le droit d'acheter dans le futur des actions de l'entreprise au prix qu'elles valent actuellement.

Exemple: l'action de mon entreprise vaut 100 euros en 2009 et je reçois 10 stock options utilisables en 2015. Si en 2015 mon entreprise s'est développé son action vaudra peut être 150 euros. Et donc j'achèterais - je "lèverais" l'option - pour 10 actions de 150 euros en les payant 100 euros. Je gagne ainsi 10 fois la différence de prix (150 - 100) soit 500 euros.

Evidemment si l'entreprise périclite son action va baisser et en 2015 vaudra peut être 50 euros et dans ce cas je n'ai pas intérêt à acheter 100 euros des actions qui en valent 50. Cela dit je n'ai rien gagné, mais je n'ai rien vraiment perdu non plus.

Le système des stock options a été très utilisé pour les jeunes entreprises High Tech, le cas le plus célèbre étant celui de Microsoft !! Lors de la création de Microsoft, de jeunes ingénieurs bossant comme des dingues ont reçus des lots de stock options minables. Dix ans plus tard la société étant devenu ce qu'elle est, ces salariés étaient millionnaires !

Le système a un double mérite :

- il permet de limiter les salaires lors de la création de l'entreprise
- il "oblige" les salariés à bosser pour développer l'entreprise et s'enrichir

On se demande bien pourquoi Sarkozy, qui nous bassine avec ses "valeurs" de travail, de mérite et de responsabilité, est tellement acharné à supprimer un système qui récompense le travail des salariés.

Alors on sait bien que le système des stock options a été largement détourné par certains hauts dirigeants - et je vous signale que pleins de politiciens UMP et PS font partie des CA des grandes entreprises et en profitent outrageusement, avec ou sans stock options !!

On pourrait envisager de limiter le montant des stock options pour éviter qu'un haut dirigeant ne s'en aille avec plusieurs millions. Etant observé que ce sont les actionnaires de l'entreprise qui décident du montant des stock options à distribuer. Et en général si le dirigeant a eu 2 millions, les actionnaires en touchent 100 ! (mais il est vrai que les mots actionnaires et capitalistes sont officiellement interdits de nos jours :)

Mais supprimer complètement le système des stock options pour les employés et cadres, ce n'est qu'un détail mais c'est pour le moins débile !

Du Sarkozy tout craché. Pour faire son "cinéma" sur la "moralisation du capitalisme" il est prêt à toutes les conneries. (surtout quand ce seront des salariés qui trinqueront :)

Cet exemple des stock options doit être également développé pour bien montrer que lorsqu'on approfondit un peu le discours démagogique et imbécile de Sarkozy, derrière le ramassis de lieux communs, c'est un tissu d'inepties.

Reprenons l'idée sarkozienne de la "sanction" contre un PDG qui licencie, simplement en nous plaçant du point de vue du capitalisme.

Le PDG a-t-il démérité ?!

Non !!

Car dans le même temps, les bénéfices de l'entreprise sont restés très confortables. C'est ainsi que depuis la crise de 2007, les bénéfices des entreprises du CAC40 ont augmenté de +40%. Le moins que l'on puisse dire - du point de vue capitaliste - c'est que ces PDG ont sacrément bien joué et méritent bien leur salaire !

Est que la valeur de l'entreprise a diminué ?

Non !!

Fréquemment, les licenciement et les délocalisations signifient que l'entreprise se réorganise pour être plus rentable. Et immédiatement le cours de l'action en Bourse augmente - et donc la valeur de l'entreprise.

Qu'est ce qui cloche dans le raisonnement que je viens de tenir ??

Eh bien tout simplement que comparer le salaire du PDG et les conséquences sociales du capitalisme, ce n'est pas pertinent. On additionne des choux et des carottes ...

Le vrai problème dans nos sociétés c'est le système capitaliste, qui organise l'exploitation systématique des travailleurs et qui détourne et concentre les richesses produites entre les mains d'une minorité de nantis !

Et la on comprend bien la manœuvre sarkozyste. En désignant des boucs émissaires, on détourne l'attention des vrais responsables de ce système inique : les propriétaires de capitaux. Qu'on appelait aussi "capitalistes" avant que le mot ne soit banni du vocabulaire français de la propagande officielle :)

Ce qui permet au même Sarkozy, la bouche en coeur, de nous faire la promotion du capitalisme en affirmant bien haut que capitalisme est indispensable, qu'il n'y a pas d'alternatives au capitalisme - ce qui est faux - et en faisant croire que l'on va régler nos problèmes en inventant une "ethique du capitalisme"

Mais le capitalisme n'a pas d'éthique, il a une seule loi celle de l'exploitation et du profit !!

Et par ailleurs, est il judicieux de confier le soin de parler d'une "éthique du capitalisme" a des politiciens élus grace à l'argent et aux médias capitalistes ... un bien malheureux conflit d'intérêt :)


Bref voila pourquoi c'est intéressant de décortiquer le discours sarkozyste, on y trouve toujours :

- démagogie (moi je suis pour le peuple !! bling bling :)
- tromperies (désigner des boucs émissaires)
- mensonges (ce n'est pas la faute du capitalisme !)

La méthode a bien marché pour tromper les électeurs en 2007, mais je doute qu'elle puisse abuser longtemps les millions de chômeurs et de précaires en 2009 !!



PS.
Quant aux "valeurs" de Sarkozy parlons en ...

Le discours de l'Aisne ajoute une nouvelle mesure liberticide. Désormais les jeunes en "bande organisées" seront mis en prison ... sans avoir commis de délits ... (la Constitution elle sert plus que de PQ ?!)

Quand on sait que tous les jeunes ados - et même avant - vivent déjà "en bande organisées" pour les sorties, le sport, les loisirs ..

La nouvelle loi Sarkozy permet implicitement d'emprisonner plusieurs millions de jeunes ...

Les valeurs de Sarkozy ce sont celles des fusilleurs d'ouvriers du 19eme ou des adeptes de Pinochet du 20eme ...

Il y a leur valeurs et nos valeurs

Pour un salarié la première des libertés c'est le droit à un travail

- qui respecte sa santé
- qui lui permet de se nourrir
- qui lui permet d'avoir un logement décent

Voilà nos libertés pour lesquelles des ouvriers sont morts et d'autres ont fait la grève générale en 36 et 68


12:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

23 mars 2009

Quelles alternatives ?

Il n'échappera plus à personne que le gouvernement Sarkozy ne tient plus que par un fil !!

Impopularité massive, contestations de masse dans tous les secteurs, et crise de légitimité de l'idéologie capitaliste ...

En fait le gouvernement Sarkozy ne tient encore seulement parce que la majorité des Francais pensent qu'il n'existe pas d'alternatives au capitalisme. Raisonnement fondé sur des routines de pensées et sur l'absence de visibilité d'une solution économique et politique ...

Et en plus s'ajoute à cela les séquelles de la guerre froide, qui a vu l'effondrement des solutions "communistes" - il serait plus juste de dire des dictatures sanguinaires - et parallèlement le développement extraordinaire du monde capitaliste ...

Soit dit en passant, c'est justement le propre du capitalisme. Fondé sur la cupidité et la rapacité, ce système aboutit immanquablement à des catastrophes. Et cela depuis le 19eme !!

Crises cycliques dès le début, guerre impérialiste en 14, krach et misère en 29, re guerre en 39 ... et effondrement en 2008 !

Les cyniques disent que c'est "normal" : c'est la "destruction créative", le capitalisme fait une bonne grosse monstruosité et puis dans les ruines fumantes on reconstruit ...

Il a échappé à ces brillants théoriciens que l'on doit être capable de construire quelque chose dans le monde sans forcément être obligé de tout casser et détruire à moitié la planète ....

Et par ailleurs les bienfaits du capitalisme sont en fait assez limités, même en période de prospérité la plus grande partie du monde capitaliste ou assimilé meurt de faim ...


Ces constatations et tant d'autres permettent de penser que bâtir un autre type de société est certainement possible

(et sans tuer des dizaines de millions de gens, en prime :)

Ne comptez pas sur moi pour sortir une théorie toute faite, j'écris pour aligner des idées - justes ou non - qui dérangent.

Mais à mon avis (ca y il se lance :) on devrait prospecter dans deux directions, dont nous savons au 21ème siècle qu'elles sont indissociablement liées !!

1 - promouvoir la démocratie.

2 - remettre l'économie au service du citoyen.


1 - Au sujet de la démocratie, le problème c'est d'arriver à un système ou tant bien que mal les décisions sont prises et contrôlées par ceux même qui en supporteront les conséquences.

Il n'y a pas de miracle : il faut diminuer le temps de travail !!

Vu que quand on fait 8H plus un certain temps de transport et que l'on veut avoir un peu de vie privée, il est peu vraisemblable que l'on trouve le temps de lire le dernier projet de loi à voter ...

Sur le temps de travail, ce n'est pas un gros problème. Les progrès de la productivité permettent de faire vivre le pays avec des temps de travail de quelques heures par jour. Si vous en doutez, pensez aux agriculteurs dont le nombre a été divisé par 10 en cinquante ans et qui maintenant produisent encore trop !

Par ailleurs, on peut maintenant informer en temps réel la quasi totalité de la population en utilisant notamment les réseaux télématiques. Et mieux encore organiser des votes ou des sondages dans de bonnes conditions de loyauté, les progrès des mathématiques dans ces domaines sont énormes.

Enfin il faut imposer la transparence pour tout ce qui concerne la vie collective. Toutes les données doivent être publiques et l'action des "administratifs" doit être transparente. Interdisons les secrets contre les citoyens (et ca vaut pour les fichiers :)


2 - Au sujet de l'économie, clairement on voit bien que le système capitaliste marche sur la tête.

Des richesses fantastiques sont produites, ce dont tout le monde a pu se rendre compte lors de la "crise" financière. Quand les Etats soit disant "ruinés" ont sortis de partout des centaines de milliards d'euros ou de dollars !!

Les mêmes venaient juste de nous faire pleurer en disant qu'il était absolument impossible de sortir quelques milliards pour renflouer la sécurité sociale ou assurer une retraite aux vieux travailleurs

Et dès que les capitalistes trop cupides ont perdu des fortunes, des milliers de milliards sont trouvés mystérieusement.

On voit bien qu'il n'y a aucun mystère dans ce mécanisme. Nos économies pourraient bien faire vivre tout le monde, la misère n'existe que parce qu'une poignée de nantis confisque des sommes qui dépassent l'entendement humain (vous avez déjà vu ou même simplement essayé d'imaginer ce que c'est que 300 milliards ?)

Alors la solution c'est certainement qu'il faut taper du poing sur la table et dire : à partir de maintenant ceux qui produisent récupèrent la plus grosse partie de la valeur produite par leur travail.

Ce qui, j'en conviens est communiste - dans le bon sens du terme - et suscitera quelques réticences parmi ceux qui se goinfrent actuellement ... et pourtant même si on prenait la moitié des plus grosses fortunes leurs propriétaires resteraient encore fabuleusement riches !


Il faudrait aussi parler de la dimension "écologiste", avoir du temps libre, vivre dignement ... et cesser de vivre pour consommer et gaspiller
(mais la je triche, cette idée commence à devenir un lieu commun :)


Bref voilà quelques pistes. Tout un travail de débats et d'échanges d'idées reste à faire. Mais le point le plus important à mon avis c'est que l'on doit être bien convaincu qu'il n'y a nulle fatalité: à chaque époque le société n'est que ce que les hommes (les femmes aussi :) en font ...



PS
Et pendant ce temps la propagande bourgeoise cartonne sur les dirigeants de banque privés de stock options.

La manœuvre est grossière. Dans les entreprises importantes il y a les capitalistes et les salariés.

Or le statut des dirigeants d'entreprise est d'un extraordinaire variété. Telle entreprise est dirigé par le capitaliste majoritaire, telle autre est dirigé par un salarié particulièrement qualifié, etc

Les responsables de la crise ce sont les capitalistes - les propriétaires des entreprises - qui imposent par exemple des licenciement ou des délocalisations pour augmenter bénéfices et dividendes ...

Faire croire que la crise est provoquée seulement par de mauvais dirigeants c'est mesquin. Et c'est faux.

Tout se passe comme si les gouvernements sacrifiaient quelques hauts dirigeants à la vindicte populaire de manière à protéger les vrais coupables : les capitalistes, le système capitaliste dans son ensemble

Ne nous laissons pas abuser. Si un PDG reçoit 2 millions, soyez assurés que les actionnaires en ont empochés 100 !!



PPS. (pub) Spécial copains

21:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

20 mars 2009

Franchir une etape.

Avec une mauvaise foi en acier trempé le gouvernement Sarkozy n'a toujours rien vu de sérieux lors de la grève générale du 19 mars !!

Avec parfois un peu de provoc, comme lors de la manif de Marseille qui a réuni sans doute dans les 300.000 manifestants (manif regroupant toute la région marseillaise) avec un cortège étalé sur 5-6 km, tandis que le chiffre officiel est 30.000 (sic)

Ou encore cette déclaration de Soubié, conseiller privé spécialisé dans la lutte anti sociale (Altedia), qui affirme :

"Il y a une inquiétude manifeste, légitime qui s'explique par la crise, mais on n'a pas franchi d'étape dans la protestation par rapport au 29 janvier"

Sans le vouloir ce sbire du patronat nous révèle le fond du problème actuel :

Pour que les salariés se fassent entendre et fassent reconnaitre leurs droits, il faut "franchir une étape" dans la mobilisation !!

Et c'est l'homme du patronat qui le dit bien fort :)

Tandis que du coté syndical, on est très content de montrer son "influence" sur les salariés et on trouve très urgent de ne rien faire et d'attendre pour voir comment les choses vont tourner ... Zen quoi ... (les dirigeants syndicaux "permanents" s'en foutent, ils ont déjà leur bout de gras assuré, eux !)

Pour mémoire la bonne méthode est celle employée en Guadeloupe que je résume rapidement :

1 - on réunit le maximum de personnes et surtout d'organisations de toute nature qui ont un intérêt commun à agir.

2 - on met au point un programme écrit de revendications sur lesquelles on est tous d'accord.

3 - on organise la grève générale et on la protège avec un service de sécurité nombreux et efficace.

4 - on tient bon et on impose ses revendications au gouvernement et au patronat (ce sont les mêmes !)


Bon en gros on peut dire que ca fonctionne bien, Guadeloupe, Martinique et bientôt Reunion ... et demain France ??

Alors évidemment on peut chipoter en disant que patrons et politiciens sont prêts a se battre jusqu'à la mort (de préférence la notre :) pour ne rien céder et ne rien lâcher !!

Ainsi en Gwada l'accord Bino - au mépris des promesses et de l'engagement écrit - n'est toujours pas généralisé ... et on peut parier que les autres revendications seront demain attaquées à nouveau ...

Mais cela, le mensonge, les trahisons, les tromperies, ce sont les lois de la guerre, de la guerre sociale entre classes antagonistes. Normal. (si j'ose écrire :)

Il y a tout de même un petit détail à souligner.

En Gwada la population est de 440.000 habitants et il leur a fallu plus d'un mois de palabres pour se mettre d'accord.

Etendu à la France, 60 millions, ca veut dire que préparer une grève générale et un affrontement classe contre classe, ca suppose des mois de parlotes et de débats entre salariés, syndicats, organisations de toutes nature ... pour arriver à un programme commun !!

Et c'est pas gagné ! C'est malheureux à dire, mais la lutte démocratique c'est un boulot d'enfer !

Il suffit d'aller sur le site du NPA et de visionner les vidéos des discussions - très dures parfois - au congrès ou lors des conseils nationaux, pour comprendre le problème (et ils sont seulement 9000 ! mdr)

C'est un aspect de la question que les dirigeants syndicaux oublient pudiquement, c'est pas leur truc la lutte démocratique. Et Thibaut déclarait en 2003 que la grève générale ne se décrète pas pour avoir une raison de ne rien faire contre la réforme des retraites

En effet on ne peut pas "décréter la grève générale" mais on peut commencer à la préparer !!

Ce que les branquignols de la CFDT CGT CGC etc. se gardent bien de préciser !!

Et vu le temps que ca prends faudrait commencer tout de suite si on veut pas finir 2009 avec 5 millions de chômeurs !

23:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)