Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31 mai 2009

Le Train Maudit.

Faisons une expérience amusante.

Supposons que nous voulions aller de Marseille (13) à Aumont Aubrac (48), une idée bête quoi.

Encore plus extravagant, nous voulons y aller en train avec la compagnie SNCF !!

(Eh oui grace à l'Europe ultralibérale on aura le choix d'être "roulé" par plusieurs compagnies qui sont déjà en activité : ECR, SNCF, etc.)

Alors simplement on se dirige vers le site de la SNCF et on demande les horaires de Marseille à Aumont Aubrac à partir de 6H.

On obtient alors cela (faites la manip pour vérifier) :

ALLERS disponibles pour le Mardi 02/06

Gares de départ et d'arrivée     Horaires     Train(s)         Durée 08h16

MARSEILLE ST CHARLES     14h14     CORAIL TEOZ 4762    
BEZIERS     16h35    

BEZIERS     18h26     TER 78962    
MILLAU     20h21    

MILLAU     20h33     Autocar 34212    
AUMONT AUBRAC     22h30    

Gares de départ et d'arrivée     Horaires     Train(s)         Durée 08h16

MARSEILLE ST CHARLES     14h14     CORAIL TEOZ 4762    
MONTPELLIER     15h51     Service Handicapé Aveugle avec chien Transport de vélo payant

MONTPELLIER     17h15     Autocar 34122    
MILLAU     18h50    

MILLAU     20h33     Autocar 34212    
AUMONT AUBRAC     22h30


Donc si on en croit l'ordinateur de la SNCF il n'y a pas d'autres trajets entre Marseille et Aumont à partir de 6H.

Mais si on est un peu curieux, et même tenace, on peut décomposer le trajet en deux segments et demander d'abord les horaires de Marseille à Millau. Ce qui donne ceci :

ALLERS disponibles pour le Mardi 02/06

Gares de départ et d'arrivée     Horaires     Train(s)         Durée 05h46

MARSEILLE ST CHARLES     09h14     CORAIL TEOZ 4756    
BEZIERS     11h31    

BEZIERS     13h00     TER 78954    
MILLAU     15h00     Transport de vélo


Et puis on demande les horaires de Millau à Aumont Aubrac le même jour, ce qui nous donne :

Gares de départ et d'arrivée     Horaires     Train(s)         Durée 01h34

MILLAU     18h42     TER 78964    
AUMONT AUBRAC     20h16

Finalement on voit qu'il existe un autre trajet que l'ordinateur de la SNCF ne propose pas.

Certes la machine propose uniquement le trajet le plus court (8H16 au lieu de 11H) mais il se trouve que c'est aussi celui qui fait arriver le plus tard (22H30 au lieu de 20H16)

Mais il est assez bizarre que l'ordinateur ne donne pas le choix au voyageur !!

(je rappelle à tout hasard qu'une machine - simple tas de ferraille programmé - est tenu de vous fournir tous les horaires et non uniquement les horaires qu'elle juge unilatéralement "bons" pour vous !!)

Et par aillleurs, quand on est mauvais esprit comme je suis, on remarque que les deux trajets proposés sont ceux qui imposent la liaison Millau - Aumont en autocar !!

En quelque sorte la machine a fait disparaitre le train TER entre Millau et Aumont ... le Train maudit ?

Est un hasard ?

Eh bien les choses sont plus claires quand on sait que cette ligne est celle du Paris Béziers (la légendaire ligne Aubrac) que la SNCF essaye de supprimer depuis des années par des manoeuvres sournoises (horaires impossibles, défaut d'entretien des voies, ...)

C'est une ligne non rentable selon les critères de la SNCF qui n'a plus une démarche de service public mais de "service d'intéret général" selon la définition imposée par l'Europe de Bruxelles ...

Et un service d'intéret général (l'épicerie arabe dans mon quartier c'est aussi un service d'intéret général !) n'a plus vocation a servir la population mais uniquement à réaliser des profits !!

Alors toutes les méthodes sont bonnes pour supprimer les lignes qui ne font pas assez de bénéfices ...


Une expérience à méditer donc ... si possible avant le 7 juin !


PS
Il existe le même problème avec la ligne Paris Nimes (le célèbre train Cevenol) que la SNCF estime non rentable ... les horaires sont dégradés, les voies non entretenues ...

Tout est fait pour que bientot la SNCF soit "obligée" de fermer la ligne parce qu'il n'y a  plus assez de fréquentation et parce les voies sont devenues trop dangereuses !!

Et dans les deux cas la SNCF et les élus nous jurent, la main sur le coeur, "nous ferons tout pour sauver cette ligne !!

C'est cela oui !

 

16:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Faillites.

La situation actuelle semble se résumer en un mot : faillite.

1 - Faillite totale et complète du capitalisme sous sa forme ultralibérale.

Est ce que cela vaut encore la peine de remplir des pages pour rappeler les promesses de Sarkozy et l'échec total de sa politique ultralibérale ?

Sarkozy est arrivé au pouvoir en réalisant l'union politique de tous les courants de droite : depuis l'extrême droite jusqu'aux "socialistes" libéraux en passant par la droite historique (UDR RPR UMP ... ) et des vagues courants "centristes".

Cette union politique - portée par Sarkozy et financée par le capitalisme international - repose sur un programme unificateur :

- destruction des acquis sociaux concédés depuis un siècle et limitation des droits des travailleurs
- réorganisation de l'Etat en faveur des nantis et destruction des services publics
- mise en place d'un régime policier garantissant les droits des privilégiés
- mise en oeuvre de toutes les mesures garantissant les profits maximum des capitalistes

Il est important de distinguer la forme et le fonds. Dans sa campagne électorale il était frappant de voir que Sarkozy reprenait la logomachie communiste des années 70 ("défendre les ouvriers", "patrons voyous", etc.).

Mais sous un habillage populiste le gouvernement de Sarkozy met en place des "réformes" qui transforment notre société en une société capitaliste ultralibérale, et sur certains plans bien en avance sur les modèles anglais et américains.

C'est particulièrement vrai en matière de sécurité. Quelques incidents sont sur médiatisés et dramatisés et il s'ensuit une nouvelle loi diminuant nos libertés.

Le cas de la loi Hadopi est typique. Le 21ème siècle connait un développement exponentiel des échanges d'informations. Le capitalisme entend s'y opposer dès lors que ces échanges ne génèrent pas de profit ou même seraient éventuellement susceptibles de diminuer les profits des capitalistes.

Ainsi la copie d'une chanson - un acte banal de la vie quotidienne - devient un délit puisque les entreprises capitalistes sont privées d'un profit : celui de taxer un échange d'informations dont elles sont à l'origine !
Avec cette logique il faut interdire les bibliothèques puisque des millions de gens lisent des livres sans les acheter (et les droits des créateurs alors ?) ou encore il faut surveiller les emprunts de DVD et vérifier que celui qui achète un DVD est bien seul à le regarder !!

Ce délire capitaliste est devenu une Loi de la République, ce qui en dit long sur le type de société policière qui se met en place au bénéfice des capitalistes.

Avec la dernière loi LOPSI même la Justice n'aura plus le droit de connaitre les agissements ni l'identité des agents de la police politique ... qui deviennent une force mercenaire au service du gouvernement ...

Et pendant que la notre modèle social se réorganise sous le double signe de la KGBisation et des médias sous controle, pendant ce temps les salariés trinquent.

- chaque jour voit sa suppression des droits des salariés
- le système de protection sociale est liquidée (retraite à 70 ans !)
- l'Etat s'acharne contre les plus pauvres (harcèlement administratif, flicage, DNLF, RSA, ...)
- les licenciements sans aucun controle sérieux se multiplient

Enfin ne soyons pas négatifs, les profits des capitalistes (euh pardon on dit "entreprises") s'envolent et malgré la crise spéculative la Bourse remonte. Cette remontée de la Bourse - en période dite de "crise" - devrait nous mettre la puce à l'oreille !

La Bourse fonctionne par anticipation. Si le CAC40 remonte cela signifie que les boursicoteurs anticipent une remontée des profits. En fait l'évolution récente de la situation politique est interprétée par eux comme la mise en route d'une société de sur exploitation des salariés (genre ouvrier roumain ou chinois à 1 euro de l'heure). Et dans cette perspective de fabuleux profits sont possibles, éventuellement après une réorientation de la production puisque 80% des salariés seront trop pauvres pour consommer largement ...

Ou si vous préférez, ce que dit clairement la hausse du CAC40 c'est que la crise est finie et que ce sont salariés qui vont en payer le prix !!


2 - La faillite (presque) complète des partis politiques.

Le modèle libéral qui se met en place repose sur le système de l'alternance : un parti de droite et un parti de "gauche" qui se succèdent au gré des circonstances mais toujours en appliquant la même politique ultralibérale.

Nous avons l'UMP, nous avons le PS, et le même discours notamment en matière de création d'une Europe libérale (je devrais dire une Internationale Capitaliste :) fondée sur les principes de Maaschtricht, du TCE (pourtant rejeté par les électeurs) et des accords de Lisbonne (adoptés au mépris des électeurs !)

Et les petits partis n'ont plus guère que le role de satellites gravitant autour de l'un ou l'autre des deux poles politiques libéraux.

Ceux qui doutent qu'il existe encore une différence entre PS et UMP devrait relire les programmes Royal et Sarkozy de 2007, on pourrait presque dire que Sarko est le plus à gauche, d'autant que Royal a reconnu publiquement que son programme était encore trop à gauche (sic) !

Et les péripéties récentes des éléphants et éléphanteaux du PS qui passent à l'UMP sans état d'ame sont une excellente lecon de chose pour les électeurs qui auraient des doutes (cf Kouchner "Moi je vote UMP")

 

3 - La faillite des organisations syndicales.

Depuis le début de l'année une masse de salariés avait l'espoir que la lutte syndicale pouvait contrecarrer les dégats de plus en plus visible - et dramatiques - de la politique du gouvernement Sarkozy.

Depuis janvier chaque mobilisation voyait augmenter le nombre des manifestants, pour atteindre d'ailleurs des niveaux sans pareils dans l'histoire de France depuis longtemps.

La stratégie syndicale pour casser le mouvement - ou plus exactement pour le neutraliser - reposait sur trois axes :

- réaliser une unité syndicale de facade afin de controler les grèves et manifestations

- ne donner aucune perspective unificatrice pouvant booster le mouvement (un programme commun par exemple)

- faire trainer les choses pour jouer le pourrissement et le découragement des salariés

Et ce fut un succès total. Des journées de grève isolées et sans perspectives ont convaincu les millions de manifestants qu'il ne servait plus à rien de descendre dans la rue pour une journee traine savate tous les trois mois.

Et inversement en face le gouvernement rigole. Il accèlere ses projets anti sociaux et lors de la journée du 26 mai - qui était un échec prévisible et programmé par les directions syndicales - les ténors de l'UMP ont fait de la provoc  !

La veille de la manifestation, alors que le projet visant à généraliser le travail le dimanche, un UMP a sorti une idée de génie (patronal) : et si on faisait travailler les salariés malades ?!

Evidemment ce n'est pas possible. Quoique il me revient à l'esprit une usine automobile ou les contremaitres allaient chercher chez eux les ouvriers malades pour les remettre sur la chaine (!)  "ah oui vous avez un bras dans le platre ? pas de probleme je vous trouve un poste ou on peut travailler d'une seule main" (sic)

Vieux fantasme patronal selon lequel un salarié malade c'est un fainéant qu'il faut remettre au travail ... fantasme repris régulièrement par tous les médias et par tous les réglements de l'assurance maladie ...

Ce nouveau délire UMP - qui aurait tout aussi bien être proposé par le PS - nous montre à quel point le gouvernement se sent fort et incontesté !!

La faute n'en revient pas seulement aux dirigeants véreux des organisations syndicales. En fait la situation exige une solution politique que les syndicats sont incapables de fournir. Leur boulot quotidien c'est de faire des réunions, de négocier, de discuter et de faire des "accords" avec la patronat et le gouvernement.

Fournir une alternative politique et économique pour sortir de la crise sans faire payer les salariés c'est le role d'un parti politique. Le NPA par exemple, seul parti politique proposant une politique de gauche (publi info :)

En attendant le mouvement syndical qui n'était déjà pas bien en forme vient de prendre un coup qui va lui être fatal. Les salariés seront partagés entre les pressions des petits cadres et patrons qui ne veulent pas de contestation de leur autorité et le spectacle des échecs syndicaux ...

Il ne restera plus au syndicat que le role de "syndicat officiel" et sans doute obligatoire qui consistera a surveiller les salariés pour le compte du gouvernement et du patronat ... triste !

 

Alors quelles solutions ?

 

La première c'est d'éliminer aux Européennes l'UMP, le PS et leurs alliés !!

La deuxième c'est d'élaborer un programme politique alternatif !!

Et faire voter des lois en faveur des salariés, en France et en Europe !!


12:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

23 mai 2009

Voter contre le clan bourgeois : Verts UMP PS

Les élections de juin seront une occasion unique de montrer notre rejet du libéralisme et des conséquences dramatiques (enfin pour les salariés !) des politiques ultra libérales menées par le clan Verts PS UMP et leurs satellites !

Le site du NPA recense les 527 votes des députés francais au Parlement européen et montre que dans 97% des votes les élus PS votent exactement comme les élus UMP !!

On s'était bien rendu compte en 2007, lors des présidentielles, qu'il n'existait plus aucune différence programmatique entre PS et UMP et leurs partis satellites et obligés, mais à ce point c'est proprement effarant.

Leur seul projet politique est de continuer le néolibéralisme toujours plus fort dans le sens d'une diminution des droits des salariés et d'une augmentation des privilèges des capitalistes ...

Et accessoirement de "ramasser" tous les petits partis (devinez pourquoi le Parti de Gauche refuse de dire qu'il ne s'alliera pas au PS :) et d'éliminez les autres petits partis

Visiblement ils revent d'un régime d'alternance, comme démocrates et républicains aux USA, ou le gouvernement du PS serait remplacé par celui de l'UMP et vice versa ...

 

Quand a la campagne des médias pour promouvoir le NPA - fortement inspirée par Sarkozy pour faire perdre des voix au PS -, elle est bien terminée.

Le mot d'ordre général - des Verts au PS en passant par le PdG - c'est "Feu sur le NPA !"

Eh bien au moins les électeurs se rendront compte de visu que le NPA est désormais le seul parti démocratique de gauche en France !

 

Le vote du 7 juin est donc doublement important.

 

Nous pouvons disqualifier en France les partis bourgeois qui défendent le néolibéralisme.

Ces gens là ont provoqué la crise en donnant sans cesse toujours plus aux nantis et en reprenant tous les maigres acquis des salariés.

Et ils prétendent nous sortir de la crise en accélérant les réformes néolibérales, distribuant aux capitalistes des milliards par centaines et imposant aux salariés des contrats précaires, des licenciements, le travail le dimanche, la semaine de 48H etc ...

 

Mais les élections du 7 juin c'est aussi l'occasion de contester l'Europe qu'ils veulent nous imposer.

Celle de la liberté totale pour les capitalistes, celle des régressions sociales dignes du 19ème siècle.

Encore récemment c'est la semaine de 48H qui devient légalement la norme européenne, c'est la libéralisation - la marchandisation - de tous les services publics (et la destruction de ceux qui ne sont pas "rentables" pour les capitalistes !), ce sont les réformes anti sociales qui s'imposent en Droit aux Etats de l'UE.

 

On peut les stopper.

Notamment le 7 juin 2009.

 

 

PS.

Un autre aspect de la question qui mériterait une réflexion plus approfondie c'est que le vote européen permet d'envisager la formation d'une Internationale européenne - pour commencer - qui regrouperait tous les partis qui défendent les droits des salariés.

Car ne l'oublions pas l'Internationale capitaliste existe déjà !  Elle siège à Strasbourg et Bruxelles !!

 

 

 

 

 

 

 

22:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

10 mai 2009

Comment devenir un génie scientifique?

Le mathematicien Didier Nordon publie ce mois ci dans son bloc note une intéressante remarque sur les conditions à remplir pour devenir un génie scientifique officiellement reconnu.

Evidemment la notion de "génie" mériterait de plus amples explications. Einstein par exemple, l'archetype du génie officiel, voit son étoile décliner quand on regarde sa vie privée et que l'on s'apercoit que c'est sa femme, physicienne de génie non officiel, qui lui aurait suggéré certaines des idées qui ont rendu son mari universellement célèbre !

(Femme qui le quittera plus tard car le génie cognait vraiment trop fort quand il la battait ! Et début 1900, sans le droit de vote des femmes, il était impensable qu'une "femme" puisse découvrir la Relativité ... et puis de toute facon elle avait pas intéret à la ramener, sinon ... )

Dans la catégorie génies (presque) méconnus on a aussi les génies du Tiers Monde. Par exemple les grands pays industriels - dont la France - se paient des génies mathématiques au moins deux fois plus fort qu'Einstein (étalon de référence si j'ose écrire :) pour des sommes de l'ordre de 3000 à 5000 euros par mois. Pour un génie authentique c'est donné ! Mais dans leurs pays, en Russie par exemple, ils plafonnaient à 300 euros par mois ...

Donc la notion de génie scientifique est une chose bien difficile à cerner. Mais il se trouve que ce n'est pas le sujet de cet article qui concerne seulement la méthode : comment devenir un génie scientifique !

Dans la suite du texte on entendra par "génie", non pas celui qui fait une découverte sensationnelle mais ignorée, mais plutot celui qui apparait aux yeux de tous, officiellement, comme LE "génie" des mathématiques, de la médecine, de la climatologie, etc.

Les trois conditions énoncées par Nordon (je m'excuse de copier, mais il a eu une idée ... euh géniale) sont les suivantes :

1 - publier

2 - publier du sensationnel

3 - se médiatiser

Détaillons un peu.

 

1 - publier.

C'est quelque chose de bien connu, un scientifique n'existe que s'il publie énormement d'articles et dans des revues de prestige. C'est le fameux "publish or perish" des anglophones.

Meme en France l'évaluation du travail d'un scientifique se fait d'abord en fonction de la longueur de sa liste de publications. (et c'est vrai des fois aussi d'après ses relations politiques, enfin passons)

Alors toutes les méthodes sont bonnes pour publier : le copinage, l'adhésion à un clan, àun parti, le bidonnage d'articles voir le vol des idées d'autrui ...

C'est ainsi que dans les revues scientifiques à comité de lecture, les articles sont confiés pendant plusieurs mois à des spécialistes du domaine pour évaluation. Et que croyez vous qu'il arrive parfois quand le spécialiste découvre un résultat ou une idée qu'elle est vraiment bonne ?

Eh ben il s'arrange pour retenir l'article évalué - ou le faire rejeter - et vite vite il écrit un article "empruntant" la bonne idée qu'il se charge de faire publier rapidement ... mais sous son nom et en omettant de citer sa source !

Cela dit il y a des milliers de scientifiques qui publient à tour de bras et dont pourtant l'aura ne dépassera pas la famille et les amis, au mieux. Il faut donc publier, oui, mais du rentable, du lucratif, bref du démago, du populaire !

 

2 - du sensationnel.

Car pour devenir "génie officiel" il ne suffit pas de publier beaucoup et bien, encore faut il que ses articles aient un impact émotionnel sur les masses laborieuses (euh la coté vocabulaire je m'égare un peu, mais c'est bien le sens général :)

Découvrir un nano tube encore plus petit que le plus petit connu c'est bien. Mais la course aux Angstroms n'est pas vraiment un sujet porteur pour les conversations populaires et le journal de 20H

En revanche, annoncer que l'on a découvert une micro particule permettant de réaliser une puce électronique tellement petite qu'elle permettra de faire des televiseurs plats comme un timbre poste, la c'est deja plus vendeur !

Mais le top du top - comme en politique - c'est de jouer sur la PEUR !!

Ce qui paie vraiment c'est d'annoncer une catastrophe !!

Exemples :

- nous allons tous mourir de la grippe aviaire !
- on va tous être grillé par les rayons solaires
- le réchauffement des eaux va sumerger les continents
- on va tous mourir de la grippe porcine (aviaire c'était déja pris)
etc.

Petite parenthèse. Tout cela est conforme à la "théorie de l'information" qui énonce que la valeur d'une information est inversement proportionelle à sa probabilité. (I  = 1/p). Annoncer qu'un train arrive à l'heure est une information sans valeur, tandis qu'annoncer qu'il a déraillé (événement rare, en principe) c'est une vraie information. D'ou l'intéret de toujours annoncer des catastrophes imprévisibles !!

Et on évitera soigneusement de s'attarder sur la valeur scientifique de l'annonce. C'est pas l'essentiel.

Quand un climatologue, qui par ailleurs serait incapable de prévoir le temps qu'il fera la semaine prochaine, déclare qu'il connait la température qu'il fera en 2025, on évitera prudemment de s'attarder sur le sujet.

Ce qui compte vraiment c'est qu'il annonce qu'on va tous mourir en 2025 !!  Rien d'autre !!

(euh si, bien penser à préciser qu'il faut pas qu'on oublie pas d'éteindre la lumière dans les WC en sortant, sinon la Planète va mourir !)

 

3 - médiatiser.

Mais annoncer la fin du monde ne suffit pas non plus. Après tout Hare Krishna le pratique depuis des dizaines d'années sans d'autre résultat que d'obtenir des rentrées financières - importantes - mais néanmoins irrégulières, et avec une célébrité scientifique très modeste   !

Il faut surtout que la catastrophe devienne largement connue, mondialement connue !

Alors la, deux erreurs sont fatales aux débutants "génies scientifiques" !!

a - ne jamais annoncer une catastrophe qui fait perdre de l'argent aux capitalistes

En effet, il serait parfaitement correct de souligner que la multiplication des centrales nucléaires nous prépare des lendemains très largement irradiés. Mais ce serait une grossière erreur. Une armada de juristes retords, de politiciens véreux (pléonasme) et de journalistes vicieux vous attendent au tournant !

C'est un coup a finir enseignant a vie dans un collège de banlieue ! Sans préjudice des poursuites pénales ou des inculpations pour terrorisme parce qu'on a trouvé chez vous le livre des néoruraux de Tarnac !!

b - toujours annoncer des catastrophes qui rapportent de l'argent aux capitalistes

Exemple:

Régulièrement les Etats négligent d'abonder le budget de l'OMS, surtout en période de crise. Alors l'OMs estime qu'il est tout a fait judicieux de découvrir, tous les deux ans environ, le Virus de la mort qui tue, qui menace la survie de l'Humanité !!
Devant la montée de la peur, les politiciens sont obligés de faire semblant de réagir, et conséquence logique le budget de l'OMS se refait une santé ! (Quoi ? vous nous refusez X milliards alors qu'on travaille à sauver la Planète !?)

Autre exemple, de moindre importance, toujours songer à des catastrophes qui font vendre des produits dérivés : produits "verts" (couleur dollar) pour économiser l'énergie, sauver la nature, ou encore vaccins bidons, médicaments aléatoires, masques de protections etc.

 

Bon je vais pas m'attarder, je pense qu'après mon exposé la méthode de fabrication du "génie scientifique" doit vous apparaitre un peu plus clairement !

Il ne vous reste plus qu'à ...

:)

 

PS

Et par ailleurs si ma méthode vous permet d'obtenir un prix financièrement bien doté ou une subvention de fonctionnement avec beaucoup de chiffres avant la virgule, je veux bien accepter un modeste pourcentage en récompense des bonnes idées de ce blog !

A vot' bon coeur !

;)

 

16:45 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (20)