Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24 juillet 2009

L'ère des dynamiteurs !

On se rappelle l'aventure de l'usine Cellatex en juillet 2000, lorsque les salariés licenciés ont menacés de faire sauter leur usine et de déverser des produits toxiques dans la rivière voisine. En 2005 un film télé a été réalisé sur le sujet ("Jusqu'au bout" de M. Failevic)

Eh bien en ce moment on assiste a une multiplication de cas similaires. En une semaine pas moins de 3 usines ont été menacées de sauter. Les salariés licenciés ayant installé des bonbonnes de gaz (parfois vides !) autour des machines et menacant de faire tout sauter si leurs primes de licenciements n'etaient pas augmentées.

Au fond, on peut comprendre le raisonnement des salariés:

1 - le recours à la violence est devenu le seul moyen pour se faire entendre des médias

2 - en détruisant une partie du matériel on peut faire perdre de l'argent aux patrons voyous

 

Mais à la réflexion, on peut quand meme se demander si c'est tres efficace ?

1 - d'abord tout le systeme repose sur le bluff, ce qui pose un probleme serieux !

On imagine mal des salaries installes dans la vie, pere de famille, etc. devenir des "terroristes" (c'est le terme légal) et se retrouver en prison apres avoir fait sauter toute une usine.

Je suppose que dans le feu de l'action les interesses n'y pensent pas tout de suite, mais apres 5 minutes de reflexion a froid, il est bien evident que la perspective de se retrouver en cellule, avec d'authentiques voyous (guere differents dans leurs mentalites de celle des patrons du meme nom :), la famille sans revenus, les enfants au parloir une fois par semaine ...

Et donc il ne reste que le bluff ... faire semblant de se facher, menacer, etc.

Mais bien sur si je suis capable de tenir ce raisonnement, il ne fait pas de doute que gouvernement et patrons voyous (pleonasme ?) sont capables d'avoir le meme raisonnement !

C'est pourquoi l'efficacite du bluff au dynamitage est minime.

 

2 - par contre la menace de dynamitage afin d'obtenir l'attention des medias est certainement efficace.

D'une part il s'agit d'un evenement puisque pour le moment il y a encore peu d'usines qui sont menaces de dynamitage !

Or des que les medias ont diffuses l'evenement, celui ci devient national et donc politique.

Ce qui oblige les dirigeants - economiques et politiques - a reagir et a faire semblant de traiter le probleme.

Dans l'optique des salaries, l'objectif est de peser sur les negociations en cours avec gouvernement et patronat pour obtenir les meilleures conditions de licenciements, notamment la plus grosse prime possible

(Soit dit en passant je rappelle que les capitalistes exploitent les salaries - si ! si ! - et ramassent d'enormes quantites d'argent et qu'il n'est en rien scandaleux que les salaries jetes a la rue en touchent un bon paquet eux aussi .. mais ceci est une autre histoire :)

Les exemples recents montrent d'ailleurs que les salaries dynamiteurs obtiennent toujours quelque chose, meme si c'est souvent minime et qu'ils n'auraient sans doute rien eu s'ils n'avaient pas bouge !

 

Pour toutes ces raisons, je crois que les menaces de dynamitages vont se multiplier, au moins dans les secteurs ou il y beaucoup de salaries et ou il y a quelque chose a dynamiter (materiel, usine, etc)

 

Cela dit, a titre personnel, je pense que si l'on veut vraiment faire peur au patronat et au gouvernement la solution n'est pas dans la multiplication des actions isolees de "desperados" mais au contraire dans le regroupement des salaries et dans la preparation d'une action de masse

Et sur ce plan, la preparation de la greve generale (eh oui !) me parait la solution la plus adaptee

 

Avec la multiplication des coups durs contre les salaries (travail le dimanche, semaine de 60H, suppression des retraites, et meme licenciement des fonctionnaires (sic) on arrive bientot a une majorite de salaries qui ont interet a dynamiter ... le capitalisme !

Et c'est la preparation -longue et compliquee- de la greve generale qui est LA solution !

 

PS

Cela dit on peut comprendre les salaries menaces de perdre leur emploi, plus de ressources, plus moyen de payer les credits, c'est le drame total à la Zola et au 21eme siecle

Alors tenter de monnayer leur desespoir, il faudrait vraiment ne pas avoir de coeur pour les critiquer !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.