Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16 mai 2010

Comprendre la crise ?

Bon d'accord je ne suis pas un specialiste des produits derives et autres "vehicules financiers".

Mais je sais observer. Et je note.

Quand une entreprise cotee annonce qu'elle va licencier, son cours de Bourse augmente !

A priori bizarre si on pense que les licenciements augurent mal de l'avenir de l'entreprise. Mais telle n'est pas la facon de penser des "marches" (lire capitalistes mais le mot est interdit de nos jours).

Au contraire une entreprise qui licencie, et qui continue a produire, cela veut dire plus de rentabilite. Forcement. Meme travail avec moins d'employes = taux d'exploitation accru => taux de profit en hausse (pour les actionnaires par exemple :)

Certes la productivite pourrait etre obtenue en ayant de meilleures machines ou de nouvelles technique, mais le fondamental du capitalisme c'est le travail salarie.

Plus il baisse, plus "on" profite !!

Une autre preuve ? Eh bien prenons le cas de la delocalisation.

Dans un pays genre Chine. Meme travail, globalement meme employe, mais paye dix fois moins cher = taux d'exploitation maximum => taux de profit record.

Et voila comment on fait monter le cours d'une action.

Facile.

 

La ou sa se corse c'est quand les marches considerent non plus une entreprise particuliere, mais la somme des entreprises d'un pays (on peut dire PIB aussi) c'est a dire en fait la masse de travail produit par les salaries.

Rappelons pour memoire (piqure de rappel) que les "marches", les capitaux ne produisent jamais rien par eux memes !!

C'est uniquement le travail des salaries qui cree de la valeur et rien d'autre !!

Et voyons ce qui se passe quand on examine le cas d'un pays.

1 - la production du pays est encaissee par les capitalistes (+60% en France, le reste pour faire vivre le pays et ses foutus salaries)

2 - le gouvernement du pays manque de ressources puisqu'il se refuse a toucher aux "profits" et aux capitalistes en general

3 - il doit donc emprunter de l'argent sur les marches (techniquement il est pas oblige de recourir aux marches, mais c'est tellement mieux ... pour les marches :)

4 - alors en preux chevaliers blancs les capitalistes (ceux qui ont encaisse 60% du PIB faut suivre !) vont preter de l'argent, si possible a un taux usuraire

5 - ensuite il y a un detail pratique qui m'echappe, mais visiblement gouvernement et capitalistes se sont entendus pour soumettre les prets aux taux imposes par les "marches", c'est a dire par les capitalistes agissant sous couvert de "l'offre et de la demande"

Le systeme fonctionne tellement bien que certains pays en developpement ne s'en sont jamais sortis. On fait un emprunt, puis ne pouvant rembourser on fait un emprunt pour payer le premier, donc les taux augmentent et donc encore faire un emprunt etc...

Tant que ca concernait l'Afrique ou l'Amerique latine y avait pas de lezard ... au contraire :)

 

En revanche, cette fois les organismes financiers qui gerent l'argent des capitalistes s'attaquent aux Etats europeens.

Les speculateurs arrivent maintenant a faire monter le taux d'emprunt d'un pays (la Grece il y a peu de temps) a presque 20%, et il suffit de faire le calcul pour voir ce qui arrive quand on emprunte a 20% (en France ces taux usuraires c'est interdit pour les particuliers)

Dans la crise que nous connaissons la principale caracteristique c'est que tout repose sur cette connivence entre les gouvernements (de droite en France, socialiste en Grece) et les capitalistes en vue de toujours favoriser les detenteurs de capitaux au detriment des salaries.

Question bete: pourquoi les Etats sont ils en deficits ?

Tout simplement parce qu'ils refusent de lever des impots suffisants pour payer leur fonctionnement et les investissements publics.

Il suffirait de voter une loi qui taxe tous les revenus de maniere progressive (en prelevant tout a partir d'un montant a 7 chiffres par exemple) et le probleme du deficit public serait regle (en etant juste raisonnable sur les depenses)

Mais depuis les annees 80 les neoliberaux (le nouveau capitalisme) fait exactement le contraire. La production, la richesse du pays, va directement dans les poches des capitalistes sans passer par la case impots.

A l'inverse la partie de la richesse qu'il faut bien verser aux salaries retrecit tellement que meme les taxations les plus elevees possibles (TVA 20% impots de 20 a 40%, taxes ...) ne suffit pas a engranger des recettes suffisantes

Ce que les neoliberaux savent parfaitement. Et c'est pourquoi leurs politiques visent essentiellement a baisser la part de richesse attribuee aux salaries (baisse du salaire direct) et en supprimant tous les avantages sociaux (salaire indirect)

Si on continue sur ce chemin, la "baisse du cout du travail direct et indirect", on va transformer l'Europe en un ersatz de Maroc ou de Tunisie, une immense pauvrete, plus de services publics ni d'avantages sociaux, des salaries sous payes

Ben justement ca parait etre l'objectif politique du gouvernement Sarkozy. Leur ideal ce sont les pays "competitifs", ceux ou le salarie bosse 10 heures par jour pour un bol de riz ...

C'est ce schema de pensee, tout oriente vers les gros sous que vont encaisser les capitalistes, qui explique la frenesie de "reformes". Reformes dont l'essentiel consiste a baisser les salaires et a supprimer les droits et avantages acquis par les salaries depuis les annees 50.

En France, par exemple, il n'existe pas de probleme de retraite. A l'horizon 2050 l'augmentation du nombre des retraites represente moins de 3% du PIB. Etale sur 30 ans cela veut dire qu'il suffit de prelever chaque annee 0.3% des profits capitalistes pour financer les retraites. (qui d'ailleurs ne sont pas si grosses pour la plupart des salaries)

Toute la propagande neoliberale vise a nous convaincre que si nous n'acceptons pas de revenir a un niveau de vie proche de celui du 19eme siecle (en tout cas pour les salaries) alors la societe va s'ecrouler ...

Ce qui est une pure fumisterie. Meme habillee de declarations "d'experts"

En realite la societe n'est que ce que les hommes/femmes decident d'en faire.

 

Dans la situation actuelle nous n'avons pas de probleme de finances. Le seul probleme c'est que le gouvernement refuse de prendre l'argent la ou il se trouve, creant ainsi des deficits artificiels.

Je dirais meme que nous n'avons meme pas de probleme de speculation. Les traders ne sont que les salaries d'organismes financiers qui ne peuvent fonctionner que grace a la complicite des gouvernements.

Si demain une loi restreint les droits des banques et impose des prelevements sur les profits (excessifs) la crise sera finie !

Notre seul probleme aujourdhui c'est le fonctionnement aberrant du capitalisme, et la seule question est de savoir qui va s'y opposer ... et comment.

Virer Sarkozy et les larbins du capitalisme mondial serait surement un premier pas :)

20:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.