Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07 octobre 2010

De La Trahison Syndicale.

Dans un climat deletere de cauchemardesque fin de capitalisme, les differents acteurs sociaux precisent leurs positions.

Dans le cas de la gauche vert-rose et des dirigeants syndicaux, leur strategie est claire :

Sacrifions les salariés et Sauvons le capitalisme !!


Soyons clairs, il n'est pas question de remettre en question le principe des syndicats. C'est un outil utile pour la défense des intérets des salariés, au jour le jour. Il n'est pas non plus question d'appeler au boycott des syndicats, au contraire le problème serait plutot de les "stimuler" au mieux :)

Néanmoins en ce qui concerne les dirigeants des trois ou quatre plus gros syndicaux, il n'y a pas de mots assez durs pour stigmatiser leur lacheté et leur compromissions.

Mais soyons précis. Que peut on reprocher aux syndicats dans la situation actuelle, c'est à dire dans la lutte pour conserver un acquis social essentiel qui date du début du 20ème siècle : la retraite par répartition, d'un montant convenable et a un age correct (67 ans c'est trop !!)

Eh bien je vois au moins deux raisons d'etre très mécontent de l'attitude des dirigeants syndicaux.

1 - Ils sont le relais des revendications de la  bourgeoisie.

Prenons l'exemple des retraites. Des campagnes de propagande insensées, et qui ont parfois commencées depuis des dizaines d'années, visent à nous convaincre que :

- les entreprises (lire les dividendes des capitalistes) ne peuvent supporter des prélèvements sociaux, les fameuses "charges sociales" odieuses dans leur principe (puisque c'est donné aux salariés) et insupportables sur le plan économique (puisque ca diminue les bénéfices)
Et bien évidemment on nous menace de tous les maux : les délocalisations, l'augmentation du chomage, ... et bientot l'epidemie de cholera c'est sur !

- les retraites coutent trop cher et l'augmentation du nombre des retraités va entrainer la faillite du systeme, bref on manque d'argent pour financer la survie des vieux travailleurs (pour les banques on a bien trouvé 300 milliards en quelques jours mais pour les salariés la on cherche vainement :)
Disons le clairement, largument demographique est largement bidon. Oui il y a plus de retraites, mais aussi il y a plus de PIB essentiellement grace a la science qui augmente considerablement la productivite des travailleurs qui font aujourdhui en 1H ce qui leur en prenait 10 voila un siecle.
Et pour chiffrer les choses, le cout de l'augmentation des retraites representent a peu pres 0.2% du PIB chaque année. Au hasard, il suffit de retirer nos mercenaires d'Afghanistan et d'Afrique pour recuperer chaque annee une somme equivalente ... sans compter des economies sur d'autres depenses socialement inutiles du gouvernement

Je ne vais m'etendre sur ce debat, je revois aux bons sites web du genre NPA et autres mouvements de gauche (enfin la gauche non PS ...)

Mais il n'empeche que si l'on regarde de pres l'attitude des dirigeants syndicaux, on voit clairement qu'il s'abstiennent de critiquer efficacement la propagande bourgeoise. Et meme pour etre encore plus precis on remarque ce fait extravagant :

Aucun des grands syndicats ne demande le retrait pur et simple du projet de loi sur les retraites !!

Tous les grands tenors syndicaux se contentent d'appeler a des "modifications" de la reforme, autant dire qu'ils sont d'accord avec le projet de liquidation de la retraite par repartition (puisque cela que vise le gouvernement) et qu'ils demandent seulement des modifications marginales.

Leur tarte a la creme du moment c'est la "penibilite", comme si on pouvait se contenter de discuter de savoir si un salarie fait un boulot plus penible qu'un autre.On voit regulierement des ingenieurs qui se suicident sous la pression et d'autres salaries "manuels" qui vivent vieux. Faire un "tri" entre les salaries est tout simplement impossible. La seule mesure acceptable est de faire partir tout le monde a 60ans, et dans les cas extremes de baisser l'age a 55ans voire moins (c'est comme ca qu'on fait actuellement et il n'y a aucune raison de changer en plus mal !)

2 - Les dirigeants syndicaux sabotent ouvertement la tentative de résistance des salariés.

L'attitude des dirigeants syndicaux est d'ailleurs le reflet de leurs opinions "politiques" (la loi sur les retraites c'est "politique").

Puisqu'ils sont globalement en accord avec la ligne neoliberale du gouvernement Sarkozy (suppression des retraites publiques et mise en place des "fonds de pensions") et qu'ils limitent leurs critiques a des details, il n'est pas question pour eux d'organiser une lutte efficace contre le projet de loi qui supprime la retraite a 60ans.

Comme les syndicats doivent rendre des comptes a leur base et que celle ci se voit mal bosser encore a 70ans, les dirigeants syndicaux ont mis en oeuvre une strategie bien connue pour rendre les luttes inoffensives :

- multiplier les revendications : au lieu de diffuser une revendication centrale, motivee, claire et unifiante, l'astuce consiste a proposer selon les jours et selon les secteurs des revendications disparates qui divisent les salaries et qui les affaiblissent. Un jour on va manifester contre les conditions de travail, pour les salaires ... et accessoirement pour defendre la retraite. Un autre jour on va defiler (separement selon les syndicats) l'un pour le retrait du projet, les autres pour des modifs de detail ..

- multiplier les journees d'action sans perspectives et sans lendemain : on organise une greve, une manif, et puis le jour suivant on communique lourdement pour dire qu'on ne sait pas du tout ce qu'on va faire ensuite ...
Cette astuce permet de demobiliser le maximum de salaries, qui viennent manifester et qui se retrouvent seuls, decourages et sans perspectives de victoire. Sarkozy peut dormir tranquille.

- lutter contre la preparation de la greve generale : c'est certainement le point cle de la strategie des dirigeants syndicaux, ils savent que la seule facon de faire reculer le gouvernement c'est de generaliser et de coordonner l'action des salarires et ils n'en veulent a aucun prix !
Nous avons droit a des actions isolees par secteurs, un jour les transports ou les ports, le lendemain un autre secteur etc.. et toujours sur des revendications disparates pour eviter l'unite des travailleurs ...


De cette breve analyse on peut en tirer quelques conclusions simples.

La premiere c'est qu'on se trompe (ou on nous trompe !) sur le role des syndicats. Ce sont de bons outils pour la defense quotidienne des interets immediats des salaries. Mais poru des raisons sociologiques evidentes (les dirigeants syndicaux SONT DEVENUS des bourgeois) les syndicats ne peuvent pas et ne veulent pas organiser des luttes efficaces.

Que l'on songe a ce qui serait arrive au projet de loi sur les retraites si au lieu des mobilisations dirigees par les syndicats officiels, les salaries (mixant syndiques ET non syndiques) avaient mis en place des "Comites de greves" locaux et centralises au niveaux national pour prendre des decisions votees democratiquement par la base (ce qui a l'epoque d'Internet est d'une grande simplicite :)

Immediatement la peur aurait change de camp. Le gouvernement effraye, aide par les syndicats officieles, aurait lance une campagne contre les "gauchistes". Campagne qui se serait effondree devant les constats d'huissiers des comites locaux attestant des millions de votants ... et pulverisee par la mobilisation coordonnee et coherente des memes millions de salaries mecontents ...

Mais cessons de rever. La situation est inverse. C'est le gouvernement et ses relais syndicaux qui tiennent les meilleures cartes.

Notre ultime chance de changer le cours des choses c'est de generaliser et surtout d'unifier les actions sur une seule revendication :

Retrait total et immédiat du projet de loi liquidant la retraite par répartition.

Suppression de toutes les exonérations sociales et fiscales des entreprises.

 

Ben oui deux revendications, intimement liees puisque c'est justement les centaines de milliards d'euros donnés aux entreprises qui "empechent" le financement des assurances sociales et notamment des retraites !!

Tout se tient :)

13:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.