Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05 février 2011

Justice.

La revolte des magistrats, un evenement exceptionnel, montre a quel point la politique de Tartuffe Sarkozy est un echec.

Tout repose sur un double discours permanent :

- d'un cote pour satisfaire les "marches", c'est a dire les capitalistes, on detruit tous les services publics en supprimant les postes des fonctionnaires, car il est bien connu qu'on peut "faire mieux avec moins", par exemple faire mieux la classe en supprimant l'instit et en envoyant ses eleves dans une classe de 45 eleves (!)

- de l'autre cote on denonce avec la derniere energie ... les consequences de la suppression des services publics ... 
toute l'astuce consiste a faire reposer la responsabilite de la destruction du service public sur les fonctionnaires qui en sont victimes et que l'on designe comme seuls responsables

Je crois qu'en psychiatrie on appelle ce comportement de la schizophrenie, un dedoublement de la personnalite, un dedoublement du discours, bon faudrait revoir le bilan de sante du president :) 

Par contre en politique on appelle cela de la demagogie. Evidemment que cela marche, puisqu'on va utiliser l'emotion de la population, a chaque crime atroce, pour denoncer le magistrat ou le fonctionnaire 'qui n'a pas fait son travail" ...

Cela dit ca marche jusqu'a un certain point. Aujourdhui la frenesie liberale du gouvernement touche a peu pres tous les secteurs : le social (allocations sociales erronees ou non versees), l'education (liquidation des ecoles non rentables), la sante (elimination des etablissements trop couteux) etc.

Et bien sur le mouvement de liquidation du service public frappe aussi la justice et la police ...

Dans l'affaire de Saint Nazaire il faut d'ailleurs un sacre culot (et un gros foutage de gueule) pour accuser les 16 controleurs qui gerent 3000 dossiers d'avoir - relativement - traite secondairement le dossier d'un delinquant qui ne commettait plus que des petits delits ...

En fait meme si le "petit" delinquant avait ete suivi de pres (imaginez le nombre de fonctionnaires a recruter pour traiter 60000 delinquants ...) cela n'aurait sans doute rien change (ou alors il faut creer un million de places en prison et ne plus relacher personne ?)

Bref le discours demagogique de Sarkozy est inacceptable.

On ne peut pas sans cesse reduire le nombre de fonctionnaires et ensuite raler qu'il y a moins de services publics ...

Le crime de Saint Nazaire est un degat collateral de la RGPP !

De meme pour les enfants qui auront une education au rabais et pour les malades qui mourront faute de soins suffisants ...

Un ministre disait autrefois, en parlant du budget de l'Etat, qu'une ligne de depenses supprimee c'etait parfois envoyer a la mort quelques milliers de personnes (par exemple des malades ou des vieux)

Ben c'est toujours vrai !!

Les commentaires sont fermés.