Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11 février 2011

Revolutions arabes.

Le reveil des peuples arabes sera sans doute plus tard compare aux "evenements mondiaux de mai 68" ou peut etre a la chute du mur de Berlin.

En attendant les "revolutions" tunisiennes et egyptiennes sont plutot mal en point.

1 - En Tunisie, le dictateur est parti en vitesse tandis que, conformement aux plans des gouvernements occidentaux, un gouvernement pro liberal se met en place pour proteger l'essentiel des interets capitalistes.

Il s'agit a la fois de proteger les interets de la bourgeoisie locale mais aussi de veiller a ne pas leser les exploiteurs etrangers :)

Et de conceder le moins possible aux salaries tunisiens et aux couches pauvres de la population ...

Situation compliquee car les manifestants qui ont reussi a obtenir le depart de Ben Ali pensaient bien obtenir un avenir meilleur ... si c'est pour se retrouver sous un regime autoritaire "nouveau" ...

De plus l'appareil d'Etat reste intact, les hauts grades de l'armee sont toujours la, la police de la dictature n'a pas ete epuree, l'appareil administratif de l'Etat a peine

Faut il le redire, mais une revolution ne peut pas se faire sans changer l'appareil d'Etat, puisque le propre de l'appareil d'Etat c'est d'etre une institution coercitive dirigee par une classe sociale contre une autre ... (pour les megoteurs on peut changer les mots classe sociale par couche sociale mais la problematique est la meme)

Il y a au moins deux points sur lesquels le peuple tunisien s'est deja heurte au nouveau regime:

- sur le cas de la police corromptue, qui vient recemment de tirer sur les manifestants qui demandaient plus de changements

- sur la question sociale, des greves ont eu lieu pour ameliorer le sort des salaries

La suite de la "revolution" dependra de la capacite de la bourgeoisie et de ses appuis internationaux a obtenir le "retour a la normale" puis a remettre en place un regime plus democratique mais tout aussi rigoureux pour les salaries ...

Enfin on aura peut etre obtenu des elections a peu pres democratiques (!)

 

2 - Dans le cas de l'Egypte, le probleme vient de l'obstination du vieux dictateur qui a ete oblige de demissionner ... mais tout en restant en place ... (sic)

Et la c'est une grosse faute politique. Le plan elabore par les pays occidentaux prevoyait le depart du dictateur et l'instauration d'un regime democratique mais appliquant toujours la meme politique favorable aux interets capitalistes dans la region

Mais la avec un dictateur qui declare remettre tous ses pouvoirs a un ministre qu'il a lui meme designe, on est dans la mauvaise tartufferie

Aujourdhui voit se derouler l'une des plus grosse manifestation depuis le debut de la revolte dans tout le pays. Car - meme si le changement de regime est esquisse - aucun egyptien ne peut croire que la dictature de Moubarak est terminee tant que celui ci reste president a titre "honorifique". La ficelle est un peu grosse !

Et comme le signalent les manifestants, la police commence deja a photographier et recenser les manifestants les plus combatifs en vue de la repression future.

On s'oriente vers un scenario a l'iranienne, comme en 1979, mais sans les Islamistes qui pencheraient plutot du cote de la bourgeoisie et de la dictature contre les salaries et les pauvres ! (et tant mieux, au moins les choses sont claires !)

Rappelons qu'en 1979 le peuple iranien, quasiment a main nue, a affronte la police (la terrible Savak qui arretait et torturait en masse) et l'armee qui tirait dans la foule (certaines manifestations laissaient des milliers de morts dans la rue chaque semaine !!)

Mais comme le dit un manifestant egyptien "maintenant nous sommes condamnes a mourir en prison ou dans la rue, alors ce sera la rue", ce qui est une nouvelle declinaison du fameux "Vivre libre ou mourir" chers aux vieux anarchistes

Je crains maintenant que tout va se jouer pendant les guerillas urbaines qui vont se declencher dans toute l'Egypte. D'un cote les armees modernes sont hyper equipees pour "mater" les insurrections populaires, de l'autre ce sont des armees de conscrits ou ceux qui ont les armes sont les freres de ceux qu'ils sont en train de massacrer ...

C'est pour cela que Moubarak n'a pas renouvele l'erreur du Chah d'Iran qui a fait tirer l'armee dans la foule, et c'est pourquoi les militaires du dictateurs font semblant d'etre conciliants et d'etre "du cote du peuple" (une armee est toujours du cote de la classe sociale au pouvoir, au moins les officiers !)

Si l'affrontement a lieu cela va etre une guerre, et aussi un quitte ou double pour les militaires :

- soit ils massacrent les manifestants par milliers (comme Iran en 79) mais reussissent a vider les rues des manifestants et a imposer une dictature militaire, ce qui est loin d'etre gagne d'avance (!)

- soit une partie des militaires (les conscrits) rejoint les manifestants et dotent ceux ci d'armes automatiques voire de blindes ... et ce sera la guerre civile mais avec 80% de la population contre 10% de nantis, le conflit penche nettement en faveur du peuple et du camp de la democratie !

Enfin ne vendons pas la peau de l'Ours, l'Espagne de 1936 ou le Chili de 1973 nous rappelent que le "Pueblo Unido" (mais sans armes automatiques :) n'est pas toujours vainqueur dans la lutte des classes !

L'autre aspect du probleme c'est la constitution d'une direction politique unifiee regroupant tous les courants de la societe egyptiennne (plus les islamistes obliges malgre eux de se rallier a la revolution :) sur un objectif clair et precis : abattre le dictateur, detruire l'appareil d'Etat repressif police et armee pour instaurer une democratie ...

Ce serait quand meme bien un Etat democratique dans le region !!

 

 

Les commentaires sont fermés.