Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15 janvier 2012

Et si la crise n'existait pas ?

La perte du triple A a secoué le petit monde politique.

Sarkozy comptait en faire un argument électoral: "j'ai sauvé la France de la crise" !

Raté !

Pas démonté Nicolas 1er promet de réagir avec la dernière énergie en deux phases :

1 - d'abord contre ses opposants politiques, car c'est bien évident que c'est le PS ou les autres partis qui sont responsables de la politique de la France et donc de la crise économique ...  (un mensonge plus c'est gros mieux ca passe :)

Arrivé en Guadeloupe Hollande se voit reprocher d'etre responsable de la crise, penaud il avoue : Sarkozy a pas voulu me donner l'Elysee ou Bercy ou Matignon, j'ai rien pu faire pour garder le triple A !

Les arguments politiques de Sarkozy, des fois on dirait des gags comiques :)

 

2 - contre les salaries francais ensuite et la c'est du sérieux, tout est envisagé par l'UMP, la suppression des congés payés, la liquidation du financement de la protection sociale, les retraites ...

Dans les mois qui viennent on peut s'attendre au pire et la pire solution serait d'attendre les élections pour virer Sarkozy ... on va se faire plumer grave !

 

En fait une analyse économique un peu sérieuse montrerait que la "crise" n'existe pas vraiment, sauf comme argument politique pour détruire tous les acquis sociaux  (retraite a 67 ans en Allemagne, suppression d'allocations chomage ailleurs, allongement de la durée du travail etc)

Du point de vue capitaliste il n'y a pas vraiment de crise.

Les gouvernements neoliberaux ont sciemment organisé les déficits publics en distribuant l'argent public aux plus riches sous les prétextes les plus variés (aider les riches c'est favoriser l'emploi etc)

Et pour combler le trou créé par ces gaspillages ils ont emprunté aux "marchés" c'est à dire aux capitalistes

Et si les capitalistes (marchés, financiers ou tout autre nom donné aux détenteurs de capitaux) exigent des taux de plus en plus elevés et spéculent de manière éhontée ... pas de soucis, les salariés vont se serrer la ceinture.

Il n'y a donc pas de crise. Nous vivons dans un monde merveilleux ou les populations sont devenus des "entreprises" pressurées et qui doivent produire toujours plus de profits ... pour les nantis !

Les pantins politiques font passer cette politique en agitant le spectre de la banqueroute et nul ne songe à détruire cette belle architecture économique qui nous conduit tout doucement vers le 19ème siècle sur le plan social ...

A quand le travail des enfants ... si les "marchés" l'exigent ?

Que vont ils exiger encore ?

Notre seule solution est de dire Basta !, nationalisons les banques, remettons les au travail pour relancer l'économie et non pour spéculer !

Et supprimons les avantages financiers des nantis, par exemple fiscaux !

Il y a de quoi faire. Dommage que tous les partis UMP PS FN Vert et autres refusent de remettre en cause ce système pourri  ...

 

Les commentaires sont fermés.