Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05 juin 2009

Vote anti capitaliste !!

Je dois avouer que je ne comprends pas ceux qui s'abstiennent de voter avec des arguments :

- l'Europe c'est trop loin et ca ne me concerne pas

- de toutes facons on ne peut rien y changer

- ca ne resoudra pas nos problemes

- et puis on n'a pas d'alternative a l'Europe Capitaliste

Ce serait surement long de repondre en detail a chaque argument, mais deja il faut savoir que toutes les decisions europeennes s'imposent aux pays membres et que notre legislation est constamment modifiee afin de s'aligner sur les principes decides à Bruxelles. Et cela dans tous les domaines de la vie quotidienne : consommation, alimentation, sante, ...

Alors voter contre les élus PS UMP Verts et leurs partis satellites de droite et de gauche ca peut au moins leur rendre la tache plus difficile !

Et par ailleurs on dispose d'une reelle alternative a l'Europe capitaliste c'est de construire une Europe sociale, qui prenne des lois pour restreindre les privileges exorbitants des capitalistes et pour imposer des lois en faveur des salaries.

Les listes europeennes comme celle du NPA travailleront dans ce sens.

 

Le fonds du probleme c'est de savoir quel type de societe nous voulons favoriser. Les principes liberaux - cela commence a devenir clair pour tout le monde - ne connaissent que la loi du profit. Ils reorganisent la societe, dans tous les domaines, pour favoriser les detenteurs de capitaux.

A l'inverse une societe socialiste - mais pas au sens du PS ultraliberal - se propose de sortir du marche les services essentiels a la vie en societe : sante, education, energie, eau ...

Ce qui n'empeche ni la concurrence ni la "meritocratie" pour recompenser le travail et les meilleurs.

Mais je dois dire que derriere le discours liberal qui vante la concurrence et la meritocratie, les realites du capitalisme sont tres differentes. Deux exemples parmi des milliers :

- qui croit encore que la concurrence entre les societes de telecommunications beneficie a la population ?  En France les trois principales societes s'entendent implicitement pour tondre le client. A l'epoque des PTT on avait un usager beneficiant du meilleur service possible et avec un tarif fixe par l'Etat, le benefice eventuel etait reverse au Tresor. Aujourdhui l'usager est devenu "notre cher client" on lui propose des services degrades se declinant en centaines de contrats sybillins ... bref on est passe du service public a l'arnaque publique ...

- autre domaine, le liberalisme recompense les meilleurs, ceux qui travaillent dur, voila pour la theorie, mais la premiere loi de Sarkozy a supprime les droits sur les grosses successions ... pour favoriser les heritiers des grandes fortunes, on suppose sans doute que nes avec une cuillere d'argent ils sont forcement plus intelligents ?  a l'inverse on laisse volontairement (RSA) se multiplier les situations ou un salarie travaille dur, voire tres dur, et ne gagne pas assez pour manger et se loger !  drole de recompense du travail ?!

En realite le systeme qui se met en place ne reconnait que le droit de propriete pour les grosses fortunes. Ceux la sont exoneres d'impots, et on leur on donne des primes pour qu'ils restent en France ... ce qui est d'une stupidite absolue car ces gens n'ont plus de patrie depuis longtemps.

 

Le probleme des elections europeennes c'est que les partis liberaux Verts PS UMP etc. travaillent energiquement a renforcer dans tous les pays les droits des capitalistes au detriment des droits des salaries.

C'est ce mecanisme qu'il faut essayer d'enrayer, et un vote massif de desaprobation serait un premier pas ... tout petit certes mais qu'on n'a pas les moyens de negliger  !

 

Ce qui fait qu'en pratique il ne reste plus qu'a voter pour un parti de gauche et le choix n'est pas si vaste entre le NPA, LO, FdG ...

Mais evidemment ma preference va au NPA :)

 

 

PS.

Sans vouloir accabler les autres partis de gauche, sans doute sur les 160 candidatures il y en a peut etre d'autre encore, mais :

- LO vient de s'allier au PS lors des municipales et maintenant il nous fait la lecon en disant qu'on n'est pas assez a gauche ! va comprendre Charles !

-le FdG est dirige par un senateur socialiste, il dispose de moyens importants (dont on peut se demander d'ou ils viennent si on est curieux) et il affiche clairement sa volonte prochaine de s'allier au PS ... qui vote a Bruxelles a 97% avec l'UMP ...

- reste le NPA qui defend une politique anti capitaliste claire et precise. CQFD

 

 

 

19:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Assurance maladie.

La France serait "moins touchée" par la crise économique selon certains commentateurs ...

"Moins touché" cela ferait rire jaune si l'on pense aux 3 ou 4 millions de personnes véritablement privées d'un emploi, et si l'on rajoute que même avant la crise - en période de prospérité capitaliste donc - il y avait déjà plus de 2 millions de chomeurs officiels et des centaines de milliers de personnes obligées de fréquenter les Restos du Coeur ... sans parler des SDF ..

Mais ce qui parait évident c'est que la très relative protection anti crise dont bénéficie notre pays nous la devons aux services publics et aux systèmes d'assurance sociale qui sont très en avance par rapports aux autres pays industriels.

Eh bien sans craindre de se contredire les ultralibéraux du gouvernement Sarkozy - et les dirigeants de l'Europe ultralibérale - continuent à vouloir supprimer toujours davantage les services publics  et les systemes de protection sociale !!

 

La dernière déclaration de Sarkozy au Congrès de la Mutualité de Bordeaux, concernant l'assurance maladie, est édifiante à ce sujet :

"les régimes de base ne pourront pas tout financer"... "Je souhaite que soient confiées de nouvelles responsabilités aux organismes complémentaires"

En d'autres termes le déficit de l'assurance maladie, crée de toutes pièces depuis des années en exonérant le patronat de payer ses cotisations sociales, va conduire à réduire la role de l'assurance maladie ...

En asséchant artificiellement les ressources de la sécurité sociale - chaque année le patronat est exonéré de verser plus de 20 milliards d'euros - ce qui provoque l'augmentation du fameux "trou" de la sécu et donc une réduction drastique des moyens à la disposition de l'assurance maladie, des retraites, de la branche accidents du travail, ...

C'est ainsi que ces manoeuvres invisibles et sournoises conduisent à réduire les retraites (loi Fillon), le régime des handicapés et l'assurance maladie.

En matière d'assurance maladie, la solution proposée par Sarkozy c'est donc de transférer le remboursement des soins vers les Mutuelles.

Le discours complet est sur le site de l'Elysee.

Il s'agit clairement de faire payer les remboursements de soins et plus généralement le système de santé par les Assurances Mutuelles plutot que par la Sécurité sociale ... en voie d'extinction ...

 

Alors on peut se demander pourquoi les Mutuelles ne protestent pas énergiquement. Puisque finalement il s'agit d'un transfert de charges financières très lourdes ?!

En fait les Mutuelles acquièsent avec enthousiasme.

Ce que leur propose Sarkozy c'est de privatiser l'assurance maladie à leur profit.

Il faut savoir qu'il existe en France deux sortes de Mutuelles. En premier des sociétés Mutuelles "capitalistes" dont le seul objectif est de réaliser du profit, à n'importe quel prix et donc sur le dos du malade.

L'autre type de Mutuelle ce sont les Sociétés Mutuelles "solidaires" qui en principe fonctionnent dans un but non lucratif. Mais la différence entre les deux types de mutuelles tend à s'estomper. Et d'ailleurs les décisions de l'Europe y sont pour quelque chose (sic) en imposant des règles de fonctionnement qui les empechent de concurrencer les sociétés privées ("la concurrence libre et non faussée" ca ne vous rappelle rien ?)

Aujourdhui les Mutuelles - comme les Assurances privées - se préparent avec enthousiasme à deux mutations :

- recevoir une grosse part du "gateau" de l'assurance maladie

- se transformer en société commerciales très rentables

 

Cela peut paraitre curieux mais c'est ainsi. En Angleterre par exemple, lors de la privatisation du système de santé dans les années 80 les sociétés mutuelles (non lucratives) se sont immédiatement transformées en groupes commerciaux ... et en sociétés capitalistes extremement profitables !!

 

Concrétement cela signifie que l'assurance maladie ne remboursera plus grand chose. Pour être remboursé correctement il faudra dorénavant payer soit une Assurance maladie privée (genre AXA), soit payer une cotisation à un régime complémentaire (une Mutuelle donc).

Seulement voilà, l'assurance maladie était gratuite tandis que les Assurances et les Mutuelles sont payantes et chères.

Et bien évidemment les méthodes des Assurances et des Mutuelles sont très différentes. Outre une augmentation très importante des cotisations il y aura aussi la mise en oeuvre des méthodes commerciales : sélection des malades, contrats différenciés, restriction des soins, etc.

Autant le dire clairement : la privatisation de l'Assurance maladie, que vient d'annoncer Sarkozy, revient à dire que la santé devient une marchandise comme une autre. Adieu service public de santé, bienvenue dans le monde de l'entreprise de santé ...

Ceux qui pourront se payer les très lourdes cotisations des assurances et mutuelles seront à peu près correctement soignés, les autres releveront de régimes genre CMU ou il faut attendre 6 mois pour obtenir un rendez vous chez un spécialiste ...

En Angleterre, l'hopital public gratuit inscrit les pauvres sur une liste d'attente ... y compris pour les opérations urgentes ...

C'est ce qui nous attend aussi en France si on les laisse faire.

 

Et c'est une raison de plus d'éliminer ce gouvernement ultralibéral pour mettre en place un système social plus équitable.

 

En votant contre les listes libérales PS-UMP et leurs listes satellites de tous bords ...

 

 

 

 

09:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

31 mai 2009

Le Train Maudit.

Faisons une expérience amusante.

Supposons que nous voulions aller de Marseille (13) à Aumont Aubrac (48), une idée bête quoi.

Encore plus extravagant, nous voulons y aller en train avec la compagnie SNCF !!

(Eh oui grace à l'Europe ultralibérale on aura le choix d'être "roulé" par plusieurs compagnies qui sont déjà en activité : ECR, SNCF, etc.)

Alors simplement on se dirige vers le site de la SNCF et on demande les horaires de Marseille à Aumont Aubrac à partir de 6H.

On obtient alors cela (faites la manip pour vérifier) :

ALLERS disponibles pour le Mardi 02/06

Gares de départ et d'arrivée     Horaires     Train(s)         Durée 08h16

MARSEILLE ST CHARLES     14h14     CORAIL TEOZ 4762    
BEZIERS     16h35    

BEZIERS     18h26     TER 78962    
MILLAU     20h21    

MILLAU     20h33     Autocar 34212    
AUMONT AUBRAC     22h30    

Gares de départ et d'arrivée     Horaires     Train(s)         Durée 08h16

MARSEILLE ST CHARLES     14h14     CORAIL TEOZ 4762    
MONTPELLIER     15h51     Service Handicapé Aveugle avec chien Transport de vélo payant

MONTPELLIER     17h15     Autocar 34122    
MILLAU     18h50    

MILLAU     20h33     Autocar 34212    
AUMONT AUBRAC     22h30


Donc si on en croit l'ordinateur de la SNCF il n'y a pas d'autres trajets entre Marseille et Aumont à partir de 6H.

Mais si on est un peu curieux, et même tenace, on peut décomposer le trajet en deux segments et demander d'abord les horaires de Marseille à Millau. Ce qui donne ceci :

ALLERS disponibles pour le Mardi 02/06

Gares de départ et d'arrivée     Horaires     Train(s)         Durée 05h46

MARSEILLE ST CHARLES     09h14     CORAIL TEOZ 4756    
BEZIERS     11h31    

BEZIERS     13h00     TER 78954    
MILLAU     15h00     Transport de vélo


Et puis on demande les horaires de Millau à Aumont Aubrac le même jour, ce qui nous donne :

Gares de départ et d'arrivée     Horaires     Train(s)         Durée 01h34

MILLAU     18h42     TER 78964    
AUMONT AUBRAC     20h16

Finalement on voit qu'il existe un autre trajet que l'ordinateur de la SNCF ne propose pas.

Certes la machine propose uniquement le trajet le plus court (8H16 au lieu de 11H) mais il se trouve que c'est aussi celui qui fait arriver le plus tard (22H30 au lieu de 20H16)

Mais il est assez bizarre que l'ordinateur ne donne pas le choix au voyageur !!

(je rappelle à tout hasard qu'une machine - simple tas de ferraille programmé - est tenu de vous fournir tous les horaires et non uniquement les horaires qu'elle juge unilatéralement "bons" pour vous !!)

Et par aillleurs, quand on est mauvais esprit comme je suis, on remarque que les deux trajets proposés sont ceux qui imposent la liaison Millau - Aumont en autocar !!

En quelque sorte la machine a fait disparaitre le train TER entre Millau et Aumont ... le Train maudit ?

Est un hasard ?

Eh bien les choses sont plus claires quand on sait que cette ligne est celle du Paris Béziers (la légendaire ligne Aubrac) que la SNCF essaye de supprimer depuis des années par des manoeuvres sournoises (horaires impossibles, défaut d'entretien des voies, ...)

C'est une ligne non rentable selon les critères de la SNCF qui n'a plus une démarche de service public mais de "service d'intéret général" selon la définition imposée par l'Europe de Bruxelles ...

Et un service d'intéret général (l'épicerie arabe dans mon quartier c'est aussi un service d'intéret général !) n'a plus vocation a servir la population mais uniquement à réaliser des profits !!

Alors toutes les méthodes sont bonnes pour supprimer les lignes qui ne font pas assez de bénéfices ...


Une expérience à méditer donc ... si possible avant le 7 juin !


PS
Il existe le même problème avec la ligne Paris Nimes (le célèbre train Cevenol) que la SNCF estime non rentable ... les horaires sont dégradés, les voies non entretenues ...

Tout est fait pour que bientot la SNCF soit "obligée" de fermer la ligne parce qu'il n'y a  plus assez de fréquentation et parce les voies sont devenues trop dangereuses !!

Et dans les deux cas la SNCF et les élus nous jurent, la main sur le coeur, "nous ferons tout pour sauver cette ligne !!

C'est cela oui !

 

16:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Faillites.

La situation actuelle semble se résumer en un mot : faillite.

1 - Faillite totale et complète du capitalisme sous sa forme ultralibérale.

Est ce que cela vaut encore la peine de remplir des pages pour rappeler les promesses de Sarkozy et l'échec total de sa politique ultralibérale ?

Sarkozy est arrivé au pouvoir en réalisant l'union politique de tous les courants de droite : depuis l'extrême droite jusqu'aux "socialistes" libéraux en passant par la droite historique (UDR RPR UMP ... ) et des vagues courants "centristes".

Cette union politique - portée par Sarkozy et financée par le capitalisme international - repose sur un programme unificateur :

- destruction des acquis sociaux concédés depuis un siècle et limitation des droits des travailleurs
- réorganisation de l'Etat en faveur des nantis et destruction des services publics
- mise en place d'un régime policier garantissant les droits des privilégiés
- mise en oeuvre de toutes les mesures garantissant les profits maximum des capitalistes

Il est important de distinguer la forme et le fonds. Dans sa campagne électorale il était frappant de voir que Sarkozy reprenait la logomachie communiste des années 70 ("défendre les ouvriers", "patrons voyous", etc.).

Mais sous un habillage populiste le gouvernement de Sarkozy met en place des "réformes" qui transforment notre société en une société capitaliste ultralibérale, et sur certains plans bien en avance sur les modèles anglais et américains.

C'est particulièrement vrai en matière de sécurité. Quelques incidents sont sur médiatisés et dramatisés et il s'ensuit une nouvelle loi diminuant nos libertés.

Le cas de la loi Hadopi est typique. Le 21ème siècle connait un développement exponentiel des échanges d'informations. Le capitalisme entend s'y opposer dès lors que ces échanges ne génèrent pas de profit ou même seraient éventuellement susceptibles de diminuer les profits des capitalistes.

Ainsi la copie d'une chanson - un acte banal de la vie quotidienne - devient un délit puisque les entreprises capitalistes sont privées d'un profit : celui de taxer un échange d'informations dont elles sont à l'origine !
Avec cette logique il faut interdire les bibliothèques puisque des millions de gens lisent des livres sans les acheter (et les droits des créateurs alors ?) ou encore il faut surveiller les emprunts de DVD et vérifier que celui qui achète un DVD est bien seul à le regarder !!

Ce délire capitaliste est devenu une Loi de la République, ce qui en dit long sur le type de société policière qui se met en place au bénéfice des capitalistes.

Avec la dernière loi LOPSI même la Justice n'aura plus le droit de connaitre les agissements ni l'identité des agents de la police politique ... qui deviennent une force mercenaire au service du gouvernement ...

Et pendant que la notre modèle social se réorganise sous le double signe de la KGBisation et des médias sous controle, pendant ce temps les salariés trinquent.

- chaque jour voit sa suppression des droits des salariés
- le système de protection sociale est liquidée (retraite à 70 ans !)
- l'Etat s'acharne contre les plus pauvres (harcèlement administratif, flicage, DNLF, RSA, ...)
- les licenciements sans aucun controle sérieux se multiplient

Enfin ne soyons pas négatifs, les profits des capitalistes (euh pardon on dit "entreprises") s'envolent et malgré la crise spéculative la Bourse remonte. Cette remontée de la Bourse - en période dite de "crise" - devrait nous mettre la puce à l'oreille !

La Bourse fonctionne par anticipation. Si le CAC40 remonte cela signifie que les boursicoteurs anticipent une remontée des profits. En fait l'évolution récente de la situation politique est interprétée par eux comme la mise en route d'une société de sur exploitation des salariés (genre ouvrier roumain ou chinois à 1 euro de l'heure). Et dans cette perspective de fabuleux profits sont possibles, éventuellement après une réorientation de la production puisque 80% des salariés seront trop pauvres pour consommer largement ...

Ou si vous préférez, ce que dit clairement la hausse du CAC40 c'est que la crise est finie et que ce sont salariés qui vont en payer le prix !!


2 - La faillite (presque) complète des partis politiques.

Le modèle libéral qui se met en place repose sur le système de l'alternance : un parti de droite et un parti de "gauche" qui se succèdent au gré des circonstances mais toujours en appliquant la même politique ultralibérale.

Nous avons l'UMP, nous avons le PS, et le même discours notamment en matière de création d'une Europe libérale (je devrais dire une Internationale Capitaliste :) fondée sur les principes de Maaschtricht, du TCE (pourtant rejeté par les électeurs) et des accords de Lisbonne (adoptés au mépris des électeurs !)

Et les petits partis n'ont plus guère que le role de satellites gravitant autour de l'un ou l'autre des deux poles politiques libéraux.

Ceux qui doutent qu'il existe encore une différence entre PS et UMP devrait relire les programmes Royal et Sarkozy de 2007, on pourrait presque dire que Sarko est le plus à gauche, d'autant que Royal a reconnu publiquement que son programme était encore trop à gauche (sic) !

Et les péripéties récentes des éléphants et éléphanteaux du PS qui passent à l'UMP sans état d'ame sont une excellente lecon de chose pour les électeurs qui auraient des doutes (cf Kouchner "Moi je vote UMP")

 

3 - La faillite des organisations syndicales.

Depuis le début de l'année une masse de salariés avait l'espoir que la lutte syndicale pouvait contrecarrer les dégats de plus en plus visible - et dramatiques - de la politique du gouvernement Sarkozy.

Depuis janvier chaque mobilisation voyait augmenter le nombre des manifestants, pour atteindre d'ailleurs des niveaux sans pareils dans l'histoire de France depuis longtemps.

La stratégie syndicale pour casser le mouvement - ou plus exactement pour le neutraliser - reposait sur trois axes :

- réaliser une unité syndicale de facade afin de controler les grèves et manifestations

- ne donner aucune perspective unificatrice pouvant booster le mouvement (un programme commun par exemple)

- faire trainer les choses pour jouer le pourrissement et le découragement des salariés

Et ce fut un succès total. Des journées de grève isolées et sans perspectives ont convaincu les millions de manifestants qu'il ne servait plus à rien de descendre dans la rue pour une journee traine savate tous les trois mois.

Et inversement en face le gouvernement rigole. Il accèlere ses projets anti sociaux et lors de la journée du 26 mai - qui était un échec prévisible et programmé par les directions syndicales - les ténors de l'UMP ont fait de la provoc  !

La veille de la manifestation, alors que le projet visant à généraliser le travail le dimanche, un UMP a sorti une idée de génie (patronal) : et si on faisait travailler les salariés malades ?!

Evidemment ce n'est pas possible. Quoique il me revient à l'esprit une usine automobile ou les contremaitres allaient chercher chez eux les ouvriers malades pour les remettre sur la chaine (!)  "ah oui vous avez un bras dans le platre ? pas de probleme je vous trouve un poste ou on peut travailler d'une seule main" (sic)

Vieux fantasme patronal selon lequel un salarié malade c'est un fainéant qu'il faut remettre au travail ... fantasme repris régulièrement par tous les médias et par tous les réglements de l'assurance maladie ...

Ce nouveau délire UMP - qui aurait tout aussi bien être proposé par le PS - nous montre à quel point le gouvernement se sent fort et incontesté !!

La faute n'en revient pas seulement aux dirigeants véreux des organisations syndicales. En fait la situation exige une solution politique que les syndicats sont incapables de fournir. Leur boulot quotidien c'est de faire des réunions, de négocier, de discuter et de faire des "accords" avec la patronat et le gouvernement.

Fournir une alternative politique et économique pour sortir de la crise sans faire payer les salariés c'est le role d'un parti politique. Le NPA par exemple, seul parti politique proposant une politique de gauche (publi info :)

En attendant le mouvement syndical qui n'était déjà pas bien en forme vient de prendre un coup qui va lui être fatal. Les salariés seront partagés entre les pressions des petits cadres et patrons qui ne veulent pas de contestation de leur autorité et le spectacle des échecs syndicaux ...

Il ne restera plus au syndicat que le role de "syndicat officiel" et sans doute obligatoire qui consistera a surveiller les salariés pour le compte du gouvernement et du patronat ... triste !

 

Alors quelles solutions ?

 

La première c'est d'éliminer aux Européennes l'UMP, le PS et leurs alliés !!

La deuxième c'est d'élaborer un programme politique alternatif !!

Et faire voter des lois en faveur des salariés, en France et en Europe !!


12:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

23 mai 2009

Voter contre le clan bourgeois : Verts UMP PS

Les élections de juin seront une occasion unique de montrer notre rejet du libéralisme et des conséquences dramatiques (enfin pour les salariés !) des politiques ultra libérales menées par le clan Verts PS UMP et leurs satellites !

Le site du NPA recense les 527 votes des députés francais au Parlement européen et montre que dans 97% des votes les élus PS votent exactement comme les élus UMP !!

On s'était bien rendu compte en 2007, lors des présidentielles, qu'il n'existait plus aucune différence programmatique entre PS et UMP et leurs partis satellites et obligés, mais à ce point c'est proprement effarant.

Leur seul projet politique est de continuer le néolibéralisme toujours plus fort dans le sens d'une diminution des droits des salariés et d'une augmentation des privilèges des capitalistes ...

Et accessoirement de "ramasser" tous les petits partis (devinez pourquoi le Parti de Gauche refuse de dire qu'il ne s'alliera pas au PS :) et d'éliminez les autres petits partis

Visiblement ils revent d'un régime d'alternance, comme démocrates et républicains aux USA, ou le gouvernement du PS serait remplacé par celui de l'UMP et vice versa ...

 

Quand a la campagne des médias pour promouvoir le NPA - fortement inspirée par Sarkozy pour faire perdre des voix au PS -, elle est bien terminée.

Le mot d'ordre général - des Verts au PS en passant par le PdG - c'est "Feu sur le NPA !"

Eh bien au moins les électeurs se rendront compte de visu que le NPA est désormais le seul parti démocratique de gauche en France !

 

Le vote du 7 juin est donc doublement important.

 

Nous pouvons disqualifier en France les partis bourgeois qui défendent le néolibéralisme.

Ces gens là ont provoqué la crise en donnant sans cesse toujours plus aux nantis et en reprenant tous les maigres acquis des salariés.

Et ils prétendent nous sortir de la crise en accélérant les réformes néolibérales, distribuant aux capitalistes des milliards par centaines et imposant aux salariés des contrats précaires, des licenciements, le travail le dimanche, la semaine de 48H etc ...

 

Mais les élections du 7 juin c'est aussi l'occasion de contester l'Europe qu'ils veulent nous imposer.

Celle de la liberté totale pour les capitalistes, celle des régressions sociales dignes du 19ème siècle.

Encore récemment c'est la semaine de 48H qui devient légalement la norme européenne, c'est la libéralisation - la marchandisation - de tous les services publics (et la destruction de ceux qui ne sont pas "rentables" pour les capitalistes !), ce sont les réformes anti sociales qui s'imposent en Droit aux Etats de l'UE.

 

On peut les stopper.

Notamment le 7 juin 2009.

 

 

PS.

Un autre aspect de la question qui mériterait une réflexion plus approfondie c'est que le vote européen permet d'envisager la formation d'une Internationale européenne - pour commencer - qui regrouperait tous les partis qui défendent les droits des salariés.

Car ne l'oublions pas l'Internationale capitaliste existe déjà !  Elle siège à Strasbourg et Bruxelles !!

 

 

 

 

 

 

 

22:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)