Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16 février 2009

Répression en Guadeloupe.

Après avoir joué le pourrissement et amusé la galerie avec un "sous ministre" sans aucuns pouvoirs, le gouvernement utilise le seul langage que les capitalistes connaissent quand il s'agit de préserver leurs intérêts : la répression.

Ce matin le LKP a installé 9 barrages, ce qui est un moyen d'étendre davantage la grève générale et de peser pour imposer de vrais négociations. Eh ben la réaction n'a pas tardé !!

Et à ce sujet je conseille à tous de bien observer ce qui se passe en Guadeloupe : respect, libertés, droits de l'homme, ce sont des valeurs qui n'ont plus cours quand les "libéraux" défendent leurs privilèges !! Pour eux une seule solution : la répression !

Ce qui explique que les CRS ont pris d'assaut tous les barrages du LKP, qui rappelons le regroupe des dizaines d'organisations et la majorité de la population.

Des assauts d'une extrême violence, a tel point que l'un des syndicalistes a fait constater par un médecin que cela lui valait 5 jours d'ITT !

Également des dizaines d'arrestations, et la rafle semble toujours en cours en ce moment

Et comme le disait un syndicaliste "s'ils n'ont pas tiré c'est uniquement à cause du trop grand nombre de caméras !"


Le prétexte de cette violence c'est le droit de "circuler librement"

Alors la on rappellera qu'en France, des corporations innombrables - et souvent pas des meurs de faim - se permettent de bloquer les routes, de ralentir les périphériques, de bloquer les dépots de pétrole etc. et sans susciter d'autres actions du gouvernement qu'une petite ... réprobation !

Les patrons routiers, les taxis, les agriculteurs, sont coutumiers des "atteintes intolérables à la liberté de circuler" et à d'autre dégradations aussi et pour toutes sanctions ils obtiennent généralement quelques exonérations et subventions ... aux frais du contribuable bloqué !

Personnellement je ne leur en veux pas, ils ont bien le droit de revendiquer, mais la différence de traitement est flagrante !

Aux uns on finit par accorder toutes sortes de "cadeaux", souvent peu justifiés, et aux autres on sert un simulacre de concertation et on sort les matraques ... et bientôt les fusils, soyons en surs ...


Visiblement le gouvernement recherche l'épreuve de force.

Le sous ministre jobard est rentré de Guadeloupe en clamant avec impudence : "sur 132 revendications je leur en ai accordé 131"

On voudrait bien voir la liste, parce qu'en Guadeloupe ils n'en pas vu 131 revendications accordées !

Et la proposition d'accorder 100 euros aux bas salaires seulement - et financé en réduisant les avantages sociaux - ressemble davantage à une provocation insultante plutôt qu'à un début de négociation ...

Dans les jours qui viennent on va assister à deux choses :

1 - les médias vont répandre partout des contre vérités sur la grève générale.

2 - les provocations et la répression vont s'accentuer.

Une stratégie qui a peut de chance de fonctionner puisque c'est toute la population des Antilles, du chomeur au cadre, qui exige qu'on en finisse avec le néo colonialisme, et qui demande un niveau de vie raisonnable

Et s'opposer à toute une population c'est pas gagné pour les dignes héritiers des "fusilleurs d'ouvriers" !


En attendant nous avons intérêt à manifester clairement notre solidarité avec les grévistes des Antilles.

Beaucoup de leurs revendications pourraient être les nôtres.

Cf LKP



PS
Et on attend aussi des actions significatives de soutien de la part des syndicats ...

Un soutien concret, politique et matériel (au moins que leurs grasses caisses noires servent utilement :)

22:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

14 février 2009

Guyane.

Le mouvement de grève générale en Guadeloupe devrait être davantage soutenu en France.

On aimerait entendre les dirigeant syndicaux par exemple.

Car il suffit de se rendre sur le site du LKP (Liyannaj Kont Pwofitasyon, Collectif contre l'exploitation) pour se rendre compte que finalement ils ne demandent rien d'exorbitant, et même certaines demandes sont en deçà de ce que les salariés francais seraient en droit d'exiger en France !

Site du LKP.

Le site fournit la liste complète des revendications et les documents concernant les négociations en cours.


L'attitude du gouvernement Sarkozy a été très éclairante sur la façon dont il conçoit réellement le dialogue social.


1 - en premier lieu on envoie les CRS !

On doit en être maintenant au moins à 8 escadrons de CRS ou de mobiles, plus les forces permanentes et sans compter les forces armées prépositionnées !!

(Justement la doctrine des armées modernes c'est surtout la "contre-rébellion" !" :)


2 - ensuite on discute !

Il est apparu clairement que l'affrontement direct n'amènerait rien de bon dans une ile ou la grève générale est soutenue par la quasi totalité de la population salariée !

Renonçant provisoirement à la répression massive, le gouvernement envoie un émissaire chargé de gagner du temps et de diviser le mouvement social.

Il commence par promettre tout et n'importe quoi aux pompistes pour les inciter à rouvrir les stations services. En vain, la pression des grévistes ultramajoritaires, est trop forte.

Il entreprend ensuite de lâcher du lest, notamment en accordant les réformes qui ne mangent pas de pain et surtout en lâchant une augmentation de salaires de 200 euros

A Paris, le patron en chef, dit Niet ! Et l'émissaire retourne en Guadeloupe les mains vides avant d'abandonner la partie.

Et pour faire semblant d'agir le gouvernement invente une future loi sur les DOM ...


3 - pendant ce temps les médias agissent

La grève a été systématiquement ignorée lors de son déclenchement.

Puis elle est devenue visible lorsque le gouvernement a envoyé un émissaire.javascript:;

En ce moment nous en sommes à la phase de matraquage anti gréviste.

A peu près à chaque journal télévisé un petit patron du tourisme (ou un gros !) vient pleurer devant les caméras. Ses hotels 3 étoiles sont vides, c'est affreux, que fait le gouvernement

Noter qu'il ne viendra pas à l'idée du journaliste d'aller voir un salarié de "gwada" pour lui demander si c'est pas trop dur de vivre avec 400 euros par mois (les bons mois) et avec des prix majorés par les monopoles locaux ?

Bah les journalistes sont des étourdis, ils ont surement oublié ... :)


Pourtant quand on y regarde de près les revendications des grévistes sont tout à fait intéressantes.

Certaines sont symboliques comme le fait de faire du 27 mai (abolition de l'esclavage) un jour férié et payé. Quoique ... quand on sait que les emplois importants en "gwada" sont tenus par des blancs on reste songeur ... Il se superpose une double exploitation noir/pauvre contre blanc/riche

Mais la plupart des revendications pourraient être les nôtres : emplois, salaires, logement, environnement, vie chère, pouvoir d'achat, etc ..

Revendications (pdf)

Et d'ailleurs on se demande ce qu'on attend pour y aller nous aussi !!


Déjà la Martinique et la Guyane ont commencé à bouger. La Réunion se prépare à rejoindre l'action.

Et nous !??

16:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

13 février 2009

Famille.

On a vraiment affaire a des enragés. Aujourd'hui Sarkozy dévoile son plan "famille" et continue à matraquer les salariés.

En effet, bien que le mot ne soit pas prononcé, ce dont il s'agit c'est de nouvelles attaques contre la sécurité sociale.

Avec un scoop.

Il faut réduire le congé parental !

Pourquoi ? Euh ... parce qu'il pénalise le ou la salarié qui en abuse !!

Faut vraiment oser. Après un accouchement le père ou la mère prennent un congé parental dans l'intérêt de l'enfant. Ou même par obligation dans certains cas (par exemple pour raison médicale ou en raison de l'absence de moyen de garde)

Désormais on fera plus court. Dans l'intérêt des parents, bien sur (sourire mielleux et hypocrite :)

Et un peu dans l'intérêt des patrons qui économiseront de précieuses heures de travail perdues pour élever nos lardons ...


Moi je serais Sarkozy, je serais franc. Dans le vrai intérêt des parents, et pour ne pas "être pénalisé par le congé parental" (sic) je leur conseillerais de pas faire de gosses !!

D'abord en faisant pas de gosses, votre carrière professionnelle n'en souffrira pas, car comme le souligne Sarkozy les patrons sont impitoyables avec les salariés qui s'absentent pour des motifs futiles : maladie, maternité, accident ...

En plus quand vous faites pas de gosses vous économisez des sommes fabuleuses : frais de garde, frais de nourriture, de vêtements, de jouets, frais de scolarité innombrables ...

Et par ailleurs en période on peut se demander si faire des gosses c'est pas tout simplement produire du chomeur ?!



Et pour bien faire comprendre le sens de son intervention, et toujours sans jamais citer le terme de "sécurité sociale", Sarkozy nous explique que toutes ces c... d'enfants ca coute plus de 30 milliards au patronat !!!

30 milliards pour élever les lardons des salariés, qui de toutes façons (c'est héréditaire) finiront par devenir des salariés à la c... et sans doute futurs chômeurs vivant aux crochets de la société (refrain libéral !)

30 milliards de bénéfices en moins qui ne seront pas distribués en dividendes et jetons de présence !

il faut reconnaitre que c'est une situation in-ad-mis-si-ble !! :)


Je ne sais pas si vous pouvez imaginer la mentalité des gens comme Sarkozy qui sont capables de tenir ce type de discours (vos gosses nous coutent 30 milliards !) et quel mépris il sous entend !


Tout cela fait partie d'un plan d'ensemble qui vise à démanteler la sécurité sociale qui comprend trois branches : retraites, invalidité, famille ...

Les retraites sont aux trois quart KO, même si peu de gens le savent, l'invalidité est en train d'être grignotée, et la famille on vient de nous annoncer que son tour va venir ...


Il faut maintenant une réaction massive pour stopper ce massacre social !!

17:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Mondialisation.

Je cite un document circulant sur internet. (source: paul.jamet(a)jouy.inra.fr )

Jean B. a commencé la journée tôt, ayant réglé son réveil matin (fait au Japon) à 6 heures. Pendant que sa cafetière (faite en Chine) filtrait le café (importé de Colombie), il s'est rasé avec son rasoir (fait à Hong-Kong)... Puis il s'est habillé avec sa chemise (faite au Sri Lanka), ses jeans (faits à Singapour) et ses chaussures (faites en Corée). Après avoir cuit son petit déjeuner dans son nouveau poêlon (fait en Inde) agrémenté de fraises (de Californie) et de bananes (du Costa Rica), il s'est assis, calculatrice en main (faite au Mexique), pour calculer son budget de la journée.
En consultant sa montre (faite à Taiwan), il a synchronisé sa radio (faite en Chine), puis est monté dans sa voiture (faite au Japon) pour continuer sa recherche d'emploi, entre deux fermetures d'usines (en France). À la fin d'une autre journée décourageante, il décide de se verser un verre de vin (fait au Chili) en écoutant Britney Spears (refaite aux USA!), pour accompagner son dîner congelé (fait aux USA), met ses sandales (faites au Brésil) et allume sa télévision (faite en Indonésie), et puis se demande pourquoi il n'arrive pas à se trouver un bon job payant, ici en France...


Le sens de ce texte serait de remettre en question la mondialisation avec en filigrane l'idée que si on produisait tout en France ce serait mieux !

Avant de poursuivre plus loin j'ajouterais un paragraphe a ce texte :

Au même moment en Chine Xin Y. termine sa semaine de travail, payée 10 euros (la semaine !) en se demandant quel travail il ferait le mois suivant puisque son usine venait de le licencier (sans préavis ni indemnité car le Code du travail n'est pas appliqué dans sa région). Heureusement il avait une piste pour un emploi de manutentionnaire dans une usine européenne fabriquant des calculatrices. En attendant ce soir il devra choisir entre payer son loyer (dans une chambre nue partagée avec six collègues) ou bien se payer un repas. Cruel dilemme.
Mais moins cruel que celui de Y. Z. (12 ans) ouvrière dans une usine d'assemblage de téléviseurs en Thailande : son chef d'équipe veut bien lui conserver son emploi (payé 10 euros par mois, mais pas tous les mois) mais il va falloir qu'elle soit "compréhensive"
Tandis qu'en Inde Mohamed B. qui vient juste d'obtenir son diplôme d'ingénieur, a réussi à décrocher un poste intéressant dans une entreprise anglo saxonne, qui paie super bien : 120 euros par mois !



La morale de ces histoires de productions délocalisées pour cause de petits salaires dans des pays en voie de développement c'est que les salaires des francais seraient trop élevés.

Moralité (patronale) : on doit baisser les salaires sinon il n'y a plus d'emploi en France !!

Ce que les politiciens UMP PS nous servent en version plus soft : "alléger les charges sociales", baisser le cout du travail ...


Est ce que la solution c'est de ramener les conditions de vie et de travail des salariés français au niveau des salariés (des esclaves devrait je dire) du Maroc ou du Mexique ?

D'abord il n'échappera à personne que cette argumentation repose sur un chantage !

Ce qui en droit ordinaire constitue un délit. Si je vous dis "donnez moi 1000 euros sinon je détourne le cours d'eau qui alimente votre maison", je vais logiquement finir en correctionnelle (bien que le cours d'eau soit dans ma propriété ...)

En revanche si un patron dit "on baisse de 10% les salaires sinon je ferme l'usine et vous allez au chômage crever de faim", c'est légitime et parfaitement admis par la morale et par notre "Droit" !


L'autre remarque, en dehors de toutes considérations morales, c'est que le chantage patronal, la menace des fermetures et des délocalisations, est effectivement appliqué en France depuis au moins vingt ans avec un succès phénoménal !!

Sous le chantage et les menaces, notre système social (santé, retraites, éducation gratuite ...) est en voie de démantèlement. Le droit du travail a été entièrement réécrit à la baisse et pour les salaires et les conditions de travail chacun jugera ...

Avec des arguments répétitifs : comment voulez vous lutter avec les salaires en Tunisie, Chine, et maintenant Pays de l'Est ...

Le problème c'est que cet immense succès de la propagande néolibérale est à l'origine de la crise que nous vivons.


En abandonnant toujours plus de nos salaires et de la protection sociale, les capitalistes ont tirés le système vers le bas. A un point ou la production capitaliste ne sert plus à rien ...

On produit des voitures à des couts imbattables (et basé sur des sous traitants du Tiers Monde à la limite de l'esclavagisme) mais tous les salariés étant devenus plus pauvres ... il n'y a plus assez de clients pour acheter les voitures !!


Et des abrutis diplômés nous répètent en boucle, il faut continuer encore et encore à baisser les revenus des salariés (le "cout du travail") c'est comme cela que l'on va sortir de la crise ...

Et plus les salariés s'appauvrissent et plus la crise s'accroit ...

Surtout quand d'autres abrutis - non moins diplômés - se sont mis en tête de faire consommer les salariés insolvables en leur ouvrant des lignes de crédit imaginaires !

Ce qui nous permet maintenant de bénéficier d'une double crise : économique, provoquée par la faillite du néocapitalisme, et financière à hauteur de 10.000 ou 20.000 milliards d'argent fictif (personne ne connait le montant exact !)


C'est pour cela qu'une rupture est nécessaire.

Il faut remettre les salariés au premier plan !!

Sinon on n'en sortira pas.

D'ou l'intérêt d'un grand parti défendant les intérêts des salariés. (NPA)


11:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

11 février 2009

Nicolas pète les plombs.

L'une des annonces majeures du discours de Nicolas Sarkozy le 5 février c'était la suppression de la taxe professionnelle en 2010.

Depuis une semaine le débat est engagé entre les différents acteurs concernés, notamment les élus locaux.

De chiffres en chiffres et de réactions en réactions il apparait clairement une quasi certitude :

La taxe professionnelle ne sera pas supprimée en 2010.

Et rétrospectivement on se dit que pour lancer une telle annonce avec une telle légèreté, notre président adoré est vraiment au bout du rouleau. Moi je dirais qu'il vient de péter les plombs en direct devant des millions de téléspectateurs.

Et que ca ne va pas arranger sa cote de popularité (si on peut dire :) qui descend à toute vitesse vers les 20% ... en fait il ne reste plus que les 10% de français très aisés (+ 10% de 'malcomprenants" :) pour soutenir encore Sarkozy ...

Mais revenons au problème de la taxe professionnelle.

Globalement le montant de la taxe payée par les entreprises est de l'ordre de 30 milliards d'euros, un peu moins si l'on extourne les taxes annexes figurant sur la feuille d'impôt.

Compte tenu du système français, ou globalement les entreprises payent 100 euros et on leur rembourse 50 euros quelques mois plus tard, notamment grâce au système du plafonnement en fonction de la valeur ajoutée, la somme en jeu est de l'ordre de 15 milliards

Bref le manque à gagner pour les collectivités locales sera de l'ordre de 15 milliards, et même si on retenait seulement le chiffre de 8 milliards avancé par Sarkozy, le problème serait aussi sensible. Car même 8 milliards ca représente une grosse quantité d'écoles, collèges, routes et autres équipements locaux qui ne seront plus financables.

Les réactions politiques sont assez éclairantes.

1 - on a eu d'abord des petites remarques un peu mesquines, venant du PS surtout, et visant à contester les chiffres, bref du classique politico policitiens.

2 - les élus locaux sont montés au créneaux, de tous bords, pour s'inquiéter de ce qui allait se passer, car l'idée que le budget de l'Etat compense ces 8 ou 15 milliards leur paraissait très ... baroque

A mon avis la critique qui a fait le plus mal à la "décision" de Sarkozy c'est celle de Guerini qui a finement fait remarquer que 15 milliards en moins pour les collectivités locales c'est forcément 15 milliards en moins d'activité économique : contrats, travaux, investissements ...

Et il a pas tort le bougre. En période de récession, oter 15 milliards d'activité économique c'est un suicide national !

3 - la situation se complique encore avec la "résistance" des députés de la majorité, qui ont rejoint la déclaration de Coppé affirmant d'une part que les députés UMP n'ont pas été consultés et d'autre part que les impôts sont une prérogative du Parlement et non de l'exécutif.

Concrétement cela veut dire que le projet de loi supprimant la taxe en 2010 - et qui doit être voté en 2009 - n'est pas prêt d'être adopté !

Boudé à la fois par l'opposition et une grosse partie de la majorité, on va voir du spectacle :)


Et pour savoir si mon opinion est correcte on sera vite fixé. Les entreprises vont recevoir les déclarations de taxe professionnelles 2010 dans deux mois !!!

Il sera alors difficile de prétendre que l'on supprime la taxe en 2010 tout en demandant aux entreprises de remplir les formulaires pour se préparer à la payer !!

Alors quelles solutions reste t-il à Sarkozy ?

a - en admettant qu'une vague de type mai 68 ne déferle pas (et moi personnellement j'aimerais bien :) pour balancer Sarkozy et ses sponsors, on pourrait imaginer que ses "amis" politiques lui ménagent une préretraite en douceur (dans une clinique suisse pour malades agités, par exemple :)

b - autre solution, jouer sur les mots et remplacer la taxe professionnelle par une "ecotaxe" ou un autre gadget à base de "valeur ajoutée", mais qui rapporterait toujours les 8 ou 15 milliards indispensables aux investissements locaux

foireux comme le sont les politiciens, je verrais bien cette solution ou Sarkozy se repointerait au 20H pour dire "j'ai tenu parole, la taxe professionnelle est supprimée"

et le lendemain on annonce la nouvelle taxe .... mdr

c - ou encore le scénario "dur", dans une nouvelle crise d'hystérie ultralibérale Sarkozy s'accroche, manoeuvre et fait passer réellement la suppression complète de la taxe dès 2010

Provocant ainsi une succession de séismes économiques et politiques, je cite au hasard :

- effondrement de certaines branches du batiment

- scission à l'intérieur de la majorité

- émeutes provoquées par les augmentations des autres impôts locaux

Et je suis sur que j'en rate des meilleurs ....


Et tout ca parce que Nicolas est en train de péter les plombs ...

Et il a l'air de continuer, le véto aux solutions Jego pour les Antilles est une connerie incroyable ...

19:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)