Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03 novembre 2008

Retraite à 70 ans. (suite)

Extrait d'une dépêche AFP.

Le Medef, (...) a salué la possibilité de travailler jusqu'à 70 ans.

Cette mesure est un premier pas historique, une occasion de faire changer le regard de tout le monde sur le travail des seniors, une avancée pour faire comprendre que travailler plus longtemps n'est pas forcément un drame, mais le plus souvent une opportunité", a dit sa présidente, Laurence Parisot, dans un communiqué.


Et du coté des clowns médiatiques qui nous gouvernent, on n'est pas avare de fines observations, comme celles de X. Bertand qui nous explique le drame vécu par les personnes qui ont été odieusement privée du droit de travailler après 65 ans (Guigou et Montagné !)

On aimerait lui citer tous les people qui bossent après 60 ans, Johnny par exemple, et sans même avoir besoin d'une loi spéciale !

Mais il est vrai que notre législation les empêcherait, malgré certainement leur plus vif désir, de bosser après 65 ans sur une chaine de montage de Ford ou Peugeot ...


Derrière cette avalanche de grosses bêtises, il y a quand même une réalité : faire reculer et si possible faire disparaitre la limite d'age pour les salariés !

Avec à terme la perspective de supprimer les retraites par répartition - co-financée par le patronat - pour les remplacer par un système de retraites par capitalisation avec un double mécanisme :

- les gens "aisés" prendront leur retraite en vivant de leurs rentes (sauf krach :)

- les plus pauvres recevront une aide sociale minimale .. et la charité


Avec ce type de société le salarié devient une machine à bosser jusqu'a la mort ...

Croyez que j'exagère à peine, car en France l'espérance de vie pour un homme est de 76 ans. Donc en "bénéficiant" du travail jusqu'à 70 ans il lui resterait en moyenne 6 ans pour "jouir" d'une retraite bien méritée ...

Dans ce type de société, avant de prendre l'avion il faudra penser d'abord ... à demander l'age du capitaine :)


Quand à la fable de la "liberté du travail" et que "seuls les volontaires partiront après 60 ans" ... on imagine toutes les mesures de contraintes qui vont être prises petit à petit par le gouvernement

Il faudra 41 ans, puis 42, 43, 45 ans pour avoir droit à une retraite ...


Ce qui est en route c'est la suppression des retraites des salariés.


Pour ceux qui se demandaient comment les capitalistes espèrent sortir de la crise

Bertrand, Fillon, Sarkozy et leurs complices nous montrent leur solution : faire payer les salariés !


Désormais il n'y a plus a tergiverser, contre le consensus PS-UMP et contre les actions syndicales bidons, il ne nous reste plus que la rue !


Dehors Sarkozy !!

22:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

02 novembre 2008

Attentat !

Si on voulait plaisanter on inventerait un nouveau jeu, toujours gagnant, ou le mot "Joker !" serait remplacé par "Attentat !"

C'est tellement commode !

Un avion s'écrase, généralement parce que la maintenance est négligée pour faire du profit, et aussitôt on entend "attentat terroriste"

Bien que, honnêtement, il faut reconnaitre que ces dernières années "l'attentat" est plutôt en baisse au profit de "l'erreur humaine"

Enfin l'important c'est qu'on trouve un coupable ... tout sauf le patron de l'entreprise ...


Ce weekend la SNCF vient de rééditer pour la Nième fois son fameux spectacle : "Panne générale due à une rupture de caténaire"

Spectacle qui ébaudit des foules de plus en plus immenses au fil des années !

Mais la, après la série noire de cet été, ce fut la représentation de trop, la bavure inadmissible. Celle qui a obligé le ministre a dire diplomatiquement qu'il faudrait faire quelque chose avant que les clients se barrent (ayant compris que le slogan SNCF doit se lire "A nous de vous faire préférer l'avion, l'auto, le vélo, la trotinette ... enfin tout sauf le rail :)


Alors la direction de la SNCF a sorti son Joker : "Attentat !!"

Et bien sur tout s'explique. Quoiqu'on ait un peu de mal à avaler qu'un seul tir de fusil sur un seul caténaire ait suffi à provoquer l'arrêt du réseau pendant 24H ... mais après tout on est tellement habitué à être pris pour des c...


Mais ca irait encore mieux si on expliquait que c'est la privatisation à peine rampante de la SNCF qui est à l'origine de cette série de catastrophes.

Et plus précisément la séparation en deux entités : SNCF pour le transport et RFF pour les infrastructures.

Pour quelle raisons a t-on divisé en deux cette entreprise ? Eh bien c'est que le "privé", c'est à dire les capitalistes, veulent bien acheter la partie rentable de la SNCF, mais surtout ne pas prendre la charge de payer les gros équipements.

On est maintenant bien habitué à ce concept néolibéral - qui s'appelle la "liberté" des entreprises - et qui consiste à privatiser les profits et à collectiviser les pertes. Variante capitaliste du jeu : "pile je gagne, face tu perds" !

Et ce principe est d'ailleurs appliqué à l'échelle de tous les pays du monde.


Dans le cas de la SNCF il y a une subtilité qui doit probablement expliquer pourquoi notre réseau est en train de pourrir.

Logiquement la RFF devrait entretenir les rails et les équipements, mais une clause - sans doute une histoire de gros sous - l'oblige à recourir aux services de la SNCF, en la payant bien évidemment.

Sauf que RFF est une structure conçue pour faire supporter les pertes par le contribuable, mais sans ressources. Elle ne vit que des maigres redevances de location des lignes - essentiellement louées à la SNCF (faut suivre, hein :) - et des chiches subventions publiques.

Le système est bien étudié pour rapporter un maximum de fric aux capitalistes, mais quand il faut entretenir et réparer les équipements il y a comme un problème.

- la SNCF ne veut pas le faire puisque c'est à la charge de RFF

- mais RFF faute d'argent ne peut pas payer la SNCF pour qu'elle répare les lignes SNCF

On tourne en rond.

Pas les gros capitalistes qui salivent déjà à ce que cette arnaque va leur rapporter.


Bref si on veut que le train continue à rouler dans notre pays, il n'y a plus qu'une seule solution :

Nationalisation immédiate de tout ce b... SNCF et RFF en une seule entreprise fiable !!


C'est dans des situations pareilles qu'on se rend bien compte que les services essentiels pour notre société ne peuvent absolument pas être confiés au secteur privé ... sans courir au désastre.

Une entreprise privée n'a qu'un seul objectif : faire du profit. Rendre un service de qualité est tout à fait secondaire, surtout si elle dispose d'un monopole de fait et qu'elle a des bons amis politiques ...

Le même problème se pose avec La Poste. Malgré la démonstration que le secteur privé ne peut pas faire fonctionner les services publics, le gouvernement veut continuer à privatiser.

Manifestons pour sauver les services publics !

17:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

01 novembre 2008

La retraite à 70 ans.

S'il est voté par le Parlement, l'article 61 de la Loi de financement de la Sécurité sociale permet aux personnels de l'aviation civile de partir à la retraite à l'age de 70 ans ! Projet

Mesure qui est présentée - avec le cynisme habituel des représentants de la bourgeoisie - comme un "avantage" social qui est généreusement accordé par le gouvernement aux salariés

En effet, nous disent ils, beaucoup de salariés n'ont pas l'ancienneté nécessaire pour obtenir une retraite à taux plein et donc leur permettre de travailler jusqu'a 70 ans c'est une mesure de justice sociale ...


Faut il rappeler que si les salariés peinent à remplir leurs annuités c'est parce que les mêmes députés ont voté une loi qui oblige à cumuler 41, 42, 43 ans d'ancienneté pour toucher une retraite décente ..

Et que la justice sociale ce serait plutot de permettre à tous de partir en retraite après 60 ans.

Surtout que les employeurs - pour de bonnes raisons - ne se bousculent pas pour embaucher les plus de 55 ans.

A l'exception de quelques rares métiers (députés, politologues, président de conseil d'administration etc. :) la plupart des emplois sont usant ou tout simplement inadaptés pour la plupart les personnes agées

Cet acharnement du gouvernement contre les travailleurs agés est donc particulièrement répugnant.


L'argument avancé est celui de l'insuffisance de financement des retraites.

Argument qui prend une résonance toute particulière en ce moment, puisqu'il est permis de comparer les quelques milliards de déficit de la Sécurité sociale, avec les 400 milliards qui vont être versés aux banques, c'est à dire in fine à leurs gros actionnaires ...

Si on ajoute que la soit disant dette de la Sécurité sociale est un déficit crée de toutes pièces par le gouvernement en exonérant de charges sociales le patronat (plus de 20 milliards d'euros par an !) on se dit qu'on nous prend pour des imbéciles.


Ce dont il s'agit en réalité c'est d'un long et tenace travail de sape pour ruiner tous les compartiments de notre Sécurité sociale.


Et derrière ses roucoulades compassionnelles Sarkozy est en train d'y arriver.

Brèche après bréche, ces gens là sont en train de ruiner notre système de sécurité sociale, l'un des meilleurs du monde, pour libéraliser notre pays et dégager des fonds pour patrons et les spéculateurs


Sauf si nous les stoppons !

Mais il y a urgence maintenant, car la "crise" que les néolibéraux ont provoqué ne les rend pas moins dangereux. Au contraire ils entendent profiter de la peur et de la confusion pour avancer encore plus vite vers le "pur capitalisme sauvage" !

09:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

31 octobre 2008

Pacte de confiance.

Nouveau coup de gueule - purement médiatique - de Sarkozy contre les Banques.

Et comme d'habitude il prend les Francais pour des andouilles.

Résumons les faits que la manipulation médiatique omet de préciser.

Deux structures financières ont été créée pour apporter notre bon argent aux banques victimes de leurs magouilles spéculatives :


1 - l'une pour apporter 40 milliards d'euros de recapitalisation des banques, opération dans laquelle l'Etat a sciemment renoncé à prendre des actions à droit de vote se privant ainsi de tout moyen d'action

Rappelons que plein d'autres pays ont choisis de nationaliser les banques, de manière à pouvoir prendre le controle des établissements en difficulté ... et à vérifier que l'argent des contribuables n'est pas jeté par les fenêtres !

Mais pas en France ! Ou Sarkozy n'a pas voulu fâcher ses bons amis banquiers en les mettant sous contrôle

Sauf la Caisse d'Epargne pour la liquider avant de la privatiser selon les souhaits des mêmes bons amis banquiers de Sarkozy !


2 - une structure de refinancement pour alimenter les banques en liquidités à hauteur de 320 milliards ... pour commencer !

Structure dont le rôle consistera à prêter de l'argent, éventuellement emprunté, en échange de créances pourries

Créances pourries qui seront ensuite payée par les contribuables (et leurs enfants, vu que le dette crée suivra plusieurs générations de happy taxpayers !)


Et voila que maintenant Sarkozy découvre que les banques - qui par ailleurs ne font que leur travail habituel en acceptant ou refusant des prêts - manquent de loyauté

Bref petit cours de capitalisme accéléré à l'usage des Nicolas sous informés : une banque est une entreprise dont la seule loyauté s'applique à ses actionnaires, propriétaires de l'établissement

En refusant de prendre le contrôle des banques, Sarkozy les a laissé aux mains de ses propriétaires qui ne connaissent plus qu'une chose : refaire leurs profits ...

Le reste est littérature.


Et notre clown national de convoquer en grande pompe tous les préfets de France pour leur donner cet ordre : surveillez les banques !!

Et la on rigole franchement. Sauf à ouvrir une instruction judiciaire, l'autorité publique n'a même pas le droit de vérifier les comptes d'une banque, en admettant qu'elle ait les compétences techniques ...

Quand à surveiller le crédit au jour le jour, il va en falloir des inspecteurs de la PJ, en gros un derrière chaque guichetier ...

On se demande ou s'arrêteront les sinistres pitreries de Sarkozy ?!


Allez je suis positif, voila le barème des sanctions que les préfets pourront appliquer :


1 - la banque accorde des crédits nombreux -> Pas de sanctions. Souriez et dites "cheese"

2 - la banque accorde peu de crédit -> Ne pas rire. Respirez un coup et dites : "ce n'est pas bien !"

3 - la banque ne fait presque pas crédit -> Froncez les sourcils. Dites avec autorité : "vous n'êtes pas gentils !"

4 - la banque refuse tout crédit -> Parlez d'une voix forte et dites : "méchants !!"


Avec un tel traitement si on n'arrive pas à forcer les banques à faire crédit moi je m'appelle Nicolas :)



PS
Il y a toutefois une chose avec laquelle on devrait éviter de rigoler, ce sont les 360 milliards !

Tout propagandistes PS-UMP vous affirmera effrontément :

- "vous savez cet argent n'existe pas vraiment, ce sont juste des garanties de l'Etat"

- ou encore "ce sont des prêts qui nous rapporterons de l'argent"

Finalement on aurait l'impression que ces 360 milliards d'euros sont une somme fictive, un simple jeu d'ecriture destiné à rassurer les "marchés" (lire capitalistes :) un peu inquiets

Nenni !

Il ne faut surtout pas prendre les banquiers pour des benêts. (les benêts c'est nous en élisant Sarkozy :)

Une garantie de l'Etat c'est un engagement de payer inconditionnel et dans le cas présent non adossé à des actifs fiables

Ce qui signifie concrètement que nous allons bien payer plus de 400 milliards sous diverses formes et pendant des dizaines d'années

Et ca ce n'est pas comique du tout !

16:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

28 octobre 2008

Avec Sarkozy : la précarité pour tous.

Le plan "social" de Sarkozy est une véritable gifle pour les salariés.

Sous prétexte de favoriser l'emploi, voici ce qui nous est proposé :


1 - les contrats aidés
En fait nous avions, avant la politique anti sociale de Sarkozy, des millions d'emplois aidés.

Sarkozy les a liquidés et en supprime plus de 200.000 cette année.

Maintenant il découvre qu'il faut en créer 100.000. Bien.

Bilan des courses : 200.000 - 100.000 = 100.000 chômeurs de plus.

Et Sarkozy se fait acclamer dans sa lutte contre le chômage !

Détails.


2 - le CTP

Le CTP est un gadget, sans moyens financiers sérieux, destiné à dégonfler les statistiques.

A l'issue de l'année de prise en charge - qui peut d'ailleurs être plus courte et sans 80% de salaires - moins de la moitié des stagiaires sont casés, souvent en CDD ou temps partiel, ou en toute petite entreprise individuelle ...

Bien pour ceux qui pensent qu'on luttera contre le chômage avec des emplois partiels ou des baraques à frites partout ...


3 - le Pole emploi

Le Pole emploi (on ne rit pas, une société privée a demandé 135.000 E pour trouver le nom) c'est la fusion de l'ANPE et de l'Assedic.

Et le guichet unique n'est aucunement une facilité pour le chomeur.

Grâce au guichet unique le chomeur sera fliqué de manière suivie, et contraint de prendre n'importe quel boulot à n'importe quel salaire.

Cerise sur le gâteau, le système permet aussi de fliquer l'employé de l'ANPE ("Quoi ? vous avez gardé ce chomeur un an dans les stats ?!)

Une horreur, pire que ce qui existe déjà.


4 - les CDD

Que dire de plus. Le salarié utilisable et jetable, vieux rêve du MEDEF enfin réalisé et généralisé par Sarkozy.

La flexibilité généralisée, la fin des maigres garanties du code du travail, la précarité pour tous.

Essayez donc de faire un prêt immobilier sans emploi fixe pour voir ...


5 - les services à la personne

Retour d'une vieille trouvaille des socialistes : les petits boulots, alias les "petits jobs"

Désormais si vous faites deux ou trois heures de tondeur de pelouse dans la semaine, c'est bon vous n'êtes plus chômeur.

Et Sarkozy de proposer son job : "livreur de journal à domicile"

J'imagine qu'il pense à cela dans les quartiers bourgeois ... car à Montfermeil ...


6 - le travail le dimanche

Ce point est un gros foutage de gueule.

Le plus minable des députés UMP nous ressort comme un perroquet : "mais seulement les volontaires !"

C'est cela oui ...

Quand dans une entreprise 50% des salariés auront été "convaincus" de venir bosser les dimanches, on imagine bien la marge de liberté des autres pour refuser de suivre ...

Sarkozy nous offre le travail obligatoire 7 jours sur 7, merci c'est trop ...

Et accessoirement ca va créer du chômage comme avec les heures sups qui font baisser les embauches ...


7 - un sommet syndical

Un petit tour pour amuser la galerie avec un "débat"

Ce qui permettra d'affirmer bien haut que "Oui nous avons supprimé les retraites, mais en concertation avec les "représentants des salariés"

Cool.


Et il faudrait ajouter à cette liste des méfaits avoués, ceux qui se font actuellement et en douce.

Notamment les dérèglementations sauvages qui continuent et le démantèlement des services de l'Etat qui pouvaient "gêner" les patrons, comme la Drire ou l'inspection du travail ...


Tout considéré e plan Sarkozy va contribuer augmenter le nombre des chômeurs véritables, tout en faisant baisser les chiffres du chômage ...

Et en multipliant la misère parmi les salariés !

22:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)