Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07 juin 2008

La France en guerre.

Récemment un blog spécialisé recensait les principaux pays ou l'armée française est présente :

- Afghanistan
- Tchad
- Cote d'ivoire
- Liban
- Kosovo

Et on néglige les interventions militaires ponctuelles ici ou la :)

Coût de ces opérations militaires - baptisé dans le langage militaire les "surcouts OPEX" (opérations extérieures) - presque 1 milliard d'euros par an, et un calcul plus précis donne le chiffre de 2.4 millions d'euros par jour !

On rapprochera utilement ce chiffre - presque 1 milliard d'euros - avec les déclarations émouvantes de Sarkozy et de ses ministres : "les caisses de l'Etat sont vides"

Vides peut être quand il s'agit d'aider les RMIstes à se réinsérer ou pour aider les plus pauvres à se soigner, mais pour aller servir les intérêts des multinationales (et meme pas spécialement françaises !) et massacrer de pauvres bougres qui se révoltent, la on en trouve de l'argent !!

Sur les cinq principales destinations de combat de l'armée française on trouve :

-- 2 pays (Tchad et Cote d'ivoire) ou notre armée permet à des dictateurs sanguinaires de se maintenir par la force, et dans la cas du Tchad sans l'intervention active de nos armées le gouvernement serait tombé depuis longtemps

On se consolera en pensant que Total et quelques autres grosses sociétés peuvent engranger tranquillement leurs énormes surprofits. Mais quand on voit le prix de l'essence chez nous il est bien clair que ce n'est pas la population française qui profite du maintien de ces dictatures !

-- 2 pays (Liban et Kosovo) ou nous exécutons les décisions de l'ONU, c'est à dire en fait la volonté des américains, dont nous défendons les intérêts particuliers tout en allégeant leur effort financier militaire

C'est en quelque sorte un don du contribuable francais aux manœuvres de Bush visant à perpétuer la domination américaine dans le Monde !

-- 1 pays (l'Afghanistan) ou nous agissons en tant qu'auxillaire de l'armée américaine dans un guerre qui n'a rien d'une promenade de santé

Pour mémoire l'URSS s'y est déjà casse les dents, eh bien c'est notre tour ... au bénéfice des américains qui sécurisent ainsi leurs pipelines et leurs zones pétrolières a la frontière avec l'ex URSS


Mais il y a encore plus inquiétant, la France vient de renforcer discrètement ses bases militaires autour de l'Iran !

Ce qui signifie que lorsque les USA lanceront leur attaque contre le régime iranien, ce qui ne va plus tarder si le pétrole devient un enjeu critique, l'armée française sera immédiatement intégrée au dispositif américain pour mener la guerre en Iran ...

Et si cette guerre devait durer la dépense pourrait bien dépasser largement le milliard d'euros ...


Imposer le néolibéralisme partout dans le monde par la force des armes est une entreprise coûteuse et par ailleurs hautement criminelle, voire génocidaire de temps en temps :)

Une idée bête, et si on choisissait la paix et la coopération équitable ?

En virant les néolibéraux partout ou ils sévissent !


PS
C'est marrant, la propagande est telle - lutte contre le "terrorisme", intervention humanitaire, etc - qu'en disant que ce serait bien d'arrêter de massacrer des gens pour faire du profit j'ai l'impression de dire une énormité !

15:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

01 juin 2008

Neoliberalisme

Le dernier livre de Naomi Klein "La statégie du choc", lourd pavé de 600 pages n'apprendra sans doute rien aux personnes qui ont suivi le développement du néolibéralisme depuis plusieurs décennies.

Mais il mérite le détour pour donner une vue d'ensemble de la situation, et sans que l'auteur ne le dise explicitement c'est un très bon résumé de plus d'un demi siècle de luttes des classes.

Ou plus précisément de la lutte des classes dirigeantes contre les "privilèges" des salariés !!

Bonne occasion de s'intéresser à Friedman, la tête pensante du libéralisme depuis les années 30, dont les thèses ultralibérales ont été reprises et massivement soutenues ($$) par tous les dirigeants de multinationales.

Son crédo c'est le marché, tout le marché, rien que le marché !

L'Etat ? Il faut en supprimer tous les aspects redistributifs et tous les mécanismes de solidarité sociales. Selon les disciples de Friedman le "bon" Etat c'est des lois sévères et l'Armée et la Police pour les faire respecter.

Tout le reste doit être limité au minimum et remis au marché : éducation, santé ...

Autant dire qu'il y a pas de coïncidence quand on constate que les néolibéraux ont d'abord commencé à fourguer leurs théories imbéciles à des dictatures en Indonésie, en Iran, en Argentine et au Chili ou Friedman est allé lui même superviser la mise en place de son système avec les résultats que l'on connaît ...

Aux USA on les appelle les "néoconservateurs", quelque soit le nom les idées sont les mêmes : les hommes naissent égaux en droits et inégaux en talents et c'est chacun pour soi ...

Dans la vraie vie des idées aussi idiotes ne tiennent pas debout. Ainsi le libéralisme est contre le système éducatif contrôlé par le gouvernement. Mais alors il devient visible que ceux qui sont bien nés auront une bonne éducation et que ceux qui naissent pauvres n'en recevront aucune !

Pour détourner l'attention du problème les néolibéraux ont trouvé une "solution" : on supprime toutes les écoles publiques conformément à la doctrine et on donne à chaque famille pauvre un "chèque éducation" qu'elle va dépenser dans un école privée.

Cette construction débile - mais enseignée en faculté - se heurte au moins à deux obstacles :

- d'une part le libéralisme prétend que le marché résoud tous les problèmes et voilà que l'Etat doit redistribuer de la richesse pour que chacun ait droit à l'éducation, cherchez l'erreur !

- d'autre part dans la réalité le gouvernement ultralibéral donne aux plus pauvres un chèque misérable (forcément puisqu'il n'y a plus d'impots sur les riches) qui ne permet pas de payer une bonne école

La théorie libérale conduit donc très logiquement les plus riches à instruire correctement leurs enfants et les plus pauvres à fréquenter des écoles-fabriques d'analphabètes ....

Et je précise bien que cette solution est déjà mise en oeuvre aux USA, ce qui permet à ce pays d'avoir une élite relativement bien formée et tellement minoritaire qu'ils sont obligés de recruter des travailleurs qualifiés ... ailleurs ...

en France par exemple ou le système éducatif dénigré par les libéraux fabrique des salariés qualifiés à la pelle !

En matière de santé c'est le même topo: le marché résoud tous les problèmes.

On se demande comment des théories aussi stupides sont mises en avant comme la solution ultime à tous nos problèmes. L'explication, a mon avis, tient en deux volets :

- la propagande ultralibérale est un business parmi les plus lucratifs qui soient, un intellectuel qui travaille dur pour prouver qu'en supprimant les retraites par répartition on améliore la société est assuré de recevoir des promotions, des subventions très très généreuses, la publication de ses livres, des invitations à des forums de luxe rétribués, voire peut être même un poste politique ...

- d'un autre coté si des idées socialistes venaient à être populaires, et si elles menacaient de prendre le pouvoir quelque part dans le monde, une formidable campagne d'agression se déclencherait, déstabilisation économique, politique, voire mise en place de régimes dictatoriaux si cela était nécessaire

A ce sujet le livre de Naomi Klein rappelle le role de plus en plus important joué par la torture qui est devenu légale, clandestine et omniprésente dans le monde actuel (cf les enlèvements de la CIA, Guantanamo etc)

A la torture classique, pour obtenir des renseignements, se superpose désormais une torture de masse, inutile du point de vue policier, mais efficace pour briser les gens qui refusent le libéralisme et pour instaurer une terreur d'Etat (comme dans 1984 !)

Certes pour le moment on voit cela en Amérique du Sud, en Afrique, en Asie ... les anciens régimes communistes reconvertis au libéralisme ont a peine changés leurs méthodes de "travail" :)

Mais on déjà connu cela en Espagne, Italie, Allemagne ... est on sur que nous sommes immunisés en Europe ?!


Finalement quand on s'intéresse aux idées libérales de Friedman on se rend compte, pour faire court, que le libéralisme c'est la suppression des écoles publiques + la Terreur d'Etat !

Ce qui explique en France, la cohérence de la politique d'un Sarkozy : destruction des acquis sociaux au profit du mythique marché et mise en place d'un système de surveillance et de répression totalitariste.

On devrait s'habituer à penser le néolibéralisme comme un libéral-totalitarisme !

14:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

30 mai 2008

Les bouffons !

Comme le soulignait un article du journal Rouge, l'accord signé entre gouvernement, patronat, CGT et CFDT représente une véritable révolution dans les relations sociales en France.

Pendant longtemps le patronat s'est appuyé sur des syndicats minoritaires (CFTC CGC FO ..) pour diviser les salaries et signer des accords avantageux (pour le patronat !)

Désormais c'est un changement de stratégie radical, car gouvernement et patronat veulent peu de syndicats mais des syndicats forts pour appuyer les réformes libérales et c'est ce que fait l'accord avec la CGT et la CFDT qui leur permettra de monopoliser le syndicalisme au détriment des petits syndicats et surtout au détriment des syndicats les plus combatifs du type SUD.

D'ailleurs dans ce contexte l'adhésion syndicale pourrait bien devenir obligatoire pour les salaries ...

Or le gouvernement vient de dynamiter une partie de cet accord en présentant son projet de destruction des 35H qui permettra en fait à chaque entreprise de faire ce qu'elle veut au cas par cas.

Comme le dit Besancenot : "c'est une grande claque dans la gueule des syndicats !"

Et cote gouvernement le ministre déclare qu'il n'était pas lie par cet aspect de l'accord CGT CFDT, ce qui est une façon élégante de dire a la CGT et a la CFDT :

"On vous accorde des privilèges et le monopole de la représentativité syndicale mais en échange le patronat veut du concret"

La réaction des dirigeants CGT et CFDT est incroyable de bassesse : une vague protestation verbale et une nouvelle manif presse bouton et traine savate pour le 17 juin !

La palme du syndicalisme couché revient toutefois au chef de la CFDT qui déclare :

"le gouvernement nous amène à réagir simultanément sur le temps de travail et les retraites. Cela nous entraîne dans une mobilisation globalisante, ce contre quoi j'ai toujours résisté, y compris dans la CFDT"

Ce qui en bon francais signifie que Chereque est bien embêté car il est oblige de faire semblant de réagir et a il a peur que ca dégénère en grève générale qui pourrait embêter le gouvernement et le patronat !!

Ben justement, la grève générale seule solution pour enrayer au moins provisoirement la perte de tous nos droits et de tous nos avantages sociaux, faudrait y penser !


GREVE GENERALE !!


Pour sauver les retraites, les 35H, le code du travail des salariés du privé et le statut des salariés du public !

12:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

27 mai 2008

Contraintes.

La nouvelle loi sur les chômeurs nous est présentée a grand renfort de démagogie comme le rempart ultime contre les fainéants qui ne cherchent pas a travailler.

L'année dernière une télévision nous avait même présentée le chômeur professionnel qui s'est payé son appartement et sa bagnole de luxe avec les allocations chromages ... sans rire !

Je suis vraiment étonné quand je vois des gens qui croient encore a ces boniments.

La plupart d'entre nous avons des amis ou de la famille au chômage, sans parler des jeunes, et tous savent bien que le problème ne vient pas des salaries mais des entreprises ... et parfois de la conjoncture

Mais ce gouvernement agit ouvertement contre les droits des salaries. Deja plus de 50% des chômeurs n'ont plus aucune allocation chomage !!


Or il se trouve que nous avons des emplois précaires, mal payés, aux conditions de travail infernales (genre hotellerie restauration) et dont personne ne veut puisque ces emplois ne permettent pas de vivre décemment !

Alors le gouvernement Sarkozy a la solution : obliger les chômeurs a prendre n'importe quel emploi.

C'est pas grave s'ils sont pas assez payés pour se loger ou pour manger : ils feront SDF ou ils iront aux restos du coeur ...

Eh oui Sarkozy est un humaniste : il soutient fortement les organismes caritatifs, surtout religieux

Et pis c'est toujours ca de gagné sur les petits salaires :)


Ce qui nous vaut une nouvelle loi qui interdit aux chômeurs de refuser plus de deux emplois !

Résultat prévisible, la prochaine génération de serveurs ou de balayeurs sera forme des gros bataillons de cadres licencies et de diplômés inexpérimentés ...

Jolie façon d'entrer dans le 21eme siecle !


Mais cette idée d'imposer les deux emplois me donne des idées ... pour vaincre réellement le chômage !!

Imposons aux entreprises l'obligation de recruter un chomeur de longue durée lorsque l'offre d'emploi sera jugée "valable"

Pour être clair : quand une entreprise reçoit deux ou trois candidats valables (diplome, experience, competences ...) pour un poste elle n'aura plus le droit de refuser !!

Et si elle refuse elle sera privée des aides directes ou indirectes, des subventions, des exonérations sociales et fiscales et de l'accès aux marchés publics !!

Après tous la plupart des entreprises vivent à nos crochets, ce ne serait que justice qu'on exige une contrepartie !


Et croyez moi avec cette loi le chômage des plus de 50 ans, qui sont généralement refuses a cause de l'age, malgré leur compétence, reculerait significativement !

Et ca c'est pas des promesses a la Sarkozy :)

12:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

24 mai 2008

Tous divisés !!

La manifestation du jeudi 22 mai à Marseille regroupait environ 60000 personnes et rappelait l'ampleur des manifestations de 2003 lors de la "réforme" Fillon sur les retraites.

Sauf que cette fois le passage au 41 annuités concerne a la fois le privé et le public.

Aussi je me faisais la réflexion suivante. En 2003 on avait aussi des manifestations de 60000 personnes avec seulement les fonctionnaires.

Aussi cette fois avec le privé et le public on devrait avoir bien plus de monde dans la rue !

Que s'est il passé ?

Première hypothèse : Est ce que le privé n'aurait pas suivi le mouvement contre les 41 annuités ?

La réponse est négative puisque j'ai constaté, de visu, la présence de très nombreux cortèges de manifestants venant du secteur privé. (Banques, Arcelor, Panzani, etc )

Autre hypothèse : c'est que le secteur public s'est moins mobilisé que d'habitude. Mais alors pour quelles raisons puisque le passage au 41 annuités pénalise encore plus les fonctionnaires que les salariés du privé ?

Et c'est en lisant quelques comptes rendus de l'AFP que j'ai compris que cette deuxième hypothèse était la bonne.

Les syndicats du public n'appelaient pas a la grève le 22 mai !!

Certes ils appelaient à une journée "d'action" mais ils laissaient libre leurs syndicats catégoriels d'appeler ou non a la grève. Ainsi le 22 mai n'était pas un jour de grève générale dans la fonction publique !!

Ce qui explique cette moindre mobilisation. (enfin c'était quand même plus de 500000 manifestants !)

Et dans le cas de Marseille, je me suis rendu compte également que les syndicats avaient même organises deux cortèges séparés ce qui amoindrit d'autant la manif principale, objet de mon étonnement ...

Bref si la manifestation principale ne comprenait "que" 60000 personne c'est que c'était voulu !!

En 2003 la mobilisation contre la "reforme" des régimes de retraites s'était brisée contre le même immobilisme et le sabotage par les dirigeants syndicaux.

En 2008 la situation s'est aggravée puisque tous les syndicats, sauf une partie de l'UNSA, ont ouvertement rejoint le camp néoliberal et torpillent discrètement tous les mouvements globaux de contestation de la "modernisation" néolibérale.

Et c'est intéressant de se pencher sur ces manœuvres des dirigeants syndicaux pour affaiblir les mobilisations. Rien de bien nouveau sous le soleil mais des manipulations minables qui sentent fort l'argent du MEDEF pour "fluidifier les relations sociales" :)

D'abord sur le plan des principes on ne peut rien reprocher aux syndicats. Ils font de grandes déclarations indignées, lancent d'innombrables appels a la grève (enfin sauf la grève générale bien sur :), émettent quantité d'énergiques motions de soutien aux grévistes etc.

On peut même dire que plus le syndicat est timoré en matière de revendications et de luttes et plus ses déclarations verbales sont tonitruantes ...

Par exemple dans la grande tradition des dirigeants de FO qui ont l'habitude de nous jouer la célèbre scène du "Retenez moi sinon on va tout casser !!" ... mais qui par bonheur trouvent toujours quelqu'un pour les retenir :)

Mais en sous main la réalité de l'action des syndicats est tout a fait différente. Quelques exemples des coups bas habituels employés par les dirigeants syndicaux pour torpiller les luttes :

- séparer les secteurs en luttes et empêchant concrètement qu'ils fassent grève dans l'unité, le même jour et sur les mêmes revendications

- jouer la division syndicale en organisant des actions séparées et des manifestations en des lieux et à des dates distinctes

- créer un climat de démoralisation parmi les militants en envoyant verbalement des consignes défaitistes aux cadres locaux "attention pas de grande action vous allez au casse pipe !"

- dissimuler des informations importantes aux salaries, exemple : "la loi sur la mobilité c'est embêtant mais c'est pas si grave, ca ne justifie pas une lutte à mort !"

- diffuser des fausses informations : "vous savez, les autres secteurs sont pas prêts a lutter avec vous, alors ne faites pas grève sinon vous serez seuls"

etc.

et j'en passe des bien plus pourries du genre "imprimer un tract national ? ah non désolé en ce moment on a plus de papier a cause d'un problème de trésorerie !"

Ce qui fait que les salaries qui se battent pour sauver leurs acquis sociaux sont littéralement poignardés dans le dos et pris en tenaille entre le patronat de combat et son gouvernement de choc d'un coté et des dirigeants syndicaux corrompus de l'autre coté ...

Bon soyons réalistes, on ne va pas changer le monde en une semaine :)

Mais par contre on peut très bien préparer la grève générale contre les 41 annuités et mettre Sarkozy à genoux !!

Certes on n'est pas sur de gagner, mais qui ne tente rien ... et puis la retraite avec 800 euros par mois ca va être un peu dur les fins de mois je pense ...

Allez un petit effort, avec +50% de bénéfs au CAC40 on doit bien pouvoir prélever quelques cacahuètes pour nos futurs pauvres vieux :)

GREVE GENERALE !!

C'EST LE MOMENT !!

19:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)