Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19 novembre 2007

Exigons 37 années pour tous !

Le mécanisme des nombreuses "réformes" des régimes de retraite reposent sur deux éléments indissociables :

- allongement du nombre des années de travail pour avoir une retraite pleine
- gros pourcentage de décote pour ceux qui n'ont pas le nombre d'années requis

Avec ce mécanisme infernal la retraite par répartition est morte dans quelques années.

Meme pas besoin de relever l'age de départ à la retraite. D'ailleurs il serait imaginable que Sarkozy - qui ne rate aucune occasion démagogique - avance l'age légal avant 60 ans !!

De toutes façons, sauf à prendre sa retraite à 70 ans la plupart des salariés n'auront pas les 40, 41, 42 et bientôt 45 ans nécessaires. Je n'insiste pas. Nous connaissons tous les raisons : allongement des études, du début d'entrée dans la vie active, développement du chômage ...

A terme la plupart des salaries - 90% de la population active - partiront en retraite avec au mieux quelques centaines d'euros ... Et comme la plupart des salaries se rendent compte de cette "évolution" - si j'ose écrire - ils se tourneront massivement vers les retraites complémentaires vendues par les assurances, banques, fonds de pension ..

Avec les inconvénients qui sont maintenant bien connus dans les pays anglo saxons : cotisations très lourdes pour des retraites minimes et surtout très grande instabilité du système ... qui fait faillite régulièrement !

Tel est le scénario que Sarkozy et ses sponsors sont en train de nous imposer.

Avec les arguments les plus varies et les plus imaginatifs.

Il existe pourtant une autre solution.

C'est d'augmenter les prélèvements sur les richesses qui sont produites par les salariés de ce pays et dont ils ne profitent que marginalement.

Sans même aller jusqu'a parler de prélèvement - le vilain mot - il suffirait simplement de cesser la politique d'exonération de charges et de cadeaux fiscaux (plus de 60 milliards d'euros sur une année) pour que non seulement le budget de l'Etat se redresse mais qu'en plus les services publics et la sécurité sociale soit requinquée.

Malheureusement c'est une idée qui a échappée a M Sarkozy et ses amis financiers !

Mais au fond c'est seulement une question de pédagogie !!

En 1936 la bourgeoisie bien pensante et la fine fleur du capitalisme était persuadé que notre économie allait tomber en faillite. Pensez donc ! Accorder une semaine de congé payés c'était la fin du monde assurée !

Alors de simples gens - souvent des ouvriers de base - sont allés "expliquer" aux capitalistes les subtilités de notre économie. Et les débats occupèrent les usines pendant des semaines. Mais ils eurent raison et leurs arguments furent reconnus comme juste. Oh prodige de l'intelligence et du débat raisonnable :)

Alors aujourd'hui on a un peu le même problème. Pédagogie et persuasion : voila ce qui nous manque.

Mais en s'y mettant tous ensemble sur une revendication commune - pour en finir avec la manie d'opposer les salaries les uns contre les autres - je suis sur qu'on peut y arriver !

Exigeons 37 années pour tous !!

20:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

18 novembre 2007

Retraites.

Un article paru dans Le Monde illustre parfaitement l'enjeu du travail de sape entrepris depuis des années pour "réformer" nos régimes de retraite. Et dont le démantèlement des régimes spéciaux n'est qu'un épisode.

Il suffit d'utiliser un simulateur de retraite - gouvernement et sociétés privées nous en procurent généreusement - pour se rendre compte qu'à l'issue de cette "modernisation inévitable" la retraite par répartition sera tellement faible qu'elle devra être compensée par la capitalisation (les fameux fonds de pensions).

Et ceux qui sabordent nos retraites actuellement, et qui donneront le coup de grâce en 2008 si nous ne bougeons pas en 2007, ne le font pas par méchanceté gratuite ! A la clef et à l'échelle européenne ce sont des centaines de milliards d'euros qui vont tomber au fond de certaines poches très intéressées !

Or le régime des retraites par capitalisation est très dangereux. On se souvient encore de l'affaire Enron qui a ruiné les retraites de centaines de milliers d'américains ! Et ce n'est pas un cas isolé ce serait presque la norme.

Extrait du Monde du 16 novembre 2007:

Le fonds de pension de l'Etat de Floride touché à son tour par la crise du "subprime"

La tempête financière déclenchée par la crise du crédit hypothécaire américain (subprimes) ne fait pas des victimes que parmi les banques et les ménages américains endettés. L'Etat de Floride connaît aussi de graves difficultés.
Mercredi 14 novembre, (...) Coleman Stipanovitch, directeur exécutif et responsable des investissements du fonds de pension de cet Etat - le cinquième fonds de pension public aux Etats-Unis -, a reconnu que les finances de celui-ci ont été touchées par la crise. Sur les 50 milliards de dollars (34,2 milliards d'euros) de placements à court terme, gérés par ce département, le "State board of administration", 2,2 milliards de dollars de titres sont considérés comme des investissements spéculatifs.
La plupart de ces titres sont des "Asset backed commercial paper" (des emprunts à court terme gagés sur des créances, cartes de crédit, immobilier...) d'une durée d'un an. Acquis lorsqu'ils étaient encore bien notés, ces titres ont été déclassés par les agences de notations à la suite de la crise financière. Ils sont désormais dans la catégorie des "junk bonds" (obligations pourries). (...)
Inquiets, les administrations, les écoles et autres fonctionnaires dont les retraites sont gérées par le fonds multiplient les appels téléphoniques. "Nous n'avons pas encore eu de retraits d'argent significatif", a néanmoins indiqué M. Stipanovitch. (...)
Le soupçon plane sur d'autres Etats - comme la Californie -, qui "risquent à leur tour de voir leurs notations abaissées, selon les analystes de la Société générale. Chez Standard and Poor's le fonds de pension de l'Etat de Floride a la plus haute note possible, AAA.


C'est qu'en matière de retraites, le financement provient toujours d'un prélèvement sur la richesse produite par ceux qui travaillent. Dans le cas de la retraite par répartition c'est l'Etat ou un organisme public qui prélève sur les salaires et les profits pour redistribuer aux retraités.

Mais dans les retraites par capitalisation l'épargnant ou futur retraité est ponctionné par un organisme qui est généralement une société privée (privée de scrupules le plus souvent :) Et le montant de la retraite versée est calculé en fonction des sommes qu'il aura cotisé. Il suffit de consulter les tableaux (soigneusement dissimulés :) pour constater que seuls les gros cotisants auront une retraite intéressante.

Et quand il s'agit d'une société privée, son objectif est d'abord de faire du profit, la retraite n'est qu'un support pour réaliser des bénéfices. Et si la société fait faillite, ce qui n'est pas rare (Maxwell Wordcom ...) elle laisse sur le carreau des millions de retraités !!

En ce moment les assureurs, banquiers et autres "funds" ont les yeux braqués sur la grève des cheminots ! Et ce n'est pas solidarité :) Car si la grève est écrasée, comme l'a prévu Sarkozy, c'est un boulevard qui s'ouvre en 2008 pour passer tous les salariés à 45 ans d'annuités, ce qui signifiera en réalité la fin des retraites par répartition.

Avec les études et le chômage plus personne ne peut atteindre 45 annuités à 60 ans, et même à 65 ans. Ceux qui voudront partir à 60 ans devra se saigner pour obtenir une maigre retraite complémentaire. Et c'est pourquoi les assureurs et les banquiers ont la fibre sociale en ce moment...


Puisque je suis dans le sujet je vais en profiter pour tordre le cou à une idée fausse que la propagande bourgeoise a répandu dans la population, à grand coup de matraquage médiatique depuis 20 ans il faut bien le dire.

Plus de retraités, moins d'actifs ! On fait comment ?

Bonne question, qui repose sur une réalité, et dont le réflexe conditionné est de répondre (sans saliver) : on allonge la durée de cotisation tout en réduisant le montant des retraites !

On fait comment ? Eh ben je vais vous le dire. (super blog ! non ? :)

La première partie du problème est exacte : on vit plus longtemps et en 2040 on aura sans doute 83 retraités pour 100 actifs (contre 44 pour 100 en 2000). Alors même sans être très matheux on comprend bien qu'il va falloir sortir plus de sous !

Mais c'est la seconde partie du problème qui est pudiquement "oubliée" par la propagande bourgeoise.

En effet, comme je le signalais plus haut, les retraites sont financées par un prélèvement sur la richesse produite par un pays (son PIB en gros). Or ce PIB augmente sans cesse car la productivité du travail augmente sans cesse. (on fabrique telle marchandise en 1H au lieu de 10H en 1950 !)

Et donc la vraie question n'est pas seulement de savoir si l'on devra payer plus de retraites en 2040 mais aussi de comparer le surcout des retraites avec l'extraordinaire accroissement de la richesse globale du pays en 2040.

Car en 2040 le PIB aura doublé. Alors des économistes de tous bords ont fait les calculs : il suffirait de 0.5% de gain de productivité annuelle pour juste compenser le surcout des retraites.

Pour le fun je donne une référence à ce chiffre, issue d'un article de Kessler (ex dirigeant du Medef :) dans le numéro233 de Economie et statistique de juin 1990.

Sinon vous trouverez les équations dans ce document : pdf et toute une documentation extrêmement complète sur ce site : Repartition.

Mais dans la réalité le gain annuel de productivité est bien plus élevé que 0.5% il dépasse en fait les 1 ou 2% par an. Ce qui signifie qu'en 2040 on aura le choix : soit consacrer cet argent à soigner les vieux, soit décider d'attribuer ce bon argent aux actionnaires.

Manque de bol - pour nous - Sarkozy et ses amis de la finance ont choisi la seconde solution.

Mais c'est sans doute juste une étourderie et quand nous serons des millions dans la rue la mémoire des vrais chiffres lui reviendra certainement ! :)

Tous ensembles !!

Le 20 novembre, étudiants, fonctionnaires, salariés du privés, dans la rue pour défendre nos retraites!!

16:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

16 novembre 2007

Gagner tous ensemble.

Il ne me viendrait même pas à l'idée de critiquer le principe des syndicats. Car depuis deux siècles les salaries n'ont qu'un seul moyen d'action pour améliorer leurs conditions de vie c'est de se regrouper dans un syndicat.

Mais on ne peut pas non plus accepter d'être pris pour des crétins. L'existence d'un syndicat ne se justifie que s'il organise vraiment la lutte des salaries pour défendre leurs intérêts.

Un excellent exemple de syndicat combatif et efficace c'est le MEDEF, qui lutte partout et tout le temps pour défendre les intérêts de ses adhérents.

On ne peut pas en dire autant des syndicats de salaries qui sont devenus des relais du capitalisme, diffusant parmi les salaries les argumentaires patronaux.

Notamment en essayant de faire croire qu'il ne sert plus a rien de lutter tous ensemble mais qu'il nous faut accepter le capitalisme sauvage et que nous sommes condamnés à accepter de négocier notre surexploitation !

Lorsque les dirigeants patronaux vitupèrent contre nos retraites (qualifiées de "charges" sociales) les dirigeants syndicaux répliquent énergiquement : "oui, vous avez raison ! il faut reformer les retraites !"

Ce travail de désarmement moral des salaries est particulièrement pernicieux.

Il laisse les salaries sans arguments pour contrer une propagande massive propagée depuis vingt ans par le patronat en vue de liquider nos acquis sociaux. Acquis de haute lutte en 36 45 68 !

Plus grave, les syndicats cautionnent, voire organisent, la division des salaries.

En 2003 le gouvernement promettait la main sur le coeur : "Nous ne toucherons jamais aux régimes spéciaux ni a la retraite a 55 ans pour les professions pénibles"

Ce qui permit a Fillon de faire passer - non sans mal - le démantèlement des retraites des fonctionnaires sans devoir affronter une grève massive de tout le secteur public !

Alors qu'il est évident que la reforme des retraites concerne tous les salaries, prives ou publics, et que faire croire le contraire est seulement une manoeuvre de division.

Soit dit en passant les dirigeants syndicaux qui font ce sale boulot ont complètement rejoint le capitalisme. A la CGT l'un des dirigeants (Le Duigou) a écrit un livre pour promouvoir ... les fonds de pensions ! A la CFDT l'ancienne dirigeante (Notat) est maintenant devenu PDG (si !) Et les exemples de corruptions sont innombrables: "tu me casses une grève et je te nomme dans une sinécure grassement payée". Le dernier épisode est celui des fonds patronaux (UIMMM) verses de la main a la main !

En ce moment la grève pour sauver les retraites est une illustration de ces manoeuvre syndicales.

1 - la grève est dirigée par une "inter syndicale" dont les participants n'attendent que le moment propice pour "trahir" les grévistes

Combien de fois faudra t-il répéter qu'une lutte dirigée par une inter syndicale est une lutte perdue d'avance dans 99% des cas !

La seule façon de lutter efficacement c'est en créant une coordination fonctionnant démocratiquement. C'est possible. C'est relativement facile a mettre en place et c'est efficace comme le montre, par exemple, la grève des étudiants en ce moment !

2 - a aucun moment les principaux syndicats n'ont rappelé que nos retraites ne sont en rien menaces par une soit disant fatalité démographique

Ce que prétend patronat, gouvernement et syndicat est faux.

La société est de plus en plus riche et le financement des salaries ages ne dépend que de la répartition des richesses crées par ceux qui travaillent.

(Et par ailleurs a "plus de retraites moins d'actifs, on fait comment ?" il faut répondre clairement "plus de retraités qui meurent de faim, on fait comment ?" mais ces arguments ne sont pas syndicaux :)


3 - a aucun moment les principaux syndicats n'ont rappelé que la grève actuelle concerne par ricochet en 2008 l'ensemble des salaries et qu'il faut mobiliser tous les secteurs publics et prives

D'autant que c'est la même politique anti sociale qui sévit dans tous les secteurs : contre une attaque unique il faut une riposte unique !

ah mais le syndicat ne fait pas de politique ! Sauf que l'indemnisation du chômage ou la retraite a 60 ans c'est déjà de la politique !

Bref c'est un véritable travail de sape qui est mené contre les salaries, par le patronat, le gouvernement et les syndicats, et qui surfe sur la vague permanente de désinformation par les médias. Cf Acrimed

Dans le cas de la grève actuelle dans les transports, nous avons eu droit a une vraie comédie :

Acte 1 - Sarkozy affirme qu'il va laminer les régimes spéciaux. Sous entendant aussi qu'a la différence de 1995 il affrontera et vaincra les cheminots ! Donc le gouvernement refuse de négocier sur l'age de départ et la décote et renvoie aux négociations dans les entreprises pour le reste.

Acte 2 - Sous la pression des salaries tous les syndicats s'opposent mollement à la reforme et demandent des négociations. Une grevette d'avertissement est organisée. (comme si 24H de grève sectorielle pouvait impressionner Sarkozy !)

Acte 3 - La grève sérieuse (reconductible) débute. Les syndicats la soutiennent sans excès de zele et déjà tous cherchent une astuce pour appeler a reprendre. L'idée géniale vient de la CGT qui propose les négociations tripartites ... qu'elles refusait la veille. Le gouvernement accepte volontiers ... ce qu'il propose depuis le début !

Acte 4 - Est ce la fin de la grève ? Non ! Car avec un tel enthousiasme syndical (c'est foutu, faut négocier !) la grève semble faiblir. Le gouvernement - qui veut les grévistes a genoux - exige que la grève cesse avant que les négociations commencent. Il veut les salariés a genoux, en chemise, la corde au cou !

Et pour quelles négociations ? Le coeur de la reforme n'est pas négociable ! Et les "propositions" de la direction fleurent bon l'arnaque ...

En même temps le gouvernement sort la matraque : pas de piquet de grève, pas de blocage des trains. Les CRS ne sont plus très loin (mais pour le moment ils matraquent de l'étudiant :)
Et l'UMP organise une manif anti grève dimanche, ou quelques bourgeois imbéciles viendront vomir leur haine du salarie indocile. (ca passera au 20H :)


Contrairement aux apparences les grévistes ne sont pas KO debout. Les chiffres réels des grévistes sont bien plus élevés que ceux publies par Thibault, Bertrand et Sarkozy :) Cf Rouge

Mais il faudrait se souvenir des leçons de 1995 et vite !

En 1995 Juppe a perdu parce que toute la fonction publique était en train de rejoindre les cheminots et des millions de manifestants étaient dans les rues.

Eh bien aujourd'hui c'est la même problématique. Isolés et seuls en grève les cheminots seront écrasés !

Tandis que si leur mouvement converge avec d'autres mouvements sociaux qui sont en cours c'est la perspective d'une victoire qui est en vue.

Cela dit les syndicats vont tout faire pour les laisser isoles. La réaction brutale du leader CGT SNCF menaçant les étudiants qui voulaient manifester avec les cheminots est révélatrice ("votre sécurité ne sera plus assure", traduction : il va vous arriver des bricoles si vous rentrez dans les gares !)

Ce qui remet de nouveau - encore et encore - la question de la prise en charge de la grève par les grévistes eux même, sous forme d'une coordination nationale démocratique ...

Alors je résume :

On ne peut gagner contre le libéralisme sauvage que tous ensemble !!




PS
Et je retire ce que j'ai dit sur les syndicats en ce qui concerne SUD - unitaire et démocratique - qui fait un travail remarquable !!!

17:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

10 novembre 2007

Enjeux.

Etrangement la grève prévue le 14 novembre à la SNCF nous concerne tous au moins autant que les cheminots !

Rappelons qu'il s'agit de laminer les retraites des cheminots. Des retraites qui ne sont pas exorbitantes mais simplement correctes avec une moyenne de 1500 euros. A comparer avec les retraites en millions d'euros ("golden parachutes") versées aux braves gens qui prônent la réforme au nom de l'équité !

Après cette réforme "nécessaire" (pour le capitalisme :) beaucoup de cheminots perdront de 20 à 30% de leur retraite et rejoindront la grande cohorte de ceux qui vivent leur retraite dans la gêne ou dans la misère !

Si cette grève nous concerne tous c'est parce que la situation politique rappelle celle de l'Angleterre dans les années 80, lorsque Thatcher entreprit de "moderniser" son pays en privatisant tout ce qui était rentable et en supprimant la plupart des avantages sociaux des salariés.

A l'époque les mineurs anglais avaient réussi à obtenir quelques avantages sociaux en s'organisant et en luttant, ce qui faisait d'eux un symbole de la "classe ouvrière". Par exemple en 1974 la grève des mineurs avait réussi à faire tomber le gouvernement.

Alors Thatcher a décidé de les briser. Afin de montrer à tous les salariés qu'elle avait les moyens de mettre en place le libéralisme sauvage et que personne ne pourrait s'y opposer. Pas même les "durs" du syndicat des mineurs !

L'action contre les mineurs fut minutieusement programmée. Comme une opération militaire.

Avant la grève, des réserves de charbon avait été stockées afin de limiter l'impact de la pénurie d'énergie. Une loi avait été votée pour entraver le déroulement de la grève. La police fut équipée de nouveaux matériels anti émeute. Et finalement le gouvernement et le patronat attendront une période de creux de la production pour provoquer la grève en annonçant les licenciements.

Puis pendant la grève, ce fut le recours systématique à la police pour empêcher les grévistes d'occuper les centres et de propager la grève. Comme les grévistes avaient mis en place des piquets volants, certaines villes furent mises en état de siège. La police eut des pouvoirs spéciaux.

Une loi fut votée pour interdire la solidarité avec les mineurs grévistes et les allocations sociales des grévistes leur furent retirées !!

En face les syndicats aidèrent mollement la grève. Ils laissèrent le gouvernement isoler les grévistes et dans certaines régions ils n'appelèrent pas a la grève en disant aux mineurs que leur région n'était pas menacée par Thatcher. Les syndicats iront jusqu'à dénoncer la violence ... des grévistes ! (qui se faisaient matraquer !)

Au final, les mineurs durent affronter seuls - malgré un grand mouvement de solidarité - le patronat et tout l'appareil répressif de l'etat. Et ils furent massacrés, obligés de reprendre le travail après 12 mois de grève sans rien obtenir sauf des licenciements

grâce a cette victoire remportée, non sur les mineurs mais sur l'ensemble des salaries anglais, Thatcher a pu s'imposer face aux travailleurs et faire ensuite passer plus facilement son projet anti social.

Nous sommes dans la même situation. La grève victorieuse des cheminots en 1995 c'est un un peu la grève de 1974. Les milieux libéraux sont décidés a laver cet affront. Car les cheminots sont devenus un symbole. A abattre !

Sarkozy a été désigné par le patronat en raison de ses qualités de politicien, avec pour mission de reformer en profondeur la société francaise. Apres l'echec de Villepin en 2005 sur le CPE il etait d'ailleurs le seul candidat. Chirac étant trop use et Royal n'inspirait pas confiance (même aux électeurs :)

La tache de Sarkozy est donc de mettre en place le programme ultra libéral en France, et même en Europe en effaçant le refus des électeurs francais de 2005. La route est droite : détruire le système social francais. Mais la pente est raide et malgré quelques mauvais coups portes en catimini pendant les vacances de 2007, l'essentiel reste encore a faire.

Dans ce contexte si Sarkozy arrive a obtenir une victoire écrasante sur les cheminots, la voie sera dégagée pour faire passer la suite du train des reformes anti sociales ... pour tous les salaries !

Comme Thatcher autrefois, Sarkozy a bien préparé son coup. Il va utiliser au maximum les cartes dont il dispose :

- faire croire que les retraites des cheminots sont excessives ("injustes")
- mettre en avant les nuisances de la grève (lancer des pétitions anti grèves)
- faire croire que les grévistes refusent de négocier (avec des syndicats véreux)
- présenter les grévistes comme des délinquants (répression policière)
- utiliser à fond la justice (poursuites + grève illégale le 1/1/08)

Et comme d'hab cette "argumentation" sera relayée quotidiennement, plusieurs fois par jour, par tous les médias ... pour tenter de monter la population contre les cheminots et isoler les grévistes.

Nous allons assister à une véritable guerre menée par le gouvernement et le patronat contre les cheminots. Cela dit la situation des cheminots est peut être moins désespérée que celle des mineurs de 1984.

Sarkozy a été élu sur un malentendu (un projet "social") et il a été élu par défaut (il n'y avait pas d'autre candidat crédible). Mais comme le montrent les sondages il y a un large mouvement de défiance qui ne fait que s'amplifier à mesure que le programme de Sarkozy est dévoilé ... (la cote de Fillon est déjà dans le rouge, celle de Sarko va suivre)

Et de nombreux salaries commencent a réfléchir. Et ils se rendent bien compte qu'après les cheminots ce sera leur tour de souffrir ... Bref les cheminots peuvent gagner à condition de s'organiser sérieusement:

1 - En premier que la grève soit prise en charge immédiatement par les cheminots eux même et non par les syndicats, ce qui ne veut pas dire les écarter.

Car il est évident que la moitie des syndicats vont rejoindre le gouvernement a la première occasion, notamment la CFTC, la CGC ou la CFDT dont c'est le métier :)

Et d'autre part le syndicat majoritaire n'a aucunement l'envie de lancer une bataille acharnée, le recentrage de la CGT est devenu une évidence.

Déjà la FGAAC propose - sans rire - de perdre 30% de retraite en échange de 1% d'augmentation pendant 5 ans .. et ils appellent cela une avancée sociale :)

Par ailleurs, que les salariés mettent en place des procédures démocratiques pour voter la grève et élire les délégués c'est quelque chose qui devrait aller de soi ...


2 - Organiser à grande échelle le soutien financier et matériel aux grévistes.

Nous ne manquons pas dans ce pays de bonnes volontés pour distribuer des tracts, récolter des fonds dans chaque entreprise, organiser des manifestations de soutien ...

Nous ne manquons pas non plus d'artistes engages ou d'intermittents qui peuvent organiser des spectacles, etc.

Et il y tant d'autres possibilités, mais encore faut il y penser et le faire sérieusement ...


3 - Se préparer à la répression policière et judiciaire que prépare Sarkozy dans le cas ou la grève durerait trop longtemps.

Les diverses lois scélérates votées ces dernières années donnent au gouvernement des armes utilisables pour casser les mouvements sociaux

C'est sans doute le point le plus délicat car il faut à la fois éviter des actions trop illégales et tout en agissant tout de meme ..


4 - Appeler à la grève générale le plus rapidement possible.

En effet la question qui se pose - quand on se place dans le camp des salaries - ce n'est pas de réparer une quelconque "injustice" (regardons plutôt les primes des PDG a ce sujet) mais c'est d'exiger que chaque salarie qui a travaille 37ans puisse partir a la retraite avec de quoi survivre décemment

Or cette revendication c'est celle de tous les français, il serait normal que les cheminots ne soit pas seuls a se battre pour maintenir ce pilier de notre système social


Tous ensemble !

On l'a fait en 36, en 45, en 68, (presque) en 95 ... pourquoi pas 2007 ou 2008 ?



PS.
Le coup de chapeau de la semaine au journal Le Monde. Dont l'un des plumitifs a commis une série d'articles hilarantes sur la Révolution d'Octobre. Surtout ne les manquez pas c'est pas si souvent qu'on rigole en lisant Le Monde :)

Article 1
Article 2
Article 3

On y apprend que Lenine est un excite qui veut fusiller tout le monde par exemple : Lenine, "comme un lion en cage, criait, hurlait, était prêt à nous faire fusiller"

Je renvoie a la consultation des écrits de Lénine en 40 volumes pour que chacun se rende compte du comique ...

Et je signale en passant que un siècle plus tard certains livres de Lénine font encore autorité comme ce livre d'économie sur "Le développement du capitalisme en Russie" ...

Mais le plumitif sus mentionne est tellement acharne a calomnier tout ce qui peut ressembler a du socialisme qu'il a négligé ces détails ...

18:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

03 novembre 2007

Arche de Zoe.

L'affaire de l'association Arche de Zoe pose une nouvelle fois le problème des dérives "humanitaires". Et une fois de plus, quand l'émotion l'emporte sur la raison tout peut arriver, même le pire. Récit d'une manipulation "humanitaire".

Pour comprendre le mécanisme de cette affaire il faut s'intéresser a la personnalité du principal instigateur : Eric Breteau. Cadre commercial de 37 ans, secouriste, pompier volontaire a Argenteuil. Un profil sympathique car pour être pompier il faut etre sportif, courageux et dévoué. C'est vrai. Mais cote mentalité, comme l'écrirait Audiard, "il y aurait a redire" !

Présenté par ses connaissances comme un "leader charismatique" on pourrait plutôt traduire par "grande gueule", voire manipulateur et sans trop de scrupules.

Sa grande passion, en plus de héros sauveur de l'humanité, c'est le 4x4 de tourisme ou de randonnée. Un milieu qui réunit des bourgeois friqués (les "bobos") qui se la jouent aventuriers en roulant en 4x4 (dont le moins cher vaut plusieurs années de SMIC).

Outre les nuisances en villes (encombrement, pollution au CO2) les 4x4 s'attaquent aussi a nos campagnes et nos montagnes. Eric Breteau est l'un de leurs militants. En janvier 2001, il participe à la création de la Fédération des clubs 4x4 dont il devient président. Puis en mai 2001 il réussit à regrouper une cinquantaine de clubs pour fonder la Fédération Francaise de 4x4 dont le premier président est ... Eric Breteau !

La principale revendication de la FF4x4 c'est d'obtenir le droit de défoncer les chemins sans restrictions et de saccager la nature avec leur gros véhicules. Comme l'écrit Eric Breteau dans un texte publié sur l'internet :
"Les chemins, je vous le rappelle, sont avant toute chose des voies de circulation pour les véhicules et non des sentiers pour piétons" (les randonneurs apprécieront !)

On retrouve dans ce milieu et dans son "combat" pour la déréglementation tous les ingrédients qui seront à la base de l'affaire tchadienne : mépris des autres (moi j'ai toujours raison), irresponsabilité (tant pis pour les conséquences), agressivité et absence de scrupules (mentir, dissimuler, manipuler ...)

En suivant l'exemple "humanitaire" du Paris Dakar, qui distribue des cadeaux aux villageois pour faire oublier l'étalage indécent de leur fric (et le fait qu'ils écrasent parfois un enfant africain avec leurs bolides), la FF4x4 s'est lancée à son tour dans l'humanitaire.

En 2003 lors des inondations du Gard une association SOS 4x4 est fondée. Honnêtement je ne sais pas si leur aide fut décisive, mais j'en doute. Quoiqu'il en soit ce fut une occasion de passer a la télé pour montrer que les gentils 4x4 sont des sauveteurs héroïques :)

Dans la même veine une association Solidarité 4x4 est fondée pour aider les plus démunis et surtout montrer (si possible a la télévision) que le milieu 4x4 a du cœur !

C'est dans ce contexte que Breteau décide de passer a la vitesse supérieure. En décembre 2004 un tsunami dévaste la cote indonésienne. Provoquant en retour une immense vague de solidarité internationale. (Ce qui n'est pas en soi une mauvaise chose !)

Or le 1 janvier 2005, Guillaume Catala lance un appel pour fonder un orphelinat à Medan en Indonésie. Pour supporter son projet il fonde l'association Zoes Ark Foundation (ZAF) déclarée auprès du gouvernement australien en février 2005. (Catala dirige une école de pilotage en Australie et connaît très bien l'Indonésie)

Son appel est reçu 5/5 par Eric Breteau qui s'associe au projet et qui fonde l'association Arche de Zoe (ADZ) déclarée a la préfecture de Paris en janvier 2005. L'association constitue la branche française de ZAF. (le site de ZAF a d'ailleurs ferme suite a l'affaire tchadienne, ZAF ne veut pas être impliquée dans l'affaire ADZ)

Le projet d'orphelinat échouera mais les sauveteurs francais conduits par Breteau, environ une vingtaine de personnes, participeront aux actions de secours menés de façon assez désorganisées par des centaines d'ONG présentes sur le terrain : construction d'abris, premiers soins, etc. Le récit complet se trouve sur le site ADZ.

Fin 2005 on les voit dans divers journaux en train de promener un enfant indonésien qu'ils ont ramené en France pour le soigner. En 2006 il semble que l'association ait continue a participer a des projets en Indonesie. Le compte rendu sur le site ADZ est un peu precis. (Mais le projet initial d'installer un complexe touristique ou les 4x4 pourraient venir s'ébattre en toute liberté n'a pas eu de suite, ouf :)

En 2007 Eric Breteau se lance dans le sauvetage des enfants au Darfour. Mais pourquoi avoir choisi spécialement et uniquement le Darfour ? Mystère !

Car le Darfour n'est pas le meilleur choix. Puisque depuis 2005-2006 la guerre civile au Soudan a fortement diminué à la suite d'accords politiques entre les protagonistes. Il reste seulement une partie des rebelles au Darfour qui s'opposent encore au régime officiel. Et comme dans toutes les guerres, c'est la population civile qui trinque. Mais il y a sans doute moins d'orphelins au Darfour que dans certaines régions d'Irak ou du SriLanka entre autres ...

En revanche le Darfour a été la cible favorite de nos grands penseurs humanitaires genre Kouchner ou BHL qui ont réussit également à mobiliser quantité de "people" pour dénoncer la guerre au Darfour. Tout cela a sans doute marqué les esprits.

Soit dit en passant cela a créé un business humanitaire autour du Darfour avec des associations comme "Sauvez le Darfour" qui font de grandes publicité avec des chiffres complètement loufoques : selon eux ,chaque mois 10.000 enfants meurent au Darfour.

D'accord même un seul c'est encore trop. Mais la propagande a ses limites. En GB une association soudanaise a fait condamner, par l'ASA (le BP anglais), la coalition "Save the Darfour" pour publicité mensongère : leurs affiches annoncaient pas moins de 400.000 morts !

Mais enfin, quand on est sauveteur de l'humanité, on ne va s'abaisser a de vulgaires querelles de chiffres. Et c'est ainsi qu'en avril 2007 Eric Breteau décida de sauver 10.000 orphelins du Darfour menaces de mort imminente !

Une campagne de recrutement de famille d'accueil est menée sur internet, notamment sur les sites fréquentés par des parents souhaitant adopter un enfant. Officiellement l'association ADZ propose uniquement un accueil.

Mais aux familles concernées Breteau et son équipe expliquent qu'il s'agit en réalité d'adoption. Et que le projet consiste à contourner la loi francaise. Une page juridique sur le site ADZ explique ce mécanisme tordu : une fois l'enfant accueilli il est considéré comme réfugié et demeure indéfiniment chez la famille d'accueil, jusqu'a ce qu'une opportunité d'adoption se présente ... enfin c'est encore plus tordu mais je résume !

Plus de 300 familles se proposeront. Mais entre temps Breteau/ADZ est devenu plus réaliste, le chiffre de 10.000 orphelins est d'abord ramené a 1000 puis a 100 !

après une sélection sommaire ce sont donc une centaine de familles qui sont retenues pour l'adoption camouflée. (ce qui est délit en France). Afin de faire pression sur les autorités, et d'augmenter sa surface médiatique, ADZ organise les familles dans une association : le COllectif des Familles pour les Orphelins du Darfour (COFOD) (site internet )

Il faut maintenant aborder deux aspects assez sordides de cette affaire sordide:

1 - Les familles d'accueil ont paye de 2000 a 8000 euros (selon leur moyens) pour obtenir un enfant. Au total l'association ADZ a encaisse près d'un million d'euros. Et si l'on sait que le coût de l'opération ne dépassera pas 500.000 euros (location d'un avion et frais d'avocats inclus) on voit qu'il reste un joli bénéfice. Bien que je ne pense pas que Breteau soit motive principalement par l'argent, c'est un aspect de l'affaire qu'il ne faut pas oublier.

2 - La sélection et le suivi des familles d'accueil sont fait par l'association ADZ, sans contrôle des services officiels (que Breteau qualifie de lourds et d'inefficaces, des fonctionnaires quoi :). Or ce contrôle insuffisant est très dangereux. Car si parmi les familles il se glisse quelques pédophiles astucieux disposant d'une bonne réputation et de quelques milliers d'euros, l'opération Arche de Zoe leur aura fourni a domicile la chair fraîche qu'il devient malaise d'aller trouver dans les pays du tiers monde !

En juillet 2007 la police (brigade des mineurs) a convoque Breteau pour l'interroger sur son projet illégal d'immigration. L'intéresse a nie tout et en l'absence de preuves il est ressorti libre. Il faut ajouter que Breteau dispose de relations influentes, qui ont facilités ses démarches, raison pour laquelle le gouvernement se sent mal a l'aise maintenant que l'affaire tourne au scandale.

A partir de septembre 2007 l'opération sur le terrain débute. Elle est organisée comme une opération clandestine (sous "couverture"). Breteau a crée une ONG fictive nommée "Children rescue" et il a obtenu ses accréditations en mentant aux autorités. Officiellement son activité a pour but de créer un "Children center" destine a soigner les enfants malades et les orphelins.

En réalité deux camps vont être établis par ADZ. L'un a la frontière soudanaise vers Adre, l'autre a Abeche ou il existe un aéroport. Dans le camp numéro 1 des rabatteurs locaux sont payés pour ramener des enfants "orphelins du Darfour". En fait ils ramasseront tous les enfants des villages tchadiens près de la frontière et ils viendront les proposer aux francais.

Depuis le camp numero 1, les enfants sont rapatries au fur et a mesure, avec un petit avion, vers le camp numero 2 a Abeche, ou ils sont réunis en vue de leur exfiltration. (ensuite les enfants seront maquilles en blesses pour faire croire a une évacuation sanitaire)

Le 25 octobre le quota est atteint et un avion loue a une compagnie charter atterrit a Abeche pour ramener tout ce petit monde a l'aérodrome de Vatry en France, ou les familles ont organises un accueil émouvant et surtout très médiatique (avec la télévision).

Car le but final de l'opération Arche de Zoe (alias Children rescue) c'était de faire un "coup" médiatique. En théorie pour sensibiliser les francais aux massacres du Darfour. Mais on peut penser aussi qu'il s'agit surtout de "booster" une petite association caritative en perte de vitesse pour la transformer en une grande et célèbre ONG. (avec les subventions et les avantages qui vont avec !)

Le projet echouera. Les membres de l'association Children rescue/ADZ seront arrêtés parce qu'ils violaient le couvre feu en vigueur a Abeche lors du transport des enfants. (Selon une rumeur le responsable local n'avait pas recu son énorme pot de vin.) Quoiqu'il en soit les membres d'ADZ, les trois journalistes qui suivaient l'opération et l'équipage du Boing sont tous arrêtés. Et puis l'affaire est devenue publique.

Ils ne restent plus que les victimes innocentes : 103 enfants tchadiens enlevés a leur famille et a leur village. Ils ne passeront jamais au 20H, eux, et leur traumatisme n'intéresse personne !

Pensez donc ! 103 petits nègres, ils n'ont le bon profil de victimes médiatiques.

Les victimes officielles, qui vous nous soûler tous les jours au 20H, ce sont les kidnappeurs !!

Aujourd'hui l'enquête menée au Tchad révèle que 93 des enfants ont certainement une famille ou un tuteur mais que l'on les retrouvera sans doute pas. La plupart des enfants ont moins de 5 ans et eux même ne savent pas ou ils habitent !

L'opération Arche de Zoe aura abouti a créer quelques orphelins de plus au Tchad !


Rien que pour ce forfait les six ou sept responsables de l'Arche de Noe méritent quelques années de prison en France ou dans les bagnes du Tchad (après tout s'ils aiment tant l'exotisme :)

Mais cela n'arrivera pas. Ils ont de l'argent, des relations et des bons avocats. Le gouvernement Sarkozy vient de trouver un montage juridique qui permettra de les rapatrier en France ou la justice leur décernera une petite remontrance. Et la justice francaise est parfois si douce avec les délinquants friqués !

En effet la convention juridique franco tchadienne permet de choisir le pays du jugement lorsqu'une personne est poursuivie dans les deux pays. Alors la France vient d'ouvrir une petite information judiciaire sur un délit mineur qui permettra de les faire juger en France et de les rapatrier vite fait !

Ce qui leur évitera les 5 a 20 ans de travaux forces que mériterait leur crime s'ils étaient juges au Tchad ...

20:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)