Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14 octobre 2007

Retraites.

L'événement de la semaine qui vient c'est la greve du 18 contre la reforme des retraites.

Balancées depuis des années, les plus grosses conneries anti sociales sont devenues des quasi vérités pour la plupart d'entre nous.

Les cheminots cotisent seulement 37 ans et demi, quel scandale !?

Personne ne souligne que le régime des cheminots ne coûte rien a l'Etat et qu'en 37 années un cheminot cotise davantage qu'un salarie du public pendant 40 ans !

(Et pas un mot sur les régimes très spéciaux dont bénéficient les politiciens :)


L'augmentation du ratio vieux/actifs compromet le financement des retraites ?!

Mais personne ne fait remarquer cette évidence : quelque soit le nombre des vieux, ce sera toujours le travail des actifs qui leur permettra de survivre sans travailler !

(Sauf bien sur si on décide que certains - devinez lesquels - ont moins le droit de survivre que d'autres !)


Bref une avalanche de gros mensonges.

Le journal Rouge énumère une longue liste de ces grossiers mensonges.

Un dossier édifiant et à faire circuler partout !!


En attendant la manoeuvre de Sarkozy et de ses amis patronaux est cousue de fil blanc.

Ils ont dabord rétréci le régime des retraites du prive. Puis évidemment ils ont aligné le régime des fonctionnaires, par souci de justice bien sur.

Ils s'attaquent maintenant au dernier carre des salaries qui avaient encore le droit de cotiser 37 ans.

Et demain - si on les laisse faire - ils nous publieront quelques rapports tronqués qui "prouvera" que tout le monde doit cotiser 42 ans, voire plus puisque le MEDEF envisage froidement la retraite a plus de 65 ans pour tous et toutes ...

La réalité est très différente de l'argumentaire patronal. Les régimes sociaux sont en difficultés mais pas à cause des exigences de leurs bénéficiaires qui seraient excessives.

Ces régimes ont été mis en déficit volontairement depuis 50 ans, et au passage ils ont servi de pompe à fric pour le patronat et parfois pour le budget de l'Etat.

Chaque année c'est pas moins de 20 milliards d'euros d'exonérations de cotisations sociales accordées au patronat chaque année.

Et après on s'étonne d'avoir 10 milliards de déficit ...

Et dans la plupart des pays européens ce sont les mêmes stratagèmes pour tenter de liquider les acquis sociaux.
Donc le 18 octobre, malgré les magouilles syndicales pour ne pas trop se mouiller, c'est tous ensemble - public et privé - que nous devons manifester pour défendre nos droits !


PS
Et en plus vous passerez a la télé et le présentateur dira que vous êtes des gros richards !!
C'est vachtement valorisant ce genre de grève :)

Le coup de chapeau de la semaine sera décerné a M. Gautier Sauvagnac, banquier, responsable du MEDEF et châtelain de province, qui a soutire 10 millions d'euros des comptes de l'UIMM ... pour "fluidifier les relations sociales" (sic)

Encore que je me demande pourquoi cette affaire qui date de début 2006 ressort presque deux ans plus tard .. et pourquoi un banquier professionnel ne sait pas comment faire pour barboter 10 millions sans laisser de traces ...

Il y a de quoi s'interroger. Néanmoins on salue la performance de l'artiste :)

19:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

12 octobre 2007

Les aveux.

Voila plus de 20 ans que les neoliberaux vitupèrent contre les services publics qui seraient - selon eux - pléthoriques, inefficaces, tracassiers et j'en passe des meilleurs !

Et qui sont en réalité parmi les plus efficaces du monde, et que le monde entier nous envie (voyez les anglais et les américains saliver en évoquant la Sécurité sociale, et qui tentent parfois de venir se faire soigner en France !!)

Mais ainsi va la propagande, plus c'est gros mieux ca passe. Et parmi les tonnes d'énormes mensonges que le politiciens et les médias nous assènent quotidiennement il y a un argument qui est récurrent !

L'Etat serait inefficace et il emploie trop de personnel : alors nous, libéraux, nous sommes capables de faire mieux avec moins !

L'argumentation qui l'accompagne est tellement débile qu'elle prêterait a sourire si une intense campagne de propagande n'avait pas reussi a en convaincre une partie de la population.

En effet, comment imaginer qu'en supprimant des hôpitaux, des médecins et des infirmiers, et en diminuant les remboursements, la population va être mieux soignée !

Dans la même veine, il faut être idiot pour penser qu'en supprimant des écoles et des collèges et en réduisant le nombre des enseignants, alors que le nombre d'élèves ne diminue pas significativement, on va améliorer l'enseignement !

Et depuis que ce programme de réduction des services publics - afin d'engraisser les capitalistes du secteur privé - a été mis en oeuvre, il s'est produit une chose étrange : depuis que l'on réduit le service public, le public dispose de moins de services, étonnant non ?! :)

C'est ainsi que les 3000 recettes et trésoreries qui quadrillaient notre pays a la fin des années 80 se sont réduites a 2000 et bientôt seront réduites a une centaine de centres "fusionnes"

Partout les classes des écoles fondent comme neige au soleil, les collèges sont "regroupes" et les hôpitaux - pour des raisons de sécurité, of course - sont fermes.

Mais voila, cela commence a se voir et les français commencent a réfléchir.

Tout le monde pense aux "services publics" anglais qui ont été "thatcherises" dans les années 80, avec des conséquences dramatiques : par exemple les transports publics agonisent, l'éducation régresse et l'hôpital demande six mois d'attente pour une opération de chirurgie !

Dans ce contexte l'intervention de Fillon le 10 octobre a le mérite de la clarté :

Dépêche AFP - Mercredi 10 octobre, 21h30

Fillon: "la réforme de l'Etat", c'est "moins d'Etat" sur le territoire

PARIS (AFP) - François Fillon a déclaré mercredi soir devant les Réformateurs de l'UMP que la réforme de l'Etat supposait "que chacun d'entre nous accepte qu'il y ait moins de services, moins de personnel, moins d'Etat sur son territoire".

"Je dois le dire devant tous les élus qui sont présents ici: la réforme de l'Etat, ça supposera que nous soyons courageux, la réforme de l'Etat supposera que chacun d'entre nous accepte qu'il y ait moins de services, moins de personnel, moins d'Etat sur son territoire", a affirmé le Premier ministre.

"Parce que la réforme de l'Etat général qui satisfait tout le monde mais qui ne se traduit par aucune suppression d'aucun établissement sur le territoire, ça n'existe pas", a ajouté le chef du gouvernement qui a été applaudi par le millier de participants à la convention de rentrée des Réformateurs de l'UMP qui se tient à Paris.


Cette fois nous sommes dans la réalité des faits et loin du discours propagandiste imbécile sur le "moins d'Etat mais mieux d'Etat" !

Ce que les libéraux veulent faire c'est "dynamiser la sphère privée" (lire "engraisser les plus gros capitalistes") et tant pis si la majorité de la population salariée doit en subir quelques graves inconvénients.

Le discours de Fillon intervient a quelques mois des élections municipales de 2008 et les élus UMP sont légitimement inquiets : une zone rurale qui perd son école, sa gendarmerie, sa poste et sa trésorerie, c'est un territoire condamne a mort !

Et les électeurs assez mécontents sont susceptibles de vouloir faire payer les responsables, c'est a dire les politiciens UMP et leurs allies ..

Jusqu'à maintenant les élus UMP s'en tenait au bon vieux double discours :

- a Paris ils votaient les lois supprimant les services publics

- en Province ils juraient aux électeurs qu'ils se battraient jusqu'à la mort pour maintenir l'école et la poste :)

Il va leur falloir maintenant assumer les conséquences de la politique de Sarkozy !


Pour tous ceux qui sont attaches aux acquis sociaux, les municipales de 2008 seront une occasion de le montrer haut et fort

En 2008 faisons une hécatombe de candidats UMP !!


PS
Et tant pis s'ils font un malaise, ils n'avaient qu'a pas supprimer l'hôpital ! :)

10:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

08 octobre 2007

Reforme de l'Etat.

Cette semaine le ministre du budget a annonce la fusion de deux administrations : les impots et le tresor public (dénommés, administrativement parlant, la direction generale des impots et la direction de la comptabilite publique)

Depuis des lustres on se répétait, dans les milieux neoliberaux, aussi bien a droite qu'a gauche, que ces administrations employaient trop de fonctionnaires : 70000 aux impots et 60000 au tresor, ce serait beaucoup trop par rapport a ce que font les pays étrangers.

En la matière les comparaisons avec l'étranger ne sont pas très pertinentes : ce ne sont pas les mêmes législations, ni les memes missions, ni le même type d'employés ... et les comparaisons se résument souvent a additionner des pommes et des poires ...

En réalité la furia anti fonctionnaire ne sévit pas forcement partout comme en France, exemple:

Extrait d'une depeche Reuters du 07.10.07

L'économie américaine a créé 110.000 postes nets hors secteur agricole en septembre (...) reflet de la hausse de l'emploi dans le secteur administratif (...) il y a eu 37.000 créations de postes dans l'administration en septembre.


Bref tandis que la France supprime ses fonctionnaires, meme dans les secteurs clés de la Nation, les américains en recrutent sans complexe ! Mais peut etre que les neoliberaux américains sont moins dogmatiques et moins stupides que les nôtres ! :)

Dans cette affaire le seul point qui est pris en compte c'est la suppression du nombre de postes de fonctionnaires et l'économie budgétaire qui sera réalisée (ce qui permettra de nouveaux paquets cadeaux de 15 milliards pour les plus riches !)

L'existence de services publics efficaces est devenu tout a fait secondaire, conformément au credo ideologique des neoliberaux : si tu veux un service, tu le paies !

Et pour faire avaler la reforme, la propagande assène quelques gros mensonges qui sont répétés en boucle par les perroquets neoliberaux :

1 - les deux administrations feraient le meme travail

Mais non ca ne fonctionne pas ainsi. Le Tresor public gere tout l'argent de l'Etat et des collectivites locales aussi, sous le controle etroit de la Cour des comptes et de l'inspection des finances.

Contrairement a une idée très répandue les fonctionnaires du Tresor travaillent peu dans les impôts, guere plus de 10% du personnel s'occupe des impôts. Au Tresor public 90% des employés ont des taches différentes : gestion des amendes, des finances des mairies, des hopitaux, etc.

Du cote des impots les 70000 fonctionnaires calculent le montant des impots et contrôlent les déclarations, assurent l'Enregistrement, le Cadastre, les Hypotheques, etc. Et les services des impots encaissent deja - pour le compte du Tresor public - une partie des impots.

Les deux administrations ont donc des taches tres différentes. L'idee de faire assurer par un meme fonctionnaire toutes ces taches est aussi intelligente que l'idee, proposee pour l'education nationale, de demander a un professeur de musique d'assurer en meme temps les cours de francais et de mathématiques ...


2 - la fusion améliorera le service rendu a l'usager

L'idee de présenter un guichet unique parait effectivement tres convaincante. Désormais l'usager pourra s'adresser a un meme lieu pour régler ses problèmes.

Mais en pratique - avec moins de personnel - cela signifie des attentes plus longues, surtout aux periodes de pointe puisque la "foule" qui etait repartie entre deux points d'accueil sera désormais concentrée sur un seul.

Par ailleurs la fusion signifie que chaque employé devra etre polyvalent, ce qui signifie forcement une perte de compétence car une seule personne ne peut pas tout savoir. Et cela aura des conséquences deroutantes :

Desormais pour aller payer ses impots, obtenir un renseignement fiscal, payer une amende routiere, regler la cantine des enfants, etc etc ... vous aurez affaire a une seule personne : le contrôleur des impôts !!

Si l'on sait que la legislation cumulee des impots, du tresor et des collectivites correspond a plus de 100.000 pages de textes juridiques, on imagine bien qu'un seul fonctionnaire sera incapable de tout maitriser.

Pour parler clairement on va transformer des administrations efficaces, organisées et méthodiques en de veritables souks ... et je doute que l'usager y gagne beaucoup sur le moyen terme !


3 - la reforme conservera les 2000 trésoreries locales

Aujourdhui le Tresor public entretient plus de 2000 tresoreries et les impots possèdent environ 500 centres de proximités. C'est une plaisanterie de faire croire que l'on conservera 2500 points d'accueil la ou quelques centaines de points départementaux seront juges suffisants ... et plus économiques (moins de loyers, moins de personnels, etc.)

Par exemple il y en avait 3000 tresoreries a la fin des années 90 et comme elles nécessitent beaucoup de personnel dans des zones parfois peu peuplées, elles ont ete progressivement regroupées. Et cest la suppression de tous ces petits centres dispendieux qui est nécessaire pour faire des économies.

Mais les municipales 2008 arrivent dans quelques mois. Et annoncer la suppression de toutes les tresoreries rurales serait proprement suicidaire pour l'UMP et ses allies. Alors on n'hesite pas a mentir.

La vérité c'est que toutes les trésoreries, rurales notamment, seront supprimées apres les élections municipales !

Et ce sont aussi les élus locaux qui peuvent commencer a pleurer. L'aide qui leur était apportée par les fonctionnaires du Tresor disparaîtra ... et sera remplacée par internet et son programme Helios !


Le plus étonnant dans cette affaire c'est qu'il était parfaitement possible de rationaliser tous les services et d'ameliorer la qualite du service rendu aux usagers, avec a peu pres le meme nombre de fonctionnaires. Mais cela supposait deux choses :

- améliorer les systèmes informatiques actuels en fusionnant les fichiers et les applications pour les rendre souples et compatibles

- simplifier radicalement la législation actuelle, hyper complexe, pour faciliter les restructurations des services publics

Au lieu de cela le système informatique a été concu comme une vitrine qui permet a l'usager (devenu notre "cher client" :) de payer par internet, tandis que derrière, en coulisse, l'informatique obsolète et les fichiers datent encore des annees 70-80 ...

Et chaque jour qui passe voit arriver de nouvelles lois financières toujours plus alambiquées (cf la loi sur les heures supps, un monstre !) que les services de l'Etat, asphyxies, ne pourront plus appliquer équitablement. (c'est peut etre l'objectif inavoué !)

Alors comme d'habitude le dogmatisme neoliberal - et une bonne dose de cupidité - l'ont emporte sur les considérations d'intérêt général !!


Bienvenue dans le monde néolibéral du fonctionnaire unique ! (Wells, 1984 :)

11:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

02 octobre 2007

Une embrouille verte.

Le Grenelle de l'environnement est l'occasion d'evoquer ici quelques faits désagréables sur la gestion capitaliste des problemes écologiques.

- La première constatation, a mon avis irrefutable, c'est de voir que les problèmes environnementaux ont pris une importance enorme depuis les annees 1960. C'est a dire pendant la phase de reconstruction et de développement accelere des pays occidentaux. Au prix de terribles degats humains et ecologiques

Pollution de l'air, empoisonnement de l'eau, destruction de la faune et de la flore, contamination radio active, menaces sur le climat ; l'énumération des degats ecologiques du capitalisme est une liste interminable. Et d'ailleurs en accroissement permanent. A tel point que dans tous les pays développés chacun se sent de plus en plus concerne et que le problème devenant visible est devenu politique.

- Le deuxième fait désagréable, mais pourtant facilement vérifiable, c'est qu'il s'est développé un business politicien autour de l'écologie. Et dans de nombreux pays des partis, etiquetes "ecologie", ont obtenus des responsabilités gouvernementales et se sont comportes en politiciens, dans le pire sens du terme.

Je pense a tels politiciens allemands defendant les petits oiseaux et les rivieres et bataillant pour diminuer le niveau de vie des salaries. Ou encore en France ce ministre "ecolo" défendant les centrales nucleaires ou les OGM ...

Désormais pour un politicien etre de gauche, de droite ou ecolo, ce n'est guere plus qu'un choix de carriere. Au final ce sont les financiers et les industriels qui prendront les decisions que des pitres repeints en bleu, en rose ou en vert se chargeront de vendre aux électeurs soigneusement désinformés.


- Enfin il y a un troisieme fait déplaisant que l'on peut rappeler, c'est que le capitalisme s'est emparé du probleme ecologique et entend y apporter ses propres solutions.

Le changement de vocabulaire est significatif. On est passe de l'ecologie ou defense de l'environnement au terme - assez étrange dans ce contexte - de developpement durable. Mais dans l'esprit des capitalistes, et de leurs intellectuels, il ne s'agit pas du développement de la societe humaine en general, mais du developpement durable du capitalisme !

La problematique est assez simple : d'un cote le systeme capitaliste doit gerer le rejet massif de modes de production insensés qui déglinguent la planete et ses habitants. D'un autre cote le système capitaliste en tant que systeme economique est a bout de souffle. Et je ne parle pas des tares ostensibles, comme les 40 millions de pauvres aux USA - le pays le plus riche - mais du fonctionnement meme d'un système qui repose sur toujours plus d'exploitation des travailleurs et de la nature.

L'écologie est pensée comme l'emergence de nouveaux marches qui vont permettre encore davantage de profits, davantage d'exploitation (et sans doute aussi - mais ce sera cache - de nouveaux dégâts sur l'espèce humaine et son environnement.

On peut se faire une idee de cette tendance en examinant les nouveaux arguments publicitaires : la nature, la santé, l'environnement (pour vendre une centrale nucléaire par exemple - sic - )


On peut aussi voir le processus a l'oeuvre en allant sur le site gouvernemental du Grenelle qui propose de "resoudre" les problemes "ecolos" avec des méthodes assez curieuses.

Je passe rapidement sur le cote bateleur du ministre en charge de la propagande verte, Borloo, (le mec qui vendrait des skis a des touaregs dans le Sahara !). En l'ecoutant on comprend bien que le but des entreprises n'est pas de faire du fric a n'importe quel prix. Au contraire, le liberalisme a comme unique but de nous apporter une vie meilleure, une societe plus juste et plus epanouissante, une alimentation plus saine et plus equilibree et une Nature toute requinquee et biodiversifiee a fond la caisse ... vi vi vi !

Il suffit de voir les intitules artistiquement flous des 6 groupes de travail, et le titre du dernier (groupe 6) est pour le moins inquiétant. Quel rapport logique peut il exister entre environnement, emploi et competitivite des entreprises ? (Peut etre la derniere loi anti greve ou anti sociale de Sarkozy nous sera t-elle présentée comme favorisant les économies d'energie ?)

Et il faut savoir également que d'emblée le Grenelle exclut de discuter - même simplement de discuter - de plusieurs problèmes cles pour notre environnement : le nucleaire, les OGM, le transport routier ... Evidemment il s'agit de secteurs economiques puissants qui realisent de gros profits - au détriment de toute la société - et qui "drivent" les politiciens et qui sont donc intouchables !

Il ne fait pas de doute que le battage médiatique autour du Grenelle verra arriver quelques nouvelles ecotaxes, dont les nantis seront exclus d'une manière ou d'une autre, et qui frapperont les salaries. Et que quelques industries juteuses (batiment, automobile, ..) bénéficieront de quelques lois incitatrices (les consommateurs, surtout les plus modestes, devront payer quelques surcouts destines a financer des industries soit disant vertes)

La pensée écologique - en version capitaliste - ne concoit pas le risque de destruction de la planète comme un inconvénient majeur mais comme l'ouverture de nouveaux marches gigantesques et de nouvelles sources de profits. Une opportunité inouie ! Par exemple, que l'eau soit polluée n'est pas gênant, des lors qu'une nouvelle industrie de l'eau du robinet en bouteille est nee et qu'elle est hyper lucrative !

Alors oui la protection de l'environnement est un problème crucial, mais le capitalisme n'esquisse meme pas le debut d'un commencement de solution serieuse ...

Et le pire c'est que ce capitalisme vert essaye de nous culpabiliser. Avec parfois un discours façon catho : "tu vois mon fils, si les petits biafrais meurent de faim c'est un peu de ta faute parce que tu as oublie d'éteindre la lumière dans les WC" ...

Mais moi je rappelle toujours ces deux chiffres : En France les déchets des ménages représentent environ 20 millions de tonnes tandis que les dechets industriels - souvent bien plus dangereux - representent environ 600 millions de tonnes.

Alors trier ses ordures n'est pas inintéressant (moi je le fais souvent !) mais visiblement ce n'est pas la qu'est la solution a nos problèmes de pollution massive. Il serait plus efficace de faire payer les activités industrielles - ou agricoles - polluantes ...

Et pour être complet il faudrait signaler que les responsables des dégâts actuels, sur la nature comme sur les humains, bénéficient d'une impunité presque totale (j'ai dit Total ! :)

Que l'on se souvienne de l'affaire de l'amiante ou les industriels, l'Etat et les syndicats ont sciemment dissimule le problème pendant 50 ans ... et n'ont jamais été inquiétés. Et maintenant ce sont plutôt les victimes que l'on harcelé pour leur refuser leurs indemnités ...

Voila qui en dit plus long qu'un grand discours sur le véritable souci "écologique" du néolibéralisme !

19:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

25 septembre 2007

Birmanie

Les évènements actuels en Birmanie mettent en lumière ce pays de près de 50 millions d'habitants, coincé entre la Chine, l'Inde et la Thaïlande.

Le temps de consulter quelques statistiques de base, dont celles généralement excellentes de la CIA (dont le travail - à part faire assassiner les opposants politiques - est très proche du journalisme :) Factbook.

Et même sans être un historien distingué, on doit reconnaître que l'histoire de la Birmanie depuis son indépendance en 1948, est celle d'une longue succession de dictatures militaires aux personnages déjeantés, comme ce dictateur militaire faisant changer la monnaie birmane pour un système basé sur le 9 - son chiffre astrologique fétiche - et plongeant le pays dans l'inflation et encore plus de misère !

L'article - extrêmement modéré de Wikipedia - donne une idée de ce régime dictatorial.

Bien évidemment la dictature chinoise soutient - et arme militairement - la dictature birmane (entre voisins !)

Les pays occidentaux sont plus réservés. Depuis que la principale opposante politique, Aung San Suu Kyi, a été nommée prix Nobel de la paix, la situation birmane commence a faire tache.

Même l'importance de l'industrie étrangère exploitant le pétrole et le gaz ne suffit pas pour dissimuler une situation catastrophique qui ne tient plus que par la force des mitraillettes dans un pays ravagé par la terreur d'Etat, la corruption et la misère. D'ailleurs les manifestations actuelles sont dirigées contre la vie chère (ou malgré l'absence de statistiques fiables, l'inflation est évaluée a plus de 20%)

Par ailleurs - cerise sur le gateau - les militaires birmans ont la réputation bien établie d'être parmi les plus gros fournisseurs d'opium de la planète et ils sont très convenablement placés dans la production des autres drogues synthétiques ...

Dans cette triste histoire la France est salement impliquée !

Nous le devons a la firme Total (si proche du gouvernement français) qui exploite la bas le pétrole et le gaz en association avec une firme américaine (Unocal). Comme les militaires birmans pratiquent le travail forcé, la firme Total en a profité pour édifier un gazoduc géant qui n'a pas du revenir trop cher (mieux que le CNE et le contrat unique :)

Et ce sont aussi des mercenaires francais (dont la proximité avec un célèbre service de barbouzes n'étonnera personne) qui ont supervisés la répression contre les révoltes populaires.

Quelques victimes birmanes de cette exploitation forcée ont déposé plainte en France (ou la plainte n'a pas été retenue) et aux USA (ou le procès a été accepté !)

Mais ce qui m'a vivement étonné c'est de retrouver le nom d'un compatriote célèbre, qui s'est tant illustré dans la promotion de la guerre (en Irak, en Iran, ailleurs ?) : Kouchner !!

Fondateur d'une petite agence de conseils privés (BK) le voila qui a rédigé un rapport (payant !) pour blanchir Total de toute implication dans l'exploitation sauvage des travailleurs birmans.

Le rapport est en ligne : rapport BK et vaut son pesant de jésuitisme ... ah dictature sans frontières !

Toute cette affaire est nauséabonde et bien représentative du monde politico financier en France ...


Et si demain la guérilla birmane - on dit les "terroristes" quand on est bien élevé - et le peuple birman tout entier réussissent enfin à se débarrasser de cette dictature insensée ce sera une bonne chose de faite !!

20:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)