Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25 juin 2007

Impunite.

La bavure de la semaine c'est l'affaire de Marseille ou un policier qui, selon les temoins, roule a 100 km/h, grille un feu rouge et ecrase un pieton sur un passage cloute !

Le probleme n'est pas tant de "taper" sur un policier mais plutot de mettre en cause le systeme securitaire de Sarkozy qui deraille completement. Car au fond si on peut comprendre qu'un accident arrive a tout le monde, on peut se demander pourquoi et comment un policier inexperimente a pu etre laisse au volant d'un vehicule de police sans tutelle etroite.

La reponse est simple et elle est budgetaire. Par economie ce sont des dizaines de milliers de postes d'adjoints qui sont pourvus sur la base d'un recrutement au rabais (et des salaires idem :)

Et on envoie ces jeunes au casse pipe sans formation serieuse.

Le resultat c'est le drame de Marseille, car le pieton est mort !!

Tué par le "moins de fonctionnaires" et par la "culture du resultat" ...


Coincidence la meme semaine un commandant de gendarmerie se fait assassiner par un maniaque des armes en train de faire un cambriolage. On peut se demander ce que cet autre drame, apparemment different, vient faire dans un texte sur le "tout securitaire" de Sarkozy ?

La reponse se trouve dans la biographie du gendarme. Brillant eleve de St Cyr, promu capitaine de gendarmerie c'est lui qui commandait le peloton de gendarmerie qui s'est illustre dans l'incendie criminel des "paillotes" en Corse. C'est d'ailleurs sa maladresse qui a fait "tomber" les gendarmes car il s'etait brule gravement en allumant l'incendie !

Bilan : deux ans de prison, dont six mois ferme.

On aurait pu esperer qu'avec un tel palmares sa carriere a la gendarmerie allait - au minimum - ralentir. Et deja conserver un repris de justice dans les forces de police ca fait un peu desordre, bien que ce ne soit pas une exception, loin de la !!

La gendarmerie s'etait engagee a ne plus lui donner de commandement. Mais une fois l'affaire tassee il a donc ete promu commandant et pourvu d'un commandement operationnel (on a echappe toutefois a une nomination dans les pompiers ! ouf !! :)

Ce type de comportement est typique de l'institution policiere ou la hierarchie peut se montrer tres conciliante, meme parfois avec d'authentiques voyous, a condition qu'ils obeissent avec zele.

Ce genre d'attitude cree en France toute une culture de l'impunite policiere.


Il me revient en memoire un rapport recent d'un conseiller europeen qui denoncait exactement la culture de l'impunite dont jouissent les policiers francais. Son rapport recensait les bavures policieres et atteintes au droits de l'homme.

Et il y a eu une anecdote voila quelques annees. Lorsque la France demandait l'extradition d'un islamiste refugie en Angleterre, Londres refusait au nom des Droits de l'homme, car le livrer au Francais c'etait le livrer a la torture ... (et oui on torture dans certains services de la police francaise, comme en 40 :)


Et ne parlons meme pas des polices secretes dont c'est officiellement le metier d'agir en toute illegalite et sans aucun controle serieux. Dans ce cas c'est le mot impunite qui est trop faible.

D'ailleurs nos senateurs et deputes commencent juste a envisager de mettre en place un controle parlementaire pour eviter de futures derives, genre Clearstream ou compte au Japon. (les mesaventures de Jacques et Nicolas en font reflechir quelques uns malgre tout :)


Mais tant que des mesures energiques ne seront pas prises pour defendre les victimes de bavures, pour imposer un controle democratique serieux et pour briser cette culture de l'impunite, j'ai des doutes !!

Or la "culture du resultat" de Sarkozy favorise cette impunite. L'habitude est prise : des lors qu'un policier (ou barbouze) est "efficace" on lui pardonne tout ou presque ... sans parler des reseaux maffieux et autres implantes dans l'administration ...

Quand on se rappelle les mensonges de Sarkozy pour couvrir la bavure de Clichy sous bois on se dit que la route vers une police democratique sera longue encore !!

Et que la tolerance zero devrait s'appliquer aussi a ceux charge de la faire respecter.


PS.
Le livre "La face cachee de la place Bauveau" est de ce point de vue un vrai catalogues des horreurs ...

19:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

23 juin 2007

TSE ?!

Le sujet du jour c'est le TSE digne successeur du TCE massivement rejete par les populations. Seul probleme le TSE est secret !!

Negocie en secret, redige en secret, vote en catimini ... c'est la democratie version neoliberale !!

Alors dans ces conditions qu'est ce que je pourrais bien dire du TSE ??!! Rien !!!

Vu que je connais pas le texte et que je ne le connaitrais jamais, sauf l'avant veille du jour ou j'apprendrais qu'il a ete ratifie en mon nom (enfin celui du peuple :) !!

Alors pour protester je laisse une page blanche. A vous d'imaginer ce qui va vous tomber dessus :)






















































Hein ! Avouez que vous avez imagine des choses sinistres !!

Eh ben vous avez peut etre pas tort !!

:)

10:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

21 juin 2007

PS.

Segolene Royal le confirme : le programme du PS est encore trop a gauche !!

Dans une declaration incroyable de cynisme et de mepris pour les electeurs de gauche, Royal declare :

AP. mercredi 20 juin 2007, 19h32

Le Smic à 1.500 euros et la généralisation des 35 heures "pas crédibles", admet Ségolène Royal

PARIS (AP) - "Le Smic à 1.500 euros brut dans cinq ans ou la généralisation des 35 heures sont deux idées qui étaient dans le projet des socialistes, que j'ai dû reprendre dans le pacte présidentiel, et qui n'ont pas été du tout crédibles", a reconnu mercredi Ségolène Royal, jetant un petit pavé dans la mare.

"Moi-même j'avais un doute là-dessus", a expliqué l'ancienne candidate socialiste. Durant la campagne, elle s'était engagée à porter le Smic à 1.500 euros brut en cinq ans et s'était montrée évasive sur la question des 35 heures, la renvoyant à la négociation sociale sans jamais s'opposer ouvertement à leur généralisation, prévue dans le projet du PS.

Elle a expliqué avoir défendu ces mesures "par cohérence avec le projet socialiste". "Le Smic à 1.500 euros était une idée phare de Laurent Fabius", a noté Ségolène Royal lors de l'émission "Questions d'info" pour LCP-Le Monde-France Info qui devait être diffusée dans la soirée sur la chaîne parlementaire, renvoyant ainsi la balle à l'ancien Premier ministre. (...)


On savait deja que le programme du PS ne se distingue pratiquement pas de celui de l'UMP en matiere economique et sociale.

On savait aussi que les gouvernements de gauche et de droite ont toujours applique la meme politique, la gauche ayant meme privatise davantage que la droite.

On savait que nos avancees sociales sont insupportables pour le patronat et pour les partis qu'il sponsorise : UMP et PS notamment.

Et maintenant on en a une confirmation eclatante !


Selon Royal le SMIC a 1500 euros brut c'est encore trop pour ces faineants de salaries.

Comme Sarkozy, Royal estime que si les salaries veulent un salaire decent pour vivre, ils n'ont qu'a travailler plus (la nuit ?) !


Je pense que ceux qui se posaient des questions doivent commencer a comprendre pourquoi Sarkzoy a ete elu grace aux voix d'une partie des salaries qui trouvaient qu'il etait plus a gauche que Royal.

Eh bien c'etait fonde !!

Entre Royal et DSK le PS a definitivement choisi son camp : celui du patronat.


Et un parti 100% a gauche reste a construire pour defendre les interets des salaries.

Ca peut paraitre idiot mais ce qu'il nous faut c'est un MEDEF ... pour les salaries :)

08:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Droit de greve.

Sarkozy est vraiment un baratineur hors pair !

Son intervention sur le droit de greve merite le detour.

Bref rappel historique.

Le probleme du patronat est vieux comme le capitalisme. Il s'agit d'empecher les salaries de se defendre en utilisant la seule arme efficace dont ils disposent : cesser le travail !

Au 19eme siecle c'etait simple : la greve etait interdite. Tu fais greve, les gendarmes te conduisent en prison ! Forcement ca dissuade. Helas les salaries faisaient greve quand meme et il fallait parfois envoyer la troupe, qui souvent tirait dans le tas. D'ailleurs c'est le drapeau trempe dans le sang des ouvriers abattus qui a donne le beau drapeau rouge des manifestations modernes ...

Au fil des massacres, le mouvement ouvrier commencait a comprendre la necessite de l'autodefense et, autant le preciser clairement, une poignee de bourgeois et leurs mercenaires avaient peu de chance de survies devant la mobilisation de millions d'ouvriers (c'est encore vrai de nos jours :)

Ce qui a conduit la bourgeoisie a autoriser les greves en les reglementant. Puisqu'on ne pouvait plus les empecher il fallait au moins les rendre les plus inoffensives possibles.


Le patronat "moderne" a change de politique et pense pouvoir revenir au bon vieux temps des greves interdites et des grevistes criminalises. Et cette "reforme" est sur la feuille de mission de Sarkozy.

Comme il parait hors de question d'interdire la greve, c'est un droit constitutionnel, la solution consiste a la rendre impossible. En commencant par le secteur des transports mais d'autres suivront.

Sarkozy se propose d'instaurer un service minimum. Le probleme c'est que le service minimum existe deja !

En cas de greve il existe toujours quelques lignes ouvertes et un traffic rare mais regulier. Souvent cela fait partie des accords collectifs. Alors que signifie le "service minimum Sarkozy" ?!

Ce qui changera c'est que l'on imposera un service "minimum" qui fasse le maximum : en clair, greve ou pas greve, le service doit fonctionner normalement.

Ce qui est une facon de se moquer du monde : vous avez le droit de faire greve, et je respecte votre droit car je suis un democrate et bla et bla ...

Et en conclusion vous avez le droit de faire greve ... a condition de continuer a travailler normalement !!

Logique typiquement sarkozienne :)

Pour etre bien sur d'etre compris Sarkozy rajoute quelques dispositions redoutables :

- un dispositif de "prevention" destine a dissuader les grevistes en donnant le temps au patron de reagir et d'organiser la lutte anti greve

- la possibilite de requisition par les "autorites" serait rendu plus facile

- enfin des mecanismes "brise greves" seraient mis en place pour demobiliser les grevistes (scrutins organises par le patron par exemple)

Tres habilement les organisations syndicales sont appelees a la rescousse pour donner une coloration sociale a ces mesures anti salaries. Nul doute qu'un "compromis" sera signe par la plupart des syndicats pour cautionner le plan patronal anti greve.


Et pour embrouiller le tout on ajoute une petite couche de demagogie en precisant que les salaries qui ne travaillent pas ... ne doivent pas etre payes !

Or d'une part c'est deja le cas de la majorite des greves.

D'autre part certains accords de fin de greve prevoient parfois le paiement de quelques jours de greves.

Est ce que c'est anormal ?!

Pas vraiment. Car pendant une greve les salaries non grevistes continuent a etre payes, parfois meme sans travailler (un salaire sans travail ca devrait rendre malade Sarkozy :)

Et en fin de greve, ceux qui n'ont pas fait greve vont beneficier des avantages sociaux obtenus et par rapport a leurs collegues ils apparaitront comme des "parasites" qui profitent de l'effort d'autrui ... des "profiteurs"

Ambiance au boulot ensuite ...

Ce qui fait qu'en accordant quelques concessions aux salaries grevistes le patron s'assure a moindre frais un bon climat dans l'entreprise. Le bon sens meme. Il n'y a que Sarkozy, mais il est vrai qu'il connait assez peu le monde du travail cote salaries, qui trouve cela scandaleux ... ou qui fait semblant !


Pour terminer, il y un fait qui devrait interpeller les tenants de l'extension de cette legislation anti greve. La combinaison des mesures proposees aboutit en fait a ce que les salaries n'aient plus que deux options :

- soit ne pas faire greve (trop couteux, trop dangereux, etc. )

- soit faire des greves dures, forcement massives et longues !


On voudrait exacerber la guerre de classe qu'on ne s'y prendrait pas autrement :)

01:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

16 juin 2007

TVA sociale.

L'actuel debat sur la TVA "sociale" ne concerne pas vraiment la TVA mais plutot notre systeme de securite sociale. Pendant que l'UMP et le PS amusent la galerie avec leur debat sur l'inflation, le patronat cherche un moyen de ne plus financer la protection sociale.

De nombreuses pistes sont explorees mais la plus prometteuse consiste a diminuer ou supprimer les cotisations sociales versees par le patronat pour les remplacer par une augmentation de la TVA. Cette hausse de 5 points de TVA - de 20 à 25% - c'est ce qu'on appelle la TVA "sociale".

Car dans l'ideologie neoliberale ce n'est pas au patronat de payer pour la protection sociale des salaries mais c'est au salarie de se debrouiller. Ce qui n'a rien de tres nouveau : le capitaliste est la pour engranger du profit et ce qui arrive aux citoyens n'est pas son probleme ! (tant qu'ils ne font pas greve: )

La tendance neoliberale touche tous les pays. En matiere de TVA sociale c'est le Danemark, dans les annees 87-89, qui a ouvert la voie en supprimant les cotisations sociales pour les remplacer par une TVA portee a 25%.

Et depuis janvier 2007 l'Allemagne a suivi cette piste. Le taux de TVA a ete augmente de 3 points. Le supplement d'impot encaisse par l'Etat est reparti en 1/3 pour diminuer les cotisations sociales patronales et 2/3 pour diminuer le deficit du budget.

Et le patronat francais aimerait bien faire de meme mais il se heurte a deux gros problemes :

- des problemes techniques (complexite des lois, effets secondaires, etc.)

- des problemes politiques (car il faut que ce transfert reste invisible au salarie :)

Pour bien comprendre les enjeux il faut detailler un peu.


1 - le financement de la protection sociale.

La securite sociale, c'est a dire les 4 branches (famille, maladie, retraite, accident du travail), a besoin d'environ 350 miliards d'euros par an.

Actuellement cet argent provient des cotisations prelevees sur les salaires pour environ 250 milliards et de l'impot pour 100 milliards. Je donne juste les ordres de grandeur mais voila les chiffres exacts. (pdf)

Comme on le voit c'est le patronat qui cotise massivement pour financer la protection sociale. Situation inadmissible - pour le patronat - et qui appelle des reformes energiques (et pour lesquelles Sarkozy et Fillon ont ete sponsorises :)

La premiere methode pour reduire les "charges" du patronat a consiste a multiplier les exonerations de charges : exos dans les zones sensibles, exos pour embauche de jeunes, pour ecologie, pour investissement, pour frais de jardins, pour frais de decoucher (euh non la je m'egare ... quoique :)

Bref depuis plus de 20 ans une folie furieuse exoneratrice qui rapporte au patronat - bon an mal an - plus de 60 milliards d'euros (et payes par les autres contribuables :)

La seconde methode a consiste a creer un impot special destine a remplacer une partie des cotisations sociales : la CSG. (contribution sociale generalisee)

C'est le PS qui l'a mis en place en 1990, sous le gouvernement Rocard, et qui en a fait une retenue a la source payee a 80% par les salaries - et donc invisible fiscalement sauf pour une toute petite partie des contribuables.

Bien entendu l'UMP (enfin le RPR) a severement critique la CSG. Et bien entendu en 96 la droite en rajoutait une louche en augmentant les taux et en creant la CSG + CRDS !!

Donc chaque annee ce sont essentiellement les salaries qui versent 70 milliards d'euros pour aider les patrons, qui, comme on le sait, ont cree plein d'emplois (en Chine ? au Maroc ?)

Bref les neoliberaux font un peu comme Robin des Bois mais a l'envers : prendre aux plus pauvres pour aider les riches :)


2 - la TVA

Rappelons le mecanisme de la TVA. Quand une entreprise fabrique une marchandise qui vaut 100 euros elle le vend au client 120 euros et reverse a la fin du mois 20 euros au Tresor public.

C'est donc toujours le consommateur qui paie la TVA.

Et l'entreprise ne paie pas du tout la TVA. Par exemple si une entreprise achete la marchandise a 120 euros, en fin de mois elle demandera au Tresor public de lui rembourser les 20 euros de TVA !

(Pensez y quand vous entendez le patronat se plaindre de la TVA !)

Soit dit en passant le mecanisme de la TVA permet aussi un certain nombre de detournements financiers (que la loi m'interdit de detailler :) et qui sont juteux pour certaines entreprises ! Tandis que le salarie - lui - paie sa TVA plein pot !!

Par ailleurs, pourquoi dit on aussi que que la TVA est un impot socialement injuste ?

Pour deux raisons. La premiere c'est que c'est un taux proportionnel qui frappe egalement le riche et le pauvre. Alors que notre Constitution preambule que les impots doivent etre adaptes aux revenus du contribuable et donc progressifs.

L'autre raison est encore plus etonnante. Elle repose sur le fait que plus on gagne d'argent et plus on peut epargner. A l'inverse un petit salarie doit depenser presque tout son salaire pour vivre. Ce qui signifie que plus on a des gros revenus et moins on paie de TVA. Exemple :

- salaire de 200 : je depense 100 pour vivre et je paie 20 de TVA, soit 10% du revenu.

- salaire de 2000 : je depense 500 pour vivre et je paie 100 de TVA, soit 5% du revenu.

On peut prendre d'autres chiffres mais le mecanisme sera toujours le meme. La TVA est un impot inversement progressif : plus on a de gros revenus et moins on paie de TVA !

Et la on comprend pourquoi le choix de la TVA, pour remplacer les cotisations patronales, enthousiame ... les patrons (qui sont rarement au SMIC) !


3 - La TVA sociale.

Pour en revenir a la mise en place de la TVA sociale il faut d'abord regler les problemes techniques et politiques. Depuis pas mal d'annees les etudes et les propositions abondent :

En voila quelques unes. Senat. Senat. CAE.

Le premier probleme c'est le risque de provoquer une hausse des prix. Ce qui arithmetiquement parait inevitable. Si une marchandise est vendue 120 euros (100 + 20 euros de TVA) une augmentation du taux de TVA de 20 a 25 conduit forcement a vendre la marchandise 125 euros.

La solution trouvee consiste a reduire de 5 euros les cotisations sociales payees par l'entreprise. En echange celle ci baisserait le prix de 100 a 95 euros.

Et donc le prix de vente reste inchangee a 120 euros (95 + 25 euros de TVA)

L'avantage c'est que le salarie n'y voit que du feu : mais on lui pique 5 euros de protection sociale qu'il devra payer ailleurs !

L'inconvenient c'est que le mecanisme repose sur la bonne foi des entreprises. Or la grande tradition francaise de fraude patronale - fiscale et sociale - permet de penser que l'on pourrait vite deraper :)

Un autre inconvenient c'est que la hausse de TVA frappe les importations et favorise les entreprises francaises a l'exportation. C'est pourquoi Fillon explique que la TVA sociale est "anti delocalisation" et "creatrice d'emplois" ... ben voyons !

En realite dans l'Europe la distorsion sera corrigee et a l'exterieur si un pays constate une entrave a la concurrence il rehaussera ses droits de douane jusqu'a equilibrer la hausse francaise ... match nul donc.

Quand aux creations d'emplois et autres ameliorations de competitivite c'est pur baratin. Depuis 30 ans chaque cadeau au patronat doit amener 300.000 emplois. Si cetait vrai on serait importateur de main d'oeuvre maintenant au lieu d'avoir 5 millions de chomeurs !!


S'il fallait resumer le debat sur la TVA sociale on pourrait dire simplement que la seule question est de savoir si le patronat doit payer une partie de la protection sociale (sous forme d'assurance collective) ou bien si c'est le salarie qui doit payer (sous forme d'assurance individuelle).

Le role de l'Etat se limitant juste a assurer la solidarite (l'aide aux morts de faim quoi, comme aux USA !)

Ma reponse est claire : les patrons doivent payer !!

Pour les neoliberaux c'est le contraire. Au nom du principe - totalement faux - selon lequel c'est la patronat qui cree la richesse dans la societe.

Alors que meme un gamin se rend bien compte que la richesse d'une societe provient uniquement du travail des salaries, a tous les niveaux !!

Enfin ils se disent qu'en repetant un mensonge pendant 50 ans ca finira bien par etre accepte :)


PS.
Je signale que l'excellente encyclopedie Wikipedia publie un article sur la TVA sociale qui merite le detour meme si on approuve pas certaines "explications". Le dossier de Wikipedia

12:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)