Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08 mai 2007

Le sourire de Segolene.

Non ce n'est pas une pub pour un dentifrice. Et je suis pas non plus tombe amoureux !

Je veux parler de l'attitude decontractee de Royal le 6 mai lors de l'annonce des resultats et de son sourire satisfait qui en a etonne plus d'un.

Il est vrai que les resultats etaient connus d'avance pour ceux qui ont acces aux sondages payants - tres payants - des instituts commerciaux. La victoire de Sarkozy ne faisait plus de doute.

Mais selon que l'on apprecie ou non Royal son sourire avait une signification differente.

Pour ses fans c'est une marque de courage et de tenacite, et d'ailleurs ce n'est probablement pas faux. Royal est mauvais orateur mais une "bete" politique !

Pour ses "amis de trente ans", genre Fabius et DSK, ce sourire etonnant - dixit DSK - etait proprement insupportable. Car la decence exigeait de prendre une mine d'enterrement. Imagine t-on le chauffeur d'un corbillard mort de rire ? (desole pour le jeu de mot :)

En fait je crois que ce sont ses fans qui ont raison et la signication profonde de ce sourire est particulierment inquietante pour la suite ... et pour le "peuple de gauche"

Pour comprendre ce que je veux dire il faut remonter a cette reflexion amusee de Chirac qui racontait que lorsqu'ils etaient ensemble a l'ENA il etait, lui Chirac, beaucoup plus a gauche que la plupart de ses collegues d'ecole qui sont devenus les dirigeants socialistes actuels !

Segolene Royal est dans ce cas. Le choix d'un parti et d'un camp, a d'abord ete un choix de carriere politique. Il se trouve qu'a l'epoque en soutenant Miterrand elle a pu acceder a de hautes responsabilites.

Et Royal n'est en rien une exception. Nombre de hauts fonctionnaires ne choisissent pas leur camp en fonction de leurs convictions mais en fonction de leur plan de carriere.

Les consequences de cette situation se retrouvent au niveau du programme politique. Certes les programmes du PS et de l'UMP different par nombre de details mais sur l'essentiel de la politique economique et sociale ce sont les memes propositions. (Sarko donne tout au patronat tandis que Royal lui demande de laisser des miettes :)

Une autre consequence moins evidente c'est la transformation du PS (et de l'UMP forcement), en deux partis d'alternance. Le bipartisme, comme cela existe aux USA (democrates/republicains) ou en GB (labour/tory). C'est a dire deux partis ayant une "teinture" differente mais les memes options politiques.

Les passionnes de politique vous diront que les democrates sont legerement plus a gauche que les republicains, mais il faut bien chercher ! Et les americains - qui ne vont plus voter depuis longtemps - n'ont jamais trouve la difference :)

C'est Freche, encore lui, qui vient de lacher le morceau en proposant au PS d'abandonner toute velleite de distinction droite/gauche et de se rallier a l'UDF pour imposer en France le bipartisme : PS de gauche, UMP de droite, et la meme politique pour les deux !

Mais Freche radote - comme souvent - et il reste encore pas mal de travailleurs au PS qui eux soutiennent encore qu'il y a une difference entre gauche et droite !

Et pour en revenir au sourire de Segolene, a mon avis il faut l'interpreter comme la preuve qu'elle se place deja dans la perspective de 2012. L'election est perdue, les travailleurs vont morfler, tant pis ce qui compte c'est la suite de la carriere politique de Royal !

(A condition bien sur qu'elle arrive a maintenir sa place de leader de l'opposition au PS, ce qui a mon avis n'est pas gagne !)

Bref le sourire de Segolene c'est l'amorce de la liberalisation a l'anglo saxonne de la vie politique, les debuts du bipartisme a l'americaine, et aussi la mort des partis revendicatifs et de gauche !

Et la ca ne me fait pas du tout sourire !


PS.
Bon je vous epargne la pub pour le site de Olivier :)

07 mai 2007

Enthousiasme !

Je resiste pas a la tentation de citer ce bref article du Monde.

le Medef enthousiaste

Les organisations patronales ont chaudement félicité Nicolas Sarkozy pour son élection. Si elles ne soutenaient officiellement aucun candidat à la présidentielle, ces organisations n'avaient pas dissimulé que le programme économique de M. Sarkozy était plus conforme à leurs souhaits que les propositions de la candidate socialiste. Dès dimanche soir, le Medef a promis de "contribuer avec responsabilité et enthousiasme à l'écriture de la nouvelle page qui s'ouvre pour la France". La présidente de l'organisation patronale, Laurence Parisot, s'est réjouie que les questions économiques et sociales aient été placées au cœur du débat et a formulé des vœux de réussite au gouvernement pour que la France "retrouve le chemin d'une croissance forte et pérenne au service du plein emploi et du désendettement".

Lundi, la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) a salué la volonté du président élu de "valoriser le travail" en rompant avec l'assistanat. Se disant elle aussi "prête à œuvrer en faveur du changement", la CGPME a espéré "que se concrétisent rapidement les mesures fiscales et sociales annoncées, en particulier celles ayant trait au temps de travail et à la baisse des charges sociales".

Lors de sa campagne, Nicolas Sarkozy s'est notamment engagé à supprimer les charges sociales et impôts sur les heures supplémentaires, manière d'inciter les salariés à "travailler plus" sans remettre directement en cause la législation sur le temps de travail. Cette mesure phare de son programme devrait être l'une des premières mises en œuvre par le nouveau gouvernement.


Violons !

:)


PS
A breve echeance il va y avoir une fraction des salaries, celle qui a vote Sarkozy, qui va s'en repentir amerement !!
Et je peux dire ca meme sans sondage !!!

En attendant il reste encore les legislatives pour tenter de limiter les degats, par exemple en faisant emerger une composante politique 100% a gauche dans ce pays !!

05 mai 2007

Battre Sarkozy !!

Rappel : Jusqu'au 6 mai a 20H tout est possible !!

Lire et bien comprendre le programme de Sarkozy c'est forcement voter Royal !!

Le Monde publie une etude sur les reports de voix : Le Monde.

Et dans la meme edition un article decrit des jeunes de 8 et 11 ans genetiquement fiches pour vol de jouet !!

Le vote Sarkozy c'est cinq annees supplementaires de liberalisme et de politiques antisociales, la barbarie en plus.

On peut et on doit tout faire pour s'eviter cela !!

Aucune excuse n'est acceptable, ni la peche a la ligne, ni les alibis politiques !!

Il faut battre Sarkozy !!

Chaque voix compte !!!

Rectif.

Je me suis trompe d'article en citant Le Figaro (le manque d'habitude sans doute :) et donc voila l'article l'original dont je partage partiellement l'analyse. Et a J-1 on sera vite fixe pour savoir ce qu'il en est.

À deux jours du scrutin, Sarkozy au plus haut

Bruno Jeudy. Publié le 04 mai 2007

Selon notre baromètre TNS-Sofres-Unilog pour Le Figaro, RTL et LCI, le candidat UMP l’emporterait haut la main dimanche.

L’élection présidentielle est-elle d’ores et déjà pliée ? Avec 54,5% des intentions de vote (+2,5), Nicolas Sarkozy accroît son avance sur Ségolène Royal (45,5%) à trois jours du jour J, si l’on en croit les résultats de notre dernière enquête Sofres-Unilog Groupe LogicaCMG. Avec presque dix points d’écart, le candidat UMP fonce tout droit vers la victoire. À 54,5%, Nicolas Sarkozy dépasserait le score de François Mitterrand en 1988 (54,01%) et se rapprocherait de celui du général de Gaulle en 1965 (55,20%). De quoi entrer dans le livre des re­cords si l’on exclut les victoires singulières de Jacques Chirac en 2002 (contre Jean-Marie Le Pen) et de Georges Pompidou en 1969 (face au centriste Alain Poher).

Le succès, qui se dessine, prend des allures de débâcle pour sa rivale socialiste au lendemain du débat télévisé et de son meeting réussi, au stade Charléty, à Paris. Ségolène Royal paie cash sa stratégie risquée de l’en­tre-deux-tours.

Le grand écart entre l’UDF et l’extrême gauche atteint ses limites. En quelques jours, elle perd sur tous les ta­bleaux. La candidate PS voit fondre les transferts des voix de François Bayrou. Seuls 35% des électeurs du candidat UDF affirment qu’ils voteront Royal di­manche contre 50% la semaine dernière. 40% des électeurs centristes répondent qu’ils rallieront la candidature UMP. Un vrai retournement de tendance.

Un pari très risqué

Le débat entre Ségolène Royal et François Bayrou, ajouté à la prestation télévisée très (trop?) offensive de la présidente de Poitou-Charentes, semble avoir déstabilisé l’électorat centriste. Dans le même temps, la gauche protestataire se détourne de Royal. Le mouvement de repli est sensible chez les électeurs d’Olivier Besancenot. À force de faire le grand écart, Royal est en train de tout perdre. Il est vrai que son pari était très risqué. Mais avec près de deux millions de voix de retard à l’issue du premier tour, elle n’avait guère d’autre choix.

Mais son coup de poker avec Bayrou semble fatal. Si le résultat se confirme, il sera démontré une fois de plus qu’on ne change pas de positionnement en cours de campagne présidentielle.

Dans le détail, les espoirs de Royal semblent extrêmement faibles. Elle est devancée dans presque toutes les catégories d’âge (sauf les 18-24 ans) et les caté­gories socioprofessionnelles (excepté les ouvriers et les professions intermédiaires).

À la veille du scrutin, Sarkozy aborde la fin de la campagne en confortable position. Lui-même ne doute plus de sa victoire depuis plusieurs jours. «Je vais faire un sacré score», confiait-il samedi. Hier, il l’a évalué à «55%».



PS.
Evidemment c'est flatteur pour Sarkozy, qui tient une partie de la redaction du Figaro, et c'est bien possible qu'au final l'ecart sera minime !
Mais je proteste : pas une voix de Besancenot ne manquera pour battre Sarkozy !!

Analyse.

Bien que la priorite des priorites reste de battre Sarkozy il n'est pas interdit de reflechir sur les sondages actuels qui peuvent paraitre etranges tant l'ecart est eleve.

La clef de la situation, comme toujours, reside dans l'analyse politique.

Mais d'abord il faut comprendre comment le succes de Sarkozy a ete construit methodiquement depuis des annees par ce qu'on appelle aux USA les "spins doctors" qui sont des conseillers politiques specialises dans la manipulation de l'opinion publique.

Le livre recent ecrit par Recassens, Decugis, Labbe et intitule "Place Beauvau. La face cachee de la police", dont le titre est un peu trompeur, decrit en realite le fonctionnement de Sarkozy depuis 2002.

Et comment les apparitions mediatiques, esclandres et autres scandales publics ont ete scientifiquement calcules avec des objectifs politiques precis.

L'un des plus gros succes de ces "spins doctors" et de leur marionnette mediatique a ete la recuperation prevue et calculee de la moitie de l'electorat Le Peniste. Et pour cela aucune improvisation. Mais des analyses solides, des sondages specifiques, des etudes de marches commandees a des universitaires, etc ...

On pourrait dire - en exagerant a peine - que chaque mot sorti de la bouche de Sarkozy ces dernieres annees provient des ordinateurs de ces conseillers politiques !

Cela dit la technique ne vaut rien sans un projet politique precis et coherent. Celui de Sarkozy l'est !

Sur le plan politique il s'agit d'une part de "vendre" l'ultraliberalisme aux Francais, et d'autre part d'operer la "revolution neoconservatrice" a l'oeuvre dans nombres de pays industriels.

Les idees sont simples. Sur le plan economique, convaincre les travailleurs que leurs problemes, causes par le capitalisme, ne peuvent etre resolus que par davantage de capitalisme.

Et arriver a convaincre la population entiere de renoncer aux avancees sociales, conquises de haute lutte depuis des siecles dans le cas de la France. En assenant un discours ouvertement anti social contre l'exces de protection sociale, les deficits, l'assistanat, les fraudeurs presumes, etc...

Et pour verrouiller les reformes ultraliberales il s'agit de promouvoir une reforme "moralisatrice" de la societe dans son ensemble. Eloge de l'autorite, communautarisme, chasse aux deviances, police brutale, justice expeditive, restriction des libertes ..

Le travail de propagande fait dans ces domaines est exemplaires. Un recidiviste tue ? Campagne mediatique sur la justice abusivement tolerante !

Des malfrats escroquent les Assedic ? Haro sur les chomeurs et autres RMIstes !

Avec une mauvaise foi incroyable et de la desinformation permanente, Sarkozy et ses amis sont presque arrives a faire douter les Francais de leur systeme social et a les orienter vers un regime policier !

Au final ce sont les deux mamelles du neoliberalisme : ultraliberalisme economique et autoritarisme forcene.

Cette strategie gagnante n'avait pourtant aucune raison de gagner en France, pays qui a connu 1789, 1936 et mai 68.

Elle n'a pu s'imposer que parce que les adversaires de la droite ont eux meme rejoint le camp des idees de droite. Sous une autre banniere mais avec les memes idees reactionnaires.

Et quand Sarkozy denonce les mefaits des "charges obligatoires" (c'est a dire les retraites ou la Secu) il ne trouve en face de lui qu'un PS l'approuvant a mots plus ou moins couverts.

Et la situation est la meme sur le plan des reformes societales. Aux beuglements des tenants du securitaire la gauche ... approuve bruyamment !

Dans ces conditions le message Sarkozyste, longuement peaufine, passe comme une lettre a la poste !!

Et quand Royal reoriente sa campagne en direction de la droite democrate chretienne c'est carrement un suicide politique. Depuis le debut la candidate socialiste a rejoint le candidat Sarkozy sur les grands themes neoliberaux (liberalisme, autorite) et comme souvent l'electeur prefere choisir l'original plutot que la copie.

Le journal Le Figaro, dont certes je ne fais pas mon ideal, publie neanmoins une etude interessante sur l'evolution des electorats : Le premier tour.

L'explication probable d'une defaite eventuelle le 6 mai tient dans ce grand ecart permanent de la candidate PS. Defendre des idees de droite en s'adressant aux electeurs de gauche, c'est brouiller les frontieres politiques et desorienter completement son electorat ...

Et les sondages actuels traduisent cela. Derriere Sarkozy on retrouve d'une part la droite et l'extreme reunies dans une grande croisade antisociale et antiprogressiste, et d'autre part une partie des electeurs de gauche seduits par des idees et des solutions reactionnaires que la gauche conteste mollement quand elle ne les approuve pas ...

Et les chiffres desastreux ne font que traduire ce double mouvement d'opinion.

Une evolution qui etait parfaitement previsible et parfaitement evitable a condition de tenir un discours clair, 100% a gauche et sans compromissions avec le discours patronal type MEDEF. Malheureusement le seul parti qui defend une ligne de gauche solide et coherente est bien trop faible pour peser sur la situation et rectifier le tir.

Il ne reste plus qu'a esperer un sursaut populaire, en esperant que les Francais s'eviteront une longue parenthese antisociale a la Thatcher !!

Sinon nous sommes partis pour cinq annees de penible resistance ....


SARKOZY !! 5 ANS CA SUFFIT !!

CHAQUE VOIX COMPTE POUR BATTRE SARKOZY !!