Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31 juillet 2015

La recette du barbecue israélien.

Pour  les amateurs, voici la recette publiée dans le Monde de ce jour :

 

- une famille palestinienne normale 

- un bébé en bonne santé

- une poignée de fanatiques déchaînés (de la variété "colons")

- un bidon d'essence

 

Et c'est tout !

 

Régalez vous !!

28 juin 2015

Salauds de terroristes !!

Comme toujours dans les évènements tragiques il y a toujours un huluberlu pour faire de l'humour ... noir. On se souvient tous du célèbre "Bal tragique à Colombey. 1 mort." Cette fois c'est moi qui m'y colle, allez je me dévoue :)

Lire la suite

28 janvier 2015

L'hystérie collective ?

Après la grande manipulation du 11 janvier nous entrons dans la période de l'hystérie collective !

Des dizaines de collégiens boutonneux sont mis en garde à vue pour des propos débiles ...

Et aujourd'hui un enfant de 8 ans en garde à vue ...

Les terroristes n'ont qu'à bien se tenir ... dans les cours de maternelles ?!

 

Parce que si un abruti prend un fusil pour aller tuer 3 passants dans la rue, je ne vois vraiment comment tout ce cinéma va l'empêcher ...

Mais probablement je ne sais pas tout, il y a surement un plan secret pour deviner à l'avance ces sombres desseins dans la tête d'un illuminé isolé !

 

Et si on arrêtait de surfer sur la peur et de nous prendre pour des imbéciles ??

 

Pendant ce temps la loi Macron, la loi des patrons, avance au Parlement ...

 

 

 

17 janvier 2015

Le 11 janvier : une grande manipulation politique.

Profitant du choc émotionnel provoqué par les événements tragiques du 7 janvier, le gouvernement vient de réussir un beau coup politique. Mais c'est une farce dont nous sommes les dindons.

Les assassinats du 7 janvier ont provoqué deux réactions massives dans la population:

- le sursaut pour la défense de la liberté d'expression

- la peur devant la menace terroriste

Ce choc a été une aubaine politique pour un gouvernement aux abois, discrédité, en chute libre dans les sondages, et dans les élections aussi !

Trois étapes dans cette manipulation politique.

1 - Les causes des attentats sont soigneusement escamotées.

Première cause: La France est en guerre dans de nombreux pays d'Afrique et d'Orient. Nos avions bombardent des islamistes en Irak, nos soldats combattent au Mali, au Niger ... C'est évidemment la raison première des attentats contre nos ressortissants et pas seulement en métropole.

Deuxième cause: l'ultra libéralisme crée des centaines de ghettos en France, terreau d'une jeunesse déboussolée. Et contrairement à ce que prétendent les racistes, ce n'est pas la concentration de musulmans qui pose problème, c'est la concentration de pauvreté !

Enfin une troisième cause, mineure mais effective, c'est la dégradation de nos services de police: baisse des effectifs, réduction des budgets. Le libéralisme détruit le service public.

Pire encore, la création de la DGSI a réduit l'efficacité de l'anti-terrorisme. Il est sur que consacrer ses effectifs à l'espionnage économique et politique (dont nos dirigeant raffolent !!) devait produire une catastrophe. C'est fait.

 

2 - La manifestation du 11 janvier est une manipulation politique.

Un détail sinistre. En première ligne de la manifestation du 11 janvier pour défendre la liberté d'expression, on trouvait une brochette de dictateurs et de dirigeants anti démocratiques dont le journal Mediapart a publié quelques belles figures: Bongo (Gabon) ou le dirigeant des Emirats Arabes Unis (démocrate bien connu) etc.

Sans parler du premier ministre israélien qui pratique quotidiennement les "assassinats ciblés" et régulièrement les bombes sur les hôpitaux et les écoles palestiniennes. Décidement notre gouvernement doit utiliser un dictionnaire bien spécial pour définir le mot "terroriste".

Détail comique: le dirigeant du Sénégal venait défendre les libertés. A peine rentré dans son pays, sa première décision fut d'interdire la diffusion de Charlie Hebdo ! (sic)

Mais la manipulation politique repose surtout sur le concept d'Unité nationale. Ce qui oblige tous les partis politiques (PS UMP Verts FdG) à se ranger derrière le gouvernent ou à se marginaliser (FN).

Pour un gouvernement en échec complet, face à deux défaites électorales en 2014 et à deux nouvelles raclées en 2015, et qui se demandait s'il allait finir l'année, c'est le Miracle !!

Dans l'immédiat Hollande remonte dans les sondages.

Mais la suite va être moins glorieuse. La politique ultralibérale, conservatrice et autoritariste de Hollande et Valls conduit le pays vers un avenir sombre ... et peut être même brun !

 

3 - Une campagne idéologique nauséabonde.

Sous couvert d'Union nationale, c'est un déchainement de mesures réactionnaires et liberticides.

La loi de novembre 2014, peu connue, s'applique en masse. Cette loi place dans le Code pénal le délit d'opinion d'apologie du terrorisme, qui relevait précédemment de la loi sur la liberté de la presse. Désormais une parole malheureuse au bistrot ou sur internet peut conduire directement devant un juge en comparution immédiate, et non moins immédiatement en prison.

Au moment ou j'écris cela des dizaines de français "testent" l'efficacité de cette loi. Et d'ailleurs je n'irais pas plus loin, un blog mal rédigé peut valoir maintenant 7 ans de prison !!

Dans les écoles, les élèves qui tentent de discuter sont assimilés à des délinquants. Et c'est un vrai concours Lépine des solutions les plus baroques. Dans peu de temps chaque enseignant devra relever les identités des "mauvais" petits français que l'institution devra "traiter".

Délation générale et liste de mauvais français, ca ne vous rappelle rien ?

Et je passe sur la mesure symbolique qui consiste à placer l'armée dans les rues. Nostalgiques d'un ordre ancien, bienvenus !

Mais c'est la campagne raciste anti musulmans qui va faire le plus de dégâts politiques. Sarkozy et Valls ont tirés les premiers en évoquant un prétendu problème musulman. Le FN s'est fait plus discret mais il est en embuscade et il compte bien ramasser la mise.

Une mise au point s'impose. La république est laïque. Si une fille musulmane refuse de suivre des cours ou de faire du sport, ses parents doivent aller en prison ou quitter le pays. Point barre.

Et d'autre part si par un coup de baguette magique (Hello Marine :) nous supprimons de ce pays tous les musulmans, le nombre de délinquants restera le même, mais ils seront blancs.

Ce qui provoque la délinquance - et les apprentis terroristes - ce n'est pas la religion, c'est la multiplication des enfants pauvres, marginalisés et sans avenir, source de tous les dangers !

 

4 - Comment réagir ?

Le premier c'est de défendre nos libertés.

Comme le disait un politicien américain:

"sacrifier sa liberté au nom de la sécurité, c'est être sur de perdre les deux" !

Le deuxième point c'est de lutter contre le racisme.

Troisième point: rétablir les moyens de la police.

Nous venons de donner au patronat, sans aucune contrepartie, des dizaines de milliards !

Reversons une partie de cet argent dans notre service public et éradiquons les zones abandonnées par l'Etat, ces ghettos qui concentrent la misère et qui sacrifient nos jeunes.

Enfin dernier point, refusons que l'Union nationale serve de prétexte pour massacrer notre système social en s'abritant derrière l'Unité nationale. A bas la loi Macron !!

 

 

14 novembre 2014

Qu'est ce que le socialisme ?

Avec les mots socialisme et communisme, les définitions abondent.

Au pif, on peut estimer à 50% la proportion des dictatures qui se réclament, peu ou prou, du socialisme, du communisme, du marxisme .. ou des trois à la fois :)

Et certainement un bien plus gros pourcentage si on prend en compte les populations qui "bénéficient" de ces régimes politiques !

Je ne prétend pas révolutionner (quoique j'aime bien l'idée !) la définition de ces termes, mais il y a tout de même quelques précisions à apporter.

Aujourd’hui un "socialiste" français conduit la même politique qu'un politicien de "droite", et je défie n'importe qui de faire une différence entre un programme de "gauche" et de "droite" ! Essayez !

Tel est le triste constat. Et donc voilà quelques définitions que j'espère utiles.

 

Marxisme : 

Karl Marx a produit des études philosophiques, économiques et politiques.

- les études philosophiques j'y comprends rien, alors voyez un spécialiste de Hegel notamment, si le sujet vous intéresse, moi je suis incompétent pour ce genre de chose, désolé :(

- les études politiques concernent la lutte des salariés pour améliorer leur sort, voire prendre le pouvoir, et ces textes sont intéressants à connaitre, notamment pour éviter les erreurs du passé ...

- les études économiques tentent d'expliquer le fonctionnement du système capitaliste né au 18ème siècle et qui perdure au 21ème siècle avec les résultats que l'on connait !

Connaitre les bases des analyses économiques de Marx est essentiel pour comprendre le fonctionnement de la société actuelle.

Le capitalisme a changé dans ses méthodes, il a subi des revers graves (en 1929, en 1936, en 1945 ...) mais fondamentalement sa structure est toujours la même : concentrer la richesse entre les mains d'une minorité en s'appropriant le travail des salariés.

Quand on parle de "revers" du capitalisme, cela signifie que les "capitalistes" on du lâcher du lest.

Ainsi le dernier livre de Picketty sur la répartition de la richesse, montre la création d'une "classe moyenne" dans les années 30 et jusqu'à nos jours.

L'émergence d'une "classe moyenne" ne signifie pas que la masse des salariés est devenu "naturellement" plus riche, plus éduquée, en meilleure santé, et avec de meilleures conditions de travail.

Pas du tout !

Cela signifie seulement qu'à l'issue de guerres, de révolutions, de destruction de l'Etat, d'insurrections populaires, et de génocides et massacres divers, la "classe" des capitalistes a du faire des concessions pour éviter de tout perdre !

Et pour en être bien convaincu, il suffit d'observer le cours des événements depuis les années 70-80.

De Thatcher à Reagan, en passant par Merckel et Hollande, depuis plus de 30 ans les salariés subissent une guerre d'usure, impitoyable, contre tous leurs avantages sociaux. Plus rien n'est tabou.

Ceux qui n'ont pas une vision globale et "marxiste" de la société actuelle ne peuvent pas comprendre ce qui se passe actuellement.

Et d'ailleurs ils ne comprennent pas. Le discours courant, relayé par des "embobineurs professionnels" (on dit aussi "politiciens"), consiste à dire que "avant c'était mieux".

Autrement dit on nous propose de supprimer un demi siècle d’acquis sociaux, de revenir au capitalisme pur et dur, la douce époque ou l'enfant de 8 ans partait en "apprentissage" et la femme au foyer, considérée comme une mineure, faisait le ménage, la cuisine et les enfants ...

Ce discours extravagant se retrouve à peu près partout et notamment dans les partis de droite, d'extrême droite et de "ni droite ni gauche" :)

C'est cela que l'on appelle la "lutte des classes", et comme le disait un capitaliste d’aujourd’hui : "La lutte des classes existe et nous sommes en train de la gagner !!"

Ce qui deviendra vrai seulement si la majorité des salariés se met à croire aux contes de fées du libéralisme, qui nous assène qu'en renonçant à tous nos avantages, la vie sera bien meilleure pour nous ! :)

Et seulement si la masse des salariés ne s'intéresse pas à la nature du système capitaliste. Lequel fait tout pour les en empêcher ... éducation au rabais, bourrage de crane télévisé, absence de débats démocratiques publics ...

 

Socialisme :

Par définition le "socialisme" consiste à partager les richesses de la société.

Oui mais comment ? voilà le problème.

Pour les capitalistes et leurs larbins diplômés, le socialisme c'est "ils sont fous, ils veulent qu'on partage tout, même les brosses à dents" ! (et je caricature à peine !)

A mon avis on fait fausse route en se focalisant sur la seule question du partage des richesses.

Le capitalisme est à la fois un mode de production (économique) et un système politique (social).

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le plus important c'est pas la lutte pour obtenir plus d’avantages sociaux, de plus gros salaires, etc.  Cela c'est la lutte syndicale, et à notre époque de régression sociale c'est aussi important bien sur.

Non le plus important c'est d'obtenir le pouvoir politique, celui de décider de son avenir.

Les premiers socialistes avaient repris cette idée, en lui donnant une formulation étonnante (et malheureuse aussi !) : la dictature du prolétariat.

Et les deux plus grandes révolutions du 20ème siècle sont tombées dans le panneau !

Remplacer l'Etat de "droite" par un Etat de "gauche" ("prolétarien") ca ne marche pas. C'est ignorer les résultats sociologiques les plus élémentaires. Notamment les travaux sur la "bureaucratie".

Un Etat "prolétarien" est composé d'une minorité. Une minorité de privilégiés, dont la motivation principale est d’accroître sa bonne fortune. Le fait a été vérifié maintes fois, c'est tout simplement un fait humain !

Pour autant il n'y a pas d'autre solution que de supprimer l'Etat capitaliste et de le remplacer par une organisation sociale qui défende les intérêts de tous, salariés comme ex capitalistes d'ailleurs.

Il se trouve que la solution s'appelle la démocratie.

Mais que la forme démocratique par délégation, je vote pour toi tu agis (soi disant) dans mon intérêt, ne peut pas fonctionner, du moins pas de cette façon.

Le fond du problème c'est d'agréger les volontés individuelles par un mécanisme aussi efficace que le "marché" pour les marchandises, mais en évitant les crises (!!)

Il se trouve que les générations passées ne pouvaient, matériellement, mettre en oeuvre une solution à ce problème.

C'est seulement depuis une trentaine d'années que nous disposons des outils techniques. Et aussi mathématiques car le sujet est complexe.

C'est surtout l'avènement de l'internet qui permettra, tôt ou tard, de franchir le pas. C'est à dire de détruire l'Etat "bourgeois" par une combinaison de méthodes classiques (grève générale) et de moyens informationnels modernes.

La suite ne peut pas être connue d'avance. Par définition. Puisque l'objectif c'est de mettre en place un système qui représente la volonté du plus grand nombre.

Mais nous avons les outils informatiques qui permettent de voter en direct instantanément, avec des conditions de sécurité excellente, surtout si l'on rajoute du contrôle humain aux machines :)

Le plus étonnant c'est qu'on pourra garder un Etat organisé, animé par des fonctionnaires politiciens (au sens noble !) qui feront tourner les rouages du système sous le contrôle presque direct de leurs administrés ...

Imaginez une journée au 22ème siècle (enfin si on arrive !) : réveil, petit déjeuner, vote des 10 ou 15 décisions gouvernementales du jour, et début de la journée de travail de 4 ou 5 heures, loisirs ...

C'est cela le socialisme.

 

 

PS.

Et au passage un bravo pour le philosophe Alain Badiou qui reprend le fauteuil laissé vacant par Stephane Hessel dans le rôle de conscience anti-capitaliste, et même en mieux je trouve !!